Ocarina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ocarina
Image illustrative de l'article Ocarina
Deux ocarinas

Variantes historiques Xun, flûte globulaire
Classification Instrument à vent
Famille Bois
Ocarina, author reported. ca. 1900. Museu de la Música de Barcelona

L’ocarina est un instrument de musique à vent ovoïde, ressemblant à une tête d’oie ; d’où son nom : en italien, oca signifie « oie », et ocarina, « petite oie ».

C’est un instrument traditionnel, en Afrique, il est conçu dans l’écorce de certains fruits, en terre cuite en Amérique et en porcelaine en Chine. Il aurait à peu près 12 000 ans d'existence.

Son usage en Europe remonte aux alentours de 1860 lorsque Giuseppe Donati transforme ce qui était alors considéré comme un jouet en un instrument de musique classique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il semblerait que l'ocarina ait été implanté au sein de nombreuses cultures il y a 12 000 ans, en particulier en Chine et dans les cultures meso-américaines[1]. Il était alors globulaire et possédait 6 trous. Ensuite, l'ocarina s'est étendu chez les Incas et les Mayas. Dans l'actuel Pérou, il a pris une forme ovoïde (en forme d'œuf) mais possédait désormais 8 trous. Cet ocarina a été oublié au XVIIe siècle mais John Taylor, au milieu du XXe siècle, a repris ce modèle qui est, de nos jours, joué par les enfants et porte également le nom d'ocarina anglais. Il a 4 trous dessus et deux dessous et permet de jouer la gamme chromatique + 1 ton.

En 1527, une troupe de musiciens danseurs a été emmenée pour jouer devant le roi Charles Quint qui trouva cela fabuleux. Cette troupe a ensuite fait des démonstrations dans toute l'Europe. À Rome, un boulanger a adoré le son de l'ocarina et il décida de s'en fabriquer un (à l'époque, les boulangers faisaient des petits objets en terre cuite dans leur fourneaux pour ne pas gaspiller le reste des cendres encore chaudes). Et il créa l'ocarina à 10 trous mais n'avait pas plus de notes que celui-ci (11 notes). Les ocarinas furent considérés comme des jouets pour l'apprentissage de la musique pour les enfants. Mais, tout cela changea lorsque Giuseppe Donati, un jeune musicien et boulanger, créa l'ocarina traversière ou classique à 10 trous puis à 12 trous, en 1860, à Budrio (près de Bologne). Il fut depuis considéré comme un instrument de musique et non plus comme un jouet pour enfant. Giuseppe le nomma « ocarina » qui signifie « petite oie » car il ressemblait ainsi à une oie.

Au XXe siècle, pendant les deux guerres mondiales, les militaires se munissaient parfois d'ocarina de poche pour se remonter le moral. Mais après la seconde Guerre Mondiale, l'ocarina fut abandonné pour la flûte à bec qui coûtait moins cher. L'ocarina fut plongé dans l'oubli pendant plusieurs années[réf. nécessaire], mais a réussi à survivre grâce au jeu The Legend of Zelda: Ocarina of Time sur Nintendo 64, Wonder boy V sur Mega Drive ou dans le dessin animé Albator. Ce jeu l'a rendu populaire en Asie et aux États-Unis. Existent aussi le double ocarina (inventé par les Italiens) et le triple ocarina (inventé par les Japonais).

Au XXIe siècle, l'ocarina est connu désormais en Italie, au Japon, en Chine et aux États-Unis. Les Chinois ont inventé le quadruple ocarina entre 2007 et 2009. L'ocarina continue d'évoluer car de nouveaux modèles naissent (en mai ou juin 2009 : triple ocarina basse). L'ocarina s'étend surtout dans l'Amérique centrale et latine et dans les pays anglophones. Il s'étend difficilement dans les pays francophones.[réf. nécessaire] En France, un musicien a consacré un site uniquement à l'ocarina anglais et a écrit 2 méthodes d'initiation en tablature.

Facture[modifier | modifier le code]

L'ocarina est en fait un résonateur de Helmholtz[2],[3] et est classé dans la famille des flûtes globulaires à conduit car le jeu se fait en soufflant dans une embouchure de flûte et non comme pour le xun chinois en soufflant sur un trou ouvert. Son corps est muni de trous de jeu permettant de produire différents sons .

Giuseppe Donati

Construit en terre cuite, porcelaine, écorce, plastique, métal, pierre ou cuivre, et pouvant mesurer jusqu’à une quinzaine de centimètres, l’ocarina est percé d’un nombre de trous variable (4, 5, 6, 8 ou 12 le plus souvent), ces derniers permettant de varier la hauteur des sons en soufflant dans un bec situé au milieu de l’instrument. Les principaux types d'ocarinas sont les suivants :

  • L'ocarina anglais à 6 trous (10 notes), globulaire.
  • L'ocarina du Pérou à 8 trous (11 notes), ovoïde.
  • L'ocarina linéaire à 10 trous, qui a la même capacité de jeu que l'ocarina du Pérou mais est plus simple à jouer. Il est souvent considéré comme le mélange entre l'ocarina du Pérou et l'ocarina à 10 trous (non linéaire).
  • L'ocarina à 12 trous (13 notes) qui est le premier ocarina considéré comme un instrument.
  • Le double ocarina (17 notes) qui possède 2 embouchures, inventé en Italie.
  • Le triple ocarina (21 notes) qui possède 3 embouchures, inventé au Japon.
  • Le quadruple ocarina (24 notes), probablement inventé entre 2007 et 2009, qui possède 4 embouchures.

Jeu[modifier | modifier le code]

L’instrument est tenu entre les mains et on y souffle par l’un des trous en forme d’embout afin de produire les sons en bouchant les autres trous ou non. Il existe aussi des ocarinas possédant plusieurs embouchures où le joueur sera obligé de déplacer l'ocarina pour pouvoir changer d'embouchure. Les ocarinas sont généralement construits pour correspondre aux tonalités de do majeur, fa majeur et sol majeur. L'ocarina a un timbre très varié (mélancolique, joyeux, gai, langoureux,...) mais convient rarement à une humeur bucolique. L’ocarina est très populaire en Italie, en Chine et au Japon[réf. nécessaire].

Culture[modifier | modifier le code]

Ocarina - face

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ocarina », Virginia Tech Multimedia Music Dictionary
  2. (en) « Les ocarinas : étude théorique et réalisation pratique (septembre 2002) », Les études acoustiques de B.B. Ninob (consulté le 21 janvier 2010)
  3. (en) « How Ocarinas Work », Allen McCloud (consulté le 08 janvier 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]