Tourments (film, 1944)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tourments.

Tourments

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Alf Kjellin dans Tourments

Titre original Hets
Réalisation Alf Sjöberg
Scénario Ingmar Bergman
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la Suède Suède
Sortie 1944
Durée 101 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Tourments (Hets) est un film suédois d'Alf Sjöberg et d' Ingmar Bergman, sorti en 1944. C'est le premier film écrit par Ingmar Bergman.

Le film est parfois connu sous le titre alternatif L'Épreuve.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Widgren, lycéen idéaliste qui rêve de devenir écrivain, a pour professeur de latin un être sadique surnommé Caligula par tous les élèves. Un soir Widgren croise Bertha, la fille du bureau de tabac, ivre et désespérée. Il la raccompagne chez elle et en tombe amoureux. Celle-ci lui apprend à mots couverts qu'elle est harcelée et terrorisée par un mystérieux homme tyrannique, qui, dit-elle, finira par la tuer...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film est tiré d'une nouvelle de Bergman, inspirée de sa dernière année au lycée. Bergman l'a retravaillée ensuite pour en faire le film.
  • La première version du film s'achevait sur la scène des résultats du baccalauréat : tous les étudiants sont reçus, à l'exception de Wigdrem, qui observe du dehors, sous un porche. Il s'éloigne sous la pluie et l'on voit Caligula, souriant comme un vainqueur à la fenêtre, lui faire des signes d'adieu. À la place de cette fin, jugée trop sombre, on demanda à Bergman d'en écrire une autre, plus optimiste. Sjöberg ayant d'autres obligations, c'est Bergman qui tourna les derniers plans.
  • Le film évolue entre réalisme et expressionnisme ce qui accroît le côté terrorisant de certaines scènes, faisant basculer le quotidien dans le cauchemar. Le contraste est accentué, le mal rôde dans l'ombre, les décors deviennent écrasants.
  • « Tourments s'accordait à la nouvelle atmosphère qui prévalait en Suède vers la fin de la guerre. [...] Victor Sjöström, le plus grand réalisateur suédois, aimait bien ce scénario qui racontait l'histoire d'un enseignant qui impose un effort mental inhumain à ses élèves dans une école supérieure de Stockholm. Stig Järrel développa le personnage sadique et fou qu'il avait déjà ébauché dans Flammes dans l'obscurité d'Hasse Ekman (1942), tandis qu'Alf Kjellin et Mai Zetterling émergeaient les premiers d'une nouvelle vague de vedettes populaires dans le cinéma suédois. Sjöberg met l'accent sur le parallèle entre la tyrannie exercée par le professeur surnommé Caligula (Stig Järrel) [...] et le terrible régime encore au pouvoir en Allemagne. L'enseignant porte des lunettes qui ressemblent à celles d'Himmler et lit le Dagposten, un journal suédois plutôt favorable aux nazis. De cette chrysalide naîtra également la vision de la société exposée par Bergman, dans laquelle la salle de classe et la sinistre table familiale constituent un microcosme exemplaire de l'enfer sur terre », note Peter Cowie[1].


Références[modifier | modifier le code]

  1. in : Le cinéma des pays nordiques, Éditions du Centre Georges-Pompidou, 1990. p. 132.

Liens externes[modifier | modifier le code]