Sauna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
L'intérieur d'un sauna

Le sauna (fr. bain finnois[1]) est une petite cabane de bois ou une pièce dans laquelle on prend un bain de chaleur sèche, pouvant varier de 70 °C à 100 °C, pour le bien-être. La pratique du sauna est une tradition sociale et familiale qui semble exister depuis plus de 2 000 ans dans les pays nordiques, notamment en Finlande.

Raisons à la pratique du sauna[modifier | modifier le code]

  • L'hygiène : il reste un moyen radical d'éliminer poux, puces et autres morpions, aussi bien de la personne (entièrement nue) que de ses vêtements (suspendus aussi longtemps que nécessaire dans l'étuve).
  • Calmer les nerfs, ce que procurent les phases de détente et de repos.
  • Chasser le stress par l'égalité d'humeur qui suit un sauna.
  • Éliminer la fatigue.
  • Stimuler la circulation sanguine qui amène à une plus grande oxygénation du corps.
  • Renforcer le système immunitaire contre les rhumes et les refroidissements.
  • Dégager les voies respiratoires par de profondes inhalations (favorisé par l'emploi d'huiles essentielles).
  • Accélérer la sudation et ainsi nettoyer et améliorer l'élasticité de la peau.
  • Assouplir les muscles et éliminer les tensions musculaires.

Température[modifier | modifier le code]

Un sauna est chauffé par un poêle à bois ou électrique appelé kiuas. Le poêle chauffe des pierres à sauna (kiuaskivi) dans un réceptacle situé à l'intérieur du sauna. On utilise des pierres n'éclatant pas sous les chocs thermiques et accumulant bien la chaleur. Elles sont souvent, mais pas toujours, d'origine volcanique : diabase, gabbro, olivine, péridotite, pierre ollaire. On trouve même des pierres synthétiques en céramique et certains poêles modernes sont constitués d'une dalle sur laquelle on fait ruisseler l'eau.

Une fois les pierres surchauffées, une louche d'eau est versée dessus, produisant une bouffée de vapeur (löyly). L'opération peut être répétée plusieurs fois.

Le sauna originel est sec : entre 3 et 20 % d’humidité. C'est pourquoi les températures y sont bien plus élevées que dans le hammam[2] : 80 à 90 °C en moyenne.

Dans certaines juridictions, la température maximale est normalisée et tout dépassement dans un établissement public peut constituer un motif de fermeture.

  • Aux États-Unis (U.L.) et au Canada (CSA/ACNOR), celle-ci ne doit pas dépasser 90 °C.

Il n'est cependant pas rare pour les Finlandais de prendre des saunas à 100 °C, le record du monde étant détenu par un Finlandais ayant passé environ quinze minutes dans un sauna chauffé à 120 °C (voir les sports insolites en Finlande).

Tenue[modifier | modifier le code]

Sauna du combinat minier et métallurgique Albert-Funk à Freiberg en RDA (1980).
Sauna (1802).

Dans le sauna traditionnel, la nudité est la norme, pour les femmes comme pour les hommes. Une serviette est posée entre le banc et la peau, pour absorber la sueur et pour protéger la peau de la chaleur du bois. Le port d'un maillot de bain est considéré comme anti-hygiénique, car la chaleur et l'humidité y favorisent la prolifération et la dissémination de microbes et de germes, comme la trichomonase, la chlamydia et le gonocoque[3]. Sans maillot, l'air sec et chaud contribue au contraire à la disparition de ces microbes très sensibles à la dessiccation[4].

Par contre, dans certains saunas, souvent des petits saunas attaché à une piscine, le port d'un maillot de bain est la norme.

Contre-indications[modifier | modifier le code]

La consommation d'alcool, de drogues ou de médicaments antihypertenseurs est fortement déconseillée avant d'entrer dans une cabine de sauna.

Les saunas infrarouges longs — plus proches de la chaleur corporelle et permettant une sudation à 50 °C — sont recommandés, à défaut de sauna traditionnel, aux personnes qui ne supportent pas la chaleur, particulièrement celles qui ont des problèmes de circulation sanguine ou de vaisseaux sanguins (varicesetc.).

La vasodilatation des vaisseaux due à la chaleur déclenche l’accélération rapide du rythme cardiaque et présente un danger pour les personnes atteintes de maladie cardio-vasculaire (sortir du sauna en cas de début de malaise).

Les études médicales ont conclu à l'absence de contre-indication du sauna en cas d'asthme, même chez les enfants[5]. Chez les asthmatiques et les personnes souffrant de troubles respiratoires, le sauna peut déclencher une accélération de la respiration et occasionner une sensation d'oppression. Toutefois, chez ces personnes, le sauna est en général beaucoup mieux supporté que le hammam.

Les saunas en Finlande[modifier | modifier le code]

Sauna sur le lac Vättern en Suède.
vihta (ou encore vasta) réalisés avec des rameaux de bouleau.

Le Sauna est une tradition sociale et familiale finlandaise depuis plus de 2 000 ans. À l'origine, les saunas étaient de petites cabanes construites avant même la maison d'habitation. Les femmes finlandaises accouchaient naguère dans les saunas en raison de la grande hygiène qui y règne et de la facilité d'entretien.

Ils sont un élément important des relations sociales en Finlande. Même des négociations politiques et économiques peuvent y avoir lieu[6].

Dans les mökki, maisons de campagne finlandaises, il est courant, et en toute saison, de se baigner dans le lac (järvi) ou la rivière (joki) situé à proximité plutôt que de prendre une douche classique après le sauna. En plein hiver l'activité de sauna commence donc par l'entretien du trou dans la glace prévu à cet effet. À la campagne, durant le bain de chaleur on peut également en profiter pour se flageller légèrement à l'aide de jeunes rameaux de bouleau (rauduskoivu) formant une sorte de martinet semi-rigide appelé vihta ou bien vasta, afin de stimuler encore plus la circulation sanguine.

On trouve des saunas partout en Finlande (2 millions de saunas pour 5,2 millions d'habitants[7]) : dans les maisons particulières comme dans les hôtels, les bateaux, les entreprises, le Sénat, le palais présidentiel, etc. Toute la population finlandaise pourrait donc tenir dans les saunas du pays.

L'École navale de Finlande, située à Suomenlinna, possède le plus grand sauna du pays.

La bourgade de Muurame possède un village du sauna (saunakylä), musée de plein air présentant une trentaine de saunas provenant de toute la Finlande.

Historique[modifier | modifier le code]

Les cabanes de sudation étaient connues des hommes préhistoriques des régions tempérées et froides de l'hémisphère nord.

En restent pour témoins les peuplades de Sibérie et les tribus amérindiennes des actuels États-Unis et Canada dont beaucoup utilisaient des huttes de transpiration (sweat lodge dans les documents en anglais) lors de l'arrivée des européens. C'étaient des édifices en branchage dans lesquels on roulait des pierres chauffées dans un feu de bois. Le malade ou le guerrier voulant se purifier s'isolait dans ce local sommaire que des comparses fermaient hermétiquement[8].

Dans un premier temps les huttes de transpirations ont été améliorées en sauna enterré puis, avec la maîtrise du travail du bois, les cahutes devinrent maisonnettes en bois empilé à la manière des fustes dans une bonne partie de l'Europe. Ce sont les saunas à fumée, que l'on appelait étuves en France. Au XIVe siècle, l'église catholique d'Europe centrale et occidentale, luttant contre la nudité et la promiscuité, mit toute son énergie à éradiquer, en interdisant leur pratique et en fermant les établissements la permettant, la pratique de l'étuve et des bains publics (alors en plein essor au XIIIe siècle). Une des raisons invoquées pour bannir les saunas fut, comme pour les bains, de décréter que la pratique du sauna était responsable de nombreuses maladies courantes à l'époque comme la peste qui se répandait pensait-on par les pores dilatés qui absorbaient les miasmes, ce qui engendra par la suite la culture de la toilette dite sèche. Une autre raison invoquée fut que ces bains et saunas étaient assimilés à des lieux de débauche, parfois de façon justifiée même si cette débauche n'empêchait pas l'hygiène corporelle[9].

Cette pratique survécut en Russie et dans les pays nordiques, plus tardivement christianisés, où les églises orthodoxes et luthériennes surent en percevoir les bienfaits hygiéniques pour les populations. Les traditions populaires russes associent le « Bannik »[10] (Банник) aux maisonnettes de bains : il s'agit d'un petit esprit domestique, parfois farceur, parfois cruel, qui hante ce lieu appelé « bania » (бaня).

La Suède (sous le nom de bastu) et la Finlande ont élevé au plus haut point la technique du bain de vapeur sèche. Au début du XXe siècle, les athlètes finlandais aux Jeux olympiques puis les soldats de la Guerre d'hiver ont fait connaître au monde entier le sauna et ont associé ses qualités à leurs exploits.

Utilisation avancée[modifier | modifier le code]

Le sauna est avant tout un instant de détente et de convivialité dans le respect d'une hygiène garantissant le confort de chacun. L'utilisation recommandée ici vise à ces objectifs. Dans la pratique réelle, les durées et le nombre de passages en cabine varient selon la nature et le besoin de chacun. Refuser de prendre le sauna avec un Finlandais peut être considéré comme impoli.

Premier sauna[modifier | modifier le code]

Commencer par prendre une douche, d'abord pour se laver, ensuite pour se détendre. Puis se sécher.

Le premier sauna doit être court et intense. Entrer dans le sauna durant huit à douze minutes, jusqu'à ce que la sueur roule sur la peau (placer une serviette sur le banc s'il est trop chaud ou encore pour l'hygiène). La respiration devient plus profonde, le rythme cardiaque et la circulation sanguine se font plus rapides et dilatent les vaisseaux sanguins. La perte d’eau par transpiration peut être d’un litre par heure et la température corporelle peut alors monter jusqu’à 40 °C. Il n'est pas recommandé de boire entre mais après les passages en cabine pour compenser cette perte d’eau.

La chaleur dense peut s’avérer oppressante lors des premières séances. Les places hautes étant celles où l'air est le plus chaud, préférer des places plus basses si la chaleur semble trop étouffante.

Deuxième sauna[modifier | modifier le code]

Sortir du sauna afin de prendre un bol d'air frais à l'extérieur ou prendre un bain (en immersion complète si aucune contre-indication médicale ne l'interdit) ou une douche fraîche ou froide[11].

Se sécher, puis obligatoirement s'accorder au moins une quinzaine de minutes de détente, entrer à nouveau dans la cabine de sauna pendant une quinzaine de minutes.

Troisième sauna[modifier | modifier le code]

Pratiquer une troisième et dernière fois ce rituel : air frais, bain ou douche froide, séchage, cabine.

Ressortir donc pour prendre à nouveau l'air frais, un bain ou une douche froide. Cela va nettoyer la peau.

Se sécher puis, après quelques minutes de détente, entrer une troisième fois dans la cabine de sauna. La sueur dégagée alors est entièrement « propre ».

Ressortir pour se doucher ou se baigner puis se reposer environ vingt minutes après la dernière séance. Un court somme permettra la relaxation complète de tous les organes du corps[12].

Chaque bain ou douche doit être le plus froid possible ; ceci pour refroidir le corps et réaliser ainsi la constriction des pores de la peau et des vaisseaux sanguins préalablement dilatés par la chaleur.

Résultat[modifier | modifier le code]

L'impression de bien-être, de légèreté et de propreté à la sortie d'un sauna est très particulière, et même une température de 80 ou 90 °C ou encore l'immersion dans une eau proche du 0 °C est supportable voire très agréable, bien qu'il soit difficile de le croire avant d'avoir essayé.

Le sauna enterré[modifier | modifier le code]

Une première évolution de la cabane de sudation a été le sauna enterré (maasauna). Une cavité de quelques mètres carrés est creusée dans le sol et recouverte de troncs jointifs sur lesquels on étale des écorces de bouleau et que l'on recouvre de mottes de terre. L'ensemble est fermé par une porte sommaire. Un foyer constitué de grosses pierres est placé dans un angle et une banquette en terre recouverte de végétaux est établie en face.

Le fonctionnement est identique à celui du sauna à fumée. Le fait d'enterrer le sauna améliore grandement l'isolation thermique et permet son usage en plein hiver quel que soit le vent et le froid. À l'heure actuelle, le sauna enterré est pratiqué en Finlande par des passionnés dans le cadre de stages de survie ou de retour aux traditions anciennes.

Le sauna à fumée[modifier | modifier le code]

L'ancêtre du sauna moderne est le sauna à fumée (savusauna).

Le poêle (savukiuas) est constitué d'un tas de pierres de plusieurs centaines de kilos sous lequel on établit un feu de bois assez vif pendant plusieurs heures. L'essence de bois la meilleure est l'aulne, mais on peut aussi employer du bouleau écorcé. La fumée envahit l'étuve et s'échappe par une petite cheminée en bois après avoir déposé une fine couche de suie qui culotte le sauna comme une pipe et lui donne son parfum inimitable. À la fin de la chauffe, on éteint le feu, on évacue les cendres et les braises et on ventile le sauna en ouvrant en grand la porte. Il est alors important que le tas de pierres ne dégage plus de fumerolles. Lorsque le sauna est prêt, on obture la cheminée et on ferme la porte. Une personne expérimentée versera l'eau pour créer les vagues de vapeurs sèche (löyly). Il ne faut pas asperger le tas, mais verser la louché doucement et tout entière au même endroit. Le filet d'eau va alors traverser la masse de pierres brulantes et se transformer en vapeur surchauffée et invisible. Si le tas de pierres est suffisamment important, le sauna pourra fonctionner plusieurs heures. Les hommes l'utiliseront en premier, pour profiter de la chaleur la plus dure, et les femmes, les enfants et les personnes fragiles passeront en dernier, lorsque la chaleur sera plus douce.

On peut trouver des saunas à fumée dans les exploitations agricoles anciennes, mais plus sûrement dans de nombreux centres de loisir ou dans les campings.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Prononciation et genre[modifier | modifier le code]

Le mot sauna est un des rares mots finnois pleinement adopté par la langue française. Sa prononciation s'est donc francisée en [sona]. En finnois on dit [sauna]. La langue finnoise ne connaît pas les genres grammaticaux[13]. Jusqu'au milieu du XXe siècle les traducteurs optaient pour le féminin, sur le modèle d'« étuve finlandaise ». Par exemple, en 1941, Aurélien Sauvageot proposait dans Guerre dans le désert blanc : « Les fameuses saunas, on n'en voyait naturellement pas, mais on disait qu'elles perchaient en bas, sur le bord du lac,... » Aujourd'hui on dit « un sauna », sur le modèle de « bain de vapeur sèche à la finlandaise ».

Dictons[modifier | modifier le code]

Les finlandais sont friands de dictons et proverbes. Bon nombre sont consacrés au sauna. On peut citer :

« Sisulla saunaan. »

— (Allons) bravement au sauna.

Plutôt ironique quand on sait que le sauna est un plaisir majeur pour la grande majorité des Finlandais.

« Saunassa sappi sammuu,
Vihtoen viha viilenee
. »

— Le sauna éteint l'amertume,
La flagellation apaise la rancune.

Souligne l'aspect apaisant et sédatif du sauna. Ce dicton est construit sur la métrique du Kalevala: allitération de la première syllabe, le deuxième vers paraphrase le premier.

Compétition de sauna[modifier | modifier le code]

Article connexe : Sports insolites en Finlande.

Les championnats du monde de Sauna sont organisés sous la forme d'un concours d'endurance tous les ans depuis 1999 à 2010, à Heinola en Finlande. Après la mort d'un des finalistes lors du championnat de 2010, l'avenir de la compétition est incertain[14].

Activités naturistes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.btb.termiumplus.gc.ca/tpv2alpha/alpha-fra.html?lang=fra&i=1&index=frt&srchtxt=BAIN%20FINNOIS
  2. Dans le hammam l'atmosphère est saturée à 100 % d’humidité.
  3. (de) « Warum muss ich in die Sauna nackt gehen? » – Dans les pays Nordiques, la nudité est de règle.
  4. Lien Wiki : écologie du gonocoque
  5. (en) Sauna et asthme chez les enfants.
  6. « La Finlande se fait suer », Libération, 8 avril 2009.
  7. Population de la Finlande, cia.gov The World Factbook, consulté le 25 juillet 2012.
  8. H.R. Rieder, Le Folklore des peaux-rouges, Payot 1976 (ISBN 2-228-32830-8).
  9. N. Faucherre, L'Hygiène dans les châteaux forts au Moyen Âge, Le Bugue, 1992, p. 45.
  10. Félix Guirand, Mythologie générale, Larousse, 1935.
  11. Mis à part les installations traditionnelles à proximité d'un lac ou d'une rivière ou encore les installations spécialisées (dans ce dernier cas, se rincer d'abord sous la douche avant de se plonger dans le bain), la douche est très souvent la seule option disponible.
  12. Veiller dans ce cas à se couvrir d'un peignoir ou d'une couverture.
  13. Abstraction faite de l'existence d'un pronom impersonnel se à la troisième personne du singulier quand justement le pronom ne se substitue plus à un une personne ou une chose mais à un fait comme il dans « il fait beau ». Dans tous les autres cas, le pronom personnel de la troisième personne du singulier est : hän.
  14. « Un mort en finale du championnat du monde de sauna », lemonde.fr avec AP, 8 août 2010.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Erkki Helamaa, Rakennustieto Oy, Kiuas, saunan sydän (« Le kiuas, cœur du sauna »), 1999 (ISBN 951-682-548-6).Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :