Atlantic City (New Jersey)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atlantic City.
Atlantic City
Image illustrative de l'article Atlantic City (New Jersey)
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau du New Jersey New Jersey
Comté Atlantic
Type de localité City
Maire
Mandat
Don Guardian R
2014 - 2017
Code ZIP 08401-08406
Indicatif(s) téléphonique(s) local (locaux) 609
Démographie
Population 39 558 hab. (2010)
Densité 881 hab./km2
Géographie
Coordonnées 39° 22′ 39″ N 74° 27′ 04″ O / 39.3775, -74.45111111111139° 22′ 39″ Nord 74° 27′ 04″ Ouest / 39.3775, -74.451111111111  
Altitude 2 m
Superficie 4 490 ha = 44,9 km2
Fuseau horaire EST (UTC-5)
Divers
Fondation 1854
Localisation
Carte du comté d'Atlantic
Carte du comté d'Atlantic

Géolocalisation sur la carte : New Jersey

Voir sur la carte administrative du New Jersey
City locator 14.svg
Atlantic City

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Atlantic City

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Atlantic City
Liens
Site web http://www.cityofatlanticcity.org

Atlantic City, dans l’État du New Jersey aux États-Unis, est une ville réputée pour ses 12 casinos et son port de plaisance. Elle compte 39 558 habitants (2010[1]) et se situe à 80 km environ de Philadelphie (Pennsylvanie), sur le littoral Atlantique. Elle a été construite sur un site de lagunes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Atlantic City est situé à 39° 21′ 54″ N 74° 26′ 21″ O / 39.365, -74.43917.

Selon le United States Census Bureau, la ville a une surface totale de 44,9 km2. 29,4 km2 sont des terres et 15,5 km2, soit 34,58 % sont de l'eau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Photographie de l'hôtel Marlborough-Blenheim, inauguré en 1906 et démoli en 1979.

Sa situation géographique au sud du New Jersey, entre l'Océan Atlantique, les marais et les îles, en a fait un lieu privilégié pour les vendeurs immobiliers. La ville a été fondée en 1854, l'année même où les trains ont commencé à la desservir, liant Atlantic City aux centres urbains de New York et de Philadelphie en Pennsylvanie. Atlantic City est devenu une destination populaire en raison de sa proximité avec Philadelphie.

En 1870, une première promenade en bois a été construite le long d'une partie de la plage. L'idée a plu et la promenade a été allongée et modifiée plusieurs fois. C'est maintenant la plus longue du monde. Enoch L. Johnson, chef mafieux, fera d'Atlantic City une ville d'amusement, de liberté et de tolérance vis-à-vis de l’alcool pendant la Prohibition, des années 1910 à 1940, notamment pendant les Roaring Twenties.

La ville a accueilli en 1964 la Convention nationale démocrate qui a nommé Lyndon Johnson candidat à la présidence et Hubert Humphrey à la vice-présidence des Etats-Unis. Pour revitaliser la cité, les électeurs du New Jersey ont accepté en 1976 l'ouverture de casinos : Resorts International est devenu le premier casino légal à l'est des États-Unis le 26 mai 1978. D'autres casinos ont été bâtis peu de temps après, le long de la promenade et plus tard dans la zone de la marina ; ils sont douze aujourd'hui. L'introduction du jeu comme source de revenus n'a cependant pas éliminé les problèmes urbains : les appartements pauvres où la drogue est omniprésente jouxtent les hôtels pour milliardaires le long de l'océan.

Atlantic City est aujourd'hui la seconde ville du jeu aux États-Unis derrière Las Vegas. Le 3 juillet 2003, un nouveau casino, le Borgata, s'est ouvert avec succès.

En 2014, 3 casinos sur 12 que comptent la ville ont fermé. Le Revel a fait faillite, le Showboat a fermé le 31 août, suivit du Trump Plaza en septembre[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Hôtels et casinos[modifier | modifier le code]

Trump Taj Mahal Chairman Tower

Atlantic City est une ville réputée pour ses 12 casinos souvent de grande hauteur.

Autres[modifier | modifier le code]

Le parc éolien de Jersey-Atlantique se compose de cinq hélices a turbines de 1,5 MW ; les éoliennes frôlent les 120 m de haut.

Démographie[modifier | modifier le code]

En date du recensement de 2000, il y avait 40 517 personnes, 15 848 ménages, et 8 700 familles résidant dans la ville. Les communautés de la ville sont 26,68 % de Blancs, 44,16 % d'Afro-américains, 0,48 % d'Amérindiens, 10,40 % d'Asiatiques, 0,06 % d'insulaire du Pacifique, 13,76 % d'autres communautés, et 4,47 % de deux communautés ou plus. Les Hispaniques représentent 24,95 % de la population

Sur les 15 848 ménages dont 27,7 % ont des enfants de 18 ou moins, 24,8 % sont des couples mariés, 23,2 % sont uniquement féminin, et 45,1 % n'était pas des familles. 37,2 % sont composés d'un individu dont 15,4 % de 65 ou plus.

Dans la ville la population est répartie de la façon suivante : 25,7 % de moins de 18 ans, 8,9 % de 18 à 24 ans, 31 % de 25 à 44 ans, 20,2 % de 45 à de 64 ans, et de 14,2 % de 65 ans ou plus. L'âge médian était de 35 ans. Pour 100 femmes il y a 96,1 hommes. Pour 100 femmes de 18 ans ou plus, il y a 93,2 hommes.

Le revenu moyen pour un ménage dans la ville était 26 969 dollar et le revenu médian pour une famille était 31 997 dollar. Les hommes ont eu un revenu médian de 25 471 dollar contre 23 863 dollar pour des femmes. Environ 19,1 % des familles et 23,6 % de la population étaient au-dessous du seuil de pauvreté, dont 29,1 % de ceux de 18 ans ou moins et 18,9 % de ceux de 65 ans ou plus.

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Gouvernement local[modifier | modifier le code]

Régie par le Faulkner Act, Atlantic City est dirigée par un maire élu assisté d'un conseil. Depuis le 1er janvier 2014, le républicain Don Guardian est maire de la ville.

Représentation fédérale, d’État et de comté[modifier | modifier le code]

Atlantic City est dans la deuxième zone congressionnelle et fait partie de la 22e zone législative du New Jersey.

La zone en second lieu congressionnelle du New Jersey, couvrant tout le comté atlantique, comté de Cumberland et le comté de Salem et les parties du comté de Burlington et du comté de Gloucester, est représenté par Frank LoBiondo (R, Vineland). Le New Jersey est représenté au Sénat par Frank Lautenberg (D, parc de Cliffside) et Robert Menendez (D, Hoboken).

Le 2e district électoral de la Législature de New Jersey est représentée dans le Sénat de l'État par William Gormley (R) et dans l'Assemblée par Francis J. Blee (R, Absecon) et Jim Whelan (D, Atlantic City).

Transports[modifier | modifier le code]

Atlantic City possède un aéroport international (Atlantic City International Airport, code AITA : ACY) et un terrain d'aviation (Bader Field, code AITA : AIY).

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Les rues d’Atlantic City sont utilisées dans la version originale américaine du Monopoly.
  • La ville est le cadre du film de Louis Malle Atlantic City en 1980.
  • La ville est le point de départ de l'oeuvre The Walking Dead
  • Le film de Brian De Palma Snakes Eyes, sorti en 1998 se déroule à Atlantic City (même si les intérieurs ont été filmés en studio à Montréal)[3]. Le réalisateur a choisi cette ville car il l'a bien connue dans sa jeunesse et y a vu l'arrivée des casinos[3]. Il estime qu'elle a perdu son authenticité avec cette arrivée qui l'a « défigurée », la faisant passer du « paradis sur terre » à « l'enfer » : « tout ce qu'il y avait de beau a disparu[3]. » Il a ainsi souhaité faire un film qui témoigne de cette violente dégradation[3].
  • L'époque de la prohibition à Atlantic City est au cœur de la série Boardwalk Empire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) New Jersey Department of State, « 2011 Apportionment Redistricting: Municipalities sorted alphabetically » [PDF] (consulté le 2 juin 2011).
  2. Atlantic City perd ses casinos et ses emplois, Géraldine Russell, Le Figaro, 3 août 2014
  3. a, b, c et d Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Brian de Palma : Entretiens avec Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, Calmann-Lévy,‎ 2001, 214 p. (ISBN 2-7021-3061-5), p. 180.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]