Stargate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stargate (homonymie).

Stargate

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Une porte des étoiles à la Japan Expo (Paris) de 2008

Univers de fiction
Genre(s)

Science-fiction militaire
Planet opera, Space opera

Auteur(s)

Roland Emmerich
Dean Devlin

Année de création

1994

Pays d’origine

Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France

Langue d’origine

Anglais américain

Support d’origine

Film

Thème(s)

Voyage dans l'espace et le temps

Autre(s) support(s)

Projet / Portail

Stargate ou La Porte des étoiles (Canada) est un univers de science-fiction basé sur des voyages entre des planètes situées dans différentes galaxies et reliées entre elles par un réseau de Portes des étoiles.

À l'origine, Stargate, la porte des étoiles est un film réalisé par Roland Emmerich en 1994. À cette époque, seule une porte des étoiles extérieure est connue, celle d'Abydos. En 1997, la MGM rachète les droits sur le film et tourne l'épisode-pilote de la série télévisée Stargate SG-1, Enfants des dieux (Children of the Gods), où on découvre l'existence de tout un réseau de portes des étoiles dans la galaxie. Des équipes d'exploration composées, pour la plupart, de membres de l'United States Air Force sont alors formées, leur principale mission étant de découvrir sur d'autres mondes des technologies utiles à la défense de la Terre. Ils découvrent des civilisations étrangères (Asgard, Tok'ra…) dont certaines se montrent hostiles (Goa'uld, Réplicateurs, Ori…) et dont les technologies sont à différents stades d'évolution.

Contrairement à la plupart des films et séries de science-fiction basés sur l'exploration de la galaxie, l'action de Stargate ne se situe pas dans le futur mais à notre époque. Toutefois, l'existence de la Porte des étoiles n'est connue que d'une infime partie de la population terrienne. L'univers de la franchise continuera de s'étendre avec l'élargissement du cadre spatial dans les séries Stargate Atlantis qui se déroule dans une nouvelle galaxie et Stargate Universe dont l'intrigue est centrée sur un groupe de terriens bloqué sur le Destinée, un vaisseau qui erre aux confins de l'espace.

Le producteur Roland Emmerich a annoncé qu'une nouvelle trilogie de film en lien avec le premier film (Stargate) allait voir le jour dans les prochaines années, Pas avant 2015. Cependant, les acteurs originaux ayant changés en 20 ans, le réalisateur a annoncé qu'un nouveau jeu d'acteurs allait être choisi[1].

Univers de fiction[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chronologie de Stargate.

En 1928 à Gizeh (Égypte), des archéologues découvrent des vestiges égyptiens révélant une machine ouvrant un passage vers une autre planète[2]. Plus de soixante ans après, Daniel Jackson parvient à trouver les coordonnées nécessaires pour rejoindre un autre monde[2]. Le colonel O'Neil est à la tête de l'équipe composée de scientifiques et de soldats américains, ils franchissent ensemble cette porte des étoiles pour découvrir un monde désertique nommée Abydos dont la population est sous la coupe du tyran Goa'uld nommé . Après s'être battus pour l'indépendance d'Abydos et l'élimination de la menace du Goa'uld, le colonel retourne sur Terre sans Jackson, épris par le peuple abydossiens et de sa future femme Sha're.

Le programme porte des étoiles reste alors à l'abandon pendant un an, jusqu'à ce qu'un nouvel ennemi, Apophis, attaque la base où était entreposée la Stargate et emmène à travers la porte un membre du SGC. Le nouveau général du SGC, George Hammond, fait donc appel comme son prédécesseur au colonel Jack O'Neill et à son équipe pour secourir l'otage. Ils retrouveront Daniel Jackson sur Abydos et il leur indiquera que la porte peut leur permettre d'atteindre bien plus de monde qu'il ne l'avait imaginé au départ. Des équipes d'explorations composées de militaires et scientifiques sont alors formées afin de trouver des technologies capables de vaincre les Goa'ulds. Au gré de leurs expéditions, l'équipe principale SG-1 réussit à se faire des alliés comme les Asgards, la Tok'ra et les Jaffas libres. Parallèlement ils recherchent des informations sur une civilisation disparue appelée les Anciens, les fondateurs de la mythique cité perdue Atlantis qu'ils finiront par trouver dans la galaxie de Pégase[3]. Cette découverte s'accompagne d'un nouvel ennemi se nourrissant de l'énergie vitale des humains  : les Wraiths[3]. Après la disparition des Goa'ulds, de nouveaux faux dieux font leur apparition dans la Voie Lactée, la puissance des Oris est telle que de nombreux peuples se soumettent pour éviter d'être annihilés. Une fois toutes ces menaces éliminées, les scientifiques se concentrent sur l'étude du 9e chevron de la porte des étoiles. Ils réussissent à l'utiliser en extrême urgence, pour fuir une attaque de leur base[4]. Ils se retrouvent malheureusement bloqués sur le Destinée, un vaisseau des Anciens à des milliards d'années lumières de la Terre[4].

Porte des étoiles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Porte des étoiles.

C'est un appareil de transport interplanétaire introduit par le film Stargate, la porte des étoiles et qui est l'élément central de l'univers de fiction Stargate. Elles sont décrits comme ayant été créés par un peuple appelé « les Anciens », race la plus évoluée ayant existé, présents pendant des millions d'années, et qui ont atteint leur haut niveau de technologie bien avant que l'humanité n'apparaisse sur Terre. Ces portes servent à manipuler l'espace-temps, principalement dans le but de créer un trou de ver[Note 1] permettant de voyager rapidement entre deux points de l'espace-temps, d'une porte à l'autre. Il est aussi appelé « stargate » en version originale ou « chappa'ai » dans la langue fictive Goa'uld ; certains peuples de cet univers de fiction l'appellent « anneau des dieux », « cercle des ancêtres », « anneau ancestral », « portail » ou « astria porta » en ancien.

Distribution et personnages[modifier | modifier le code]

Richard Dean Anderson, acteur emblématique de Stargate dans le rôle du colonel O'Neill.

Les personnages principaux des différentes séries sont en règle générale différents même si des apparitions dans d'autres séries sont régulières notamment lors d'épisodes cross-over. De plus, le milieu militaire de la franchise fait que certains personnages progressent en grade et se retrouvent à des niveaux de commandement les faisant intervenir dans plusieurs séries.

Le film Stargate, la porte des étoiles introduit deux personnages principaux de la franchise : le colonel O'Neil qui dirige l'équipe principale d'exploration est interprété par Kurt Russell[5] et le Dr Daniel Jackson interprété par James Spader[6]. Ces deux acteurs sont respectivemment remplacés dans les séries par Richard Dean Anderson[5] et Michael Shanks[6]. Afin de créer une équipe complète pour la première série Stargate SG-1, de nouveaux personnages sont créés, Amanda Tapping joue le rôle du capitaine Samantha Carter et Christopher Judge celui de Teal'c, un jaffa rebelle qui décide de rejoindre la Terre. Pour combler les absences des acteurs, d'autres personnages sont créés comme Jonas Quinn joué par l'acteur Corin Nemec pendant une saison en remplacement du Dr Daniel Jackson (Michael Shanks)[7]. Cameron Mitchell (Ben Browder) et Vala (Claudia Black) sont introduits pour lancer une nouvelle ère dans la série à partir de la saison 9.

Le personnage du docteur Elizabeth Weir qui commande l'expédition sur Atlantis est joué par Jessica Steen lors de la fin de la saison 7 de Stargate SG-1, cependant l'actrice est remplacé par Torri Higginson dès le premier épisode de Stargate Atlantis[8]. Pour cette série dérivée, David Hewlett incarne Rodney McKay, un brillant astrophysicien qui avait fait quelques apparitions dans Stargate SG-1[9],[10]. Joe Flanigan prend le rôle du militaire le plus haut gradé de la série : le major John Sheppard. Enfin, Rainbow Sun Francks interprète le lieutenant Aiden Ford ; contaminé par une enzyme wraith lors du siège de la cité par les Wraiths. Cette série reprend le même schéma (militaires, scientifiques et extraterrestres) que Stargate SG-1, puisque pour compléter cette équipe d'exploration Teyla Emmagan (Rachel Luttrell) et Ronon Dex (Jason Momoa), deux personnages étrangers à la Terre viennent renforcer ce casting. Samantha Carter est le seul personnage principal à être transféré vers une autre série, au début de la saison 4, elle prend le commandement de la cité en remplacement du Dr Weir[Épisode 1]. Elle est remplacée au début de la saison 5 par Richard Woolsey interprété par l'acteur Robert Picardo[Épisode 2]. Ce personnage est surtout connu en tant que bureaucrate du CIS dans Stargate SG-1, c'est donc une surprise de le retrouver dans ce rôle là[11].

Pour Stargate Universe, c'est Robert Carlyle qui est choisi pour prendre le premier rôle : celui du Dr Nicholas Rush[12]. Les créateurs de la série voulaient un acteur de ce « calibre » pour un incarner un personnage « fort »[12]. De nombreux autres acteurs ont rejoint ce casting très fourni en personnages principaux et récurrents[13] : Justin Louis (Colonel Everett Young), David Blue (Eli Wallace), Brian J. Smith (Lieutenant Matthew Scott), Jamil Walker Smith (Sergent Ronald Greer), Elyse Levesque (Chloe Armstrong), Alaina Huffman (Tamara Johansen) et Ming-Na (Camile Wray). Tous ces personnages se retrouveront bloqués ensemble sur le Destiné sans possibilité de retour sur Terre.

Lieux et planètes[modifier | modifier le code]

L'entrée de Cheyenne Mountain, telle qu'elle apparait dans de nombreux épisodes.
Article détaillé : Planètes de Stargate.

L'univers de Stargate repose principalement sur l'exploration de nouvelles planètes. Celles-ci changent quasiment à chaque épisode et seules quelques-unes possèdent un nom (Abydos, Chulak, Tollana…). Les autres sont désignées par un code composé d'une série de chiffres et de lettres du type « P4X-639 »[14].

De manière générale, les équipes d'exploration partent et reviennent sur un lieu qui leur sert de base principale. Pour les films, la série SG-1 et la série animée Infinity, il s'agit du Stargate Command (aussi appelé SGC). Ce lieu est situé sous Cheyenne Mountain une base de l'armée de l'air américaine qui existe réellement dans le Colorado et dont l'entrée qui a été filmée par les équipes de la série, apparait régulièrement au débuts des épisodes de Stargate SG-1[15]. La série dérivée Stargate Atlantis est intitulée ainsi puisque l'intrigue se déroule en grande partie sur la cité d'Atlantis. Les scénaristes se sont donc inspirés librement du mythe antique de l'Atlantide. Pour Universe, la dernière série, c'est un vaisseau spatial qui sert de lieu de vie aux personnages : le Destinée.

Peuples et espèces[modifier | modifier le code]

Deux cosplayers habillés en jaffas.
Article détaillé : Peuples et races de Stargate.

Mis à part les Terriens, l'univers de Stargate regorge de civilisations différentes plus ou moins avancées. Comme pour les planètes, certains peuples n'apparaissent que durant un épisode, d'autres sont récurrents comme les Tollans[16] ou les Genii. Enfin, il y a les principaux peuples amis, comme les Asgards ou la Tok'ra[16], et il y a les principaux peuples ennemis, comme les Goa'uld[16] ou les Wraiths. Dans l'univers de Stargate SG-1, presque toutes les civilisations rencontrées ont un lien avec la Terre (notamment au niveau mythologique), car les Goa'ulds déportèrent à partir de celle-ci de nombreuses populations un peu partout dans la galaxie qui leur servaient de « réserve de recrutement ». Sur Atlantis, les Anciens ont recréé la vie à l'identique de ce qu'elle était dans la Voie lactée avant le fléau. Malheureusement, les Wraiths ont remplacé le fléau Goa'uld au niveau de la galaxie de Pégase.

Il est à remarquer que le scénario de mise en place des portes résout élégamment trois difficultés classiques du récit de voyage interstellaire : la variété des peuples extraterrestres (aucune raison qu'ils ressemblent à des Humains, ce qui les rend difficiles à filmer), le problème des langues extraterrestres (aucune raison qu'elles soient compréhensibles, surtout rapidement) et la variété des atmosphères et des milieux (aucune raison que les planètes soient habitables par des Humains). La probabilité de trouver par hasard une planète habitable est très faible, celle qu'un peuple extra-terrestre soit humanoïde, encore plus, et qu'il ait une langue compréhensible encore bien plus. Ces problèmes faisaient qu'une série comme Star Trek demandait vraiment une sérieuse « suspension volontaire de l'incrédulité ».

Dans Stargate, les planètes où sont situées les Portes des étoiles ont été choisies, éventuellement terraformées, et des Humains (voire des plantes et des animaux terrestres) y ont été implantés, dans un passé pas trop lointain. Ce qui explique, en une seule fois, que tout le monde soit humain, que toutes les planètes d'arrivée soient habitables (voire familières), et que toutes les langues soient à peu près compréhensibles, car au moins apparentées à des langues terrestres anciennes. Par contre, cela n'explique pas le fait que la plupart des peuples parlent l'anglais américain : il s'agit d'une facilité de scénario pour les séries.

Technologies[modifier | modifier le code]

Un DHD, appareil permettant d'entrer les coordonnées de la porte des étoiles d’arrivée.

En plus de la porte des étoiles, de nombreuses technologies (armes, vaisseaux…) sont découvertes au cours de la franchise. Les équipes du SGC en ramènent sur Terre et les étudient, pour éventuellement les modifier en vue de les réutiliser contre leurs ennemis[17].

Évolution de la franchise[modifier | modifier le code]

Liste des épisodes de Stargate Infinity Saison 2 de Stargate Universe Saison 1 de Stargate Universe Saison 5 de Stargate Atlantis Saison 4 de Stargate Atlantis Saison 3 de Stargate Atlantis Saison 2 de Stargate Atlantis Saison 1 de Stargate Atlantis Stargate : Continuum Stargate : L'Arche de vérité Saison 10 de Stargate SG-1 Saison 9 de Stargate SG-1 Saison 8 de Stargate SG-1 Saison 7 de Stargate SG-1 Saison 6 de Stargate SG-1 Saison 5 de Stargate SG-1 Saison 4 de Stargate SG-1 Saison 3 de Stargate SG-1 Saison 2 de Stargate SG-1 Saison 1 de Stargate SG-1 Stargate, la porte des étoiles

Frise chronologique des saisons et films de Stargate


Films[modifier | modifier le code]

Photo prise lors du tournage de Stargate Continuum en Arctique.
Durant le film, des archéologues découvrent des vestiges égyptiens révélant une machine ouvrant un passage vers une autre planète. Daniel Jackson (James Spader) parvient à trouver les coordonnées nécessaires. Le colonel O'Neil (Kurt Russell) est à la tête de l'équipe composée de scientifiques et de soldats américains, ils franchissent ensemble cette porte des étoiles pour découvrir un monde désertique dont la population est sous la coupe d'un tyran. À l'origine prévus comme une trilogie, les deux films suivants ne sont jamais sortis en raison du rachat des droits par la MGM qui continuera l'intrigue sous forme de séries télévisées[19].
En pleine guerre contre des fanatiques religieux surpuissants nommés Ori, l'équipe terrienne SG-1 passe la porte une nouvelle fois pour trouver une arme ancienne capable de stopper les armées croisées avant qu'elles ne contrôlent toute la galaxie.
Tourné en 2007, il est disponible en DVD et en Blu-Ray depuis le 29 juillet 2008 en Amérique du Nord. Basé sur le voyage dans le temps, ce film raconte l'exécution de Ba'al, le dernier des goa'ulds, et clôt ainsi un arc scénaristique commencé en 1994 dans le premier long métrage Stargate, la porte des étoiles. Une partie de l'histoire se déroule dans un lieu encore jamais exploré par l'équipe SG-1 : l'Arctique. L'équipe de tournage va donc se déplacer dans cette région afin de réaliser plusieurs scènes sur la banquise dans des conditions climatiques difficiles[22]. Avec l'annulation du troisième vidéofilm Stargate : Révolution et de l'ensemble de la franchise Stargate en avril 2011, il termine définitivement la série télévisée Stargate SG-1[23].
  • En projet : en septembre 2013, Roland Emmerich annonce vouloir recommencer l'histoire avec une trilogie qui serait un reboot : sans tenir compte des séries télévisés et probablement sans les acteurs du film original trop âgés[24]. Le 29 mai 2014, la MGM et la Warner Bros ont annoncé officiellement un accord avec Roland Emmerich et Dean Devlin, pour recréer une trilogie basé sur le film de 1994[25],[26].

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Après les événements du film Stargate et une incursion d'extraterrestres par la Porte des étoiles, les militaires américains prennent conscience que la Porte des étoiles donne accès à énormément de mondes dans la galaxie. Plusieurs équipes, dont SG-1 sont montées pour explorer d'autres mondes et ramener des technologies leur permettant de défendre la Terre contre ses nouveaux ennemis, les Goa'ulds. Au cours de la saison 9 et jusqu'à la fin de la saison 10, un nouvel ennemi fait son apparition : les Oris.
Cette série animée relate les aventures d'une équipe de la Porte des Étoiles, dans le futur[29]. À noter que cette série a de grandes incohérences avec le reste de la franchise, notamment en ce qui concerne le fonctionnement de certaines technologies avec par exemple la possibilité de traverser la porte des étoiles par l'arrière[30].
Grâce à la découverte d'une base des Anciens en Antarctique, une mission est envoyée à travers la porte sur la Cité des Anciens : Atlantis. Cette série relate leurs explorations dans la galaxie de Pégase.
Le concept tourne autour de l'utilisation du neuvième chevron de la porte des étoiles. Celui-ci permet d'accéder à un des vaisseaux lancés par les Anciens avant leur ascension. Ce vaisseau, le Destinée, a traversé une partie de l'univers d'une galaxie à une autre en suivant un autre vaisseau qui dépose des portes des étoiles sur les planètes pouvant accepter la vie. L'équipage terrien, arrivé sur ce vaisseau au bout du rouleau (peu d'énergie et de vivres, coque endommagée, etc.), passe d'une planète à une autre en restant environ 12 heures sur chaque planète, ce qui lui permet de chercher de quoi survivre via la porte des étoiles présente sur le vaisseau. L'atmosphère de la série est un peu différente des deux précédentes, plus sombre et un peu en huis clos, avec un scénario plus centré sur les personnages, leurs relations, leurs histoires d'amour ou de pouvoir, leurs discussions sur la poursuite de la mission des Anciens ou le retour sur Terre. Le dernier épisode de cette série arrêtée prématurément fut diffusé le 9 mai 2011.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Jeux[modifier | modifier le code]

Logo de l'application Stargate Command.

Littérature[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Romans, Bandes dessinées et Livres audio.

Le film Stargate, la porte des étoiles est aussi sorti sous forme de roman[47]. Puis entre 1996 et 1999, Bill McCay rédige cinq livres en anglais[Note 2] qui présentent la suite possible de l'intrigue à partir des notes des deux scénaristes[48]. Depuis 1998, plusieurs histoires dont certaines inédites ont été sorties par des éditeurs américains, elles se basent sur les trois séries télévisées de la franchise[49].

Le Stargate Magazine Officiel lancé en 2004 est le magazine officiel de la franchise en langue anglaise. Il a vu sa diffusion arrêtée en septembre 2010 après 36 numéros [50]. En France, une collection officielle de fascicules associés à des DVD de trois épisodes de la saison 1 à 3 de Stargate SG-1 sont sortis entre 2004 et 2005[51].

Réception et impact culturel[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2007, Stargate SG-1 devient la plus longue série de science-fiction produite sans interruption[52], c'est l’épisode Aux mains des rebelles, le 203e de la série, qui permet de battre le record établi par X-Files avec 202 épisodes. Au total, avec la fin de la 10e et dernière saison, la série cumule 214 épisodes. Ce record sera battu plus tard par Smallville avec 218 épisodes.

De manière générale, les trois séries télévisés de la franchise sont régulièrement nommées ou récompensées lors de cérémonies dédiés à la science-fiction (Saturn Awards[53] et Prix Hugo[54]) , aux effets spéciaux (VES Award[55]), aux productions canadiennes (Leo Awards[56], Constellation Awards[57] et Prix Gemini[58]) ou américaines (Emmy Awards[59] et CableACE Awards[60]).

Communauté[modifier | modifier le code]

Fans portant les uniformes des équipes SG en 2008.

La célébrité de Stargate se confirme par le développement des réunions de fans dans le monde. Certaines conventions sont spécifiquement dédiées à la franchise tel que la Gatecon au Canada. D'autres manifestations plus générales permettent au fans de se retrouver comme le Comic-Con qui a lieu chaque année à San Diego en Californie. À ces occasions, de nombreuses nouveautés ont été présentés (bande-annonces des deux téléfilms, pilote de Stargate Universe…) par les producteurs et les fans pouvaient échanger avec les acteurs qui étaient présents. C'est également un moyen pour cosplayers de montrer leurs uniformes militaires ou costumes d’extraterrestre réalisées à l'effigie des séries. En France, on retrouve quelques événements ponctuels telles que la French City Con (trois éditions entre 2002 et 2004)[61], la Stargate Convention en février 2009[62], certains stands lors de la Japan Expo, le salon Paris Manga[63], le salon Migennes Collector[64], les évènements Chevron par MassiveEvent en Angleterre[65] ou encore dans les pôle Science-Fiction du Toulouse Game Show[66] ou TGS Ohanami[67]. On y retrouve le même concept décors de porte des étoiles et même d'expositions d'objets (props), costumes, et décors originaux de la série proposé par Props Memorabilia[68] par exemple, des fans costume ou groupes de fans, la présence d'acteurs[61] mais aussi de doubleurs[62].

Les sites internet reflètent également l’activité de la communauté. Joseph Mallozzi, producteur et scénariste de Stargate, rédige de nombreux articles sur son blog et répond régulièrement à certaines questions postées en commentaires[69]. Le site anglophone GateWorld est considéré comme l'un des plus importants notamment grâce à un partenariat avec la MGM. Le site dispose d'une grande base de données sur la franchise et même d'une chaine vidéo qui diffuse de nombreux reportages inédits. Le producteur Joseph Mallozzi salue même le travail réalisé sur son blog qu'il considère comme le premier site de fans sur Internet[70], à un tel point que même les scénaristes eux-mêmes sont redirigés vers le site pour vérifier leurs informations[71].

Reprise d'éléments de Stargate[modifier | modifier le code]

L'épisode des Simpsons, Notre Homer qui êtes un dieu rend un hommage à Stargate SG-1 : on voit Richard Dean Anderson participant à une convention Stargate Sg-1 et le fait qu'Homer se fasse passer pour un dieu auprès de la population indienne est une référence aux Goa'ulds[72]. Dans Imaginationland : Épisode 2, la série South Park reprend le concept de porte des étoiles qui permet le passage du monde réel à Imaginationland, un monde permettant de contrôler tous les univers fictifs créés par les humains[73]. Kurt Russell, l'acteur jouant le rôle du colonel O'Neil dans le film y est parodié en soldat s’apprêtant à traverser cette porte[73].

En France, un épisode de la saison 2 de Kaamelott est intitulé Stargate[74], dans lequel la Dame du Lac ouvre, à l'intérieur du château, une porte du Chaos qui laisse passer des créatures de l'Univers. Alors qu'Arthur et Lancelot s'attendent au pire, Perceval traverse la porte : une autre porte similaire est apparue dans la cour du château.

Certains jeux vidéo reprennent le concept de « porte » comme dans Dofus (MMORPG) où les zaaps, au graphisme fortement inspiré de celui des portes des étoiles, servent à se faire transporter dans diverses zones de la carte[75] ou encore dans Minecraft avec les portails vers le Nether.

L'astéroïde (99942) Apophis a été nommé ainsi, car les deux codécouvreurs, Roy Tucker et David Tholen sont des fans de Stargate SG-1, Apophis étant l'un des ennemis les plus importants de la série[76].

Inspirations[modifier | modifier le code]

L'hypothèse sur laquelle se fonde le scénario s'inspire de l'ovnilogie des anciens astronautes, selon laquelle des extraterrestres auraient influencé le développement des civilisations anciennes dont les Égyptiens[77]. Le principe de civilisations extraterrestres étant venues sur Terre pour mettre en esclavage les humains et s'étant fait passer pour des dieux est issue des théories de Zecharia Sitchin.

Éléments provenant d'autres œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Star Trek et Star Wars sont deux univers de fiction nés avant Stargate qui influencent fortement cette dernière avec notamment des clins d'œil réguliers. Sur le plan technologique, l'invisibilité des vaisseaux des Anciens rappelle les boucliers occulteurs des vaisseaux Romuliens, Klingons et du Défiant. La téléportation des Anciens et des Asgards est assimilable à la téléportation utilisée par la plupart des peuples des séries Star Trek.

Coté population, les Réplicateurs assimilent la technologie comme le font les Borgs, un autre peuple similaire dans les séries Star Trek. Chacun des peuples s'adapte rapidement aux armes utilisées à son encontre et s'immunise. Dans le téléfilm Stargate : l'Arche de Vérité, on voit les Réplicateurs assimiler un humain en utilisant des implants mécaniques ainsi que le font les Borgs. Les Anciens qui se sont élevés constitués de pure énergie, ils ressemblent beaucoup à un peuple de Star Trek appelé les Organiens qui eux aussi ont évolué sous forme d'énergie. Les membres de la Tok'ra portent volontairement des symbiotes tout comme les Trill des séries Star Trek. Les points communs entre ces deux peuples sont l'acquisition de la mémoire et des connaissances des hôtes précédents ainsi que la symbiose volontaire et pacifique entre l'hôte et celui qu'il héberge (contrairement aux Goa'ulds, qui eux, choisissent des hôtes de force).

De multiples allusions y sont également faites par les personnages, l'action des épisodes étant contemporaine. Par exemple, lors d'un interrogatoire, le colonel O'Neill prétend être le capitaine James T. Kirk avant de se rétracter et de préférer Luke Skywalker[Épisode 3]. Plus tard il a aussi voulu baptiser le Prométhée en Enterprise, célèbre vaisseau de Star Trek[Épisode 4]. De nombreux acteurs de Star Trek ont été invités ou ont joué un personnage récurrent dans les séries Stargate : John Billingsley, Robert Picardo, Connor Trinneer, Marina Sirtis, Jolene Blalock

Le scénario de certains épisodes reprend également celui de films comme l'impact d'un astéroïde dans Armageddon[Épisode 5]. Richard Dean Anderson est fan de Les Simpson, son personnage O'Neill y fait de multiples allusion au cours de la série[72].

Mythologie et religion[modifier | modifier le code]

Dans l'univers fictif de Stargate, les extraterrestres, notamment les Goa'ulds, les Asgards ou les Anciens, empruntent le nom des dieux de différentes mythologies[78] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les trous de vers, ou wormholes en anglais, sont aussi appelés « vortex » dans la version française des séries télévisées.
  2. Stargate Rebbelion (octobre 1995), Stargate Retaliation (septembre 1996), Stargate Retribution (octobre 1997), Stargate Reconnaissance (mai 1998) et Stargate Resistance (octobre 1999)

Épisodes[modifier | modifier le code]

  1. Stargate Atlantis, 4*03 Retrouvailles
  2. Stargate Atlantis, 5*01 La vie avant tout
  3. Stargate SG-1, 2*21 1969
  4. Stargate SG-1, 6*12 Évolution (2/2)
  5. Stargate SG-1, 5*17 Impact

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. http://hitek.fr/actualite/stargate-film-reboot-trilogie_384
  2. a et b (en) Hal Hinson, « Stargate (PG-13) », The Washington Post,‎ octobre 1994 (consulté le 22 janvier 2012)
  3. a et b (en) « Stargate Atlantis », MGM (consulté le 19 juin 2012)
  4. a et b (en) « SG-U, Stargate Universe », MGM (consulté le 19 juin 2012)
  5. a et b (en) « Fiche personnage Jack O'Neill », gateworld.net (consulté le 22 janvier 2012)
  6. a et b (en) « Fiche personnage Daniel Jackson », gateworld.net (consulté le 22 janvier 2012)
  7. (fr) « Entretien avec Corin Nemec : "Stargate m'a beaucoup appris" », stargate-fusion.com (consulté le 22 janvier 2012)
  8. (en) Elizabeth Weir sur l'Internet Movie Database
  9. (en) « Dr Rodney McKay », MGM (consulté le 23 janvier 2012)
  10. (en) Rodney McKay sur l'Internet Movie Database
  11. (en) « Interview, Brain Child (David Hewlett) », gateworld.net (consulté le 25 janvier 2012)
  12. a et b (en) « Robert Carlyle cast in Stargate Universe », gateworld.net,‎ décembre 2008 (consulté le 30 janvier 2012)
  13. (en) « Stargate Universe characters », MGM (consulté le 2 février 2012)
  14. (en) « Planets », sur gateworld.net (consulté le 21 juin 2013)
  15. [vidéo] « La porte des étoiles : vérités scientifiques [ Stargate SG-1: True Science ] », de Tim Usborne, de Rosie Rosie Kingham, Sci-Fi Channel, 3 janvier 2006 [présentation en ligne] : Documentaire sur le rapport entre la série et la science.
  16. a, b et c (en) « Aliens », Syfy (consulté le 20 juin 2012)
  17. (en) « Tech », Syfy (consulté le 13 mars 2012)
  18. (en) Stargate, la porte des étoiles sur l’Internet Movie Database
  19. (fr) « Stargate : l'histoire », stargate-fusion.com (consulté le 28 septembre 2011)
  20. (en) Stargate : L'Arche de vérité sur l’Internet Movie Database
  21. (en) Stargate : Continuum sur l’Internet Movie Database
  22. (en) « N John Smith », Stargate Magazine, no 21,‎ février 2008, p. 86-87 (ISSN 1743-8020)
  23. « La franchise Stargate est enterrée », stargate-fusion.com (consulté le 11 mai 2012)
  24. (en) « Roland Emmerich on 'Independence Day' sequel with Will Smith and 'Stargate' reboot », sur Digital Spy,‎ 5 septembre 2013 (consulté le 10 septembre 2013)
  25. (en) « MGM, Warner Bros Reboot 'Stargate' », sur deadline.com,‎ 29 mai 2014 (consulté le 30 mai 2014)
  26. (en) « Metro-Goldwyn-Mayer Pictures and Warner Bros. Pictures partner with Roland Emmerich and Dean Devlin for “Stargate” Triology », Metro-Goldwyn-Mayer,‎ 29 mai 2014 (consulté le 30 mai 2014)
  27. (en) Stargate SG-1 sur l’Internet Movie Database
  28. (en) Stargate Infinity sur l’Internet Movie Database
  29. (fr) « Découvrez Stargate Infinity - 1) Les points communs avec SG1 », stargate-fusion.com,‎ 2009 (consulté le 23 février 2012)
  30. (fr) « Découvrez Stargate Infinity - 2) Les points positifs / négatifs », stargate-fusion.com,‎ 2009 (consulté le 23 février 2012)
  31. (en) Stargate Atlantis sur l’Internet Movie Database
  32. (en) Stargate Universe sur l’Internet Movie Database
  33. a et b (en) « Stargate SG-1 RPG », stargatesg1rpg.com (consulté le 23 janvier 2012)
  34. (fr) « Stargate SG-1: La Vengeance d'Apophis (2001) », Trictrac.net (consulté le 22 janvier 2012)
  35. (en) « Stargate SG-1 Board Game », stargatesg1.us (consulté le 22 janvier 2012)
  36. (en) « Jeu vidéo du film Stargate », gamefaqs.com (consulté le 22 janvier 2012)
  37. (fr) « Les jeux vidéo Stargate », stargate-fusion.com (consulté le 16 janvier 2012)
  38. (fr) « Stargate Worlds est mal barré », Jeuxvideo.com (consulté le 28 janvier 2012)
  39. (fr) « Stargate Worlds est ruiné », Jeuxvideo.com (consulté le 28 janvier 2012)
  40. (fr) « Stargate Resistance », Jeuxvideo.com (consulté le 22 janvier 2012)
  41. (en) « Stargate SG-1: Unleashed Announced », IGN (consulté le 22 février 2013)
  42. (en) Trent Moore, « Release date, new concept art revealed for Stargate SG-1 game », sur blastr.com,‎ 13 février 2013 (consulté le 20 décembre 2013)
  43. (en) « Flipper Stargate », Internet Pinball Database (consulté le 23 février 2012)
  44. (en) « Stargate SG-3000 », Attraction Media & Entertainment (consulté le 19 juin 2012)
  45. (fr) « Une attraction Stargate SG-1 en Allemagne », sur serieslive.com,‎ 14 février 2004 (consulté le 19 juin 2012)
  46. (en) « MGM and Arkalis Interactive Announce New Stargate SG-1 App », Arkalis Interactive (consulté le 11 novembre 2011)
  47. Roland Emmerich et Dean Devlin, Stargate, J'ai lu,‎ 1999, 344 p. (ISBN 978-2277238706, présentation en ligne)
  48. (en) « Movie Novels », gateworld.net (consulté le 23 novembre 2011)
  49. (en) « Stargate Atlantis, Stargate SG-1 & Stargate Universe novels », Fandemonium Ltd (consulté le 15 décembre 2012)
  50. (fr) « Arrêt de la publication du magazine officiel », stargate-fusion.com (consulté le 16 janvier 2012)
  51. (fr) « Fiche collection : Stargate SG-1 en DVD », SciFi-Universe (consulté le 9 avril 2012)
  52. (en) Craig Glenday, Guiness World Records 2007, Guiness,‎ 2006, 288 p. p.  180
  53. (en) « Past Saturn Awards », sur saturnawards.org (consulté le 20 janvier 2014)
  54. (en) « 2007 Hugo Awards », sur thehugoawards.org (consulté le 20 janvier 2014)
  55. (en) « 3rd Annual VES Awards Nominee and Recipients », Visual Effects Society (consulté le 24 janvier 2014).
  56. (en) « Leo Awars, 2012 Winners by Name », Leo Awards (consulté le 24 janvier 2014)
  57. (en) « Looking Back At... The 2007 Constellation Awards », Constellation Awards (consulté le 20 janvier 2014)
  58. (en) Andrea Darlington, « Nine Gemini nominations for Stargate Universe », sur GateWorld,‎ 31 août 2010 (consulté le 24 janvier 2014)
  59. (en) « 58th Annual Primetime Emmy Award Nominations », sur digitalhit.com (consulté le 24 janvier 2014)
  60. (en) « CableAce Nominations 1997 », Variety (consulté le 20 janvier 2014)
  61. a et b (fr) « Reportage sur "French City Con" 2004 », stargate-fusion.com,‎ 18 décembre 2004 (consulté le 13 janvier 2012)
  62. a et b (fr) Sylvain T., « Stargate Convention : chronique d'un doublage annoncé », SciFi-Universe,‎ février 2009 (consulté le 5 avril 2012)
  63. (fr) « Salon Paris Manga »
  64. (fr) « Salon Migennes Collector »
  65. (fr) « Convention Chevron »
  66. (fr) « Toulouse Game Show »
  67. (fr) « TGS Ohanami »
  68. (fr) « Props Memorabilia »
  69. (en) Joseph Mallozzi, « Blog de Joseph Mallozzi »,‎ février 2008 (consulté le 13 janvier 2012)
  70. (en) Joseph Mallozzi, « February 17, 2008 »,‎ février 2008 (consulté le 13 janvier 2012)
  71. (en) Joseph Mallozzi, « May 3, 2011: Skinny little Maximus! Stargate: SG-1 season five memories! The Refuel update! »,‎ mai 2011 (consulté le 13 janvier 2012)
  72. a et b (fr) « Stargate et Les Simpsons », stargate-fusion.com (consulté le 31 janvier 2012)
  73. a et b (en) « The Woodland Critters Rape Kurt Russell », southparkstudios.com (consulté le 29 mars 2012)
  74. (fr) « Épisodes Livre II », Kaamelott.com (consulté le 30 janvier 2012)
  75. (fr) « Zaaps (Dofus) », Dofus (consulté le 31 mars 2012)
  76. (en) Bill Cooke, « Asteroid Apophis set for a makeover », astronomy.com,‎ 2005 (consulté le 30 janvier 2012)
  77. (fr) « Les OVNI - La théorie des anciens astronautes », Syfy Universal (consulté le 14 janvier 2012)
  78. (en) « Goa'uld Pantheon », sur rdanderson.com (consulté le 29 mai 2014)