Maurice Sachs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sachs et Ettinghausen.

Maurice Sachs, né Maurice Ettinghausen le 16 septembre 1906 à Paris et tué le 14 avril 1945 en Allemagne, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Maurice Sachs naît à Paris le 16 septembre 1906 dans une famille d'origine juive mais irréligieuse, anticléricale et républicaine. Son père, Herbert Ettinghausen, dont la famille est originaire d'Höchst en Allemagne, abandonne le domicile conjugal et divorce en 1912. Sa mère, Andrée, est la fille de Georges Sachs, courtier en bijoux et familier de Jean Jaurès. Elle épouse, après son divorce, le chroniqueur mondain Michel Georges-Michel. Maurice connaît une enfance malheureuse, de pensionnat en pensionnat. En mai 1923, Andrée s'enfuit à Londres, poursuivie pour escroquerie. À 17 ans, sans ressources, Sachs doit se débrouiller seul. Il est recueilli par les Delle Donne et rencontre Jean Cocteau, dont il devient le secrétaire. Il se laisse convertir par Jacques Maritain au catholicisme le 29 août 1925, et va même jusqu'à entrer au séminaire[1]. Un scandale dû à son homosexualité affichée l’en fait chasser. Recueilli par Max Jacob, qui l’encourage à écrire, Sachs tente de faire fortune par diverses escroqueries et indélicatesses jusqu’à se brouiller avec tous ses proches. En septembre 1930, il s'enfuit aux États-Unis, où il signe avec NBC un contrat pour une émission de radio qui connaît un grand succès. Ambitionnant une carrière politique, il se convertit au protestantisme pour épouser Gwladys Matthews, la fille du Modérateur de l’Église presbytérienne. Trois ans plus tard, ses rêves enfuis, il rentre en France, accompagné d’un jeune Américain rencontré à Hollywood.

André Gide le recommande à Jean Paulhan qui lui confie la direction d'une collection de romans d'aventure, publiée par Gallimard. En 1935 Sachs publie son premier roman, Alias. Au théâtre, il collabore avec Pierre Fresnay. On lui doit aussi, en 1936, une plaquette à la gloire du Parti communiste, Maurice Thorez et la victoire communiste. En 1937, ruiné et épuisé, il se fait interner pour échapper à ses créanciers. En 1939, il achève un livre-confession Le Sabbat, dont la publication est empêchée par la déclaration de guerre.

Collaboration[modifier | modifier le code]

En 1940, Maurice Sachs anime sur Radio Mondial une émission de propagande, destinée à convaincre les États-Unis d'entrer en guerre contre l'Allemagne et les nazis l'inscrivent sur la liste des propagandistes antifascistes à arrêter. Lors de la débâcle, il se réfugie à Bordeaux avant de rentrer à Paris le 29 juin 1940. Là, il se livre au marché noir jusqu'en septembre 1942, où, compromis et ruiné dans divers trafics, il se cache à Anceins dans l'Orne, en compagnie de Violette Leduc, qu'il fait passer pour sa femme.

En novembre, à bout de ressources, il s'engage au STO et part pour Hambourg. Il y achève ses mémoires, qui deviendront La Chasse à courre. En avril 1943, il y offre, sous un nom d'emprunt, ses services à la Gestapo comme espion et agent provocateur. Ce « juif collabo » mène alors une vie d'aventurier, fréquentant les milieux homosexuels de Hambourg, les Français de la LVF, vivant de combines et d'escroqueries, et dénonçant les trafiquants du marché noir à ses nouveaux maîtres. Il vit avec deux jeunes collaborateurs français, Philippe Monceau et Paul Martel. Le 16 novembre 1943, après avoir refusé de dénoncer un père jésuite engagé dans la Résistance, il est arrêté par la Gestapo, fatiguée de ses vols, de ses imprudences et de ses faux rapports. Il est incarcéré avec les membres de son groupe au camp de concentration de Fuhlsbüttel.

La fin[modifier | modifier le code]

Mis au secret, dans une cellule de trois mètres sur trois, Maurice Sachs se consacre à l'écriture et rêve d'une gloire tardive. Il semble avoir eu une forte créativité pendant cette période de captivité, jetant les bases du Tableau des mœurs de ce temps et d'autres textes réunis dans le recueil Derrière cinq barreaux.

En avril 1945, devant l'avance des troupes alliées, les prisonniers du camp sont évacués vers Kiel pour y être libérés. Au matin du 14 avril, comme il est à bout de forces après trois jours de marche et incapable de se relever, un S.S. le tue d'une balle dans la nuque. Il est enterré dans le cimetière de Neumünster, sous un tertre de terre qui porte le numéro GC 54[2].

Le Sabbat est publié en 1946, Chronique joyeuse et scandaleuse en 1948, La Chasse à courre en 1949. Ces livres assurent la réputation d'écrivain de Sachs.

L’œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Aventurier amoral, archétype du demi-mondain, Maurice Sachs a été l’observateur privilégié de la vie intellectuelle des années 1920 et de celle du Paris de l’Occupation et du marché noir. Le meilleur de son œuvre est une chronique pointue du milieu qu’il fréquentait. La décade de l’illusion (1933) est déjà une description - dans un texte de circonstance, plein de clichés - du milieu parisien. Mais les textes posthumes sont plus pointus, parfois virulents (ainsi les passages sur Cocteau délibérément scandaleux dans Le Sabbat), souvent plein d'ironie sur soi-même dans leurs moments autobiographiques (par exemple la suite de mauvaises affaires ou d'amours déçues décrites par le menu dans La chasse à courre), mais sans sombrer dans l'auto-apitoiement ou l'humeur dépressive. Dans les derniers textes, écrits en prison, inachevés, Sachs se prend d'une ambition balzacienne, essayant de décrire, par des portraits acérés, toute la société contemporaine. Il meurt avec, semble-t-il, une œuvre en devenir. Cependant, la liste de ses textes (romans, chroniques, etc.) publiés à titre posthume est si conséquente qu'on peut se demander si certains ne sont pas apocryphes.

Patrick Modiano a été influencé par le personnage et l'ambiance générale entourant Maurice Sachs[3].

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

  • The Decade of Illusion, Alfred A. Knopf, New York, 1933.
  • Alias, 1935 (ISBN B0000DQN60[à vérifier : ISBN invalide]).
  • Maurice Thorez et la victoire communiste, Denoël & Steele, 1936.
  • André Gide, Denoël & Steele, 1936.
  • Honoré Daumier, Pierre Tisné, 1939.
  • Au temps du Bœuf sur le Toit, 1939 et 2005 (ISBN 2246388228).
  • Chronique joyeuse et scandaleuse, Corrêa, 1950 (ISBN B0000DS4FF[à vérifier : ISBN invalide]).
  • Correspondance, 1925-1939, Gallimard, Paris, 2003 (ISBN 2070733548).
  • Histoire de John Cooper d'Albany, Gallimard, Paris, 1955 (ISBN B0000DNJVG[à vérifier : ISBN invalide]).
  • La Décade de l'illusion, Gallimard, Paris, 1950 (ISBN B0000DL12G[à vérifier : ISBN invalide]).
  • Derrière cinq barreaux, Gallimard, Paris, 1952.
  • Abracadabra, Gallimard, Paris, 1952.
  • Le Sabbat. Souvenirs d'une jeunesse orageuse, Éditions Corrêa, Paris 1946 (ISBN 2070287246).
  • La Chasse à courre, Gallimard, paris 1997 (ISBN 2070402789).
  • Tableaux des mœurs de ce temps, Gallimard, Paris, 1954 (ISBN B0000DL12I[à vérifier : ISBN invalide]).
  • Le Voile de Véronique, roman de la tentation, Denoël, 1959.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « On estime davantage ses juges que ses avocats, car on juge ses avocats par cela même qu'ils nous défendent. » — Derrière cinq barreaux
  • « Il n'est de bons moralistes que ceux qui ne s'occupent que de la morale d'autrui. » — Derrière cinq barreaux
  • « En ce qui concerne son espèce, l'homme n'est fait que pour l'amour et la haine. L'indifférence est un acquis des sociétés. » — Derrière cinq barreaux
  • « Les tricheurs ne connaissent pas la vraie joie de gagner. » — Derrière cinq barreaux
  • « On ne trahit bien que ceux qu'on aime. » — Derrière cinq barreaux
  • « Je suis un mauvais exemple dont on peut tirer de bons conseils.»
  • Ce que les femmes font de mieux, après les blessures, c'est la charpie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Schmitt, Le Double Jeu de Maurice Sachs, Alfred Eibel Éditeur, 1978.
  • Jean-Michel Belle, Les folles années de Maurice Sachs, Grasset, Paris, 1979 (ISBN 2246007488).
  • Thomas Clerc, Maurice Sachs, le désœuvré, Allia, Paris, 2005, 152 p., 17 cm (ISBN 284485169X).
  • Jean Cocteau, Journal d'un inconnu 1952.
  • A. Du Dognon, Philippe Monceau. Le dernier sabbat de Maurice Sachs, Hambourg 1943-1945, Sagittaire, 1988 (ISBN 2727500696).
  • Henri Raczymow, Maurice Sachs, ou, Les travaux forcés de la frivolité, Gallimard, Paris, 1988 (ISBN 2070713768).
  • Jean-Laurent Glémin, Maurice Sachs mémorialiste, Mémoire de Master I, Bibliothèque de Paris-X Nanterre, 2003.
  • Emmanuel Pollaud-Dulian, Maurice Sachs, Éditions Acharnistes, Paris, 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il avait fait doubler sa soutane de : « crêpe de Chine rose pour réaliser son rêve d'enfance : être une fille gaie, légère sexy, coupant le souffle à tous les garçons. »
  2. Maurice Sachs, ou les travaux forcés de la frivolité, de Henri Raczymov, Gallimard, 1988. Maurice Sachs, d'Emmanuel Pollaud-Dulian, Éditions Acharnistes, 2007.
  3. http://reseau-modiano.pagesperso-orange.fr/sachsmaurice.htm.

Liens externes[modifier | modifier le code]