Kano (Nigeria)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kano.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Cano, Canot et Canaux.
Kano
Panorama de Kano depuis la colline de Dala.
Panorama de Kano depuis la colline de Dala.
Administration
Pays Nigeria Nigeria
État Kano
Démographie
Population 3 626 204 hab. (2005)
Géographie
Coordonnées 12° 00′ N 8° 31′ E / 12, 8.5166666666667 ()12° 00′ Nord 8° 31′ Est / 12, 8.5166666666667 ()  
Altitude 488 m

Géolocalisation sur la carte : Nigeria

Voir la carte administrative du Nigeria
City locator 14.svg
Kano

Géolocalisation sur la carte : Nigeria

Voir la carte topographique du Nigeria
City locator 14.svg
Kano

Kano est la deuxième ville du Nigeria par la population. Située dans le nord du pays, elle est la capitale de l’État de Kano.

Histoire[modifier | modifier le code]

Portail du palais de l'Émir de Kano

Située dans une région peuplée depuis le VIe siècle, la ville a été fondée vers l'an 1000 en tant que cité-état haoussa indépendante. À la croisée de plusieurs routes caravanières trans-sahariennes, Kano prospéra grâce aux échanges de biens : or, cuir, ivoire, sel, esclaves, etc. L'Islam est introduit au XIVe siècle par les marchands et dès le XVe siècle, la première grande mosquée est érigée. Au début du XIXe siècle, le chef islamique peul Usman dan Fodio dirige un jihad contre Kano, prend la ville et met à sa tête Sulaiman qui devient le premier membre de la dynastie des émirs de Kano.

D'après l'explorateur allemand Heinrich Barth qui y séjourna en 1851, cité par Edmund Dene Morel dans un de ses écrits journalistiques rapporté par Jules Marchal "la province de Kano, avec son maïs et son cheptel pour l'alimentation de la population et son coton pour l'industrie, est le jardin de l'Afrique Centrale ; Kano doit être une des plus heureuses places du monde parce que sa grande industrie cotonnière n'y est pas le fait d'établissements gigantesques, mais de travail à domicile fournissant besogne et revenu aux familles. Morel y ajoute que les produits des tisserands et des teinturiers de Kano dépassent tout ce que Manchester peut produire. Il qualifie Kano de grande ville vibrant d'une force vitale industrielle unique en Afrique, entourée d'un mur de 15 milles, avec une population flottante évaluée à deux millions d'hommes, venant des coins les plus reculés de l'Afrique du Nord et de l'Est"[1] .

Le 7 février 1903, alors que Alu, le septième émir de Kano, est en voyage à Sokoto, une force armée britannique de 800 hommes s'empare de la ville pour l'intégrer au protectorat du Nigeria du Nord. Kano perd alors son influence politique au profit de Kaduna et ne la retrouve en partie qu'en 1967, quand le gouvernement indépendant crée l’État de Kano.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. E.D Morel contre Léopold II par Jules Marchal (1996), collection Zaïre — Histoire & Société chez L'Harmattan vol 1 p.69.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Christoph Becker, Kano, eine afrikanische Grossstadt, Deutsches Institut für Afrika-Forschung, Hambourg, 1969, 184 p.
  • (en) Olawale Albert, Women and urban violence in Kano, Nigeria, Spectrum Books Limited, IFRA, Ibadan, 1996, 120 p. (ISBN 978-2462-87-X)
  • (en) Adamu Mohammed Fika, The Kano civil war and British over-rule : 1882-1940, Oxford University Press, Londres, Ibadan, New York, 1978, 307 p.
  • (en) Roy Maconachie, Urban growth and land degradation in developing cities : change and challenges in Kano, Nigeria, Ashgate, Aldershot, 2007, 194 p. (ISBN 978-0-7546-4828-4)
  • (en) D. J. M. Muffett, Concerning brave captains : being a history of the British occupation of Kano and Sokoto and of the last stand of the Fulani forces, A. Deutsch, Londres, 1964, 224 p.
  • (en) Rasheed Olaniyi, Community vigilantes in Metropolitan Kano : 1985-2005, Institut Français de Recherche en Afrique, IFRA-Ibadan, 2005, 86 p. (ISBN 978-8025-12-9)
  • (en) John N. Paden, Religion and political culture in Kano, University of California Press, Berkeley, 1973, 461 p. (ISBN 0-520-01738-2)
  • (en) Steven Pierce, Farmers and the state in colonial Kano : land tenure and the legal imagination, Indiana University Press, Bloomington, Indianapolis, 2005, 262 p. (ISBN 0-253-34661-4) (texte remanié d'une thèse de doctorat)
  • (en) M.G. Smith, Government in Kano, 1350-1950, Westview Press, Boulder, Colo., 1997, 595 p. (ISBN 0-8133-3270-2)
  • (fr) Ousmane Kane, Les mouvement islamiques et le champ politique au nord du Nigeria : le cas du mouvement Izala à Kano, Université Paris, 1993, (thèse de doctorat de Science politique)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :