Coni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec le CONI ou Comité national olympique italien
Coni
Palais de Justice
Palais de Justice
Noms
Nom italien Cuneo
Nom piémontais Coni
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Piedmont.svg Piémont 
Province Coni 
Maire Federico Borgna
Depuis 2012
Code postal 12100
Code ISTAT 004078
Code cadastral D205
Préfixe tel. 0171
Démographie
Gentilé cuneesi
Population 55 714 hab. (31-12-2010[1])
Densité 468 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 23′ 00″ N 7° 33′ 00″ E / 44.38333, 7.5544° 23′ 00″ Nord 7° 33′ 00″ Est / 44.38333, 7.55  
Altitude Min. 534 m – Max. 534 m
Superficie 11 900 ha = 119 km2
Divers
Saint patron San Michele
Fête patronale 29 septembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Piémont

Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Coni

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Coni

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Coni
Liens
Site web http://www.comune.cuneo.it

Cuneo (Coni en français, piémontais et en occitan) est une ville de 55 714 habitants, chef-lieu de la province de même nom dans la région italienne du Piémont.

Fondée en 1198 sur un haut plateau au pied des Alpes maritimes, elle présente une forme de triangle au confluent du fleuve Stura di Demonte et du torrent Gesso. La vieille ville est bâtie selon un plan en damier à la pointe de ce triangle, de part et d'autre d'une rue médiane qui remonte au Moyen Âge (via Roma).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Coni est appelée Cuneo en italien, mais Coni (prononcé « kouni ») en piémontais.

À l’époque où cette ville était la préfecture du département français de la Stura, elle était connue en français sous le nom de Coni. Aujourd'hui encore, les panneaux routiers en territoire français orthographient cette ville Coni et non Cuneo. En revanche, les indicateurs de la SNCF donnent à cette ville le nom de Cunéo avec un accent aigu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Coni est située au nord du massif du Mercantour-Argentera, dans la vallée de la Stura di Demonte, à environ 38 kilomètres au nord du col de Tende. L'altitude moyenne de la ville est de 534 m au-dessus du niveau de la mer. La surface communale est d'environ 119 km². La ville de Coni est un important centre agricole et commercial.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville fut fondée au XIIe siècle. La période communale fut caractérisée par une série de luttes pour l'indépendance qui se prolongèrent jusqu'en 1259, quand la ville se soumit volontairement à la domination des Anjou. Cette dernière période fut interrompue par la domination des Savoie en 1382. La ville était considérée militairement stratégique, et elle s’est transformée en forteresse pour faire face aux ennemis. Du XVIe siècle au XIXe siècle, plusieurs sièges anéantissent les vestiges anciens de la ville.

Coni indépendante[modifier | modifier le code]

La ville de Coni fut fondée en 1198 au confluent de la rivière Stura et du torrent Gesso. Les habitants de la région la déclarèrent commune autonome, se libérant de l'autorité des évêques d'Asti et des marquis de Montferrat et de Saluces. En 1210, les évêques reprirent le pouvoir avant que les habitants ne se rebellent en 1231. En 1238, la commune fut déclarée libre par l'empereur Frédéric II du Saint-Empire.

Coni angevine[modifier | modifier le code]

L'indépendance de Coni cessa en 1259 lorsque les habitants demandèrent la protection du puissant voisin Charles Ier d'Anjou, roi de Naples et comte de Provence. Alba et Coni étaient les deux principales possessions angevines du nord de l'Italie. Le pouvoir (interrompu par périodes de domination de Saluces de la Savoie et des Visconti de Milan) se termina en 1382 lorsque Coni fut achetée par le duché de Savoie.

Revendication par les Français[modifier | modifier le code]

Coni devint un point important dans l'expansion de l'État de Savoie. La ville fut assiégée par la France à plusieurs reprises : tout d'abord en 1515 par les troupes suisses de François Ier, et de nouveau en 1542, 1557, 1639, 1641, 1691 et durant la guerre de Succession d'Autriche, en 1741. Durant tous ces sièges, Coni résista victorieusement.

Chef-lieu du département de Stura[modifier | modifier le code]

Coni fut conquise par la France lors des guerres napoléoniennes. Elle devint le chef-lieu d'un des quatorze nouveaux départements français créés par l'empereur, celui de la Stura, lors de l'annexion du Piémont en 1802, aux côtés des départements de la Doire, de Marengo, du , de la Sésia et du Tanaro. Après la restauration du royaume de Sardaigne et lors de l'unification de l'Italie, Coni devint la capitale de la province du même nom. La commune fut aussi le chef-lieu de l'arrondissement de Coni.

L'occupation allemande[modifier | modifier le code]

La ville de Coni fut le lieu de déportation et de détention de la totalité de la population du village de Moulinet (Alpes-Maritimes) par les troupes d'occupation allemandes durant la Seconde Guerre mondiale entre le mois de septembre 1944 et celui d'avril 1945[2].

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les troupes françaises pénètrent à Coni le 2 mai 1945[3].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
12 juin 2002 21 mai 2012 Alberto Valmaggia Centre-gauche  
21 mai 2012 en cours Federico Borgna Centre-gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hameau italien.

San Rocco Castagnaretta, Madonna dell'Olmo, Madonna delle Grazie, Passatore, San Benigno, San Pietro del Gallo, Cerialdo, Borgo San Giuseppe, Spinetta di Cuneo

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Beinette, Bernezzo, Boves, Borgo San Dalmazzo, Busca, Caraglio, Castelletto Stura, Centallo, Cervasca, Morozzo, Peveragno, Tarantasca, Vignolo

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Économie[modifier | modifier le code]

La ville abrite une usine de fabrication de pneumatiques du groupe français Michelin. Sont aussi présents Ferrero (Nutella), Mondo (sports), Balocco, Maina, Alstom et beaucoup d'autres grandes industries. La province est l'une des plus productives et des plus riches d'Italie.

Transports[modifier | modifier le code]

Coni possède un aéroport (Aéroport Cuneo Levaldigi, code AITA : CUF) avec des vols quotidiens vers Londres, Rome, Cagliari, Tirana, Romania et saisonnier à destination d'Ibiza et Alghero.

Sports[modifier | modifier le code]

À Coni se trouve une grande équipe de volley-ball, (Bre Banca Lannutti Cuneo), vainqueur du championnat italien et une équipe de football (Cuneo Calcio) qui évolue en championnat d'Italie de football D4 (la 2e division de Lega Pro).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Popolazione residente e bilancio demografico », sur ISTAT
  2. Goulven Godon, La déportation des populations civiles des vallées de la Bévéra et de la Roya en Italie du Nord (1944-1945), Université de Nice Sophia-Antipolis,‎ juin 2004 — Mémoire de Maîtrise d'Histoire contemporaine, préparé sous la direction de Jean-Louis Panicacci
  3. Stéphane Simonnet, Atlas de la Libération de la France, éd. Autrement, Paris, 1994, réimp. 2004 (ISBN 2-7467-0495-1) , p. 59

Sur les autres projets Wikimedia :