Malabo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malabo
Malabo
Malabo
Administration
Pays Guinée équatoriale Guinée équatoriale
Province Bioko-Norte
Démographie
Population 155 963 hab. (2005)
Géographie
Coordonnées 3° 45′ 07″ N 8° 46′ 25″ E / 3.752064, 8.7737 ()3° 45′ 07″ Nord 8° 46′ 25″ Est / 3.752064, 8.7737 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guinée équatoriale

Voir sur la carte Guinée équatoriale administrative
City locator 14.svg
Malabo

Géolocalisation sur la carte : Afrique

Voir sur la carte Afrique administrative
City locator 14.svg
Malabo

Malabo est la capitale de la Guinée équatoriale. Elle est située sur la côte nord de l'île de Bioko (anciennement appelée Fernando Póo). La ville de Malabo a porté différentes dénominations au cours du temps :

  • de 1827 à 1846 : Port Clarence ou Clarence City (dénomination anglaise) ;
  • de 1846 à 1973 : Santa Isabel (dénomination espagnole) ;
  • depuis 1973: Malabo (dénomination équato-guinéenne).

Population[modifier | modifier le code]

La ville était peuplée de 60 064 habitants au dernier recensement de 1994 et grâce à une importante croissance démographique, elle est de 156 000 habitants en 2005.

Les langues les plus utilisées à Malabo sont l'espagnol et le Fang (parlées par 70 % de la population) et le bubi. L'anglais est la quatrième langue la plus parlée (15 000 locuteurs au moins, surtout en deuxième langue.) en partie par des descendants d'esclaves ou de colons britanniques, ou par des Nigérians.

Histoire[modifier | modifier le code]

Malabo fut fondée par les Britanniques en 1827 sous le nom de Port Clarence (aussi appelée Clarence City). La ville fut utilisée comme base navale pour lutter contre le trafic d'esclaves. Certains de ceux qui furent libérés furent relâchés sur l'île (avant la création de la Sierra Leone comme colonie d'esclaves libérés). Les descendants de ces esclaves se mêlèrent aux natifs de l'île et donnèrent l'ethnie Bubi qui parle un pidgin afro-anglo-espagnol ( on dit aussi le « Fernandino »). Au départ, les Britanniques rêvent de faire de Port-Clarence un grand port de commerce (comme ceux de Lagos et du Cap), et ils prennent modèle d'après le port de Douvres. Mais les eaux alentour de la ville, comme ceux de l'ile sont en eaux profondes, ce qui accentue le désintérêt pour la ville, l'île, et la colonie en général, qui sera vite considérée comme trop isolée, et trop couteuse, d'autant plus que l'esclavage est aboli vers 1845, ce qui annonce la fin des ports « Négriers », du commerce des esclaves. Des négociations sont alors engagées à partir de 1845, avec les Espagnols, qui sont déjà présents sur la côte, en pays Fang. Les Britanniques redoutent alors que Port-Clarence passe sous giron français. L'objectif est de garder une escale pour Le Cap pour les navires de commerce, tout en passant le contrôle de la ville et de l'ile à une puissance amie, qui facilitera les séjours des navires et des équipages. La Grande-Bretagne pense alors au Portugal, mais celui-ci vient de perdre le Brésil en 1821-1822, sa monarchie est vacillante, avec des problèmes sociaux. De plus, le Portugal avait le plus grand mal à être présent militairement en ses propres colonies. à l'époque, la Grande-Bretagne aide même militairement le Portugal, pour l'aider à canaliser l'empiètement d'autres puissances coloniales (dont la France). C'est donc vers l'Espagne que la Grande-Bretagne se tourne. Celle-ci s'engage à préserver les intérêts britanniques et à donner le libre passage aux navires britanniques, avec des facilités douanières et des avantages, en vigueur jusqu'en 1968, date de l'indépendance. De plus, l'Espagne respecte l'héritage culturel anglais (l'espagnol ne deviendra majoritaire que vers 1920,) sauf sous la période franquiste, entre 1935 et 1975, ou l'hispanisation de l'île fut accentuée. Ensuite, la langue anglaise a toujours été présente, même sous la période dictatoriale la plus sévère de Francisco Macias Nguema, de 1968 à 1979, où les enfants de langue maternelle anglaise étaient forcés d'apprendre encore plus l'espagnol, l'anglais devenant une langue « suspecte » car ouverte à l'extérieur (le pays est le seul état hispanophone d'Afrique). Ainsi, les Anglophones passèrent de plus de 50 000 locuteurs en 1967 (surtout des Bubis), à moins de 20 000 en 1981.
En 1829, la ville comptait 700 habitants dont une centaine d'Européens. L'île de Bioko, en Guinée équatoriale, est l'une des rares régions du monde ou la langue anglaise à régressé depuis une cinquantaine d'années, autant en locuteurs maternels que ceux qui l'avaient en seconde langue. Quand l'île passa sous contrôle espagnol, la ville fut renommée Santa Isabel.

En 1898-1899, lors de la guerre de l'Espagne contre les États-Unis, l'Espagne est vaincue et perd ses colonies, dont les Philippines, Porto-Rico, et Cuba. L'actuelle Guinée équatoriale forme alors les territoires espagnols du golfe de Guinée. Deux bataillons de militaires américains sont envoyés : un à Bata (sur le continent) et un à Santa Isabel. Un temps, les Américains envisagèrent de renommer Santa Isabel en Port Clarence, mais le projet est vite abandonné. Les États-Unis renoncent rapidement à se substituer aux Espagnols et rendent très rapidement le territoire, mais gardent les autres, dont les Philippines, Cuba, et Porto-Rico. Malgré elle, l'Espagne conserve des miettes de son empire colonial. De plus, les États-Unis sont garants de l'État du Liberia et ne souhaitent pas avoir une image de colonisateur, alors que l'impérialisme des puissances coloniales fait rage à l'époque. Mais c'est le fort manque d'infrastructures, et les maladies tropicales endémiques qui poussent les Américains à renoncer, et à laisser ce territoire aux Espagnols, mais surtout aussi, les mêmes raisons qui poussèrent les Britanniques à jeter l'éponge 50 ans plus tôt, car presque tout était à faire... Les militaires américains des deux bataillons, rescapés des maladies tropicales partent en 1899, et les États-Unis renoncent à toute prétention sur le territoire en 1900, ce qui est confirmé en 1900 au traité de Paris. Santa Isabel redevient chef-lieu de la colonie espagnole de Fernando Poo. Santa Isabel reçoit de 1914 à 1916 plusieurs centaines de prisonniers de guerre allemands du Cameroun, alors colonie allemande occupée par les Français et les Britanniques. Neutre durant la Première Guerre mondiale, l'Espagne, avec l'aide de la Croix-Rouge, prend en charge les prisonniers, qui seront rendus à l'Allemagne en 1918-1919. Certains sont envoyés sur le continent, aux alentours de Bata, pour des travaux de déforestations. Un an après l'indépendance, en 1969, la ville devint capitale de la Guinée équatoriale, en lieu et place de Bata, sur la partie continentale du pays.

En 1973, le président de la Guinée équatoriale, Francisco Macías Nguema, renomme la ville Malabo en l'honneur d'un roi qui aurait vécu avant la colonisation (son existence est sujette à caution), dans le cadre de sa campagne d'africanisation des noms.

Durant le « règne de la terreur » de Nguema, la répression contre l'ethnie Bubi atteint son apogée. Il décide alors de transférer une partie de son ethnie (les Fangs) dans la ville afin de rendre les Bubis minoritaires.[réf. nécessaire] Dans les dernières années de la présidence de Macías Nguema, un tiers de la population du pays a fui ou a été éliminé. Malabo a aussi été soumise à un exil de ses élites.[réf. nécessaire]

Les constructions notables de la ville sont la cathédrale et le bâtiment du tribunal (Corte).

La ville possède également un aéroport international.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • 2009 - Malabo, le nouvel Eldorado pétrolier de l'Afrique, Samuel Denantes Teulade, Éditions l'Harmattan ISBN 2-296-09637-9
  • 2005 - Guinée Équatoriale Aujourd'hui, Jean-Claude Klotchkoff, Éditions Jaguar ISBN 2-86950-393-8
  • 2001 - Atlas de Guinée Équatoriale, A. Lerebours Pigeonnière & Coll., Éditions Jaguar, ISBN 2-86950-334-2
  • 1988 - Brève Histoire de la Guinée Équatoriale, Max Liniger-Goumaz
  • 1982 - La Ville de Malabo et les campagnes de l'île de Bioko (Guinée équatoriale), Vicente Obama Ondo Ada, Université Toulouse-Le Mirail, 1982, 278 p. (thèse de 3e cycle)