Pärnu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pärnu
Blason de Pärnu
Héraldique
Drapeau de Pärnu
Drapeau
Le centre-ville de Pärnu
Le centre-ville de Pärnu
Administration
Pays Drapeau de l'Estonie Estonie
Comté Pärnu (Préfecture)
Statut Municipalité urbaine
Maire
Mandat
Toomas Kivimägi
2009 - en cours
Démographie
Gentilé Pernaviens, Pernaviennes
Population 40 401 hab. (01.01.2012[1])
Densité 1 254 hab./km2
Géographie
Coordonnées 58° 23′ 00″ N 24° 30′ 00″ E / 58.383333, 24.5 ()58° 23′ 00″ Nord 24° 30′ 00″ Est / 58.383333, 24.5 ()  
Superficie 3 222 ha = 32,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Estonie

Voir la carte administrative d'Estonie
City locator 14.svg
Pärnu

Géolocalisation sur la carte : Estonie

Voir la carte topographique d'Estonie
City locator 14.svg
Pärnu
Liens
Site web http://parnu.ee/

Pärnu (allemand : Pernau, russe : Пярну, anciennement Пернов, polonais : Parnawa, letton : Pērnava ; ]est une ville située sur la côte de la mer Baltique, dans le sud de l'Estonie. La ville est un grand centre touristique et compte de nombreux restaurants, hôtels et des plages de baignade. Elle est traversée par un fleuve homonyme, Pärnu. Elle est parfois incorrectement appelée Pyarnu, qui est une mauvaise translittération du russe. Elle a 40 401 habitants[1](01.01.2012)[2].

Administration[modifier | modifier le code]

La ville possède un conseil communal et un exécutif local. Les élections communales interviennent tous les trois ans. De par son nombre d'habitants, le nombre d'élus se monte à 33[3].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Pärnu est une ancienne ville hanséatique, dont la fondation remonte au moins au XIIIe siècle.

C'est actuellement une ville de tourisme et de cure qui fait partie de l'Association des Villes d'Eau européennes depuis 2000, et arbore le Pavillon bleu depuis 2001 pour la qualité de ses eaux de baignade. La ville accueille en majorité des touristes finlandais et estoniens.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville fut fondée, en 1251, sous le nom de Pernau par les chevaliers allemands de l'Ordre de Livonie qui construisirent une forteresse aux environs, en 1265. Pernau fit partie de la Ligue hanséatique en tant que port de commerce. Son port, libre de glace en hiver, joua un rôle important pour le commerce de la Livonie. Elle fut colonisée par des marins et commerçants allemands (appelés plus tard germano-baltes).

Entre 1560 et 1617, Pernau fut soumise par les Polono-lituaniens de l'Union de Lublin, puis tomba aux mains du royaume de Suède, pendant la guerre de Livonie au XVIIe siècle. À son tour, après sa victoire contre les Suédois, la Russie de Pierre le Grand s'empara de la région en 1710, ce qui fut confirmé au traité de Nystad, en 1721.

Paysans de la région de Pernau (Pärnu aujourd'hui) vers 1820

L'importance du port pendant le XVIIIe siècle était telle que Pernau (ou Pernov en russe) était le troisième port de l'Empire sur la Baltique, avant Revel (aujourd'hui Tallinn). La situation changera vers le début du XIXe siècle et la ville deviendra une station balnéaire prisée du gouvernement de Livonie. En 1857, le premier journal en estonien y fut édité par Johann Woldemar Jannsen. Entre 1900 et 1915, la fabrique la plus importante de cellulose de l'Empire russe du nom de Waldhof fut en activité.

Après la chute de l'Empire russe, des manifestations en faveur de l'indépendance eurent lieu en et la ville, au départ des troupes allemandes d'occupation, fit partie de la nouvelle république d'Estonie ; elle prit enfin officiellement le nom de Pärnu. La plupart des germano-baltes quittèrent la ville au cours du XXe siècle, tandis que les Estoniens étaient devenus majoritaires. De nombreux touristes, souvent allemands, étaient accueillis. Un café de 1200 places, le café Rannakohvik, ouvrit en 1939.

Le , la ville fut occupée par l'armée soviétique, faisant suite aux accords germano-soviétiques, et les manufactures et commerces furent nationalisés. La répression « anti-bourgeoise » provoqua un certain nombre de déportations en URSS. Le , la ville fut cette fois-ci occupée par l'armée du Troisième Reich et plutôt accueillie favorablement, malgré la ruine du tourisme. Le , l'armée rouge reprit le contrôle de la ville et dès lors son destin fut celui de la république socialiste soviétique d'Estonie faisant partie de l'U.R.S.S. Un combinat de pêche fut construit en 1958 et devint le plus important de la Baltique. Des touristes venant de toute l'Union soviétique vinrent s'y reposer. Dans les années 1980, la ville était peuplée à 80 % d'Estoniens et à 20 % de russophones sur une population d'environ 50 000 habitants.

En 1991, l'Estonie retrouva son indépendance et dès lors le tourisme de Pärnu s'orienta vers les pays scandinaves. La ville en 2005 avait une population de 43 528 habitants, dont 74 % d'Estoniens.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

La ville de Pärnu est notamment jumelée avec les villes suivantes[4] :

Elle possède également des accords de partenariat avec[4]:

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (et) « Omavalitsusüksuste võrdlus », Portail de l'office statistique régional (Statistikaameti piirkondlik portaal),‎ 1 janvier 2012 (consulté le 29 juillet 2012)
  2. En 2004, il y avait 44 568 habitants.
  3. (en) « City Council of Pärnu », Site de la ville de Pärnu (consulté le 29 juin 2011)
  4. a et b (en) « Pärnu in figures 2008 », Ville de Pärnu (consulté le 29 juin 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :