Tarzan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarzan (homonymie).
Tarzan
Personnage de fiction apparaissant dans
Tarzan

Tarzan of the Apes
Tarzan of the Apes

Alias John Clayton III, Lord Greystoke
Origine Angleterre
Sexe Masculin
Caractéristique(s) Élevé par une tribu de grands singes
Dessinateur Harold Foster
Burne Hogarth

Créé par Edgar Rice Burroughs
Interprété par Johnny Weissmuller
Lex Barker
Christophe Lambert
(entre autres)
Film(s) Tarzan l'homme singe
Greystoke, la légende de Tarzan
Tarzan (film d'animation)
Roman(s) Tarzan chez les singes

Tarzan est un personnage de fiction créé par Edgar Rice Burroughs en 1912 dans le roman Tarzan of the Apes, publié pour la première fois en France chez Fayard en 1926 sous le titre Tarzan chez les singes (puis chez les éditions Néo). Le premier volume est suivi de 25 autres ouvrages.

La bande dessinée et le cinéma consacreront le mythe, bien qu'en particulier pour le cinéma ce soit au prix d'une trahison colonialiste du personnage et des histoires d'origine. Cette trahison fut la source d'un lancinant conflit entre Burroughs, désireux d'adapter fidèlement ses œuvres, et les réalisateurs obligés pour éviter les poursuites judiciaires, d'insérer au générique de chacun de leurs films "très librement adapté des personnages créés par Edgar Rice Burroughs".

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Tarzan est le fils d'aristocrates anglais qui ont été débarqués dans la jungle africaine à la suite d'une mutinerie. À la mort de ses parents, Tarzan est recueilli par une tribu de grand singes, les orangs, une espèce inconnue de la science mais qui partage des caractéristiques communes avec les gorilles, les chimpanzés et les premiers hominidés, en particulier une forme primitive de langage. En orang, Tarzan signifie « peau blanche », mais son véritable nom est John Clayton III, Lord Greystoke.

Ayant dû survivre dans la jungle depuis sa plus tendre enfance, Tarzan montre des capacités physiques supérieures à celles des athlètes du monde civilisé. Il est aussi doté d'un intellect supérieur et il apprend l'anglais seul en utilisant les livres d'images qu'avaient emportés ses parents. Contrairement à la plupart de ses incarnations cinématographiques, le Tarzan des romans parle un anglais parfait.

Tarzan rencontre des humains pour la première fois alors qu'il est adulte. Ce sont des Noirs autochtones, grâce auxquels il s'humanise en découvrant la viande cuite. Après sa rencontre avec Jane Porter, qui devient sa compagne, il se rend un temps en Amérique (Baltimore), puis s'installe en Angleterre. Tarzan lord Greystoke et Jane devenus époux, ont un fils nommé Jack, qui fasciné par le passé de son père, fugue et parvient à gagner la jungle africaine. Pour le retrouver, Tarzan rejettera le monde dit « civilisé » et, accompagné de Jane, retourne à la vie "sauvage". Il retrouve son fils bien des années plus tard, ce dernier désormais adulte a, comme lui jadis, grandi dans la jungle, où il est devenu Korak-le-Tueur[N 1]. Père, fils et mère, voient se croiser souvent leurs chemins au gré des aventures.

Au fil de celles-ci, Tarzan découvre des cités oubliées comme celle d'Opar ou des mondes perdus comme celui de Pal-ul-don.

Jane, compagne de Tarzan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jane Porter.

Korak, fils de Tarzan[modifier | modifier le code]

Korak vit, (également), ses propres aventures en héros de bande dessinée. La série portant son nom sera, un temps, publié en seconde histoire des mensuels Tarzan.

Les sources d'inspiration[modifier | modifier le code]

Les enfants sauvages[modifier | modifier le code]

Tarzan est à la fois une variation du mythe du « bon sauvage » (Vendredi dans Robinson Crusoé, les premiers écrits de Jean-Jacques Rousseau...) et de la légende de l'enfant sauvage (au même titre que Mowgli du Livre de la jungle de Rudyard Kipling, Romulus et Rémus, les mythiques fondateurs de Rome, ou Atalante, la chasseresse de la mythologie grecque). Son histoire s'appuie sur les théories du darwinisme social, science qui eut son heure de gloire au début du XXe siècle et inspira aussi Jack London et Robert E. Howard.

Dans le cadre de la psychologie analytique, cet Homme primitif est un archétype, parmi des figures masculines multiples de la psyché de la femme. Cette part masculine de la femme se nomme l'animus. À ce titre, on peut dire que Tarzan est un personnage « jungien » (de Carl-Gustav Jung, inventeur du concept, avec celui, complémentaire, de l'inconscient collectif). Posant par ailleurs d'autres problématiques philosophiques telles que la sauvegarde de l'environnement, le respect de la vie animale, les rapports nature/culture, l'animalité de l'homme, il n'est pas exagéré de dire que Tarzan est devenu un « mythe » au sens premier du terme, au même titre que d'autres mythes modernes déjà fameux : Faust, dom Juan, le Dr Jekyll, Dracula ou Frankenstein (rejoignant ainsi les grands mythes fondateurs de l'antiquité gréco-romaine : Sisyphe (revisité par Camus), le mythe de la caverne (Platon), Antigone, Œdipe, etc). Notons aussi une thématique psychosexuelle résidant en l'attirance trouble, érotique et sensuelle de Jane pour une forme de force primitive et « bestiale », d'où d'autres questionnements culturels et philosophiques : Tarzan est-il l'archétype machiste de l'homme dominateur ? Même politiquement, n'est-il pas le sujet d'une admiration inconsciente et collective d'un phénomène « fascisant » (le surhomme, la force brute...) ? Pourtant, Tarzan est souvent l'ami des Noirs, et eux-mêmes sont toujours victimes du colonialisme blanc.

Un « mythe » étant une légende posant, symbolisant, cristallisant des thèmes et des questions philosophiques, Tarzan est devenu un mythe. Les aspects « nature-culture », « animalité de l'homme », « science sans conscience », « écologie profonde », « critique de l'européocentrisme » de cette légende sont particulièrement traités dans la seule adaptation « réaliste » et culturellement solide du mythe : Greystoke, la légende de Tarzan de Hugh Hudson[1].

Le prédécesseur oublié : Saturnin Farandoul[modifier | modifier le code]

Tarzan n'est pas le premier personnage imaginaire à avoir été élevé dans la jungle. En 1879, le dessinateur Albert Robida (1848-1926) signe un roman de 800 pages intitulé les Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul. L'aventure démarre avec un naufrage au cours duquel Saturnin, âgé de 4 mois et 7 jours, échoue avec son berceau sur une île peuplée de singes. Adopté, il deviendra aussi agile qu'eux. À 11 ans, conscient de sa différence, il quitte sa tribu, prend la mer sur un tronc de palmier, puis est recueilli par un navire. Il apprend vite, et devient rapidement un leader parmi les hommes, mais aussi parmi les animaux. Une bataille avec des pirates lui fera retrouver sa tribu de singes dont il fera un régiment armé, instruit et civilisé, et toujours victorieux. Les aventures suivantes sont aussi invraisemblables qu'indescriptibles (Saturnin ira même sur Saturne...)

Saturnin Farandoul est donc, 33 ans avant Tarzan, le premier personnage de roman à être élevé dans la jungle et à régner sur des animaux.[réf. nécessaire] Sa faible notoriété tient peut être à la rareté de ce roman, dont seuls 100 exemplaires existeraient encore en France.

Marcel Fabre a porté ces aventures à l'écran en 1913.

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Romans d'Edgar Rice Burroughs[modifier | modifier le code]

  1. Tarzan's First Love, 1916
  2. The Capture of Tarzan, 1916
  3. The Fight for the Balu, 1916
  4. The God of Tarzan, 1916
  5. Tarzan and the Black Boy, 1917
  6. The Witch-Doctor Seeks Vengeance, 1917
  7. The End of Bukawai, 1917
  8. The Lion, 1917
  9. The Nightmare, 1917
  10. The Battle for Teeka, 1917
  11. A Jungle Joke, 1917
  12. Tarzan Rescues the Moon, 1917
  1. Tarzan et les Naufragés (Tarzan and the Castaways), 1941
  2. Tarzan et le Champion (Tarzan and the Champion), 1940
  3. Tarzan et les Assassins (Tarzan and the Jungle Murders), 1940
  • Tarzan et les Jumeaux (Tarzan and the Tarzan Twins), 1927-1936
    Composé de deux courts romans écrits spécifiquement à destination d'un public adolescent (ce qui explique son exclusion du Canon), il se place chronologiquement entre les tomes 11 (Tarzan et les Croisés) et 12 (Tarzan et l'Empire oublié).
  • Tarzan, l'aventure perdue (Tarzan: the Lost Adventure), 1995
    Joe R. Lansdale fut officiellement chargé de terminer un tapuscrit de 80 pages trouvés dans les affaires de Burroughs après son décès. Le roman fut publié en 1995 sous les deux noms.

Romans de Philip José Farmer[modifier | modifier le code]

  • Mémoires de Lord Grandrith
    1. La Jungle nue (A Feast Unknown), 1969
    2. Le Seigneur des arbres (Lord of the Trees), 1970
Ces deux romans sont présentés par Farmer comme les tomes IX et X des mémoires de Lord Grandrith (« véritable » nom de Tarzan), aventures fantastiques décrivant la lutte de Tarzan contre les visées d'un groupe obscur d'immortels aux côtés de son demi-frère Doc Caliban (« véritable » nom de Doc Savage). Le cycle comprend un troisième volume, centré sur Doc Caliban, The Mad Goblin (a priori non traduit en français). À noter qu'un certain nombre de polémiques ont vu le jour pour savoir si et comment Lord Grandrith et Doc Caliban s'insèrent dans la famille Wold Newton.
  • Tarzan vous salue bien (Tarzan Alive), 1972
    La véritable biographie de Lord Greystoke. Étude extrêmement fouillée de la vie de Tarzan, un des livres fondateurs de la famille Wold Newton.
  • Le Seigneur de la jungle (The Adventure of the Peerless Peer), 1974
    Un récit du docteur Watson dans lequel Sherlock Holmes rencontre Tarzan.
  • Le Dernier Cadeau du temps (Time's Last Gift), 1972
    Ce roman ne nomme pas explicitement le héros Tarzan mais sa description laisse comprendre que nous avons affaire à lui.
  • The Dark Heart of Time: a Tarzan Novel, 1999
    Une vraie aventure de Tarzan, autorisé par la Edgard Rice Burroughs, inc, se situant chronologiquement entre Tarzan l'indomptable (Tarzan the untamed) et Tarzan dans la préhistoire (Tarzan the Terrible).
  • Cycle d'Hadon d'Opar (ou de Khokarsa)
    1. Hadon of Ancient Opar, 1974
    2. Flight to Opar, 1976
Ce cycle incomplet se déroule en grande partie à Opar, ville extrêmement importante dans le cycle de Tarzan. On y mentionne un mystérieux voyageur aux yeux verts, clairement Sahhindar/Tarzan. A relier au livre Le Dernier Cadeau du temps.

Novélisations[modifier | modifier le code]

  • Tarzan and the Valley of Gold de Fritz Leiber, 1966
    Novélisation du film du même nom.
  • Tarzan: the Epic Adventures de R. A. Salvatore, 1996
    Novélisation de l'épisode pilote de la série télévisée Tarzan: The Epic Adventures. Le roman se déroule au milieu du Retour de Tarzan puisqu'il décrit des événements prenant place après le retour de Paris en Afrique de Tarzan mais avant son mariage avec Jane.

Éditions pirates[modifier | modifier le code]

Romans de Barton Werper[modifier | modifier le code]
  • Tarzan and the Silver Globe, 1964
  • Tarzan and the Cave City, 1964
  • Tarzan and the Snake People, 1964
  • Tarzan and the Abominable Snowmen, 1965
  • Tarzan and the Winged Invaders, 1965
Romans de John Bloodstone[modifier | modifier le code]
  • Tarzan on Mars

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Ses adaptations en bande dessinée sont célèbres. Dès 1929, Harold Foster publie les premières histoires en comic strips, c'est-à-dire en bandes qui paraissent dans les journaux quotidiens et hebdomadaires. Burne Hogarth est réputé pour avoir livré les meilleurs épisodes de 1937 à 1950. Les dessinateurs sont nombreux à reprendre les aventures du héros de la jungle. Parmi eux, Russ Manning est le seul dessinateur à avoir travaillé sur les récits en comic strips quotidiens, en comic strips hebdomadaires et en comic books mensuels.

Strips

Dessinateurs du comic strip quotidien (jusqu'en 1939, les strips étaient représentés par des lettres) :

  • Harold Foster (07/01/1929-16/03/1929) strips non numérotés
  • Rex Maxon (10/06/1929-20/06/1936, 17/01/1938-30/08/1947) A1 à R150, W1 à Z162 puis 1 à 2508
  • William Juhré (22/06/1936-15/01/1938) S1 à V84
  • Burne Hogarth (01/09/1947-03/01/1948) 2509 à 2616
  • Dan Barry (05/01/1948-20/11/1948) 2617 à 2892
  • John Lehti (22/11/1948-05/02/1949) 2893 à 2958
  • Paul Reinman (07/02/1949-11/02/1950) 2959 à 3276
  • Nick Cardy (13/02/1950-22/07/1950) 3277 à 3414
  • Bob Lubbers (24/071950-09/01/1954) 3415 à 4500
  • John Celardo (11/01/1954-09/12/1967) 4501 à 8856
  • Russ Manning (11/12/1967-29/07/1972) 8857 à 10308 (le chiffre 10000 est représenté par la lettre M)

Dessinateurs du comic strip hebdomadaire (planche du dimanche, qui est tout de suite numérotée) :

Le strip numéro 2604 est une réédition de Hogarth, modifiée, des numéros 897 à 947, publiée entre le 8 février et le 12 juillet 1981.

  • Mike Grell (19/07/1981-27/02/1983) 2605 à 2686, 2688 et 2689
  • Thomas Yeates une seule planche, la numéro 2687 du 13/02/1983
  • Gray Morrow (06/03/1983- 19/08/2001) 2690 à 3653, ce qui fait de lui le dessinateur ayant œuvré le plus longtemps sur Tarzan.
  • Eric Battle (26/08/2001-19/05/2002) 3654 à 3692

Depuis lors, la page du dimanche, qui a dépassé le numéro 4000, n'est constituée que de rééditions.

Comic books

Tarzan fut publié chez plusieurs éditeurs : Dell Comics (1947 à 1962), Gold Key Comics (1962 à 1972), DC Comics (1972 à 1977). Ces trois éditeurs gardant la numérotation du précédent. Marvel Comics (1977 à 1979) rompit la tradition en faisant repartir le titre au numéro 1. Au début des années 1990, Malibu Comics fit l'adaptation d'une quinzaine de numéros. Dark Horse Comics a les droits depuis 1995, a publié du nouveau matériel jusqu'en 2001, n'a offert que des rééditions pendant quelques années avant de publier en 2012 une nouvelle série dans le comic book Dark Horse Presents dessinée par Thomas Yeates[2].

  • Jesse Marsh : Four Color 134 et 161, puis Tarzan 1 à 132 (Dell Comics), 133 à 153 (Gold Key Comics)
  • Russ Manning chez Gold Key Comics : Tarzan 154 à 161, 163, 164, 166, 167, 172 à 177, 178 (réédition), 202 (réédition)
  • Mike Royer chez Gold Key Comics : Tarzan 163, 175 à 177, 188 à 203, 205
  • Russ Heath chez Gold Key
  • Doug Wildey chez Gold Key Comics : Tarzan 179 à 187
  • Joe Kubert chez DC Comics : Tarzan 207 à 225, 227 à 235, puis superviseur du 236 à 249
  • John Buscema chez Marvel Comics : Tarzan 1 à 18 et Annual 1
  • Christopher Schenk chez Dark Horse : Tarzan 1 à 10, Tarzan the Savage Heart 3 et 4
  • Thomas Yeates chez Dark Horse : Tarzan 1 à 6, 17 à 20
  • Stan Manoukian chez Dark Horse : Tarzan 11 à 16
  • Igor Kordey chez Dark Horse : 13 épisodes dans des mini-séries
  • Mike Grell chez Dark Horse : Tarzan the Savage Heart 1 à 4
  • Thomas Yeates chez Dark Horse : Dark Horse Presents 8 à 10

Les « tarzanides »[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les personnages de BD qui correspondent à la catégorie des « tarzanides » (d'après la terminologie de Francis Lacassin, reprise par Harry Morgan). Les plus connus sont :

À noter que le dessinateur Gotlib fait de nombreux clins d'œil à l'œuvre de Burne Hogarth, dans sa célèbre Rubrique-à-brac.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]
Films d'animation[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]
Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Pastiches[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Francis Lacassin, Tarzan ou le Chevalier crispé, coll. « 10/18 », Union générale d'éditions, Paris, 1971
  • Francis Lacassin, La Légende de Tarzan, Dreamland, 2000
  • Roger Boulay, Le Vaste Monde de Tarzan, Éditions de L'Étrave, 2009 (abécédaire illustré)
  • Tarzan !, catalogue de l'exposition du Musée du quai Branly, Somogy, 2009

Documentaires[modifier | modifier le code]

Récits de voyage inspirés de Tarzan[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir Le Fils de Tarzan, 4e volume des aventures du personnage d'Edgar Rice Burroughs.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le dictionnaire des films de Jean Tulard (collection Bouquins, Robert Laffont), ce film est noté trois étoiles sur quatre.
  2. « Preview: Dark Horse Presents #8 » (consulté le 20 mai 2012)
  3. Il existe aussi une version en 9 épisodes. [1].
  4. [2]
  5. Nouvelle version du serial Les Nouvelles Aventures de Tarzan (1935). Cf. IMDb.
  6. Également connu sous le titre Tarzan à New York (voir affiches d'origines).
  7. allocine.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]