Philippe de Gueldre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe de Gueldre
Philippe de Gueldre 92.jpg

portrait de Philippe de Gueldre, duchesse douairière de Lorraine et de Bar Musée Lorrain (Nancy).]

Naissance
Décès
Nationalité
Père
Mère
Frère
Conjoint
Enfants

Philippe de Gueldre, née le 9 novembre 1467 à Grave et morte le à Pont-à-Mousson, dans le couvent des Clarisses, était la fille d'Adolphe d'Egmont, duc de Gueldre et de Catherine de Bourbon.

Une parenté royale[modifier | modifier le code]

Par sa mère, qui meurt alors qu'elle n'a que deux ans, elle était la nièce de Pierre II, sire de Beaujeu, puis duc de Bourbon, marié à la régente Anne de Beaujeu. Toujours par sa mère, elle était cousine germaine de Louise de Savoie, la mère du futur roi François Ier. En tant que descnedante des ducs de Bourgogne, elle est également une proche parente de l'empereur Maximilien Ier du Saint-Empire.

N'ayant pas d 'enfant de sa première épouse Jeanne d'Harcourt, René II, duc de Lorraine et de Bar, fort du prestige que lui valait sa victoire à la bataille de Nancy qui avait mis fin à l'Empire bourguignon, fit annuler son mariage et se mit en quête d'une nouvelle épouse, propre à lui assurer une postérité légitime et à resserrer ses liens avec la France sans négliger pour autant l'Empire germanique.

Proche parente de la famille royale mais aussi de l'empereur Maximilien Ier du Saint-Empire, Philippe était la candidate idéale.

Le mariage fut célébré à Orléans le 1er septembre 1485. Le couple eut douze enfants :

Duchesse douairière : de l'échec à la rédemption[modifier | modifier le code]

À la mort de René II, elle tenta de prendre la régence, son fils Antoine ayant dix-neuf ans, mais les États de Lorraine jugèrent qu'Antoine était suffisamment grand pour régner.

Profitant de ses liens familiaux avec la cour de France, elle y envoie ses fils cadets terminer leur éducation; Claude y jouera un rôle important et sera la fondateur de la puissante Maison de Guise. Jean, élevé très jeune à la dignité cardinalice, cumulera les bénéfices écclésiastiques et les évêchés prestigieux, sera l'un des hommes les plus influents du royaume et faillira devenir pape.

Le 13 juin 1509, la duchesse douairière rachète la seigneurie de Mayenne à sa belle-sœur Marguerite de Vaudémont,duchesse d'Alençon.

retable offert aux clarisses - église Saint-Laurent de Pont-à-Mousson

Elle se retire au couvent des Clarisses à Pont-à-Mousson le 15 décembre 1519, et commande un magnifique retable qu'elle offrit à la congrégation et y resta jusqu'à sa mort.

Son frère Charles, duc de Gueldre, mourut le 30 juin 1538, sans postérité légitime, et elle revendiqua la succession des duchés de Gueldre et de Juliers, mais Charles Quint s'empara du duché.

Elle transmit la prétention à ces deux duchés à son fils Antoine, qui les ajouta à ses armoiries.

Le duc Antoine mourut en 1544 laissant le trône à son fils François Ier de Lorraine. Le jeune duc, après avoir négocié la Trêve de Crépy-en-Laonnois entre la France et l'Empire mourut prématurément ayant régné moins d'un an. Son fils et successeur Charles III de Lorraine à qui l'histoire donnera le surnom de "Grand", arrière-petit-fils de la duchesse Philippe, n'avait que deux ans. La régence des duchés fut confiée à la mère du jeune duc, Christine de Danemark - nièce de l'empereur et roi Charles Quint et favorable à un rapprochement des duchés et de l'Empire - et à son oncle Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont, évêque de Toul francophile qui abandonna l'état ecclésiatique pour pouvoir assurer la succession de la dynastie au cas où son neveu mourrait sans descendance. L'avenir des duchés étaient incertain.

Gisant de Philippe de Gueldre par Ligier Richier, situé dans l'église des Cordeliers, à Nancy.

La duchesse douairière Philippe s'éteignit en 1547 à l'âge de 80 ans en odeur de sainteté et repose dans la nécropole ducale de l'Eglise des cordeliers de Nancy. Son gisant a été sculpté par Ligier Richier.

Elle est comptée aux rang des Bienheureuses de l'Eglise catholique.