Vlado Perlemuter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vlado Perlemuter

Naissance
Kovno, Lituanie
Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Décès (à 98 ans)
Paris
Drapeau de la France France
Activité principale Pianiste
Activités annexes Professeur
Lieux d'activité Conservatoire de Paris (1951-1977)
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Moritz Moszkowski,
Alfred Cortot
Distinctions honorifiques Grand Officier de la Légion d'honneur

Répertoire

Vlado Perlemuter, né le à Kovno (ville polonaise devenue Kaunas en Lituanie) et mort le , est un pianiste français d'origine polonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Vlado Perlemuter, un chantre et rabbin, décide d'émigrer à Paris en 1907. Vlado prend ses premiers cours de piano à l'âge de neuf ans, et quatre ans plus tard entre au Conservatoire de Paris où il est notamment élève de Moritz Moszkowski et Alfred Cortot. Parallèlement, il joue dans les cinémas pour accompagner des films muets. Vlado Perlemuter remporte de nombreuses récompenses dans sa jeunesse : premier prix de piano du Conservatoire de Paris (1919); Prix d'honneur et prix Louis Diémer (1920). C'est en 1922 à Paris qu'il donne son premier concert.

De 1924 à 1927, il étudie les œuvres de Maurice Ravel et finit par rencontrer le compositeur à plusieurs reprises. En 1929, il est le premier à jouer l'intégrale des œuvres pour piano de Ravel en deux récitals.

Il s'installe ensuite quelques années à Londres. Alors qu'il est tenu pour un des pianistes les plus renommés de l'époque, sa carrière connaît une interruption en raison de la guerre et de ses conséquences. Pendant cette période, il se réfugie en Suisse. Ce n'est qu'en 1950 qu'il donne à nouveau des concerts à Paris et il est nommé professeur au Conservatoire de Paris en 1951. En 1953, paraît sous la forme d'un livre, "Ravel d'après Ravel", une série d'entretiens radiodiffusés avec la violoniste Hélène Jourdan-Morhange ; il y évoque l'œuvre pianistique de son maître et l'enseignement qu'il a reçu de lui. Son propre enseignement au Conservatoire se poursuit jusqu'en 1977. Ayant alors plus de temps, il revient au studio d'enregistrement et apparaît de plus en plus en public, donnant jusqu'à plus de 70 concerts par an. En Grande-Bretagne, il a enregistré de nombreuses émissions pour la BBC dont une intégrale de la musique de Chopin. Il donne un concert d'adieu le à Genève, deux jours après avoir été nommé Grand Officier de la Légion d'honneur. Il meurt en 2002 à l'âge de 98 ans.

Son répertoire[modifier | modifier le code]

Vlado Perlemuter est d'abord réputé pour son interprétation unique des œuvres de Ravel, mais il est également un interprète renommé des œuvres de Chopin (il fut d'ailleurs membre du jury du concours international de piano Frédéric-Chopin). Il interpréta également des œuvres plus modernes. Ainsi fut-il le premier pianiste à jouer le troisième Concerto de Prokofiev, après que le compositeur eut abandonné l'exclusivité de l'interprétation de son œuvre. Cependant, il préféra rester dans un registre plus classique et choisit d'approfondir son interprétation de Ravel, Chopin, Beethoven, Debussy, Fauré, Schumann, Liszt et Mozart.

La qualité de ses interprétations est exceptionnelle, Vlado Perlemuter ayant un talent rare pour mettre en valeur la polyphonie et la grande ligne des ouvrages qu'il interprétait.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ravel d'après Ravel, Vlado Perlemuter et Hélène Jourdan-Morhange, Éditions du Cervin, Lausanne, 1953, 80 p. ; ouvrage réédité par Jean Roy, Ravel d'après Ravel suivi de Rencontres avec Vlado Perlemuter, éditions Alinéa, 1989, 159 p.
  • Vlado Perlemuter a confié le soin à l'une de ses dernières élèves, la pianiste japonaise fixée à Paris Junko Okazaki, de publier au Japon une édition bilingue (franco-japonaise) des œuvres de piano de Maurice Ravel, d'après ses propres partitions, annotées d'après les conseils par Maurice Ravel. Six volumes, préfacés par lui, ont déjà été édités, d'autres suivront.

Notes et références[modifier | modifier le code]