Légende urbaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Légende (homonymie).

Une légende urbaine (de l'anglais : urban legend) est une histoire moderne, se rapprochant du mythe, pouvant emprunter à tous les genres (anecdote, horreur, blagueetc.) et se répandant de proche en proche par le bouche à oreille ou par d'autres moyens populaires (contemporains ou non). Elle est dénommée aussi légende contemporaine et se rapproche de la rumeur, du canular. Elle exprime surtout des peurs et des fixations, ce qui la distingue de la légende pédagogique qui propage plutôt dans le monde de l’éducation des croyances rassurantes ou romantiques (effet Mozart (en), Brain Gym (en), « cerveau droit » et « cerveau gauche »)[1]. En tant que littérature orale, et suivant sa résistance au temps, elle fera partie intégrante ou non du folklore.

La première étude sociologique d'une légende urbaine est due au sociologue français Edgar Morin (Edgar Morin. La Rumeur d'Orléans. Paris : Le Seuil, 1969) de sorte qu'en France on désigne souvent sous ce vocable ce qui dans le monde anglo-saxon est qualifié d' "urban legend".

Le sociologue américain Jan Harold Brunvand a, dès les années 1980, appliqué aux récits populaires circulant dans le monde moderne des théories et des concepts académiques établis par les folkloristes dans l'étude traditionnelle des légendes associées le plus souvent à des faits historiques lointains ou à des cultures rurales.

Les légendes urbaines sont fréquemment recyclées, s'adaptant aux nouveaux lieux et temps, et sont traduites d'une langue à une autre sans difficulté apparente. Ces histoires sont souvent racontées comme étant arrivées à « l'ami d'un ami ». Certaines sont récentes, d'autres sont très vieilles (comme la légende de Beblenheim) et circulaient déjà par courrier postal. Toutes ces légendes forment un folklore ; c'est d'ailleurs ce qui les différencie des rumeurs.

Critères de définition[modifier | modifier le code]

Le plus souvent, les spécialistes attribuent le titre de manière un peu exclusive à des récits qui présentent les caractères suivants :

  • la forme narrative (une petite histoire, un récit structuré) ;
  • un procédé d'authentification « par la convocation de témoignages, par des indications de mode, date et de lieu, par l'intervention de leur propre autorité » (Berlioz) ;
  • le récit propose — à la lecture attentive — un déchiffrement et une interprétation du monde (surtout dans ses aspects les plus perturbants, confondants ou inquiétants).

Les légendes urbaines sont apparentées aux lieux communs et aux idées reçues, en ce qu'elles sont partagées par de nombreuses personnes sans être vérifiées. Elles ont le plus souvent un caractère extraordinaire et/ou mystérieux, mais peuvent être basées sur des faits réels, et, dans certains domaines, peuvent proposer des explications « alternatives » aux thèses officielles (des disciplines développées en marge des sciences expérimentales comme l'ufologie ou la cryptozoologie peuvent inspirer des légendes urbaines, ou inversement s'en inspirer).

Elles apparaissent souvent dans les médias, parfois également d'une manière spontanée à la façon d'une création populaire. Dans certains cas, leur diffusion peut être organisée afin de manipuler les foules (en particulier dans des domaines politiquement sensibles : drogue, violence, mœurs, racisme, etc.), un récit pouvant être inventé afin de nuire à un individu, à une entreprise, à un groupe ethnique ou religieux, à un gouvernement, etc. On touche alors au thème de la désinformation, lequel dépasse de très loin le cadre des « légendes » et autres anecdotes.

« Une légende urbaine est une histoire inventée de toute pièce que les gens répètent comme si elle était vraie. Comme le gars qui bouffe des tonnes de popcorn en buvant du soda et son estomac explose. Ou comme cette histoire d'un type qui se coince le bras dans un distributeur de boissons qui tombe sur lui. Ou l'histoire de Bloody Mary ; il paraît que si tu vas dans la salle de bain et que tu éteins la lumière et que tu chantes Bloody Mary trois fois en regardant le miroir, elle apparaît. Elle ressemble à un cadavre, c'est horrible. Si tu la regardes dans les yeux, tu es foutue. Tu as intérêt à vite rallumer sinon elle t'emmène avec elle dans le miroir. » — Dialogue tiré du film Urban legend 3

Thèmes[modifier | modifier le code]

Certains thèmes sont récurrents dans les légendes urbaines (certaines d'entre elles pouvant se référer à plusieurs de ces thématiques) :

  • la violence, sous diverses formes (meurtre, viol, tortures, etc.) ;
  • la biologie humaine, la médecine et les maladies ;
  • les technologies, sous leurs aspects les plus inquiétants (chimie, nucléaire, génétique…) ;
  • les animaux, et en particulier les espèces considérées comme dangereuses ou effrayantes (serpents, araignéesetc.) ;
  • les personnalités contemporaines (du show-business, de la politique…) et parfois historiques ;
  • l'antiaméricanisme : les légendes sur les États-Unis, leurs entreprises (Coca-Cola, Mc Donald's…) et leurs institutions ont souvent un contenu politique, doublé d'une théorie du complot ;
  • des actes révolutionnaires, alter-mondialistes, anti-centralistes (en France) ou anti-unitaristes ;
  • les sciences occultes et l'ésotérisme.

Les exemples sont si nombreux qu'on les assemble dans des exempliers : on en trouvera un aperçu ici.

La propagation des rumeurs en général et des légendes contemporaines en particulier a été fortement accélérée grâce à la multiplication des moyens de communication et notamment Internet. On craint souvent d'y voir un retour à la croyance à l'irrationnel dans la conscience collective.

En France, on parle aussi de hoax (mot anglais traduisible par « canular ») ou de pourriels pour certains messages propagés par Internet.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Véronique Campion-Vincent, Jean-Bruno Renard, Légendes urbaines : rumeurs d'aujourd'hui, Paris, Payot, 1992, rééd.1998, 2002.
  • Véronique Campion-Vincent, Jean-Bruno Renard, De source sûre : nouvelles rumeurs d'aujourd'hui, Paris, Payot, 2002, rééd. 2005.
  • Véronique Campion-Vincent, Jean-Bruno Renard, 100 % rumeurs. Codes cachés, objets piégés, aliments contaminés... La vérité sur 50 légendes urbaines extravagantes, Paris, Payot, 2014.
  • Edgar Morin, La Rumeur d'Orléans. Paris, Ed. du Seuil, 1969, 240 p. (L'Histoire immédiate). Rééd. Le Seuil, 1982, 256 p. (Points. Essais, no 143) (ISBN 2-00-200-6280-1[à vérifier : ISBN invalide])
  • Jean-Bruno Renard, Rumeurs et légendes urbaines, Paris, PUF, 1999 (Que sais-je ? no 3445), 4e éd. 2013.
  • Arnold Van Gennep, La Formation des légendes, Paris, Flammarion, 1910.
  • "Rumeurs et légendes urbaines", Paris, PUF, mars 2006, 254 p. (Diogène, no 213) (ISBN 2-1305-5631-0)
  • "Rumeurs et légendes contemporaines", Paris, Ed. du Seuil, 1990, 386 p. (Communications, n° 50). Disponible en ligne
  • Aurore Van de Winkel, Gérer les rumeurs, ragots et autres bruits, Belgique, Edipro, 2012, 320 p.

Articles[modifier | modifier le code]

  • Aurore Van de Winkel, Communication, croyance et construction identitaire : le cas des légendes urbaines, in Le Rendez-vous de la Recherche en Communication. Actes du colloque. 16 mars 2006, Département d'information et de communication, Université Laval (Québec), AECCUL, 2006, p. 81-91.
  • Aurore Van de Winkel, Construire son identité face à l'étranger : le cas des légendes urbaines, in Bénédicte De Buron-Brun (dir.), Altérité, Identité, Interculturalité, France, L'Harmattan, 2010, p. 49-64.
  • Aurore Van de Winkel, Légendes urbaines, construction identitaire et lien social : une relation complexe… , in Jo M. Katambwe (dir.), Communication et lien social, Québec, Presses de l'Université Laval, 2011, p. 205-228.
  • Aurore Van de Winkel, Quand le croire investit un phénomène de communication profane: le cas des légendes urbaines , in Bruno Michon, Clémentine Vivarelli et Guillaume Erckert (dir.), La croyance : de la théorie au terrain. Mise en perspective des approches néo-wébérienne issue de la phénoménologie et de l'anthropologie existentiale, France, Éditions Hermann, Coll. Société et pensées, 2012.
  • Aurore Van de Winkel, Quand les légendes urbaines utilisent l'Autre pour réaffirmer l'identité de ceux qui les diffusent… in Interstudia, Des autres à soi-même. Les voies du retour, Université de Bacău (Roumanie), janvier 2008, p. 79-87.
  • Aurore Van de Winkel, Quand la légende urbaine touche l'organisation, in Loneux, Catherine, Parent, Bertrand (dir.), Communication des organisations : recherches récentes, Paris, L'Harmattan, Tome 2, 2010, p. 140-153.
  • Aurore Van de Winkel, « La ville mise en récit : le cas des légendes urbaines », in Formules : Formes urbaines de la création contemporaine, no 14, 2010, p. 65-77.
  • Aurore Van de Winkel, Les légendes urbaines, en tant que discours sur la société…, in Langue et Société, Discours et Pouvoir, les Actes de la Conférence internationale Signes particuliers. Langue, discours, société de l'Universitatea din Bacău (Roumanie) du 21 au 23 novembre 2008, 2009, p. 39-50.
  • Aurore Van de Winkel, Mêlant réalité et fiction, les légendes urbaines en tant que nouvelle forme de littérature orale, in Actes des Rencontres autour de la littérature orale. Histoire de la littérature orale francophone, Alès, CMLO, 2010.
  • Aurore Van de Winkel, Story-telling et légendes urbaines : quand le récit peut se retourner contre l'organisation, in Christiana Constantopoulou (dir.), Récits et fictions dans la société contemporaine, Paris, L'Harmattan, 2011.
  • Numéro spécial « Légendes urbaines » de la Revue La Grande oreille, no 43, octobre 2010.

Œuvres de fiction inspirées de légendes urbaines[modifier | modifier le code]

Recueils[modifier | modifier le code]

  • Des crocodiles dans les égouts et autres légendes urbaines / anthologie présentée par Elsa Marpeau. Paris : Éditions J'ai Lu, 2006, 73 p. (Librio : imaginaire ; 755) (ISBN 2-2903-5215-2)
  • Rumeurs et légendes urbaines : des mygales dans le yucca / Albert Jack. Paris : Hachette Pratique, 2007, 195 p. (Rendez-vous page 13) (ISBN 978-2-0123-7337-2)
  • 13 légendes urbaines / textes de Nicolas Jaillet, Olivier Lhote et Alain Venisse ; ill. Martin Desbat. Champigny-sur-Marne : Lito, mai 2009, 232 p. (ISBN 978-2-2444-5861-8)

Romans[modifier | modifier le code]

  • Serge Brussolo, Ceux qui dorment en ces murs, Paris : Plon, 2007, 344 p. (ISBN 978-2-2592-0623-5) (référence à la légende du Maître d'école)
  • Gilbert Cesbron, Notre prison est un royaume, Paris : la Jeune Parque, 1948, 336 p. Rééd. Librairie générale française, 1955, 256 p. (Le livre de poche ; 100).

Nouvelle[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Téléfilmographie[modifier | modifier le code]

  • 1997-2000 : Frissons, série télévisée canadienne;
  • 1997 : Bonnes vacances, téléfilm français de Pierre Badel et Chantal Rémy;
  • 2004 : Petits mythes urbains, série télévisée franco-germano-britannique;
  • Légendes Urbaines (série québécoise) : épisodes ayant pour sujet les thématiques récurrentes dans les légendes urbaines, explorées et analysées par différentes personnalités, à raison d'un thème par épisode.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Normand Baillargeon, Légendes pédagogiques : l'autodéfense intellectuelle en éducation, Poètes de brousse,‎ 2013, 271 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]