Tarzan (film, 1999)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarzan (homonymie).

Tarzan

Description de l'image  Tarzan.jpg.
Titre original Tarzan
Réalisation Kevin Lima et Chris Buck
Scénario Tab Murphy
Bob Tzudiker
Noni White
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1999
Durée 84 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Tarzan est le 59e long-métrage d'animation et le 37e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1999, il est inspiré du personnage créé par Edgar Rice Burroughs en 1912.

Une suite sortie directement en vidéo, Tarzan 2, a été donnée au film en 2005, ainsi qu'une série télé, La Légende de Tarzan (2001-2003), dont La Légende de Tarzan et Jane (2002) constitue une compilation.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ses parents dévorés par un léopard (Sabor) après avoir bâti un campement dans la jungle alors il n'était encore qu'un nourrisson, Tarzan est recueilli par Kala, une femelle gorille qui a perdu son bébé, lui aussi dévoré par le léopard. Tarzan grandit alors dans la jungle en compagnie de Tok, la gorille et de Tantor, l'éléphant mais souffre de la différence qui l'écarte du reste du troupeau. Un beau jour, après une bataille contre Sabor s'ensuivant par la mort du fauve, il découvre dans la jungle un groupe d’explorateurs dans lequel se trouvent Jane Porter et son père à la recherche de gorilles. Tarzan refuse de les emmener voir sa famille car un certain Clayton, le protecteur de Jane et son père, est armé. Mais lorsque Tarzan apprend que Jane quitte la jungle pour retourner en Angleterre, il accepte de les conduire jusqu'à sa famille. Malheureusement, Tarzan est considéré comme un traître par le chef du troupeau, Kerchak, qui malgré son lien matrimonial avec Kala n'a jamais aimé Tarzan et ne l'a jamais considéré comme son fils. Tarzan gagnera peu à peu sa confiance en repoussant Clayton venu pour capturer et vendre les gorilles du troupeau. Il conquerra aussi le cœur de Jane jusqu’à ce qu'elle décide de rester auprès de lui dans la jungle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  • Entre deux mondes (Two Worlds) - Phil Collins
  • Toujours dans mon cœur (You'll Be in My Heart) - Phil Collins et Kala
  • Enfant de l'homme (Son of Man) - Phil Collins
  • Jungle Jazz (Trashin' The Camp) -Terk (Tok) et chœurs
  • Je veux savoir (Strangers like Me) - Phil Collins
  • Entre deux mondes (Two Worlds) (reprise) - Phil Collins
  • Entre deux mondes (Two Worlds) (final) - Phil Collins
  • Jungle Jazz (Trashin' The Camp) (générique de fin) - Phil Collins et 'N Sync
  • You'll Be in My Heart (générique de fin) - Phil Collins
  • Strangers like Me (générique de fin) - Phil Collins

Version française des chansons coréalisée par Phil Collins et Éric Serra

Sources : IMDb et générique DVD.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

  • France : 24 novembre 1999

Sorties vidéos[modifier | modifier le code]

  • France : 29 août 2000 (édition simple)
  • France : 4 avril 2005 (édition collector - 2 DVD)
  • France : 6 juin 2012 (édition simple Bluray)

Autour du film[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Dans la scène où les gorilles pénètrent dans le camp des explorateurs pour une séquence musicale déjantée (Trashin' The Camp), on aperçoit à un moment un service à thé ; c'est un clin d'œil à un autre classique Disney : La Belle et Bête (1991). En effet, la théière n'est autre que Madame Samovar accompagnée de son fils Zip, une petite tasse ébréchée.
  • Certains décors et éléments du film ont été réalisés en images de synthèse, par exemple la mer et la barque lors du naufrage au début du film.
  • Pour toutes les scènes où l'on voit Tarzan évoluer dans les arbres, l'animateur du personnage s'est inspiré de son fils, alors passionné de skate, surf et snowboard, conférant ainsi à ces séquences une énergie saisissante.
  • L'image animée, représentant un homme sur une bicyclette, montrée par Porter à Tarzan (scène où Tarzan découvre le monde des humains, autrement dit, son monde), n'est autre que l'un des premiers concepts du dessin animé: le praxinoscope. En effet, ce petit clin d'œil, par les animateurs Disney, ouvre les yeux en 1876 sous la tutelle d'Emile Reynaud. Emile Reynaud reprend donc le système du zootrope en lui portant quelques modifications. Il supprime les fentes et les remplace par plusieurs petits miroirs montés sur un tambour situé au centre d'une roue...roue sur laquelle se trouve décomposé le mouvement (côté intérieur, face aux miroirs, donc). L'animation devient beaucoup plus simple ainsi.
  • Dans le film, le professeur Porter dit à Tarzan qu'il pourra rencontrer de grandes personnes de son monde tel Charles Darwin, Rudyard Kipling et la Reine Victoria. Mais si Kipling est cité en clin d'œil à son Livre de la jungle, il ne publira sa première œuvre qu'en 1886, soit 4 ans après la mort de Darwin.
  • Sorti dans plus d'une centaine de pays, Phil Collins chante la bande-originale de Tarzan en anglais, français, espagnol, allemand et italien.
  • Lorsque Tarzan découvre le monde civilisé à travers des diapositives de Jane, nous pouvons voir apparaitre de nombreuses oeuvres d'art, telles que la Joconde, la tour Eiffel ou encore le Sphinx de Gizeh.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]