Jean-Emmanuel Gilibert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Emmanuel Gilibert

Jean-Emmanuel Gilibert, né le à Lyon et mort le dans cette même ville, est un homme politique et un botaniste français.

Franc-maçon, docteur en médecine, il est membre de l'Académie de Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie la médecine à Montpellier de 1760 à 1764. Après l'obtention de son diplôme, il ouvre un cabinet à Lyon et consacre son temps libre à herboriser dans la région. Il fonde un jardin botanique dans le quartier des Brotteaux, mais l'opération le ruine complètement, car il ne reçoit pas le soutien qu'il espérait de la part de l'administration. Il réussit cependant, grâce au soutien d'Albrecht von Haller (1758-1823) et d'Antoine Gouan (1733-1821), à obtenir un poste à Grodno ville dans laquelle le roi de Pologne, Stanislas II (1732-1798) souhaite moderniser l’enseignement de l’histoire naturelle et de la médecine. En outre, il faut y fonder un jardin botanique et une école de sages-femmes. Accepté en 1774, il part en 1775. Sa mission réussit très bien, outre la mise en place d’une véritable structure d’enseignement, il améliore la connaissance de la flore et de la faune de la région. Il fait paraître Flora lithaunica inchoata (1781) où il décrit 112 espèces, Indigatores Naturæ in Lithuania (1781), Exercitium botanicum in Schola principe Universitatis Vilnensis peractum (1782), Exercitia phytologica (1792). Il quitte ses fonctions en 1783, probablement lassé des conflits avec l’administration royale et du climat lituanien et probablement nostalgique de son pays. Il y est remplacé par Georg Forster (1754-1794). Il gardera néanmoins une profonde affection pour la Lituanie.

Gilibert rentre alors à Lyon en 1783 où il devient médecin à l’Hôtel-Dieu. Après avoir fait paraître des extraits des livres de Carl von Linné (1707-1778), il reprend les Démonstrations élémentaires de botanique qu’avaient fait paraître anonymement Marc Antoine Louis Claret de La Tourrette (1729-1793) et François Rozier (1734-1793). Il les transforme complètement et les enrichit notamment des planches. Certaines d’entre elles sont des rescapées de l’œuvre de Pierre Richer de Belleval (v. 1564-1632), d’autres proviennent de divers auteurs comme Sébastien Vaillant (1669-1722) ou Linné. L’ouvrage paraît en 1789 et connait de nombreuses rééditions. Il parvient enfin à imposer son idée de jardin botanique et se voit confier l'implantation du Jardin des plantes sur les pentes de la colline de la Croix-Rousse. En 1805, il en prend la direction[1].

Sa vie bascule avec la Révolution, Gilibert décide de se lancer dans la politique. En février 1793, girondin, il est élu maire de Lyon, mais ne peut exercer sa fonction car il est emprisonné par les Montagnards qui l'accusent d'être un ennemi du peuple. Libéré en mai 1793 lors du soulèvement de la ville, il devient président de la Commission populaire républicaine et de salut public de Rhône-et-Loire et anime la résistance lyonnaise à Robespierre et aux armées montagnardes. Après la prise de la ville le 9 octobre, il se réfugie dans le Midi avant de revenir à Lyon après le 9 thermidor afin de reprendre ses activités de professeur d'histoire naturelle.

Malgré cette période trouble, il fait paraître en 1798, l’Histoire des plantes d’Europe, en 1800, le Médecin naturaliste ou Observations de médecine et d’histoire naturelle, enfin, en 1810, le Synopsis plantarum horti Lugdunensis. En 1794, Hipólito Ruiz López (1754-1815) et José Antonio Pavón (1754-1844) lui dédient le genre Gilibertia de la famille des Araliaceae.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire historique de Lyon, Éditions Stéphane Bachès, 2009. p. 562.
  • Piotr Daszkiewicz (2004). « Sur les forêts de Lithuanie » (1784), Un texte oublié de Jean-Emmanuel Gilibert. Cahiers lituaniens, 5 : 21-27.
  • Adrien Davy de Virville (dir.) (1955). Histoire de la botanique en France. SEDES (Paris) : 394 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lyon et ses jardins botaniques, 200 ans d'histoire, site de la ville de Lyon.

Sur les autres projets Wikimedia :

Gilib. est l’abréviation botanique officielle de Jean-Emmanuel Gilibert.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI