Grand Hotel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grand Hôtel.

Grand Hotel

Description de cette image, également commentée ci-après

John Barrymore et Greta Garbo

Réalisation Edmund Goulding
Scénario William A. Drake d'après le roman de Vicki Baum
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine États-Unis
Genre Mélodrame
Sortie 1932
Durée 112 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Grand Hotel est un film américain d'Edmund Goulding sorti en 1932.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnages plus ou moins en rupture avec leur monde se croisent et se rencontrent au Grand Hotel de Berlin. On y rencontre l'industriel Preysing qui doit impérativement signer la fusion de son entreprise pour en assurer la survie ; un de ses anciens employés, Otto Kringelein, qui souhaite profiter des quelques semaines qui lui restent à vivre ; Flaemm, une sténographe requise pour la signature de la fusion ; la ballerine russe Grusinskaya qui soupire après ses succès passés et le baron Felix von Gaigern que l'adversité a transformé en voleur d'hôtel pour rembourser ses dettes. La ballerine s'éprend du voleur.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non-crédités :

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du film[modifier | modifier le code]

En 1929, Vicki Baum publie en Allemagne le roman Menschen im Hotel qui s'avère rapidement un succès. La structure de celui-ci aidant, elle le porte sur scène dans la foulée : la pièce ouvre le 26 janvier 1930 à Berlin[1]. Devant le nouveau succès rencontré, la MGM acquiert les droits pour 13 000 dollars[2] et demande au dramaturge et scénariste américain William A. Drake de l'adapter. La pièce est montée à Broadway le 13 novembre de la même année[2] sous le titre Grand Hotel. Devant la confirmation du succès, Irving Thalberg décide d'une adaptation sur grand écran, et demande à Drake et Béla Balázs d'en écrire le scénario. Il innove également en cherchant à associer sur la même affiche les grands noms de la MGM. Greta Garbo est pressentie dès le début du projet, même si son accent suédois pose question pour interpréter une ballerine russe. En revanche, l'attribution des autres rôles va fluctuer : le baron von Gaigern est successivement attribué à John Gilbert puis à Clark Gable, Buster Keaton est envisagé pour le rôle de Kringelein, alors que dans un premier temps Joan Crawford refuse de partager l'affiche avec Garbo[3]. Elle finira par accepter, sans partager aucune scène avec Garbo et donnera une des interprétations majeures de sa carrière. Finalement, au côté des deux stars féminines sont rassemblés d'autres grandes vedettes masculines de l'époque : Wallace Beery et les deux frères John et Lionel Barrymore.

Réalisation[modifier | modifier le code]

Entièrement tourné en studio, le film est l'objet d'une grande préparation et d'innovations de réalisation, notamment dans les séquences du début. L'image mêle de grands mouvements fluides de caméra, et des plans séquences cadrant des déplacements de personnages et figurants soigneusement cadencés. Placée au-dessus de la réception circulaire de l'hôtel, la caméra offre également un panoramique à 360° de la vie de l'hôtel.

Le film s'ouvre sur le standard téléphonique de l'hôtel (sur lequel il reviendra à plusieurs reprises ultérieurement), ce qui permet une transition vers la scène d'exposition : les protagonistes masculins se succèdent dans la cabine téléphonique, et leur monologue permet de placer très rapidement les intrigues propres à chacun et leur psychologie. En contrepoint, les deux héroïnes interviennent beaucoup plus tard : après que le projet de réunion consacrée à la fusion de Preysing a mentionné qu'une secrétaire est attendue, la caméra extrait Joan Crawford de la foule du hall d'entrée et l'accompagne vers les protagonistes masculins. Encore plus tard, la caméra pénétrera dans la chambre de Garbo qui émergera de ses édredons.

Si son origine théâtrale se ressent ponctuellement, le film bénéficie d'un scénario teinté de mélodrame mais caractérisé par le contraste de plusieurs rôles principaux, opposant avec acuité la personnalité de Greta Garbo, à nouveau habillée par Adrian, à la jeune impétuosité de Joan Crawford, la tendresse amère de Lionel Barrymore à l'égoïsme de Wallace Beery. Tous ces personnages sont plus ou moins concernés par des questions d'argent, allant jusqu'à amener le personnage de Crawford à une forme de prostitution. Goulding obtient surtout de ses acteurs des interprétations auxquelles tous les publics ont adhéré depuis la sortie du film, ce qui lui permet d'être considéré comme un des tout premiers grands classiques du cinéma parlant et fait l'objet de diffusions régulières.

Influences[modifier | modifier le code]

Grand Hotel est un lieu clos où se mêlent la séduction, la négociation, l'amour, l'ambition, la recherche des plaisirs, la fugacité, la rivalité, l'amitié et la mort. Il est en cela le grand précurseur des films choral, et d'une des caractéristiques du cinéma américain à rassembler en un lieu une micro-société (de la caravane de La Chevauchée fantastique au boeing d'Airport...)

En cette époque du début du parlant, le central téléphonique fait office de catalyseur et se retrouvera souvent comme élément intégré au cadre des histoires, à commencer quelques mois plus tard dans le film franco-allemand Allô Berlin ? Ici Paris ! de Julien Duvivier.

L'œuvre initiale de Vicki Baum a été adapté deux autres fois au cinéma :

Enfin, c'est dans ce film que Garbo prononce sa célèbre réplique : « I want to be alone » (Je veux être seule), nommée la trentième plus célèbre citation du cinéma américain- cependant que le Dr. Otternschlag (Lewis Stone) soupire au début comme à la fin du film : "Grand Hotel. People come and go. Nothing ever happens" ("Grand Hôtel. Des gens vont et viennent. Il ne se passe jamais rien").

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Article Vicky Baum sur la Wikipédia allemande, consulté le 11 août 2011
  2. a et b (en) Article Grand Hotel sur la Wikipédia anglaise, consulté le 11 août 2011. La Wikipédia allemande fait état de 35 000 dollars.
  3. (de) Article Menschen im Hotel sur la Wikipédia allemande, consulté le 11 août 2011