Hans-Peter Dürr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Durr.

Hans-Peter Dürr

Description de cette image, également commentée ci-après

Hans-Peter Dürr en 2007.

Naissance 7 octobre 1929
Stuttgart (Allemagne)
Décès 18 mai 2014 (à 84 ans)
Munich (Allemagne)
Nationalité Allemand
Champs Physique
Institutions Université Louis-et-Maximilien de Munich
Diplôme Université de Stuttgart
Université de Californie à Berkeley
Distinctions Prix Nobel alternatif

Hans-Peter Dürr, né le 7 octobre 1929 à Stuttgart et mort le 18 mai 2014 à Munich[1], est un physicien allemand, spécialisé en physique quantique. À partir de 1983, il milite activement pour le désarmement et la paix, l'écologie et l'économie, le développement, la justice, ainsi que les questions épistémologiques et philosophiques. Il était récipiendaire de nombreux prix et distinctions, dont le prix Nobel alternatif en 1987.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1945, âgé d'à peine 15 ans, il devient soldat, chargé de contribuer à la « victoire finale ». Durant les années suivantes, il a le sentiment d'être un « horrible allemand », méprisé par le reste du monde. Il étudie la physique. Mais sa principale interrogation est ailleurs : « Quelle erreur avons-nous commise ? Qu'avons-nous laissé faire ? »[2]

Physique[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié la physique à Stuttgart (diplômé en 1953), Hans-Peter Dürr obtient son doctorat en 1956 à l'université de Californie à Berkeley. Il travaille avec Edward Teller sur l'anti-matière[3].

De 1958 à 1976, il est chercheur aux côtés du professeur Werner Heisenberg, spécialisé en physique nucléaire, physique quantique, les particules élémentaires et la gravitation.

En 1962, il est un professeur invité à Berkeley, en Californie et à Madras, en Inde.

Il est vice-directeur général à l'institut Max-Planck d'histoire des sciences (Werner-Heisenberg-Institut) 1972-1977, 1981-1986 et 1993-1995.

Jusqu'en 1997, il est aussi professeur de physique à l'université Louis-et-Maximilien de Munich. Plus tard, il se consacre de plus en plus à des questions en dehors de sa discipline, y compris les questions épistémologiques et socio-politiques. Hans-Peter Dürr contribue au mouvement pour l'environnement mondial. Il a été membre du conseil d'administration de Greenpeace Allemagne et membre du Conseil consultatif international sur le développement économique de Hainan.

Tout en poursuivant son activité de conférencier, Hans-Peter Dürr, retraité depuis 1997[4], s'engage dans une forme d'activisme mondial en faveur de la paix, la biodiversité et du droit des peuples de disposer d'eux-mêmes.

Pacifisme et écologie[modifier | modifier le code]

En 1986, Hans-Peter Dürr propose une « Initiative pour la paix mondiale » pour résoudre les problèmes environnementaux, réaliser la paix et la justice sociale.En janvier 1987, cette initiative est devenue le Réseau des défis mondiaux (Global Challenges Network), un organisme qui relie un réseau de projets et de groupes afin de travailler ensemble de manière constructive» à résoudre les problèmes qui nous menacent et de rendre notre environnement naturel.

En plus de sa brillante carrière universitaire, Hans-Peter Dürr s'implique de plus en plus dans la paix et les questions environnementales. En raison de son expertise et son intégrité personnelle[5], il intègre le Club de Rome, en 1991, et le comité scientifique de Akademie für Zukunftsfragen Internationale de Vienne, qui préconise un développement durable, équitable et viable, en insistant sur l'efficacité énergétique et l'autosuffisance.

Hans-Peter Dürr est membre de la Commission de l'énergie. Dans ce cadre, avec ses étudiants, il met au point un plan d'énergies de remplacement pour la ville de Munich, "SESAM Study" (énergies douces pour Munich)[5].

En 1996, Hans-Peter Dürr a été nommé membre du groupe consultatif auprès du Secrétaire général de l'ONU, pour la seconde Conférence sur l'habitat à Istanbul.

En 2001, Hans-Peter Dürr, avec quatorze lauréats du Prix Nobel alternatif ou du Prix Goldman, demande au Congrès mexicain la reconnaissance constitutionnelle des peuples autochtones et de leurs droits, au Mexique, en insistant « sur leur rôle dans le développement et la conservation de la biodiversité naturelle et culturelle »[6].

En 2005 avec Daniel Dahm et Rudolf zur Lippe, Hans-Peter Dürr coécrit le Mémorandum de Potsdam et le Manifeste de Potsdam -une sorte de suite au Manifeste Russell-Einstein datant de 1955[Note 1]- qui ont été signés par un grand nombre de scientifiques du monde entier, dont plus de 20 lauréats du prix Nobel alternatif.

En 2005, Hans-Peter Dürr, avec douze autres lauréats du Prix Nobel alternatif, signe une demande d'abrogation de l'article 81 de Paul Bremer[Note 2] qui « vise à empêcher les agriculteurs irakiens d'utiliser leurs anciennes variétés de semences et de cultures, et à les obliger à dépendre de l'entreprise ayant breveté des semences génétiquement modifiées[Note 3]. Car, les variétés traditionnelles de cultures en Irak, qui ont évolué pendant des milliers d'années, ne sont pas seulement l'héritage de paysans irakiens, mais elles sont l'héritage mondial »[7].

Depuis 2006, Hans-Peter Dürr était conseiller fondateur au Conseil pour l'avenir du monde.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

  • Prix du mérite en 1956, Oakland, USA
  • Hans-Peter Dürr est récipiendaire du prix Nobel alternatif en 1987, « pour sa critique profonde de l'initiative de défense stratégique (IDS) et son travail pour convertir la haute technologie à des fins pacifiques. »
  • Insigne d'honneur pour la compréhension internationale et de la paix 1987, Leipzig;
  • 1989, le Prix Waldemar von Knoeringen, Munich;
  • Ecology Award "Golden Swallow" en 1990, Darmstadt;
  • Natura OBLIGAT Medal 1991, Université de la Bundeswehr de Munich;
  • 1993, le Prix Walter et Elise Haas, University of California;
  • `Lumières Munich Medal» en 1996 en or, la culture de la ville de Munich;
  • 2002, Doctorat honorifique de philosophie, Université d'Oldenburg;
  • Scientifique International de l'année 2002 à l'International Biographical Center, Cambridge, UK.;
  • En 2004, la plus haute distinction du gouvernement allemand, la Croix fédérale du mérite lui a été décernée.
  • En 2007, le conseil municipal de Munich a donné la citoyenneté d'honneur à Hans-Peter Dürr en reconnaissance de ses mérites élevés.

Citation[modifier | modifier le code]

« La paix dans son sens véritable ne peut jamais être atteinte par des mesures militaires ou des corrections techniques ... Il est grand temps pour nous de concentrer notre attention sur les problèmes réels qui nous menacent tous menaçant en fait, la vie sur cette planète. »

— Discours d'acceptation du prix Nobel alternatif 9 décembre 1987

« Peu m'importe comment tu gagnes ta vie. Ce qui m'intéresse, ce sont tes aspirations, si tu oses t'abandonner aux élans de ton cœur. Peu m'importe ton âge. Mais je veux savoir si tu es prêt à des folies pour l'amour, pour tes rêves, pour l'aventure d'être en vie[2]. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Hans-Peter Dürr est l'auteur de 100 publications publiées dans plusieurs pays ; une partie de ses écrits est traduite en français :

  • Hans-Peter Dürr, De la science à l'éthique : Physique moderne et responsabilité scientifique, Albin Michel,‎ 1994, 354 p. (ISBN 978-2226067920)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce manifeste, publié en juillet 1955, fut signé par onze éminents scientifiques, dont Albert Einstein, et prévenait des dangers de l'arme nucléaire. Texte complet 2005
  2. En mai 2003, Paul Bremer III a été chargé de diriger l'Autorité provisoire de la Coalition (CPA). Ancien fonctionnaire du Département d'État Américain chargé de la lutte contre le terrorisme à la tête de la CPA, Paul Bremer s'est empressé de promulguer toute une série d'arrêtés ("orders") pour gouverner l'Irak qui, à l'époque, n'avait ni constitution ni gouvernement constitué légalement. Ces arrêtés, au nombre de 100, sont entrés en vigueur en avril 2004. L'un d'eux stipule qu'aucun gouvernement élu ne pourra les modifier. Horizons et débats n°29 2005
  3. L’arrêté 81 sur « Les brevets, le design industriel, l’information non révélée, les circuits intégrés et la loi sur les variétés de plantes » est en totale contradiction avec la Constitution irakienne de 1990 qui interdisait la propriété privée sur les ressources biologiques. Cette ordonnance rend ainsi illégale la pratique traditionnelle et millénaire de sélection des meilleures semences par les agriculteurs et donne le champ libre aux compagnies étrangères pour imposer leurs semences brevetées et leurs prix. Elle permet aussi d’importer et de commercialiser des organismes génétiquement modifiés (OGM). La durée des brevets est de 20 ans pour les plantes agricoles et de 25 ans pour les vignes et les arbres. La souveraineté alimentaire du peuple irakien est gravement remise en cause par cette loi. Cote ONU: E/CN.4/2005/NGO/350 Cetim 2005

Références[modifier | modifier le code]

  • (fr) von Lüpke / Erlenwein le "Nobel" alternatif, 13 portraits de lauréats, La Plage, Sète, 2008
  • Autres sources

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geseko von Lüpke et Peter Erlenwein, "Nobel" alternatif, 13 portraits de lauréats, Sète, La Plage,‎ 2008, 213 p. (ISBN 978-2842211912), p. 173 à 183

Autres sources[modifier | modifier le code]

Sites en français[modifier | modifier le code]

Sites étrangers[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]