Saxhorn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saxhorn basse

Les saxhorns constituent une sous-famille d'instruments de musique, de la famille des cuivres à perce conique. C'est en quelque sorte la déclinaison d'Adolphe Sax des tubas.

L'instrumentiste jouant du saxhorn est appelé saxhorniste.

Les membres de la famille[modifier | modifier le code]

Saxhorn baryton

Les saxhorns forment une famille de sept instruments, dont les deux plus aigus sont appelés bugles, et les cinq autres saxhorns. Ils sont accordés en descendant, par quartes et quintes dans l'ordre suivant.

  • Petit bugle ou saxhorn sopranino, en mi\flat. Son pavillon est orienté vers l'avant. Il est assez peu répandu dans les formations orchestrales classiques à cause de sa technique d'émission du son assez délicate. On le retrouve plus aisément dans des formations plus populaires telles que la banda musicale du sud de l'Italie, bien qu'il tende à se raréfier au profit du cornet soprano en mi\flat.
  • Bugle ou saxhorn soprano, en si\flat — une quarte au-dessous du sopranino. Son pavillon est orienté vers l'avant . Il a la même tessiture que la trompette ou le cornet en si\flat, mais avec un son plus doux. On le rencontre fréquemment dans les ensembles de cuivres (brass bands) et parfois dans les orchestres d'harmonie. C'est un instrument très apprécié en jazz.
  • Saxhorn alto, en mi\flat — une quinte au-dessous du soprano et une octave au-dessous du sopranino. C'est l'instrument-type de la famille et le plus petit dont le pavillon soit orienté vers le haut. Il est assez rare dans les orchestres d'harmonie, où il joue le même rôle que le cor d'harmonie en fa, mais est très répandu dans le monde grâce à son utilisation incontournable dans les ensembles de cuivres (brass bands). En Grande-Bretagne, son appellation courante est tenor horn, tandis qu'aux Etats-Unis (où il est beaucoup plus rare), il est appelé alto horn. En France, on le désigne souvent par le terme argotique de « pichotte ».
  • Saxhorn baryton (appelé parfois ténor), en si\flat — une quarte au-dessous de l'alto et une octave au-dessous du bugle. Il tend à se raréfier en dehors des brass bands. Cet instrument produit le même son fondamental que le saxhorn basse, mais sa perce plus étroite lui confère un son spécifique. Doté la plupart du temps de trois pistons (plus rarement quatre), il ne permet pas de descendre chromatiquement jusqu'au son fondamental.
Des saxhorns contrebasses « de défilé », conçus pour être portés à l'épaule.
  • Saxhorn basse, construit au même diapason que le baryton, mais avec un tuyau plus large, et pouvant descendre jusqu'à la fondamentale. Il a la même tessiture que l'euphonium, mais possède un son plus clair dans les graves, dû à la perce cylindrique de la partie située avant le premier piston. Les modèles actuels se distinguent visuellement de l'euphonium par le fait que le tube, en dehors du pavillon, est entièrement situé en dessous des pistons (modèle découvert). Autrefois très courant dans les orchestres d'harmonie, il est aujourd'hui plus rare, concurrencé par l'euphonium et le saxhorn baryton.
  • Saxhorn contrebasse en mi\flat, ou bombardon, une quinte au-dessous du baryton ou du basse, une octave au-dessous de l'alto.
  • Saxhorn contrebasse en si\flat, une quarte au-dessous du précédent (ajouté à la famille en 1851).

Les saxhorns contrebasses ne se rencontrent plus guère aujourd'hui, remplacés par les tubas en mi\flat et en si\flat.

Un saxhorn basse en ut à six pistons, aussi appelé tuba français a été très répandu dans les orchestres symphoniques et lyriques français pendant la première moitié du XXe siècle. Il est tombé en désuétude, progressivement substitué par les tubas basse et contrebasses de facture allemande. Un important répertoire a été constitué pour cet instrument, dont de nombreuses pièces éditées en deux versions pour tuba en ut ou saxhorn basse en si\flat et piano, commandées par le conservatoire de Paris pour ses concours de sortie.


Technique[modifier | modifier le code]

Comme pour tous les cuivres, le son est produit par la vibration des lèvres au niveau de l'embouchure, produisant diverses harmoniques d'une fondamentale, qui peut être abaissée par l'activation des pistons.

Les doigtés sont ceux que l'on retrouve à la trompette par exemple, à l'exception des certains saxhorns basses, notamment à 5 pistons, dont le troisième piston abaisse la fondamentale de 2 tons, soit un demi ton de plus que pour la plupart des instruments à pistons.


Origines[modifier | modifier le code]

  • Le « tuba » de Gottfried Moritz — influencé par les idées de Wieprecht, directeur général des musiques militaires de Prusse vers 1835. Cet instrument adopte la forme du « basson russe », du « cor basse anglais » et de l'ophicléide.
  • Le tuba de W. Schuster — tuba à trois barillets, datant des années 1830 à 1835.

Adolphe Sax part de ces deux ancêtres pour créer la famille des saxhorns. Il conduit ses recherches au niveau acoustique et démontre que le timbre est déterminé, non pas par la nature du matériau, mais par les proportions données à la « colonne d'air ». En 1843, il présente un brevet pour son « nouveau système chromatique ».

Le mot « saxhorn » apparaît pour la première fois en 1844 dans la bouche d'artistes musiciens qui venaient de découvrir un bugle, auquel Sax avait apporté une modification — une coulisse mobile à ressort permettant d'exécuter des sons glissés, et supprimant les courbes et angles trop heurtés dans les tons de rechange. Toujours en 1844, pendant l'exposition des produits de l'industrie française à Paris, Sax présente pour la première fois des saxhorns, qu'il appelle toujours « bugles ». Ce n'est qu'en 1845 qu'Adolphe Sax utilise le nom de « saxhorn », dans le but de regrouper ces instruments en une famille homogène. Chaque instrument utilise les mêmes doigtés pour toute l'étendue de la famille.

Les saxhorns adoptent une forme verticale, plus pratique pour les musiciens de la cavalerie qui maintiennent leur instrument avec le bras gauche contre le corps. Dès lors, Sax ne cesse de les perfectionner. En 1851, à l'Exposition Universelle de Londres, au Crystal Palace — du 1er mai au 11 octobre —, Sax présente onze saxhorns. Certains ont trois pistons, d'autres quatre ou encore cinq. Il y présente également un « saxhorn à quatre cylindres et compensateur », mais aussi trois saxhorns (soprano, alto et contralto) à quatre cylindres.

Répertoire[modifier | modifier le code]

  • Saxhorn et Piano [1]:
Jacques Castérède - Sonatine pour tuba ut ou saxhorn basse si\flat et piano op.47 (Morceau de Concours du C.N.S.M. de Paris) - Editions Leduc AL 23337 - 1963[2].
Eugène Bozza - Concertino pour tuba ut ou saxhorn basse si\flat - Editions Leduc AL 23643 - 1967.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Saxhorn et piano chez Hybrid'Music - octobre 2008 - Premier enregistrement mondial

David Maillot, saxhorn basse - Géraldine Dutroncy, piano - Œuvres de Eugène Bozza, Marcel Bitsch, Jacques Castérède, Alain Bernaud, Henri Tomasi, Claude Pascal, Gérard Devos et Roger Boutry.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nombre de pièces sont éditées conjointement pour le "tuba français" et le saxhorn basse
  2. pièce éditée en deux versions, pour tuba ou saxhorn basse

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]