Port-Louis (Maurice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Port Louis.
Port-Louis
Blason de Port-Louis
Héraldique
Image illustrative de l'article Port-Louis (Maurice)
Administration
Pays Drapeau de Maurice Maurice
District Port Louis
Démographie
Population 155 226 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 20° 10′ 00″ S 57° 31′ 00″ E / -20.166667, 57.51666720° 10′ 00″ Sud 57° 31′ 00″ Est / -20.166667, 57.516667  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maurice

Voir sur la carte Maurice administrative
City locator 11.svg
Port-Louis
Liens
Site web mpl.intnet.mu

Port-Louis (Port Louis en anglais) est la capitale de Maurice. Située dans son propre district, peuplée de 147 688 habitants au recensement de 2003, la ville est aussi un port ouvert sur l'Océan Indien et la plus grande ville du pays. Originellement, la ville avait reçu des Hollandais le nom de Noordwester Haven traduit en Port Nord-Ouest par les colons français. Le nom de Port-Louis a été donné en hommage au roi Louis XV à des dates qui divergent selon les sources. Certains citent l'année 1721[1] ou 1722[2][3], d'autres font remonter ce second baptême à l'arrivée du gouverneur Mahé de la Bourdonnais en 1735[4]. Sous la Révolution, la ville reprit son nom de Port Nord-Ouest[5] qu'elle alterna avec les noms de Port de la Montagne pour le port et Ville de la Montagne pour la ville entre 1793 et 1795[5][3][2]. En août 1806, avec l'avénement de l'Empire napoléonien, le gouverneur Decaen lui donna le nom de Port-Napoléon[2][6] qui fut conservé jusqu'à l'arrivée des Anglais en 1810 où elle reprit le nom de Port-Louis[2].

Centre de Port-Louis

Géographie et Climat[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent releva la présence de nombreuses plantes dans les rues de Port-Louis, notamment Achyranthes aspera, Amaranthus blitum, Amaranthus spinosus, Andropogon contortum, Boerhavia diffusa, Boerhavia erecta, Cassia foetida, Cleome pentaphylla, Cynosurus indicus, Datura metel, Heliotropium indicum ou Parthenium hysterophorus, mais aussi un galéga, plusieurs panics et cinq ou six espèces de Sida. Par ailleurs, et toujours d'après le même auteur, l'argémone mexicaine s'était déjà naturalisée dans l'île et les principales rues du port étaient plantées de bois noir[7].

Le naturaliste nota également la présence à Port-Louis de Cassia fistula ainsi que de badamiers, ces derniers plantés çà et là dans les rues et les cours[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Protégée des intempéries fréquentes qui frappent le Plateau Central de l'île Maurice, Port-Louis bénéficie d'un climat d'une douceur exceptionnelle en hiver. Il est très rare que les températures descendent en dessous de 18 °C. Les hivers à Port-Louis sont à ce point modérés que les habitants des régions plus froides du pays affirment que les Port-Louisiens ne connaissent pas l'hiver. Les étés port-louisiens sont réputés torrides, même par rapport au reste du pays. Il n'est pas rare que le thermomètre affiche plus de 32 °C ; de plus, des taux d'humidité pouvant facilement avoisiner les 90 % rendent la chaleur encore plus inconfortable de décembre à février.

Histoire[modifier | modifier le code]

Port-Louis vu par le satellite SPOT

Port-Louis a été fondée en 1735 par les colons français mais est aujourd'hui une ville cosmopolite habitée par les descendants d'immigrants indiens, chinois, africains et européens.

Les Hollandais prirent possession de l’île Maurice en 1638, mais l'abandonnèrent quelques décennies plus tard. Pendant les premières années suivant leur arrivée, ils occupèrent deux points sur l’île, la baie de Grand Port connue à l’époque sous le nom de Warwyck Haven et Port-Louis, qui fut nommé Noord-Wester Haven (Port Nord Ouest en néerlandais). Le site est baptisé Port-Louis par les Français, puis change de nom brièvement pendant la Révolution, et après 1804 (Port-Napoléon) sous l'Empire. Il retrouve son nom de Port-Louis ensuite.

Au début de la colonisation française, le site a été baptisé Port-Louis. L'origine du nom n'est pas certaine. Certains chercheurs penchent en faveur du souverain d'alors, Louis XV, alors que d’autres supposent que le site fut nommé en souvenir de Port-Louis, en Bretagne. En 1729, Nicolas de Maupin devint le premier administrateur à part entière de l’île. Sous son administration, Port-Louis devint la capitale administrative et le port principal, aux dépens de Port-Bourbon (Grand Port). La Compagnie des Indes envoya, en 1732, l’ingénieur Cossigny pour aider à la fortification de la ville ainsi qu’à la construction d’un port. Bien que compétent, ce dernier ne put réaliser ses projets car il entretenait des relations exécrables avec le conseil supérieur de l'île de France.

Les grands travaux de construction furent entrepris sous le gouvernement de Mahé de Labourdonnais. Il arriva dans l'île en 1735 et, en moins de dix ans, la ville de Port-Louis fut dotée d'une rade bien équipée et bien défendue, ainsi que de plusieurs bâtiments dont des greniers, une cale sèche, un arsenal, une armurerie et un hôpital. La capitale prit forme grâce au travail des esclaves venus d’Afrique et des artisans de Madras. Les habitants reçurent l'eau potable à travers un aqueduc acheminant l’eau de Grande Rivière Nord-Ouest. Finalement, Labourdonnais commença la construction de l’Hôtel du Gouvernement, où siégea le Conseil supérieur de l'île de France.

De 1767 à 1790, l’île de France passa sous tutelle royale. Les dernières années d’administration de la Compagnie des Indes orientales virent Port-Louis souffrir d’un manque d'attention de la part des autorités. Le port s’envasa et fut encombré d'épaves de navires victimes de cyclones. Beaucoup de bâtiments étaient en piteux état. L’intendant royal, Pierre Poivre, veilla à ce que les choses évoluent positivement. Il contribua à rendre la vie des habitants de la capitale plus agréable. À son départ en 1772, la ville avait grandi d’un tiers de sa taille initiale.

Entre les années 1772 et 1781, le chevalier de Tromelin, ingénieur naval, entreprit d’agrandir le port du côté de Trou Fanfaron et celle de Caudan. Grâce à ces travaux, le port devint une base pour les opérations navales aux Indes et lors de la guerre d'indépendance des États-Unis. Après la Révolution française, Port-Louis devint Port-Napoléon, en 1806, en l’honneur de l’Empereur. La ville prit son nom définitif à l’issue de la capitulation des Français face aux troupes britanniques en 1810.

En 1801, lorsqu'il le visite dans le cadre de l'expédition Baudin, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent décrit le port en affirmant qu'il « peut contenir quatre à cinq mille blancs ou libres, et le double d'esclaves ». Il ajoute que « la plupart des rues ne sont pas pavées ; les maisons sont presque toutes en bois, et sont très-basses ; beaucoup d'entre elles n'ont que le rez-de-chaussée, ou un étage, à cause des coups de vents qui les pourraient renverser si elles étaient plus élevées » Généralement, la ville était selon lui en situation « critique »[7].

Une épidémie de malaria en 1867 fait fuir la bourgeoisie de Port-Louis qui abandonne ses maisons pour fonder le village, puis ville de Curepipe sur les hauteurs au climat jugé plus sain. Une épidémie de peste en 1899 fait fuir une grande partie de ses habitants sur les hauteurs de l'île. Enfin la grippe espagnole atteint l'île entre mars et juin 1919, faisant dix mille morts.

De 1810 à 1921, la population de Port-Louis passa d’environ vingt-quatre mille à plus de cinquante mille habitants. La plupart des immigrants indiens commerçants, principalement les musulmans, s’installèrent dans la capitale à leur arrivée. La ville devint une municipalité en 1850.

Économie[modifier | modifier le code]

Le Royal Star à quai.

La majeure partie du revenu de la ville est dérivée des activités portuaires - qui par la suite régit le commerce extérieur mauricien. Récemment, Port-Louis s'est notamment transformé en un port d'éclatement. 300 000 mouvements de transbordement sont attendus en 2005.

L'industrie est dominée par le textile, dont les activités se concentrent dans la dite "zone franche" à Plaine Lauzun, mais les produits chimiques, le plastique et les produits pharmaceutiques apportent une contribution importante.

Le tourisme est aussi une activité importante. Grâce au développement du Caudan Waterfront (anciennement les docks de la ville, devenus aujourd'hui un complexe commercial), le nombre des touristes visitant Port-Louis a augmenté sensiblement. Il ne faut pas oublier non plus que la ville regorge de lieux historiques, comme le Champ de Mars et la Place d'Armes, autant d'endroits susceptibles d'attirer les touristes.

Depuis que les activités industrielles de la ville se sont révélées être moins rentables qu'elles ne l'étaient pendant les années 1980, Port-Louis s'est tourné peu à peu vers les activités liées à la finance. La ville est considérée comme l'une des plus importantes places financières de l'Afrique subsaharienne, avec Johannesburg.

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Vue de la Cour Suprême
Place Centrale de Port-Louis

Tout en étant une ville qui a été pendant plus d'un siècle et demi administrée par l'Empire Britannique, Port-Louis porte indéniablement l'empreinte de la France, à qui l'on doit de nombreux projets d'envergure dans la ville. Par la suite, les Britanniques ont fait appel aux descendants des Français pour l'administration locale pendant cent cinquante ans, jusqu'à l'indépendance. En effet à leur arrivée, les Anglais ont découvert une ville tellement bien entretenue par les Français qu'ils n'ont pas jugé nécessaire de lui ajouter grand-chose. Pour commencer, les pavements qui ornent les trottoirs de la ville sont des vestiges du règne français, et font la fierté des Mauriciens qui les considèrent comme partie intégrante de Port-Louis. Le port et le Jardin de la Compagnie sont aussi le fruit de l'apport français au pays. Pour une ville de dimension relativement faible, Port-Louis regorge d'autres lieux historiques. L'un d'eux, l'Aapravasi Ghat, fait même partie de la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 2006. La particularité de ce lieu est d'avoir accueilli les premiers immigrants indiens arrivés au pays au dix-neuvième siècle. Quand on sait qu'aujourd'hui plus de 70 % des Mauriciens ont des origines indiennes, on imagine aisément le symbolisme de l'Aapravasi Ghat pour le pays. La liste des lieux historiques de Port-Louis ne s'arrête pas là. On relèvera, outre les endroits mentionnés plus haut, le Blue Penny Museum, la Place d'Armes, le Théâtre de Port-Louis, et le Parlement.

Immeubles de grande hauteur[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Façade de la cathédrale Saint-Louis.

Transports[modifier | modifier le code]

En tant que capitale économique et politique du pays, Port-Louis fait l'objet d'un trafic routier considérable. En 2004, on estimait à 25 770 le nombre de véhicules entrant dans la capitale chaque matin entre 7h et 9h. Pendant ces mêmes heures de pointe, 215 véhicules pénétraient dans Port-Louis chaque minute, expliquant les nombreux goulots d'étranglement recensés aux entrées nord et sud. Depuis, la situation s'est encore empirée, le nombre de véhicules enregistrés dans le pays étant passé de 291 605 à 384 115, soit une croissance de 32 % en 6 ans.

La ville est desservie par des autobus en provenance de toutes les régions du pays, y compris les plus éloignées, comme les districts de Flacq et Savanne. Les deux gares routières les plus importantes sont:

  • la Gare du Nord (Immigration Square), terminus pour les autobus venant du nord de l'île ou s'y rendant.
  • la Gare Victoria, pour les autobus en provenance des Plaines Wilhems, Grand Port, Savanne et Flacq.

Pour davantage de flexibilité, et aussi pour pallier le manque d'espace disponible dans ces deux gares, les autobus sont autorisés à déposer des passagers à d'autres endroits de Port-Louis, surtout aux heures de pointe:

  • rue Jemmapes (près des Casernes Centrales)
  • rue du Président Kennedy (dans laquelle se trouvent le siège d'Air Mauritius et celui de la Mauritius Commercial Bank)
  • rue Sir William Newton (district financier de la capitale, dans lequel on retrouve bon nombre de banques et d'assureurs)
  • rue Pope Hennessy (non loin de la Cour Suprême)

Enfin, Port-Louis est au cœur d'un réseau de transport non négligeable desservant ses banlieues proches telles que Cité La Cure, Plaine Verte, Vallée Pitôt, Tranquebar et Cité Vallijee.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Les personnalités suivantes sont nées à Port-Louis :

Les personnalités suivantes sont mortes à Port-Louis :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Henrat, Jeanne Hugueney et Pierre Lavedan, L'Urbanisme à l'époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Bibliothèque de la Société Française d'Archéologie,‎ 1982, 596 p. (ISBN 978-2-600-04614-5), p.271
  2. a, b, c et d (en) Sydney Selvon, A New Comprehensive History of Mauritius From the Beginning to This Day, vol. 2 : From British Rule to the 21st Century, Mauritius,‎ 2012, 432 p. (ISBN 978-1480168442)
  3. a et b André de Kervern et Yvan Martial, Ile Maurice : 500 cartes postales anciennes, Pacifique,‎ 2013, 267 p. (ISBN 2878681541)
  4. Eugène Herpin, Mahé de la Bourdonnais et la Compagnie des Indes, Saint-Brieuc, Imprimerie-Librairie-Lithographie de René Prud'Homme,‎ 1905 (lire en ligne)
  5. a et b Jules Leclercq, L'Île Maurice, Paris, Plon,‎ 1897, 32 p. (lire en ligne)
  6. (en) Allister Macmillan, Mauritius illustrated : historical and descriptive, commercial and industrial facts, figures and resources, Londres, W.H. & L. Collingridge,‎ 1914, 456 p., p.28
  7. a, b et c Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, 1804.
  8. Ville de la Possession - Jumelages

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]