Oliver et Compagnie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oliver Twist (homonymie).

Oliver et Compagnie

alt=Description de l'image Oliver&compagnie.png.
Titre original Oliver & Company
Réalisation George Scribner
Scénario Voir fiche technique
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Silver Screen Partners III
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Sortie 1988
Durée 73 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Oliver et Compagnie (Oliver & Company), est le 35e long-métrage d'animation et le 27e « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1988, il s'inspire du roman de Charles Dickens, Oliver Twist, publié en 1846.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule à New York. Oliver, un petit chaton abandonné, est pris en charge par un chien errant nommé Roublard. C'est un chien débrouillard et un peu chapardeur qui le conduit jusqu'à sa demeure, une péniche délabrée, amarrée sur les docks. Oliver y fait la connaissance du maître humain de Roublard, le ferrailleur Fagin, ainsi que toute la bande de chiens « laissés pour compte » : le chihuahua Tito, le dogue allemand Einstein, le bouledogue intellectuel Francis et Rita, un levrette persane affectueuse et pleine de bon sens.

Mais une terrible nouvelle arrive aux oreilles de la meute : elle apprend que Fagin doit de l'argent à Sykes, un impitoyable malfrat. Roublard et ses amis décident d'aider leur maître en tentant de braquer une luxueuse limousine passant dans les rues de New York. La tentative échoue et Oliver se retrouve coincé dans le véhicule. À l'intérieur se trouve Jenny, une fillette délaissée par ses parents richissimes. Cependant, les problèmes financiers de la bande ne sont toujours pas résolus et Sykes se fait de plus en plus menaçant.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Note: La liste des « crédités » au générique étant trop longue pour être citée in extenso ici, nous n'avons repris que les principaux contributeurs.

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  • Il était une fois à New York City (Once Upon a Time in New York City) - Soliste
  • Mais pourquoi m'en faire ? ou À quoi bon m'en faire au Québec (Why Should I Worry?) - Roublard
  • Des rues en or ou Des mines d'or au Québec (Streets of Gold) - Rita
  • La perfection, c'est moi ou La plus que parfaite au Québec (Perfect Isn't Easy) - Georgette
  • Bonne Compagnie ou De bonne compagnie au Québec (Good Company) - Jenny
  • Mais pourquoi m'en faire ? ou À quoi bon m'en faire au Québec (Why Should I Worry?) (reprise) - Roublard et la bande

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Box-office américain[modifier | modifier le code]

  • 4 022 752$ US le premier week-end
  • 73 450 885 $ US brut au total

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Sorties vidéos[modifier | modifier le code]

  • 1990 - VHS avec recadrage 4/3 (plein écran)
  • 15 avril 1997 - VHS avec recadrage 4/3
  • 15 avril 1997 - Laserdisc avec format 1:66 respecté
  • 31 octobre 2001 - VHS avec recadrage 4/3
  • 31 octobre 2001 - DVD avec format 1:66 respecté
  • 26 août 2009 - DVD Édition exclusive 20e anniversaire avec format 1:66 respecté
  • 5 mars 2014 - Blu-Ray

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film a nécessité six superviseurs d'animation, plus de 300 artistes et techniciens durant plus de deux ans et demi, équipe qui a réalisé plus d'un million d'esquisses et 119 275 cellulos peints à la main[2].
  • Les concepteurs du film ont fait un voyage préparatoire à New York durant lequel ils ont photographié les rues avec une perspective à la hauteur des chiens (54 cm) pour aider les animateurs[2]. Ils ont aussi utilisé le procédé de reprographie Xerox, utilisé initialement dans Les 101 Dalmatiens[2]. Les objets de la vie courante ont eux été créés par ordinateur : voiture, taxi, bus, limousine, égouts, métro, escalier à colimaçon[2]. Ce film est le premier long métrage de Disney à avoir un département spécifique pour l'animation de synthèse[2].
  • Oliver et Compagnie est le premier long-métrage d'animation Disney bénéficiant d'un doublage francophone réalisé au Québec, en plus du doublage français.
  • La chanson de Roublard Why Should I Worry? fut écrite et interprétée par Billy Joel, qui prête également sa voix à Roublard dans la version originale du film. Lors cette chanson, on peut apercevoir Pongo (Les 101 Dalmatiens, 1961), Jock, Peg et César (La Belle et le Clochard, 1955).
  • Lorsqu'Oliver se réveille après avoir dormi dans un vieux pneu, on voit Roger Ratcliff (Les 101 Dalmatiens) traverser la rue.
  • Les seuls personnages directement inspirés de l'œuvre originale de Charles Dickens sont Oliver, Roublard, Fagin et Sykes.
  • Oliver et Compagnie est le premier film depuis Les Aventures de Bernard et Bianca (1977) à renouer avec le genre « comédie musicale » (plus de quatre chansons). Le projet initial se voulait d'ailleurs une suite aux Aventures de Bernard et Bianca, dans laquelle Penny vivait désormais à New York avec sa famille adoptive et son chat Rufus ; mais ce concept fut abandonné bien que la ressemblance physique entre Jenny et Penny ait néanmoins été conservée.
  • La plupart des objets du film (véhicules, bétonnière, conduites d'égouts, piano, escalier, tunnels, trains ainsi que le pont de Brooklyn) ont été créés et animés par ordinateur, ce qui était une première du genre pour Disney, nécessitant la création d'un département à part entière.
  • Oliver et Compagnie est aussi le premier film à avoir de vraies publicités, telles que Coca-Cola, USA Today ou Sony. Il était dit dans l'émission Walt Disney's Wonderful World of Color que c'était pour le réalisme (que serait New York sans panneaux publicitaires ?), que l'on avait mis ces publicités, et non pour l'argent.
  • Sylvie Moreau, qui incarne la voix de Rita dans la version française du film, avait déjà été la voix de Maléfique dans la seconde version française de La Belle au bois dormant (1959).
  • Le film a bénéficié à sa sortie en France d'une grande popularité grâce à la chanson Oliver interprétée par Anne Meson, dont ce fut le premier single en tant qu'« ambassadrice Disney ». Le vidéoclip reprend par ailleurs des images du film.
  • Enfin, Oliver et Compagnie est, avec La Petite Sirène (1989), le film qui a permis aux studios Disney de renouer avec le succès et d'entrer ainsi dans un nouvel âge d'or (1988-1995), grâce à son grand succès.

Titre en différentes langues[modifier | modifier le code]

  • Allemand : Oliver und Co.
  • Anglais : Oliver & Company
  • Chinois : 奥丽华历险记 (Àolìhuá lìxiǎn jì)
  • Coréen : 올리버와 친구들 (Oriba oa Chingudeul)
  • Danois : Oliver & Co.
  • Espagnol : Oliver y su pandilla
  • Espéranto : Oliver & Kompanio
  • Estonien : Oliver ja sõbrad
  • Finnois : Oliver ja kumppanit
  • Géorgien : ოლივერი და კომპანია (Oliveri da kompania)
  • Grec : Ο Όλιβερ και η παρέα του (O Óliver ke i paréa tu : « Oliver et sa compagnie »)
  • Hongrois : Olivér és társai
  • Islandais : Óliver og félagar
  • Japonais : オリバー ニューヨーク子猫ものがたり (Oribā Nyū Yōku koneko monogatari : « L’Histoire d’Oliver le chaton de New York »)
  • Norvégien : Oliver og gjengen
  • Polonais : Oliver i spółka
  • Portugais : Oliver & Company
  • Russe : Оливер и компания (Oliver i kompaniia)
  • Suédois : Oliver & Gänget
  • Thaï : เหมียวน้อยโอลิเวอร์กับเพื่อนเกลอ

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les deux noms sont indiqués sur le carton DVD sans plus de précisions.
  2. a, b, c, d et e (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 414