Moroni (Comores)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moroni.
Moroni
La grande mosquée
La grande mosquée
Administration
Pays Drapeau des Comores Comores
Province Grande Comore Grande Comore
Indicatif téléphonique +269
Démographie
Gentilé Moronais ou Moronien
Population 81 329 hab. (2013)
Densité 2 711 hab./km2
Géographie
Coordonnées 11° 41′ 54″ S 43° 15′ 20″ E / -11.6982985, 43.2555771 ()11° 41′ 54″ Sud 43° 15′ 20″ Est / -11.6982985, 43.2555771 ()  
Superficie 3 000 ha = 30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Afrique

Voir sur la carte Afrique administrative
City locator 11.svg
Moroni

Géolocalisation sur la carte : Comores (administrative)

Voir sur la carte Comores administrative
City locator 11.svg
Moroni

Moroni (en arabe : موروني) est la capitale de l'Union des Comores et chef-lieu de la préfecture de Moroni-Bambao, sur l'île de Grande Comore, elle a une population d'environ 81 329 habitants en 2013[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Moroni viendrait du mot Oundroni qui signifie « bien-être », « bonheur ». Ses deux quartiers historiques d'appel sont Badjanani (le nom viendrait des mots arabes « Bab- » = "Porte" et « Djannat » = "Paradis", Badjanani serait la « porte du paradis ») et Mtsangani (Mtsanga pour « sable » et ni pour « lieu »), quartier par sa proximité avec la plage et l'ancien port de Moroni. Ces deux quartiers forme la Médina, le cœur de la ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le port en 2008

Moroni se situe sur la côte ouest de la Grande Comore. Elle possède un port qui permet de rejoindre les autres îles de l'archipel comorien, ainsi que Madagascar ou le continent.

Ce n'est pas un port en eaux profondes, par conséquent c'est celui de Mutsamudu à Anjouan qui est chargé de débarquer les marchandises des cargos, qui parviennent ensuite à Moroni, par cabotage.

La ville est composée de plusieurs quartiers tels que : Badjanani, Mtsangani, Iroungoudjani, Magoudjou, Zilmadjou, Caltex, Hankounou, Coulée, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moroni était la capitale du sultanat de Bambao. Elle abrite une médina qui était ceinte d'une muraille. Cette dernière fut détruite par les Français au XIXe siècle suite à une révolte.
Elle devint capitale du territoire des Comores (alors territoire français d'outre-mer) en 1962, puis à l'indépendance en 1975, capitale de l'État comorien.

Administration[modifier | modifier le code]

La place des Assemblées (1908)

La capitale abrite le siège des différentes institutions du pays, telles que l'assemblée de l'Union des Comores, l'ensemble des ministères et administrations de l'Union, le siège de la banque centrale, ainsi que l'Université des Comores. Elle accueille également les représentations étrangères (tel que l'ambassade de France aux Comores) et celles des organisations internationales dans l'archipel.

Transports[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par l'Aéroport international Prince Said Ibrahim (code IATA : HAH) qui se trouve à Hahaia à 30 km au nord. L'ancienne piste d'aéroport était située dans la partie sud de la ville, elle est fermée depuis la création de l'aéroport international.

Climat[modifier | modifier le code]

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 23 23 23 23 21 20 19 19 19 20 22 23 21,3
Température moyenne (°C) 26,5 26,5 27 26,5 25 24 23,5 23 23,5 24,5 26,5 27 25,3
Température maximale moyenne (°C) 30 30 31 30 29 28 28 27 28 29 31 31 29,4
Précipitations (mm) 345 311 300 296 233 215 194 118 117 91 102 220 2 542
Nombre de jours avec précipitations 18 17 17 19 13 12 12 11 11 12 12 16
Source : Relevés météorologique de Moroni en °C et mm, moyennes mensuelles[2]


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le rappeur Cheikh Mc est né à Moroni en 1978.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sophie Blanchy, Ben Ali Damir et Saïd Moussa, Comores : sur les traces de l'histoire : visite guidée de Moroni, Ikoni, Itsandra et Ntsudjini, Centre national de documentation et de recherche, Moroni, 1989 ?, 55 p.
  • Yann Gérard, « Mutations urbaines et transformations territoriales : le cas de Moroni et Mutsamudu (Archipel des Comores) », in Colette Vallat (dir.), Pérennité urbaine ou la ville par-delà ses métamorphoses, vol. II, Turbulences, L'Harmattan, Paris, 2009 (rééd.), p. 153-163 (ISBN 978-2-296-07448-4)
  • Jean-Louis Guébourg, Petites îles et archipels de l'océan Indien, Karthala, Paris, 2006 (nouvelle édition révisée et augmentée), 526 p. (ISBN 2-8458-6823-5) (notamment plan de Moroni, p. 323)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]