Les Aventures de Winnie l'ourson (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Aventures de Winnie l'ourson.

Les Aventures de Winnie l'ourson

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film.

Titre québécois Les Merveilleuses Aventures de Winnie l'ourson
Titre original The Many Adventures of Winnie the Pooh
Réalisation John Lounsbery
Wolfgang Reitherman
Scénario Voir fiche technique
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Sortie 1977
Durée 74 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Aventures de Winnie l'ourson ou Les Merveilleuses Aventures de Winnie l'ourson au Québec (The Many Adventures of Winnie the Pooh) est le 28e long-métrage d'animation et le 22e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1977 et basé sur les personnages d'Alan Alexander Milne créés en 1926, ce film est en fait la réunion de trois moyens métrages : Winnie l'ourson et l'Arbre à miel (1966), Winnie l'ourson dans le vent (1968) et Winnie l'ourson et le Tigre fou (1974), agrémentés de transitions inédites. C'est l'une des nombreuses productions liées à la franchise développée par le studio Disney autour de Winnie l'ourson.

Les éditions DVD à partir de 2002 comportent, en bonus, un court-métrage supplémentaire Sacrée journée pour Bourriquet (1983). Le film a été scindé en plusieurs épisodes en 2011 dans le cadre des Mini-aventures de Winnie l'ourson (The Mini Adventures of Winnie the Pooh).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Trois histoires narrent les aventures de Winnie l'ourson et de ses amis de la Forêt des rêves bleus :

  • Winnie l'ourson et l'Arbre à miel (Winnie the Pooh and the Honey Tree) : la gourmandise de Winnie le place dans des situations embarrassantes.
  • Winnie l'ourson dans le vent (Winnie the Pooh and the Blustery Day) : un vent violent perturbe la vie des habitants de la forêt, en particulier le tout léger Porcinet.
  • Winnie l'ourson et le Tigre fou (Winnie the Pooh and Tigger Too!) : le turbulent Tigrou pousse à bout la patience de ses amis qui décident de l'égarer dans la forêt. Mais tel est pris qui croyait prendre.
Bonus DVD
  • Sacrée journée pour Bourriquet (Winnie the Pooh and a Day for Eeyore) : les habitants de la forêt ont décidé d'organiser un anniversaire-surprise pour Bourriquet. Celui-ci prend leur comportement pour de l'indifférence.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Source : d'après John Grant[2]

Redoublage de 2011[modifier | modifier le code]

Un redoublage a été réalisé en 2011 dans le cadre des Mini-aventures de Winnie l'ourson (The Mini Adventures of Winnie the Pooh).

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Les trois moyens métrages constituant le film ayant été déjà doublés à l'occasion de leur sortie en salles en 1967, 1970 et 1974, ils ont été conservés en l'état et seules les deux séquences intercalaires et l'épilogue inédits ont été doublés spécialement pour la sortie de 1977, ce qui explique les différences de voix pour un même rôle.

1er doublage[modifier | modifier le code]

Source : d'après le générique de la version d'origine[3] et le carton DVD[NB 2]

2e doublage (1997)[modifier | modifier le code]

En 1997, un redoublage exploité uniquement dans la VHS et le laserdisc de 1997[4] a été réalisé pour harmoniser les voix des trois moyens métrages, avec entre autres Patrick Préjean, voix officielle de Tigrou depuis Sacrée journée pour Bourriquet (1983).

Sacrée journée pour Bourriquet

3e doublage (2011)[modifier | modifier le code]

Redoublage réalisé dans le cadre des Mini-aventures de Winnie l'ourson (The Mini Adventures of Winnie the Pooh).

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  • Winnie l'ourson (Winnie the Pooh) - Chœur
  • Mains en l'air (Up, Down and Touch the Ground) - Winnie
  • J'ai le ventre qui gargouille (Rumbly in My Tumbly) - Winnie
  • Le Petit Nuage (Little Black Rain Cloud) - Winnie et Jean-Christophe
  • Sortons-le (Heave Ho) - Chœur
  • J'ai le ventre qui gargouille (reprise) - Winnie
  • Le Grand Vent sifflant (A Rather Blustery Day) - Winnie
  • C'est merveilleux d'être un tigre (The Wonderful Thing About Tiggers) - Tigrou
  • Les Éphélants et les Nouïfes (Heffalumps and Woozles) - Chœur
  • La Pluie, pluie, pluie tombe, tombe, tombe (When the Rain Rain Rain Came Down) - Chœur
  • Hip hip ourson (Hip Hip Pooh-Ray!) - Chœur
  • C'est merveilleux d'être un tigre (reprise) - Tigrou
  • C'est merveilleux d'être un tigre (finale) - Tigrou

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[5].

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

  • Années 1980 : VHS avec 1er doublage (1967)
  • 1997 : VHS et Laserdisc, format 4/3, 2e doublage
  • Printemps 2002 : DVD et VHS (Québec), 1er doublage
  • 16 octobre 2002 : DVD et VHS, format 4/3, 1er doublage
  • 23 octobre 2003 : 2 Coffrets 3 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 20 octobre 2004 : Coffret 3 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 19 octobre 2005 : Coffret 3 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 5 novembre 2005 : Coffret 2 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 26 octobre 2006 : Coffret 2 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 26 octobre 2006 : Coffret 6 DVD, format 4/3, 1er doublage

Production[modifier | modifier le code]

Ralph Wright devant l'affiche du film Winnie l'ourson et l'Arbre à miel en 1968.
Ralph Wright devant l'affiche de Winnie l'ourson et l'Arbre à miel en 1968.

Walt Disney préféra tester ce classique de la littérature anglaise inconnu des petits américains sous forme de moyen métrage, alors qu'un long métrage était initialement prévu. Winnie l'ourson et l'Arbre à miel sortit en 1966, mais le résultat ne satisfait pas Disney (le budget de production n'étant notamment pas couvert par les recettes d'exploitation en salle) et il refusa que le studio produise un second film[6]. Ce n'est qu'après sa mort, quelques mois plus tard, et la réalisation de deux autres moyens métrages en 1968 et 1974, que les studios revinrent au projet initial de long métrage.

Dans Winnie l'ourson et l'Arbre à miel, la scène de Winnie coincé dans le terrier de Coco Lapin est selon John Grant à la fois issue du texte de Milne et de souvenirs d'enfance de Walt Disney[7]. Mais selon une interview réalisée par Bill Davidson la scène n'est pas présente dans le livre original et aurait été ajoutée par Walt Disney lors de sa première lecture[8]. Les scénaristes la développèrent du point de vue du lapin, perturbé par la modification du décor de son foyer en raison de la présence d'un fessier d'ourson au milieu du mur[7]. Walt Disney considère cette scène comme la plus drôle du film[7].

Winnie l'ourson dans le vent dépeint les personnages de la Forêt des rêves bleus confrontés à une tempête et un déluge[7]. Le moyen métrage comporte aussi une séquence où Winnie l'ourson vit un cauchemar avec des éfélants[7].

Le moyen métrage Winnie l'ourson et le Tigre fou a pour héros Tigrou le tigre bondissant à la place Winnie[7]. C'est justement ses bonds à répétition sur les gens qui sont au centre de l'histoire avec une fronde des autres personnage[7].

Personnages[modifier | modifier le code]

Selon Finch, les personnages ont subi une forme d'américanisation mais les animateurs ont réussi à reproduire l'atmosphère du livre[9]. Le personnage le plus mémorable est Tigrou[9].

Dans la version originale, la plupart des personnages ne sont désignés que par leur espèce: « Owl » = hibou, « Rabbit » = lapin, « Piglet » = porcelet, « Gopher » = thomomys, etc. Les noms de Kanga (Grand Gourou)[NB 3] et Roo (Petit Gourou) forment un jeu de mots, leur juxtaposition reconstituant le mot « kangourou ». Christopher Robin (Jean-Christophe en VF) est le prénom du fils d'A. A. Milne. Quant à Winnie (Winnie the Pooh ou Pooh Bear en anglais[NB 4]), il vit sous le nom de « Sanders »[NB 5]. John Grant précise que chaque personnage est associé à un instrument[2] : Winnie le cor baryton ; Christopher, la trompette et la guitare; Coco lapin, la clarinette; Owl, l'ocarina et le cor d'harmonie; Grand Gourou, la flûte ; Petit Gourou, le piccolo ; Bourriquet, la clarinette basse ; Porcinet, le haut-bois; Grignotin l'harmonica basse.

Exposition en 2011 d'éléments de production du film Winnie l'ourson avec Eric Goldberg.

Winnie l'ourson (Winnie the Pooh) est un ours un peu faible d'esprit dont la voix originale est celle de Sterling Holloway[2]. Pour John Grant c'est un choix de composition parfaite pour le public américain mais qui a provoqué de nombreuses réactions au Royaume-Uni dont le public a une relation différente avec le personnage du livre[2]. Les voix des autres personnages ont elles été bien accueillies dans les deux pays[2]. Ironiquement le personnage de Winnie l'ourson est selon Grant celui qui a le moins bien réussi à capturer l'esprit donné par Milne dans ses histoires[10]. Grant relie cela soit à sa voix soit à ses proportions à l'écran, plutôt gras voir replet que maigre[10]. Le Winnie de Disney n'est pas assez proche du Winnie de Milne pour en être une fidèle adaptation à l'écran et pas assez éloigné pour être classé dans les création Disney comme peut l'être Tigrou[10]. Le personnage de Disney tout comme celui de Milne n'est pas souvent touché par la grâce de l'intelligence même si certaines de ses idées sont bonnes comme lorsqu'il demande à Jean-Christophe de lever son parapluie pour simuler un nuage noir ou sa solution pour pour sauver Bourriquet de la rivière[10]. Il reprend aussi le phrasé lunatique donné par Milne dans son livre[10].

Le personnage de Porcinet (Piglet) est un petit cochon rose extrêmement peureux et meilleur ami de Winnie. Ses mouvements dont ceux de ses bras ont servis de vecteurs d'expression aux animateurs pour compenser son apparence de poupée de chiffons et autres peluches avec de simples boutons pour les yeux, technique aussi utilisée pour Winnie l'ourson[11].

Tigrou (Tigger), tigre qui bondit partout sur sa queue phénoménale ; Grignotin (Gopher), rongeur maladroit ; Grand Gourou (Kanga), mère de Petit Gourou ; Petit Gourou (Roo), petit kangourou souvent dans la poche de sa maman.

Le personnage de Grignotin (Gopher), crédité en français de « taupe », est en fait un thomomys ou gaufre, sorte de petit rongeur terrestre proche du chien de prairie de la famille des Geomyidae que l'on trouve en Amérique du Nord. Pour John Grant c'est le second personnage le plus controversé du film après Winnie[10]. Il a été créé à la demande de Walt Disney[10] pour remplacer Porcinet dans le premier moyen métrage, Winnie l'ourson et l'Arbre à miel, mais ce dernier sera rétabli dès le deuxième. Pour John Grant, l'ajout de ce personnage est moins réussi que celui de la Poignée de porte dans Alice au pays des merveilles (1951)[12]. Dans une interview d'Angela Milne au journal The Hartford Times (Hartford, Connecticut) de 1966, la nièce de l'auteur aurait déclaré que son oncle avait prévu un personnage de rongeur aperçu par Jean-Christophe près de leur maison mais que l'éditeur a insisté pour le faire disparaître[10]. Toutefois que ce soit cette interview ou l'ajout par Walt Disney, John Grant précise que ces idées achoppent avec la réalité car aucun gaufre ne vit sur les îles britanniques[13]. Grignotin est avec ses deux dents proéminentes une caricature de l'ouvrier de chantier sur lequel que vous ne souhaiteriez pas tomber en cherchant de l'aide dans les pages jaunes en ne parlant pas du prix du devis mais certain qu'il sera cher[13]. En dehors de cette apparition au début de Winnie l'ourson dans le vent, il ne rapparaît plus dans les moyens métrages[13].

Jean-Christophe (Christopher Robin) joue comme dans le livre le rôle important du conciliateur, calmant les choses quand les autres personnages se disputent comme Coco Lapin et Tigrou[13]. Graphiquement et pour le reste de sa personnalité, il est proche d'Arthur dans Merlin l'enchanteur (1963) ou de Taram dans Taram et le Chaudron magique (1985), un nul, un mignon petit garçon mais faible comparaît aux autres[13]. Comme dans le livre, Jean-Christophe semble extérieur à l'action, il réfléchit aux projets, discute avec ses amis mais n'entre pas dans le propre de l'histoire[13].

Coco Lapin (Rabbit) est un lapin dont la voix originale est celle de Junius Matthews sauf dans Sacrée journée pour Bourriquet où il est remplacé par Will Ryan[13]. Matthews a été découvert par Walt Disney lorsqu'il faisait un rôle de pomme de terre à la radio[13]. Coco Lapin est le personnage organisé et rigoureux et malgré les revendications de Maître Hibou le plus intelligent du groupe d'amis de la Forêt des rêves bleus[13]. Il est aussi le plus irascible et obstiné du groupe[13]. Pour Grant c'est une création majeure du monde du dessin animé mais qui ne peut pas exister en dehors des films de Winnie l'ourson[13].

Maître Hibou (Owl) est un vieux et sage hibou dont l'érudition est certainement surestimé par ses amis comme le prouve son incapacité à écrire « Joyeux Anniversaire » dans Sacrée journée pour Bourriquet[13]. Graphiquement Maître Hibou est dans la même lignée que Hibou dans Bambi (1942) et Archimède dans Merlin l'enchanteur (1963)[14]. Bourriquet (Eeyore) est un âne mélancolique très fidèle à l'oeuvre de Milne et aux esquisses de Shepard[14]. En dehors de sa morosité, son principal trait de caractère est sa queue qu'il perd à plusieurs reprises et que Jean-Christophe attache avec une punaise[14]. Porcinet est un personnage important de l'oeuvre de Milne mais il est en retrait dans les moyens métrages de Disney et totalement absent de Winnie l'ourson et l'Arbre à miel[14]. Shepard a curieusement presque toujours représenté Porcinet avec un air révolté ce que le studio a fidèlement reproduit au travers des oreilles, une écharpe épaisse et une voix haut perchée[14].

Musique[modifier | modifier le code]

Les frères Sherman ont écrit dix chansons pour la série des Winnie[1]  : Winnie the Pooh, Up, Down and Touch the Ground, Rumbly in My Tumbly, Little Black Rain Cloud, Mind Over Matter, A Rather Blustery Day, The Wonderful Things About Tiggers, Heffalumps and Woozles, The Rain Rain Rain Came Down Down Down et Hip Hip Pooh-Ray!

Analyse[modifier | modifier le code]

Leonard Maltin décrit les moyens métrages comme des « pépites » dont les animations ressemblent aux illustrations des livres originaux et dont la durée a permis aux cinéastes de ne pas comprimer ou étirer le scénario[15].

Pour Christopher Finch, la seconde séquence, Winnie l'ourson dans le vent, est la plus réussie, faisant interagir le livre du conte avec l'histoire qu'il contient et qui est racontée[9]. Les pages sont ainsi tournées par le vent ou les mots effacés par la pluie[9].

John Grant n'évoque pas les films de Winnie l'ourson dans la section « Longs métrages » de son encyclopédie mais dans les courts métrages et séries télévisées[16], considérant Les Aventures de Winnie l'ourson comme une compilation[2]. Grant ajoute à cette liste un court métrage éducatif Winnie the Pooh discovers the Seasons (1981) et un quatrième moyen métrage intitulé Sacrée journée pour Bourriquet (1983), distribué sous le label Disney mais produit par Rick Reinert Productions[2]. Le personnage central de ce moyen métrage est Bourriquet dont c'est l'anniversaire[7]. Selon John Grant, l'esthétique de la compilation est très fidèle aux illustrations originales d'E. H. Shepard mais la production de Reinert est de qualité inférieure[2].

À l'opposé des spécialistes Disney, Ruth Hill Viguers écrit dans A Critical History of Children’s Literature que durant les années 1960, Winnie l'ourson et d'autres réalisations du studio Disney ont « détruit l'intégrité des ouvrages originaux » de la littérature pour la jeunesse[17].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Winnie l'ourson (franchise).

Ayant négocier les droits d'adaptations en vidéo de l'œuvre de A. A. Milnes, le studio Disney a réalisé de nombreuses productions en plus des moyens métrages compilés en 1977 sous le titre Les Aventures de Winnie l'ourson. On peut citer entre autres les éléments suivants.

Lampe en forme de Winnie l'ourson tenant un pot de miel.
Lampe en forme de Winnie l'ourson tenant un pot de miel

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Attractions[modifier | modifier le code]

Dans les parcs Disney :

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Porcinet et Tigrou (appelé « Tigre dingo » dans le premier doublage français) n'apparaissent pas dans le premier court-métrage.
  • Lorsque les pages du livre tournent, le texte est toujours le même excepté sur les pages comportant des dessins. Il est à peu près exclusivement tiré du roman de A.A. Milne.
  • Le cauchemar de Winnie avec les Éphélants et les Nouïfes est inspiré (en moins effrayant) de celui de Dumbo (1941) avec ses éléphants roses.
  • Contrairement à la plupart des films avec narrateur, les personnages du film dont Winnie, Porcinet et Tigrou (qui demande conseil en haut d'un arbre) interagissent avec lui tout au long du film... Ce qui sera repris dans les autres films de Disney.
  • L'affiche originale du film contient une erreur, car il est écrit « an all-cartoon feature », mais le film est en fait la réunion de trois court-métrages. De plus, il comporte des prises de vues réelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Nom de Tigrou dans le premier doublage.
  2. En attente de compléments, ces deux sources étant contradictoires (des erreurs ayant déjà été constatées dans les cartons DVD, les génériques sont a priori plus fiables mais ils ne précisent pas les rôles). Pour plus de précisions, voir les articles détaillés.
  3. Qui sera renommée « Maman Gourou » à partir de Sacrée journée pour Bourriquet (1983).
  4. Formé de l'interjection « pooh » : pouah et « bear » : ours.
  5. Afin de correspondre au nom apparaissant à l'image, l'adaptation française indique : « Lui qui s'appelait Martin, il vivait sous le nom de Sanders ».
Références
  1. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 350
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 125.
  3. Générique des Aventures de Winnie l'ourson
  4. Les Grands Classiques Disney - Les Aventures de Winnie l'Ourson
  5. (en) Les aventures de Winnie l'ourson - Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  6. (en) Jimmy Johnson, Inside the Whimsy Works, p. 163
  7. a, b, c, d, e, f, g et h (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 126.
  8. (en) Kathy Merlock Jackson, Walt Disney: Conversations, p. 128
  9. a, b, c et d (en) Christopher Finch, The Art Of Walt Disney, p. 126.
  10. a, b, c, d, e, f, g et h (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 127.
  11. (en) Frank Thomas et Ollie Johnston, Disney Animation : The Illusion of Life, p. 448
  12. (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 237.
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 128.
  14. a, b, c, d et e (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 129.
  15. (en) Leonard Maltin, Of Mice and Magic: Revised Edition, p. 76.
  16. (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 125-130 et p. 141.
  17. (en) Cornelia Meigs (dir.) et Ruth Hill Viguers, A Critical History of Children's Literature : a survey of children's books in English. Prepared in four parts, Macmillan Publishers,‎ 1969, Révisée éd. (1re éd. 1953), 708 p. (ISBN 0-02-583900-4), p. 412

Liens externes[modifier | modifier le code]