Irving Thalberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Irving Thalberg

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Irving Thalberg en compagnie de sa femme, l'actrice Norma Shearer en 1929

Nom de naissance Irving Grant Thalberg
Naissance 30 mai 1899
Drapeau des États-Unis Brooklyn, New York
Nationalité Américaine
Décès 14 septembre 1936 (à 37 ans)
Drapeau des États-Unis Santa Monica, Californie, États-Unis
Profession Producteur de cinéma
Films notables Folies de femmes
Les Rapaces
La Foule
Hallelujah
Freaks
Grand Hotel
Les Révoltés du Bounty
Une nuit à l'opéra

Irving Thalberg (30 mai 1899 - 14 septembre 1936) est un producteur de cinéma américain des débuts du cinéma. Il était surnommé The Wonder Boy pour sa jeunesse et son habileté inégalée pour choisir les bons scripts et en tirer des films rentables.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’immigrés juifs allemands, Irving Grant Thalberg voit le jour au domicile de ses parents à Brooklyn. Né avec une malformation cardiaque, son enfance est marquée par les maladies. Souvent contraint au repos forcé, il montre cependant un goût certain pour les études et la lecture, et les ambitions que sa mère nourrit pour lui le poussent à l'excellence[1]. À l’issue de ses études, il se forme seul au secrétariat et est engagé au siège new-yorkais de la prestigieuse Universal Pictures. Il y travaille d'abord comme secrétaire de D.B. Lederman, l'assistant de Carl Laemmle, légendaire fondateur des studios Universal, avant que celui-ci ne le remarque et en fasse son secrétaire personnel. Brillant, opiniâtre, consacrant toute son énergie à son travail (plus tard, il sera connu pour travailler de longues heures la nuit), il est nommé cadre chargé des productions sur le site californien des studios, Universal City, à seulement 21 ans.

Rapidement, Thalberg apprend à compenser son apparence très jeune par une autorité certaine. Ainsi en 1922, il s’oppose à Erich von Stroheim concernant la longueur de Folies de femmes et contrôle tous les aspects de production de Notre-Dame de Paris (1923). Toutefois, en 1924, sa carrière prend un nouveau tournant quand il quitte Universal pour les productions Louis B. Mayer qui, peu après, s’uniront à Metro Pictures Corporation pour fonder la bien connue Metro-Goldwyn-Mayer. Thalberg est également célèbre pour avoir créé la « unit production management scheme », les productions hollywoodiennes se sont finalement divisées en « units », divisant par là le contrôle créatif d’un film entre producteur, directeur, …

Il connaît son premier succès pour la MGM dès 1925 avec La Grande Parade dirigé par King Vidor. Par la suite, jusqu’en 1932, il supervise toutes les productions importantes et combine soigneusement la préparation des pré-productions avec des Sneak previews qui mesurent la réponse du public.

Mais, alors que son ardeur dans le travail lui permet de toujours obtenir les meilleurs résultats, Thalberg est rattrapé par la réalité d’une santé fragile. Atteint, depuis la naissance, de problèmes cardiaques, il est victime en 1932 d’un infarctus. Profitant de ce moment d’invalidité, Louis B. Mayer, qui jalouse depuis quelque temps le pouvoir et le succès de Thalberg, décide de le remplacer par David O. Selznick et Walter Wanger. Lorsque Thalberg reprend le travail, en 1933, il n’est plus qu’un des producteurs du studio. Néanmoins, il participe au développement de quelques-unes des plus prestigieuses entreprises de la MGM comme Grand Hotel (1932), Les Révoltés du Bounty (1935), China Seas (1935), Une nuit à l'opéra (1935) avec les Marx Brothers, San Francisco (1936), et Roméo et Juliette (1936).

Sur le plan sentimental, à son arrivée chez MGM, Thalberg fréquentait l’actrice Norma Shearer. Il l’épouse en 1927 et souhaite faire d’elle une femme au foyer. Mais Norma refuse d’abandonner sa carrière d’actrice. Dès lors, son époux lui confiant de meilleurs rôles, elle deviendra la plus grande star de la MGM au cours des années trente. Ensemble, ils eurent deux enfants, Irving Jr. (1930–1987) et Katherine (1935-2006).

Thalberg n’est âgé que de 37 ans lorsqu’il meurt d’une pneumonie, à Santa Monica, en Californie pendant la pré-production de Un jour aux courses (1937), et Marie-Antoinette (1938).

Thalberg repose dans le grand mausolée du Forest Lawn Memorial Park de Glendale, en Californie. Norma Shearer l’y a rejoint en 1983, elle qui avait fait graver sur la tombe de son défunt mari : « My Sweetheart Forever ».

Hommages[modifier | modifier le code]

De son vivant, Thalberg refusait que son nom apparaisse à l’écran et on lui prêtait l’expression suivante : Credit you give yourself is not worth having. C’est pourquoi vous ne le trouverez qu’au générique de deux films seulement. Ainsi, à la fin de sa dernière œuvre, Visages d'Orient (1937), on peut lire : To the Memory of Irving Grant Thalberg his last greatest achievement we dedicate this picture. L’autre dédicace date de 1939 pour Au revoir Mr. Chips, un film qu’il avait mis en route peu de temps avant sa mort.

Un prix décerné par l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences porte son nom.

  • Francis Scott Fitzgerald, dans son dernier et inachevé roman, The Last Tycoon (Le Dernier Nabab), s’est largement inspiré de Thalberg pour créer son personnage principal : le fascinant Monroe Stahr. "Milton Stahr (qui est Irving Thalberg - et ceci est mon grand secret) [..] Thalberg m'a toujours fasciné. Son charme étrange, sa beauté extraordinaire, son succès et sa générosité, la fin tragique de sa grande aventure" (Fitzgerald a remplacé ensuite Milton par Monroe)[2]. Tout comme Thalberg, Stahr est brillant, autoritaire, populaire, marié à la star du studio et fragile physiologiquement. Le livre a été adapté au cinéma en 1976 par Elia Kazan avec Robert De Niro dans le rôle principal mais aussi Robert Mitchum, Jeanne Moreau,Tony Curtis, Theresa Russell et Jack Nicholson. D’autre part, Robert Evans a également proposé sa vision de Thalberg en l'incarnant dans le film Man of a Thousand Faces de Joseph Pevney.

« Irving Thalberg a été le seul qui, chaque jour, pensait 52 films. »

— Jean-Luc Godard in Toutes les histoires, premier des huit épisodes d'Histoire(s) du cinéma.

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vieira, Mark A. Irving Thalberg: Boy Wonder to Producer Prince, Univ. of California Press (2010)
  2. Francis Scott Fitgerald, Lettres à Zelda et autres correspondances, Paris, Gallimard,‎ 1985, 393 p. (ISBN 9782070235384), p. 348

Liens externes[modifier | modifier le code]