Frankenweenie (film, 2012)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le remake de 2012. Pour le film original de 1984, voir Frankenweenie (film, 1984).

Frankenweenie

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film.

Réalisation Tim Burton
Scénario Tim Burton
John August
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 2012
Durée 84 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Frankenweenie est un long-métrage d'animation de Tim Burton sorti le 5 octobre 2012 aux États-Unis.

Il s'agit de l'adaptation en long-métrage de Frankenweenie, un court-métrage réalisé par Tim Burton en 1984. Contrairement au court-métrage, ce film a été réalisé en stop-motion (technique utilisée pour des films comme L'Étrange Noël de monsieur Jack ou Les Noces funèbres) et tourné en noir et blanc avec un Canon EOS 5D Mark II, un appareil photo numérique. Il a ensuite été converti en 3D stéréoscopique en postproduction[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Victor Frankenstein est un jeune garçon solitaire qui vit avec sa famille et son chien Sparky. Introverti à l'école, Victor n'a que peu d'amis et, pour mieux être avec les autres, se fait inscrire à un tournois de baseball. Mais, pendant le match en ayant chercher la balle, Sparky meurt écrasé par une voiture. Victor est totalement désespéré. Néanmoins il retrouve espoir en classe, lorsque son professeur de biologie apprend à ses élèves que même mort, un animal réagit au contact de l'électricité et leur demande de réaliser une expérience sur ce sujet. Le soir même, Victor part déterrer son chien, et lui redonne vie grâce à l'électricité. Il ne se doute alors pas des ennuis qui vont s'ensuivre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Tim Burton à l'avant-première française de Frankenweenie
Source : AlloDoublage[3]

Voix québécoises[modifier | modifier le code]

Source : Doublage.qc.ca[4]

Références à d'autres créatures icônes de l'horreur[modifier | modifier le code]

  • Lorsque Toshiaki, Nassor, la fillette étrange et Edgar ramènent d'autres animaux à la vie, Tim Burton fait référence à des créatures icônes de l’horreur :
  • Shelley, la tortue de Toshiaki (Gamera) : le nom de Shelley est une référence directe à Mary Shelley qui créa le personnage du professeur Frankenstein et de sa créature dans le roman Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818) ;
  • M. Moustache, le chat de la fillette étrange (Une chauve souris devait être ressuscitée mais le chat l'a mangé) : fait référence à la transformation du gremlins en chauve-souris puis en gargouille dans le film Gremlins 2, la nouvelle génération (1990) ;
  • Colosse, le hamster de Nassor : Momie ;
  • Le rat qu'Edgar a trouvé dans les poubelles : Loup-garou.
  • Les singes des mers : gremlins
  • La première scène du film est un hommage au genre des Kaijū dont sont issus entre autres Gamera et Godzilla. C'est Sparky qui endosse le rôle du monstre géant.
  • Le nom Van Helsing fait référence au chasseur de vampire créé par Bram Stoker dans Dracula.
  • Lorsque Perséphone touche l'une des deux vis ayant servi à ranimer Sparky, celle-ci reçoit une décharge électrique et deux grosses mèches blanches apparaissent sur sa tête. C'est une référence directe au film La Fiancée de Frankenstein. D'ailleurs, la méthode pour faire revenir Sparky d'entre les morts est tirée du même film. les nombreuses références à ce film sont peut être dues au fait qu'Helena Bonham Carter, la femme de Tim Burton était l'une des interprètes principales du Frankenstein de Kenneth Branagh.
  • Dans une scène, les parents de Victor sont en train de regarder un film à la télévision, il s'agit du Cauchemar de Dracula (film de Terence Fisher, 1958), dont l'acteur principal est Christopher Lee. Cette apparition fait référence au film Charlie et la Chocolaterie (film de Tim Burton, 2005) pour lequel le célèbre acteur britannique interprétait le père dentiste de Willy Wonka (Johnny Depp).
  • Il existe de nombreuses références au monde de Tim Burton : Le lotissement surmonté d'une colline ressemble au quartier d'Edward aux mains d'argent, la scène du moulin fait directement écho à celle du film Sleepy Hollow, ainsi que l'utilisation par Victor d'un cerf-volant en forme de chauve-souris (Batman).
  • On peut apercevoir que le film Disney Bambi est au programme du cinéma.

Bandes originales[modifier | modifier le code]

Danny Elfman[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Frankenweenie (bande originale).

Divers artistes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Frankenweenie (album).
  • L'album Frankenweenie Unleashed!: Music Inspired by the Motion Picture[6] comprend des chansons entendues durant le film, ainsi que des titres qui en sont inspirés.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sur le tournage de Frankenweenie » sur Première
  2. Distribution de Frankenweenie sur AlloCiné
  3. « Fiche de doublage V. F. du film » sur AlloDoublage, consulté le 3 octobre 2012
  4. « Fiche de doublage V. Q. du film » sur Doublage.qc.ca, consulté le 16 novembre 2012
  5. (en) « Danny Elfman– Frankenweenie (Original Motion Picture Soundtrack) », Discogs
  6. (en) « Various– Frankenweenie Unleashed! », Discogs