Mulan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mulan (homonymie).

Mulan

Description de l'image  Mulan.jpg.
Réalisation Tony Bancroft, Barry Cook
Scénario voir fiche technique
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1998
Durée 84 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mulan est le 54e long-métrage d'animation et le 36e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1998, il s'inspire de la légende de Hua Mulan.

Une suite, sortie directement en vidéo, a été donnée au film en 2004 : Mulan 2 : La Mission de l'Empereur.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Hua Mulan

Dans les paysages montagneux de Chine, surplombés par la grande muraille, les Huns envahissent en pleine nuit le pays. L’empereur prévenu, décrète la mobilisation d’un homme par famille. Fa Mulan, fille unique, part en ville se préparer avec sa mère et sa grand-mère pour rencontrer la marieuse et faire ainsi honneur à sa famille. Sa grand-mère lui donne pour l’occasion Cri-Kee, un criquet porte bonheur. Cependant, après avoir commis maladresse sur maladresse, Mulan est honnie par la marieuse. De retour chez elle, seule, elle retire son maquillage et s’interroge sur la place qu’elle doit tenir.

Son père Fa-Zhou la console en faisant allusion à la fleur de cerisier en retard mais ils sont interrompus par le roulemement d'un tambour annonçant la conscription des hommes. Mulan s’oppose au départ de son père à la guerre, invoquant sa maladie. Dans la nuit orageuse qui suit, elle se coupe les cheveux avec une épée et prend l’armure de son père puis part en direction du camp. Sa famille, qui s'est rendu compte de son absence, renonce à la dénoncer au risque qu'elle soit exécutée. Les ancêtres de la famille Fa sortent de leur sommeil et confient à Mushu, gardien de la famille aujourd’hui dégradé, le soin de réveiller le grand dragon de pierre destiné à protéger Mulan, mais il le pulvérise par inadvertance. Mushu et Cri-Kee décident alors de partir protéger eux-mêmes Mulan.

Arrivée au camp avec Mushu, Mulan sème le désordre et ne comprend pas les agissements typiquement masculins notamment ceux de Yao, Ling et Chien-Po. Pendant ce temps-là, le général Li, son fils Shang et Chi-Fu débattent de la stratégie militaire à adopter contre les Huns. Ils décident que Li partira en premier afin de défendre un village et que Shang le rejoindra plus tard à ce même village pour ensuite terminer sur un col. Par la suite, le général Li promeut Shang officier, malgré l’opposition de Chi-Fu, et repart rejoindre ses troupes. Shang, constatant le désordre, demande le nom du fauteur de trouble et tous les hommes du campement désignent Mulan, qui se présente sous le nom de Ping. Le lendemain, Shang lance une flèche au haut d’un mât et donne pour but de l’escalader avec deux poids symbolisant la discipline et la force mais aucun des hommes n'y parvient. Il commence aussi à leur enseigner aussi le combat et le tir à l’arc. Mulan, sur le point d'être chassée, réussit finalement à escalader le mât.

Les troupes fin prêtes vont vers le front ; pendant les laborieuses heures de marche, pour retrouver de la joie, les soldats chantent et pensent à une fille à aimer, ce qui met Mulan quelque peu mal à l’aise. Mais cette joie est vite interrompue lorsqu’ils découvrent le village dévasté par l'armée des Huns. Le casque du général Li est retrouvé sur place, et Shang comprend que son père est mort. Shang enfonce l’épée, la surmonte du casque et se recueille un instant avec Mulan, qui comprend sa douleur. Shang décide ensuite d’attaquer par le col. Alors qu'ils avancent vers leur but, Mushu déclenche une des fusées par inadvertance, avertissant ainsi les Huns de leur présence. S’ensuit immédiatement une pluie de flèches contrée par les tirs de canon. Après une courte accalmie, au-delà des nuages de fumée apparaît Shan-Yu ainsi qu’une nuée de soldats chargeant derrière lui. Yao, sur l’ordre de Shang, se prépare à tirer sur Shan-Yu mais Mulan s’élance et prend le canon puis tire sur un pan de la montagne provoquant une avalanche emportant tout le monde. Dans la coulée, Mushu sauve Cri-Kee et Mulan sauve Shang qui sont eux-mêmes sauvés par la flèche attachée à une corde lancée par Yao. Cependant Mulan est blessée.

Peu après, Mulan est soignée, mais le médecina a découvert qu'elle est une femme. La punition prévue pour Mulan est la mort mais Shang décide de l'épargner en raison du principe d’une vie pour une vie et ce malgré les contestations de Chi-Fu. Plus tard, Shan-Yu et quelques-uns de ses hommes s’extirpent de la neige. De retour à Pékin, la victoire est célébrée par la population à la cité interdite. Mulan essaie en vain de prévenir Shang que les Huns sont sur le palais mais celui-ci ne la croit pas. Alors que Shang arrive devant l'empereur, les hommes de Shan-Yu l'enlèvent. Yao, Ling et Chien-Po se travestissent en femmes et partent avec Mulan reprendre l’empereur. Mulan poursuit son combat avec Shan-Yu sur les toits de la cité interdite. Mushu envoie un grosse fusée de feu d’artifice qui explose contre Shan-Yu. L’empereur, pour la remercier, s’abaisse devant Mulan ainsi que tout le peuple, il lui remet l’épée de Shan-Yu ainsi qu’un médaillon. Après les retrouvailles avec son père, arrive Shang venu lui déclarer sa flamme. Mushu redevient gardien de la famille Fa.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Note: La liste des « crédités » au générique étant trop longue pour être citée in extenso ici, nous n'avons repris que les principaux contributeurs.

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  • Honneur à tous ou Pour notre honneur à tous au Québec (Honor to Us All) - Mulan, Grand-mère Fa, Fa Li et Chœur
  • Réflexion ou Reflet au Québec (Reflection) - Mulan
  • Comme un homme ou Je ferai des hommes de vous avant tout ! au Québec (I'll Make a Man Out of You) - Shang, Mushu, Mulan, Yao, Ling, Chien pô et Chœurs
  • Une belle fille à aimer ou La Fille de nos rêves au Québec (A Girl Worth Fighting for) - Mulan, Yao, Chi-Fu, Chien-Pô, Ling, Chœur et Soldats
  • Comme un homme (Reprise) - Chœurs
  • True to your heart (générique de fin) - 98° et Stevie Wonder
  • Qui je suis vraiment (Reflection (reprise)) (générique de fin) - Mélanie Cohl (Christina Aguilera)
  • Keep 'em guessin' - Mushu (non utilisée)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Golden Globes 1999 :
    • Meilleure bande originale pour Jerry Goldsmith
    • Meilleure chanson originale pour Matthew Wilder et David Zippel (Reflection)
  • Grammy Awards 1999 : Meilleure chanson originale pour Matthew Wilder et David Zippel (True to Your Heart)
  • Oscars 1999 : Meilleure musique de film pour Matthew Wilder, David Zippel et Jerry Goldsmith

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le Boston Globe voit dans Mulan « le film d'animation le meilleur et le plus novateur » depuis Le Roi lion et espère y trouver le signe d'une « renaissance vigoureuse et passionnante » des studios après les demi-échecs du Bossu de Notre-Dame et d'Hercule[1].

En France[modifier | modifier le code]

Dans Libération, Michel Roudevitch donne une critique favorable du film, où il trouve « un grand bonheur d'expression » malgré les similarités qu'il relève entre les personnages secondaires et d'autres de précédents films Disney. Il salue les choix graphiques du film (un « parti pris minimaliste en harmonie avec la stylisation orientale » et une mise en avant de la gestuelle plutôt que des paroles ou des chansons) ainsi que la fusion réussie entre les séquences réalisées par ordinateur et le reste du film, permettant une scène d'attaque des Huns réussie et un bon traitement des ombres et des lumières[2].

Dans Le Monde[3], Jean-Michel Frodon signe une critique très favorable de Mulan, estimant que le film « conserve les qualités habituelles (sens du rythme et du récit) et recycle les poncifs de la Major avec une adresse certaine », ce qu'il attribue à un enjeu commercial renouvelé par la concurrence de Dreamworks (avec Le Prince d'Égypte qui sort peu après le Mulan de Disney). Il explique la qualité du film par une héroïne moins convenue que d'habitude, par la plus grande cohérence entre ses composants (chansons, personnages, scènes attendues, effets spéciaux numériques), par le « lyrisme épique » des scènes d'action (notamment l'attaque des Huns dans la montagne) et par des réussites graphiques d'une « audacieuse abstraction ». Il remarque que le film atteint ses différents objectifs : son scénario véhicule les divers messages politiquement corrects habituels, destinés à viser un public large, mais sans que cela ne parasite le récit cette fois-ci ; et le choix du sujet constitue une manœuvre de séduction à l'égard du marché chinois, « visée on ne peut plus intéressée, mais dont la contrepartie est l'incontestable respect pour les signes culturels chinois (alors que Aladdin était loin de s'embarrasser de semblables précautions) ».

Dans l'hebdomadaire Télérama, Aurélien Ferenczi donne une critique favorable du film[4], dont il estime qu'il « redresse la barre après un très décevant Hercule », en particulier grâce à l'héroïne « carrément charmante, et surtout exempte de toute niaiserie » qu'il compare avantageusement à l'héroïne éponyme de Pocahontas. Parmi les qualités du film, il compte les chansons impliquant des chœurs, les trouvailles comiques autour de Mushu et des compagnons de Mulan, la séquence de la bataille dans la montagne qui « frise l'épique », l'épaisseur donnée aux personnages et le propos du film « [conseillant] aux filles de ne pas se laisser marcher sur les pieds par les garçons ». Il juge plus faibles en revanche les chansons en solo « tristement guimauve » et le finale « pagailleux ».

Box-office[modifier | modifier le code]

Box-office de Mulan
Pays Box-office Classement 1998
Monde International $304,320,254 7e[5]
Drapeau des États-Unis États-Unis/Drapeau du Canada Canada $120,620,254 13e
Drapeau de la France France 5 793 697 entrées 5e
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 4 391 177 entrées[6]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 2 272 466 entrées[6]
Drapeau de l'Espagne Espagne 2 146 380 entrées[6]
Drapeau de l'Italie Italie 1 706 398 entrées[6]
Drapeau de la Suisse Suisse 382 131 entrées[7] 5e

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : Québec Québec : 2 février 1999 (VHS) et 26 octobre 2004 (DVD).
  • Drapeau de la France France : 28 septembre 1999 (VHS), 12 avril 2000 (DVD simple) ; 5 novembre 2004 (édition collector 2 DVD + coffret 3 DVD avec sa suite) ; 15 mai 2013 (Blu-ray simple).

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Mulan est le premier long-métrage d'animation Disney à être entièrement réalisé aux studios Walt Disney Animation Florida d'Orlando[8]. Un groupe d'artistes du studio Disney a effectué un voyage préparatoire de trois semaines en Chine[8].
  • Dans la tour des feux d'artifices, on peut voir deux personnages qui ont tout sauf les traits de Chinois ; c'est en réalité la caricature des réalisateurs du film.
  • Bien que l'action se déroule dans le nord de la Chine où le dialecte dominant est le mandarin, Disney a choisi la prononciation cantonaise du nom de famille de l'héroïne : Fa. La prononciation exacte devrait être Hua.
  • Lorsque Mulan chante la chanson Réflexion, son visage se reflète sur les pierres polies de la chapelle de son père. Les caractères chinois gravés sur ces pierres sont les noms des animateurs ayant travaillé sur cette scène, écrits en chinois ancien.
  • Lorsque Mulan est soignée après la scène de l'avalanche, on peut remarquer un drapeau semblable à celui du Japon sur le côté gauche de la tente. Ce n'est toutefois pas le drapeau japonais actuel, mais l'ancien symbole des médecins chinois, comme le fait constater le réalisateur dans les commentaires du DVD.
  • Lors de la première apparition des ancêtres, on peut voir un tableau représentant un couple rappelant celui d'American Gothic de Grant Wood.
  • Le criquet de Mulan n'a que quatre pattes au lieu de six.
  • Mulan est un des rares films d'animation Disney dans lequel la guerre (ainsi que les blessures qui en découlent) est évoquée à l'écran.

Titre en différentes langues[modifier | modifier le code]

Note : Dans de nombreux pays, le titre original (Mulan) a été tout simplement conservé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Propos traduits et cités dans Libération : «Mulan» s'en va draguer la Chine, article de Patrick Sabatier dans Libération le 1er juillet 1998. Page consultée le 14 juillet 2014.
  2. Le dernier Disney privilégie le geste sur la parole et la chanson. «Mulan», là haut sur la Muraille, article de Michel Roudevitch dans Libération le 25 novembre 1998. Page consultée le 14 juillet 2014.
  3. La victoire d'une héroïne multicarte contre les envahisseurs mongols, article de Jean-Michel Frodon dans Le Monde le 15 novembre 1998. Page consultée le 14 juillet 2014.
  4. Critique de Mulan, article d'Aurélien Ferenczi dans Télérama le 25 novembre 1998. Page consultée le 14 juillet 2014.
  5. (en) « Mulan », sur Box office (consulté le 25 août 2012)
  6. a, b, c et d (en) « Mulan », sur Lumière (consulté le 25 août 2012)
  7. (fr) « Site officiel », sur Pro Cinéma (consulté le 25 août 2012)
  8. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 388-3896

Liens externes[modifier | modifier le code]