Union sportive arlequins perpignanais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir USAP.

USAP

Logo du USAP
Généralités
Nom complet Union sportive arlequins Perpignan-Roussillon
Surnoms USAP
Noms précédents Association sportive perpignanaise (1902-1919)
Union sportive perpignanaise (1919-1933)
Union sportive arlequins perpignanais (1933-1940)
Union des sports athlétiques perpignanais (1940-1987)
Union des sports athlétiques Perpignan-Roussillon (1987-1997)
Fondation 13 septembre 1902[1]
Statut professionnel 1995
Couleurs ciel et blanc ou sang et or
Stade Stade Aimé-Giral
(14 593 places)
Siège Allée Aimé Giral
66000 Perpignan
Championnat actuel Top 14
Président Drapeau : France François Rivière
Entraîneur Drapeau : France Marc Delpoux (manager)
Drapeau : Italie Giampiero De Carli (avants)
Drapeau : France Patrick Arlettaz (arrières)
Site web www.usap.fr
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de France (7)
Challenge Yves du Manoir (3)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2013-2014 de l'USA Perpignan
0

Dernière mise à jour : 26 novembre 2012.

L'Union Sportive Arlequins Perpignan-Roussillon[Note 2] (USAP prononcé ussap) est un club de rugby à XV français basé à Perpignan et septuple champion de France (1914, 1921, 1925, 1938, 1944, 1955 et 2009) ce qui fait de lui le sixième club le plus titré derrière le Stade toulousain, le Stade français, l'AS Béziers, le SU Agen et le FC Lourdes, à égalité avec le Stade bordelais.

Le club est présent dans l'élite du championnat de France depuis 1911 sans jamais avoir été relégué[2] (seul le Stade toulousain est présent depuis plus longtemps). Au niveau européen, le club totalise onze participations à la Coupe d'Europe, compétition dont il a atteint une fois la finale en 2003 (perdue face au Stade toulousain).

Historique[modifier | modifier le code]

L'Association sportive perpignanaise (1902-1914)[modifier | modifier le code]

L'équipe de l'ASP lors de la saison 1913-1914

Le rugby arrive à Perpignan en octobre 1886 avec le club de l’Union athlétique du collège de Perpignan[3]. Le premier club civil, le Stade roussillonnais est fondé peu après (en 1896)[3] et, le 13 septembre 1902, est créé l’ancêtre du club actuel : l'Association sportive perpignanaise (ASP)[4]. En 1903, l’ASP bat l’École vétérinaire de Toulouse pour le titre de champion du Sud de Deuxième série[5]. De 1905 à 1911, le club remporte tous les titres de champion du Languedoc[5].

Le 23 avril 1911, l'ASP devient champion de France de deuxième série aux dépens de Dole (20 à 5 à Colombes)[6] et accède à l'élite du rugby français qu'il n'a plus quittée depuis[2].

En 1912, un conflit éclate au sein du club et aboutit au départ de plusieurs membres et joueurs (dont le capitaine de l'équipe, Gilbert Brutus)[7] qui vont créer, le 29 avril, le Stade olympien perpignanais (SOP)[8].

En septembre 1912, l'arrivée comme entraîneur-joueur du technicien gallois Rowland Griffiths[9], tout juste finaliste du championnat avec le Racing club de France, va faire franchir un palier au club qui, après une demi-finale en 1913, remporte le titre en 1914 contre le Stadocest tarbais (8 à 7). La transformation qui donne la victoire aux Catalans à quelques instants de la fin est réussie par Aimé Giral qui tombera au front pendant la Première Guerre mondiale quelques mois plus tard avec six équipiers (Joseph Couffe, François Fournié, Joseph Lida, François Nauté, Maurice Gravas et Raymond Schuller)[10] et donnera son nom au stade actuel du club[11]. Le vice-président du club, Jean Laffon, tombera aussi et donnera, en 1922, son nom au premier stade du club[12].

De son côté, le SOP devient champion de France de deuxième série en 1913 (contre l’AS Française 14-8)[13].

Pendant la Première Guerre mondiale, et malgré la suspension du championnat de France, les garçons non mobilisés continuent de jouer pour l'ASP sous le nom de Green Devils perpignanais (par respect aux joueurs de l'ASP appelés à défendre la patrie[14]). Ils sont champions du Languedoc en 1916[12] face au SOP qui remporte le titre en 1917[15].

L'Union sportive perpignanaise (1919-1933)[modifier | modifier le code]

L'USP lors de la saison 1924-1925, champion du Languedoc.

Le 7 mai 1919, les deux clubs perpignanais (l'ASP et le SOP) fusionnent et créent l'Union sportive perpignanaise[16]. En l'honneur des joueurs du club tombés pendant la guerre et en hommage aux soldats, l'USP adopte le maillot «bleu horizon» (la couleur des uniformes et adopte le maillot ciel), sur un short blanc et des bas sang et or.

En 1921, le club est de nouveau champion de France. Ce deuxième titre est remporté 5 à 0 face au Stade toulousain à Béziers.

Entre 1924 et 1926, l’USP dispute trois finales consécutives. Après une défaite (3 à 0) face au Stade toulousain, elle gagne celle de 1925 contre l’AS Carcassonne (5 à 0) mais perd la dernière une nouvelle fois face au Stade toulousain (11 à 0).

L'Arlequin club perpignanais lors de la saison 1926-1927

À la fin de cette saison, à la suite d'un désaccord avec ses dirigeants, l'entraineur, Gilbert Brutus, part pour Quillan[17], entraînant avec lui sept joueurs[Note 3] du club[18].

Parmi les autres clubs existants à Perpignan, les Arlequins club perpignanais (ou Quins en catalan) se hissent jusqu'à l'élite du rugby français en 1925. Leur nom provient du fait que le club était très pauvre au départ et que les joueurs, propriétaires de leur maillot, ne pouvaient le remplacer lorsqu'il était déchiré (ce qui arrivait fréquemment au rugby). Les réparations étaient alors effectuées avec des morceaux de tissu qui n'étaient pas toujours de la couleur souhaitée, d'où leurs ressemblance avec le costume d'Arlequin. Ambitieux, ils proposèrent à l’USP des derbys féroces. Ce club fut, lui aussi, pillé par le chapelier de Quillan (Jean Bourrel) puisque quatre joueurs[Note 4] partirent jouer à Quillan[18].

Ainsi dépouillés de leurs meilleurs joueurs, les deux clubs perpignanais vont végéter dans un championnat où les clubs les plus riches se servent chez les autres ce qui entraine, au début des années trente, la sécession entre l'Union française de rugby amateur (UFRA) et la Fédération française de rugby (FFR). Alors que l'USP choisi de suivre les autres clubs dissidents[Note 5] et de disputer le championnat UFRA[19], les Quins choisissent de rester dans le giron de la FFR[19].

L'Union sportive arlequins perpignanais (1933 - 1944)[modifier | modifier le code]

L'équipe de l'USAP en 1938 avec au centre avec le ballon Desclaux le capitaine

Le 5 mai 1933, la fusion entre les deux rivaux devient effective et le nouveau club prend le nom d'Union sportive arlequins perpignanais (USAP)[20]. Il a pour président le docteur Pierre Nicolau[20] (ancien président de l'USP) et son adjoint est Joseph Bazia[20] (ancien président des Quins).

Ardent fusioniste en 1909[20] (lors de la fusion entre l'ASP et le Perpignan sportif) et en 1919[20] (entre l'ASP et le SOP), Marcel Laborde est cette fois écarté de la nouvelle direction. Il décide de recréer l'Association sportive perpignanaise (ASP) en juin 1934[21]. Il est alors contacté par Jean Galia qui, venant d'être radié par la FFR pour non-respect des règles de l'amateurisme[22], s'est rapproché des Anglais de la Rugby Football League[23]. Ils vont alors créer, le 24 août 1934, un club de rugby à XIII : le XIII catalan. Ce nouveau club recrute bon nombre de joueurs de l'USAP (Camille Montade, François Noguères ...)[24] ainsi que l'emblématique Roger Ramis pour devenir le premier entraineur des treizistes[21]. La rivalité XIII/XV à Perpignan vient de commencer.

Ces remous n'empêchent pourtant pas le club de grandir et de se structurer. En septembre 1935 est créée la première équipe junior (Reichel) de l'USAP[25] qui remporte le titre national en 1937 et en 1938.

Le club brille aussi chez les seniors avec, en 1935, un premier titre en challenge Yves du Manoir et une place en finale du championnat de France (défaite 3 à 0 contre Biarritz). De 1936 à 1938, l'USAP dispute toutes les finales du challenge sans toutefois parvenir à s'imposer. En 1938, le club est champion de France pour la quatrième fois de son histoire (11 à 6 toujours contre Biarritz) mais perd son titre la saison suivante lors de la troisième finale USAP-Biarritz de la décennie (6 à 0).

La Seconde Guerre mondiale intervient. En septembre 1940, le club est obligé de quitter le stade Jean Laffon et s'installe sur le stade Aimé Giral[11]. En 1942, sous la pression de l'État français, le terme 'Arlequins' est remplacé par 'Athlétique'[26]. La guerre fera de nouvelles victimes dans les rangs perpignanais dont Gilbert Brutus qui, devenu résistant, meurt en captivité le 7 mars 1944[27] et donnera lui aussi son nom à un stade de Perpignan[26].

Après une belle saison 1943 (défaite en demi-finale de la zone Sud contre Agen pour les seniors et titre pour les juniors), le club retrouve les sommets en devenant champion de France en 1944, disposant des Bayonnais en finale sur le score de 20 à 5. Mais comme en 1926, l'équipe championne de France se verra une nouvelle fois dépouillée de plusieurs joueurs[Note 6] mais par les clubs professionnels de rugby à XIII cette fois[28] dont le jeune arrière, Robert Puig-Aubert, parti à Carcassonne pour y devenir une légende du rugby à XIII français[29].

Un demi-siècle d'amateurisme (1945-1994)[modifier | modifier le code]

Ce nouvel exil est presque fatal au club qui, en 1949, échappe de peu à la relégation. En 1949, devant cette situation, les dirigeants font appel à une figure du club (Jep Desclaux) et à un ancien joueur et entraineur (Fernand Vaquer) pour entrainer les seniors. Le club, s'appuyant une fois de plus sur ces juniors (champions de France en 1947), repart de l'avant.

Les premiers résultats sont prometteurs : quarts de finale en 1950, demi-finale en 1951 et finale en 1952. Mais les années cinquante sont marquées par Lourdes qui s'impose en finale 20 à 11.

La consécration arrive en 1955 avec le titre de champion de France (11 à 6 face à Lourdes). Cette année sera une réussite pour le club qui remporte aussi le challenge du Manoir (22 à 11 face à Mazamet), le titre de champion de France avec ses juniors Reichel et est vice-champion avec ses juniors Crabos (catégorie créée en 1950 et déjà titrés en 1953 et 1954). Le club décrochera à cette occasion son quatrième challenge du club complet (après ceux de 1938, 1952 et 1953).

Après cette saison, le club commence à perdre de son lustre. Les départs de Fernand Vaquer (1958) puis de Jep Desclaux (1960) signent la fin de cette période. Les années soixante vont voir le club s'ouvrir un peu vers l'extérieur avec l'arrivée de joueurs non catalans dont Jo Maso. L'équipe, dirigée par Jean Carrère, atteint la finale du challenge Yves du Manoir en 1965 mais s'incline en finale face à Cognac (5 à 3), laissant entrevoir des jours meilleurs. Mais les querelles internes vont de nouveau engendrer un malaise au sein du club, malaise qui se traduit par l'éviction de Jean Carrère et le départ de plusieurs joueurs. Les années 1960 seront des années dures pour le club qui y consommera quatre présidents (Boy, Roland, Fourcade, Garrigue), ses meilleurs joueurs sont attirés par les clubs de rugby à XIII du département et le public boude le stade Aimé Giral. Néanmoins le club préserve l'essentiel en se maintenant dans l'élite du rugby français[30].

Les années soixante-dix s'annoncent prometteuses avec de nombreux joueurs titrés dans les équipes de jeunes. Ces années correspondent à l'arrivée d'une génération de joueurs emblématiques du club Paul Goze, Jean-Claude Ros, Jean-Louis Got et Jean-François Imbernon, des avants réputés pour la rudesse de leur jeu[30]. Bien qu'abonné aux phases finales, le club n'arrive plus à atteindre les sommets. Hormis une finale perdue 12-4 en 1977 contre l’AS Béziers, l’USAP n'arrive plus à jouer les premiers rôles.

Les années quatre-vingt confirment ce lent déclin du club qui rentre dans l'anonymat du championnat de France même si les catégories de jeunes continuent de briller.

Au début des années 1990, le club renoue avec les sommets de l'élite, atteignant régulièrement les phases finales sans parvenir à passer le cap des matchs éliminatoires. L'USAP remporte en 1994 son premier trophée depuis 1955 : le challenge Yves du Manoir face à l'AS Montferrand (18-3). Ce troisième titre dans la compétition met fin à 39 ans de disette.

L'ère professionnelle (1995-2012)[modifier | modifier le code]

Essai de l'USAP face à Toulouse.

En 1995, l'IRB accepte le professionnalisme et le club doit se structurer pour suivre la mutation opérée par son sport. Ainsi, le 20 juin 1998, le club est transformé en une société anonyme à objet sportif (SOAS) présidée par Jacques Rodor[31]. Marcel Dagrenat est désigné président du conseil d'administration le 25 octobre 2000[32]. Les assemblées générales extraordinaires de la SAOS des 14 mars et 10 juin 2002 ont décidé la transformation du club en société anonyme sportive professionnelle (SASP) qui sera gérée par la holding USAP per sempre[32].

Mêlée USAP-Castres olympique à Aimé Giral

Sur le plan sportif, le club dispute en 1998 la première finale de championnat jouée au Stade de France, finale perdue contre le Stade français (34-7). Puis, sous la houlette d’Olivier Saïsset, ancien entraîneur et joueur de l’AS Béziers, le grand rival régional, arrivé en 2000, le club catalan atteint systématiquement les playoffs du championnat, et dispute une nouvelle finale, perdue en 2004 une nouvelle fois face au Stade français (38-20). Depuis 1999 l'USAP devient un club bicéphale avec d'une part une association gérant le secteur amateur de l'école de rugby aux espoirs et d'un autre côté un groupe professionnel rattaché à la LNR.

Perpignan dispute aussi régulièrement la Coupe d’Europe. Après une expérience sans lendemain en Coupe d'Europe de rugby à XV 1998-1999, le club y prend part systématiquement depuis 2001, soient dix participations consécutives, pour une finale, perdue en 2003 contre le Stade toulousain (22-17).

En 2007, Le coentraîneur de l'Équipe de France, Jacques Brunel, reprend le rôle d'entraîneur, assisté de Franck Azéma pour les lignes arrières et de Bernard Goutta pour les avants. Lors de la saison 2008-2009, l'USAP termine 1er en phase régulière du Top 14, et, après avoir éliminé le Stade français à Gerland en demi-finale (25 à 21), le club devient champion de France pour la septième fois de son histoire face à l'ASM Clermont Auvergne (22 à 13).

Pour la saison 2009-2010, l'USAP réédite sa performance de terminer 1er en phase régulière du Top 14 et, après avoir éliminé le Stade toulousain en demi-finale, s'incline en finale face à l'ASM Clermont Auvergne (19-6). Mais cette accumulation de saisons à rallonge marque les organismes et, pour la saison 2010-2011, le club doit faire face à une accumulation de blessures et fini la saison à la 9e place du TOP 14, son plus mauvais classement depuis plus de dix ans, ce qui lui fait manquer l'édition 2011-2012 de la Coupe d’Europe. Un cycle s'achève, symbolisé par le départ de Jacques Brunel (qui est remplacé par Jacques Delmas) à l'issue de la saison.

À noter que depuis 2004, le club entretient un partenariat avec la section rugby du FC Barcelone[33].

Identité[modifier | modifier le code]

En 1997, le club a pris le nom d'Union sportive arlequins Perpignan-Roussillon et changé les couleurs de ses maillots, abandonnant le traditionnel bleu ciel pour le « sang et or » des armes de la Catalogne. C’est un indice de la forte identité catalane de plus en plus mise en avant depuis quelques années[34]. La devise du club (en catalan) est Sempre endavant, ce qui signifie « Toujours en avant ». Son hymne officieux est l' Estaca, hymne catalan contre l'oppression franquiste composé en 1968 par Lluís Llach. Le club tente de développer le rugby de l’autre côté des Pyrénées. En 2004, il a ainsi lancé un partenariat avec le FC Barcelone[33], club omnisports extrêmement puissant, qui possède une section rugby. Il envisage régulièrement de disputer des rencontres à Barcelone à l’avenir.

Club "de feu", l’USAP n’a pas toujours brillé par la stabilité de ses dirigeants, surtout depuis l'avènement du professionnalisme dans le rugby (1995).

Marcel Dagrenat, homme d’affaires arrivé au club en 1996 en tant que manager et nommé président du conseil d'administration le 25 octobre 2000[32], a réussi à moderniser et consolider le club comme entité professionnelle capable de jouer les premiers rôles au niveau français comme européen. Il crée la holding USAP per sempre[Note 7], principal actionnaire du club (environ 80 % des actions), dont il est le président[32] et préside aussi la société anonyme sportive professionnelle du club[32].

Mais lassé des querelles intestines, notamment avec l’association qui gère le secteur amateur du club, et critiqué pour sa gestion vue parfois comme autocratique[35], il démissionne de son poste le 17 octobre 2006[36]. Coup de théâtre un mois plus tard, le 23 novembre 2006, avec son équipe, ils reprennent les rênes de la holding USAP per sempre, grâce au vote de l'Amicale des Anciens de l'Usap qui ne détient que 1 % des actions de la holding (qui se sont avérées décisives)[37]. Marcel Dagrenat est notamment associé avec Jordi Pujol, fils de l'ancien président du gouvernement autonome de Catalogne[37].

En juillet 2007, un changement d'alliance au sein de la holding met en minorité le clan de Marcel Dagrenat qui est destitué le 13 juillet et est remplacé par Paul Goze qui est désigné président de la SASP USAP lors de l'assemblée générale du 6 août 2007[38].

En juin 2010, le nouveau président du FC Barcelone, Sandro Rosell, a affirmé son souhait d'un accord de partenariat entre le club barcelonais et l'USAP[39]. Cet accord permit notamment l'implication du Barça dans l'organisation du quart de finale de Coupe d'Europe 2011 entre l'USAP et Toulon et disputé au stade Lluís Companys de Barcelone[40]

Toutefois, l’identité catalane n’empêche pas l’USAP d’ouvrir largement ses portes avec l’avènement du professionnalisme puisqu'une dizaine de nationalités se côtoient actuellement au sein de l’effectif (voir ci-dessous l'effectif de la saison).

Historique des couleurs[modifier | modifier le code]

Le drapeau catalan ayant inspiré le maillot extérieur du club
Tchale-Watchou avec le maillot arlequin du club

À l'époque de l'ASP (Association sportive perpignanaise), le club jouait dans un maillot blanc avec un scapulaire bleu ciel (ou en rouge si le club adverse évoluait en blanc). À la fin de la Première Guerre mondiale, l'association décide de changer de couleur en adoptant le bleu horizon qui était celle de l'uniforme des « poilus » en hommage aux sept joueurs de l'équipe Championne de France en 1914 tombés pour la France lors de la Grande Guerre[Note 8]. Ainsi, jusqu'à la fin des années 1990 (à part entre 1926 et 1933 où le club évolua en blanc ou en rouge si l'adversaire était en blanc), le club jouera en maillot bleu horizon, culotte blanche et bas sang et or.

À la fin des années 1990, le maillot sang et or (à forte dominante rouge accompagné d'une culotte rouge et de bas sang et or) devient le maillot principal du club. Nous sommes rentrés dans l'ère du rugby professionnel et, pour des raisons commerciales, le club souhaite se tourner vers la très riche communauté autonome de Catalogne. Cependant, le maillot bleu horizon n'a pas été abandonné puisqu'à son arrivée le Président Paul Goze, s'inspirant de ce qui se fait dans d'autres clubs et dans d'autres sports, décide d'opter pour une tenue à domicile, la bleu horizon, et une tenue extérieure, le sang et or. Ainsi, Paul Goze trouva un compromis entre les supporteurs qui étaient divisés sur le sujet.

Pour la Heineken Cup, le maillot est souvent de couleurs plus fantaisistes, noir et jaune ou bleu marine selon les années. Si pour la saison 2008/2009 le club avait opté pour un maillot blaugrana, les couleurs du club de football du FC Barcelone, l'USAP a choisi d'innover pour la saison 2010/2011 en choisissant à maillot à losanges bleus, jaunes et grenats, un clin d'œil à l’appellation arlequin correspondant à la lettre "A" de "USAP".

Il est à noter que lors de la saison 2012-2013, le club qui célèbre alors ses 110 ans décide de mettre à l'honneur le maillot historique blanc avec un scapulaire bleu ciel de l'ASP (Association Sportive Perpignanaise) au cours d'un match à domicile contre Montpellier[41].

Pour la saison 2013/2014, et pour le retour en H-Cup du club catalan, un maillot blanc bordés de fines rayures sang et or fera son apparition.

Hymnes[modifier | modifier le code]

El Cant de l'USAP est le nouvel hymne du club de rugby de l'USAP. Cette chanson a été créée au cours de la saison 2007/2008. Il existe d'autres hymnes comme L'Estaca de Lluís Llach mais aussi la chanson "Els hi fotrem" de Jordi Barre diffusé à l’intérieur du stade à chaque essai de l'USAP .

Mascotte[modifier | modifier le code]

Cap de Burro avec le maillot bleu horizon

Comme la plupart des clubs du Top 14, l'USAP dispose depuis la saison 2010-2011 de sa mascotte : il s'agit d'un âne dont le nom est Cap de burro (tête d'âne en catalan). En effet, depuis longtemps déjà, l'âne est le symbole choisi par les habitants des deux côtés de la Catalogne. Il représente l'intelligence face à la force du taureau espagnol. Le fait que l'espèce soit en voie d'extinction rappelle également la fragilité de la culture catalane face à la castillane.

Structures[modifier | modifier le code]

Le stade[modifier | modifier le code]

Stade Aimé-Giral lors d'un match USAP-Castres Olympique en 2012

L'USAP a d'abord joué au Stade Jean Laffon (du nom du vice-président de l'ASP tué lors de la Première Guerre mondiale) jusqu'au 13 octobre 1940 avant de déménager au Stade Aimé-Giral (du nom du demi d'ouverture de l'ASP, champion de France en 1914 et tombé au combat en 1915, à l'âge de 19 ans).

Dans l'enceinte du stade se trouve un monument aux morts dédié aux joueurs du club tombés lors de la Première Guerre mondiale.

Le stade a été entièrement rénové entre 1998 et 2008 avec la reconstruction de quatre tribunes couvertes :

  • la tribune Desclaux en 1999 (3 353 places)
  • la tribune Vaquer en 2001 (2 200 places)
  • la tribune Chevalier en 2003 avec la création de loges (4 099 places)
  • la tribune Goutta en 2008 (2 058 places)

D'autres travaux ont permis la fermeture des virages (2006) et la pose de deux écrans géants (2009).

Toutefois, le nombre d'abonnés dépassant les 10 000 et la capacité actuelle du stade étant de 14 593 places, un projet de construction d'un nouveau stade d'une capacité de 25 000 places fut à l'étude à la mairie de Perpignan[42], mais plus ou moins abandonné au vu des résultats faibles de l'équipe depuis la saison 2010-2011, où celle-ci a plus tendance à jouer le maintien que le haut du tableau[réf. nécessaire].

Centre de formation[modifier | modifier le code]

Créé en 2004 le centre de formation de l'USAP a été classé en catégorie 1 par la Fédération française de rugby et par la Ligue nationale de rugby[43] ce qui en fait l'un des meilleurs centres de formation de France. Il est le socle du projet sportif commun entre le secteur associatif de l'USAP et le secteur professionnel. L'USAP est également le club du Top 14 Orange ayant le plus de joueurs formés en son sein dans son effectif professionnel, parmi lesquels on retrouve le pilier Jérôme Schuster, le talonneur Guilhem Guirado, les deuxième ligne Romain Taofifenua et Yohann Vivalda, les flankers Jean-Pierre Pérez, Bertrand Guiry et Gilles Arnaudiès, le troisième ligne centre Romain Bezian, les numéros 9 Florian Cazenave et David Mélé, le demi d'ouverture Gilles Bosch, les ailiers Adrien Planté et Armand Batlle, ainsi que l'arrière Joffrey Michel.

Par ailleurs, et à titre d'exemple, 10 joueurs de l'USAP ont été sélectionnés en équipe de France A, en moins de 20 ans, moins de 18 ans et en équipe de France à VII au cours de la saison 2009-2010. Sur le plan scolaire et universitaire le club fait savoir que 90 % des joueurs du centre de formation ont réussi leur objectif pédagogique (obtention d'un diplôme : Bac, Bac pro, BTS ou licence professionnelle)[44].

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

Avant l'année 1995, les instances qui dirigent le rugby, que ce soit l'International Rugby Board au niveau mondial ou la FFR au niveau national, prohibaient la pratique du rugby professionnel. Comme beaucoup de clubs de haut niveau l'USAP n'apparaissait que sous sa forme associative, contrairement pourtant à la loi du 16 juillet 1984 qui oblige les associations sportives ayant des activités commerciales et ou rémunérant des sportifs au-delà d'une certaine somme fixée par le Conseil d'État à adopter un statut de société commerciale. C'est ce qu'on appelait alors pudiquement le professionnalisme marron[31].

Le 1er juillet 1998, à la demande de la LNR, nouvelle entité chargée de gérer le rugby professionnel en France, tous les clubs de rugby professionnels changent de statut. Le 20 juin 1998, l'USAP opte donc pour le statut de SAOS et est alors présidée par Jacques Rodor[31]. La SAOS (Société Anonyme à Objet Sportif) ne permet ni la redistribution de dividendes ni la rémunération de ses dirigeants afin de préserver une certaine idée du sport[31].

Le 25 octobre 2000, l'assemblée générale décide de modifier le mode de direction de la société constituée d'un Conseil de surveillance et d'un directoire pour le remplacer par la formule d'un Conseil d'Administration dont Marcel Dagrenat sera désormais le nouveau président[32].

Les assemblées générales extraordinaires du 14 mars et du 10 juin 2002[31]. décident la transformation du club en SASP, Société Anonyme Sportive Professionnelle. Tel statut permet théoriquement la redistribution des dividendes aux actionnaires et la rémunération des dirigeants, ce qui est susceptible d'attirer de nouveaux actionnaires. Précisons toutefois que cela ne sera pas fait par l'USAP[31].

Organigramme[modifier | modifier le code]

Direction Secteur professionnel Secteur amateur (association)
Président : François Rivière
Vice-président chargé du sportif : Jean-Charles Nieto
Vice-président chargé du sponsoring : Laurent Sobraquès
Vice-président chargé de la communication : Jacques Vial
Vice-président chargé des finances : Sébastien Sicard
Directeur sportif : Sylvain Deroeux
Administrateur de l'Équipe 1re : Bernard Sobraquès
Manager général : Marc Delpoux
Entraîneur des Avants : Giampiero de Carli
Entraîneur des Arrières : Patrick Arlettaz
Responsable Préparation Physique : Nicolas Szézur
Responsable Vidéo : Didier Plana
Président de l’association : Bernard Llaona[45]
Directeur du Centre d'Excellence : Bruno Rolland
Directeur de l'école de rugby : Louis Cros

Budget[modifier | modifier le code]

Selon le président du club, Paul Goze, le budget de l'USAP pour l'exercice 2012-2013 s'élève à 14,4 millions d'euros[46] ce qui fait du club catalan le neuvième budget du Top 14 Orange.

Évolution du budget du club par saison :

Budget prévisionnel de l'USA Perpignan
Saison 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013
Budget 9,5 M€[47] 11,5 M€[48] 12,0 M€[49] 12,39 M€[50] 14,08 M€[51] 15,3 M€[52] 14,4 M€[46]
Variation - + 21 % + 3,4 % + 3,25 % + 13,6 % + 8,66 % - 5,88 %

Sponsors et équipementiers[modifier | modifier le code]

L'USA Perpignan ne s'appuie pas sur un mécène mais plutôt sur un tissu d'entreprises à dimension nationale ou régionale pour son financement. Au total, se sont plus de 300 entreprises qui composent les partenaires de l'USAP[53].

Pour la saison 2012-2013 le sponsor maillot principal est la compagnie Aviva[54], sixième groupe d'assureur mondial dont le siège social est à Londres. Figurent également sur le maillot[54] les logos du Groupe Joa, propriétaires de Casinos en France et proposant également des jeux en ligne et des paris sportifs et hippiques, du Groupe Maurin qui est le premier groupe français distribuant des marques importées (parmi lesquelles Nissan et Ford dont les logos apparaissent également sur les tenus des joueurs de l'USAP) et Veolia Environnement, leader mondial des services à l'environnement peut apparaître au niveau du short[54].

L'USAP peut s'appuyer également sur ses partenaires institutionnelles tels que la Mairie de Perpignan, le Conseil Général des Pyrénées Orientales et la Région Languedoc-Roussillon dont les logos sont aussi présent sur la tunique sang-et-or ou bleu horizon[54].

L'équipementier du club est la marque de vêtement de sport italienne Erreà[54] depuis la saison 2009-2010. Depuis l’avènement du professionnalisme l'USAP a eu plusieurs équipementiers parmi lesquels, Canterbury of New Zealand, la marque sportive allemande Puma,la marque britannique Gilbert, australienne Kooga, les spécialistes du rugby Cotton Oxford et Le Roc Sport.

Historique des sponsors maillot de l'USAP
Période Sponsor
1999 - 2001 Itinéris (téléphonie mobile)
2001 - 2006 Orange (téléphonie mobile)
2007 - 2009 Pepsi Cola (marque de soda)
2009 - 2011 AXA (Groupe d'assurance)
Depuis 2012 Aviva (Groupe d'assurance)

Partenariat avec le FC Barcelone[modifier | modifier le code]

Stade Olympique de Montjuic où l'USAP délocalisa pour la première fois un match de Heineken Cup

L'histoire raconte que le 16 mai 1998 des hauts dirigeants du Barça aurait été époustouflés par les images de la première finale du championnat organisée au Stade de France entre l'USAP et le Stade français. Malgré l'échec sportif, les tribunes entièrement au couleurs catalanes "sang-et-or" impactèrent les responsables du club de football barcelonais[55].

Lors d'une conférence de presse, Paul Goze et Sandro Rosell, présidents respectifs de l'USAP et du FC Barcelone, accompagnés de Ramon Cierco, président des sections non professionnelles du Barça et de Ignasi Planas, président de la Fédération Catalane de Rugby ont officialisé un partenariat entre les deux clubs[56]. Ce partenariat comprend notamment la délocalisation d'un match (si possible de façon annuelle) au Stade Olympique de Montjuic de Barcelone. Autour de ce match une série d'évènements est organisée sous le nom de la Festa del rugbi català[56]. Le premier match organisé au Stade olympique de Montjuic eut lieu le 9 avril 2011 lors d'un quart-de-finale de Coupe d'Europe entre l'USAP et le RC Toulon. L'USAP remporta son quart-de-finale sur le score de 29 à 25. Le match se joua devant 55 000 spectateurs et fut largement relayé par les médias barcelonais et espagnols[57]. Un site Internet commun aux deux clubs a été mis en place pour immortaliser l'évènement[56].

Essai de l'USAP face au Stade Toulousain au Stade Olympique de Montjuic de Barcelone.

Une seconde Festa del rugbi català est organisée lors de la cinquième journée de la saison 2012-2013 de Top 14 à l'occasion de la réception du Stade toulousain, le 15 septembre 2012. Le FC Barcelone est chargé de la promotion de l'événement sur la capitale catalane, cette promotion est assurée notamment par l'intermédiaire de clips publicitaires sur les réseaux sociaux[58]. Le 4 septembre, Paul Goze, président de l'USAP, Sandro Rosell, président du FC Barcelone et Santi Vila, maire de Figueres, annoncent lors d'une conférence de presse que 40 % des bénéfices de ce match seront reversés aux sinistrés des incendies qui ont violemment touché la région frontalière de l'Empordà lors de l'été 2012[59]. Cette deuxième fête du rugby catalan est donc lancée sous le slogan Tots per l'Empordà (Tous pour l'Empordà). La délocalisation au Stade Olympique de Montjuic est une réussite sportive, l'USAP bat le club quadruple champion d'Europe et champion de France en titre sur le score de 34 à 20[60], empochant au passage un point de bonus offensif pour avoir marqué trois essais de plus que son adversaire du jour. Toutefois, le succès populaire autour de ce deuxième match est beaucoup plus mitigé que la première délocalisation : seulement 22 747 spectateurs assistent à la victoire du club catalan sur son rival toulousain. Les dirigeants de l'USAP ne manqueront pas de rappeler que le même match à Perpignan n'aurait pu se jouer devant plus des 15 000 spectateurs que peut accueillir le Stade Aimé Giral. Cependant, le succès n'a rien à voir avec l'élan populaire qui a eu lieu lors de la première Festa del rugbi català qui avait réussi à faire venir 55 000 spectateurs et à remplir le stade olympique du Montjuic.

Au-delà de cette délocalisation l'idée est de permettre au club perpignanais de s'assurer une certaine notoriété en Catalogne afin d'attirer d'éventuels investisseurs catalans, ce qui lui permettrait de pouvoir se maintenir au plus haut niveau et de pouvoir rivaliser financièrement avec les autres grands clubs du Top 14 Orange.

Par ailleurs, l'USAP s'engage à apporter son savoir-faire sportif au service de la section rugby du FC Barcelone. Grâce aux différents accords passés avec les clubs de rugby de Catalogne, deux joueurs ont déjà intégré le centre de formation de l'USAP[61]. L'idée est de pouvoir à terme incorporer ces joueurs dans l'effectif professionnel du club.

Personnalités historiques du club[modifier | modifier le code]

Les présidents du club[modifier | modifier le code]

Portrait de François Rivière.
François Rivière est le président de l'USAP depuis août 2013.

L'actuel président de la SASP (secteur professionnel) de l'USAP est François Rivière qui a remplacé, le 12 août 2012[62], Daniel Besson. Dans un article publié par l'Equipe.fr [63], il est indiqué qu'il va investir un peu plus d'un million d'euros afin de faire passer le budget annuel du club à 16M d'euros et qu'il en devient l'actionnaire majoritaire avec 68% des parts.

Daniel Besson avait remplacé, le 23 novembre 2012[64], Paul Goze, démissionnaire du poste après son élection à la présidence de la Ligue nationale de rugby[64].

Le 14 juillet 2007, Paul Goze, dont le mandat fut marqué par l’obtention du septième titre de champion de France du club en 2009, 54 ans après le précédent (1955)[65], avait été choisi par les actionnaires majoritaires du club pour prendre la suite de Marcel Dagrenat.

Marcel Dagrenat, issu du milieu de la grande distribution et gérant de plusieurs hypermarchés, a, lui, occupé cette fonction à partir du mois de février 2000, succédant ainsi à Marc Bournazeau. Marcel Dagrenat prit la direction de la SASP au moment du changement de statut en 2002. Il permit à l'USAP de passer le cap du professionnalisme, en changeant le statut du club, en agrandissant considérablement et en modernisant le stade Aimé Giral, en faisant venir de nouveaux partenaires de Catalogne. Par ailleurs, c'est sous son investiture que le club ouvrit une boutique officielle. Son passage fut également marqué par l'arrivée de nouvelles stars venant notamment de l'hémisphère sud.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2013-2014, l'équipe première de l'USAP est dirigée par Marc Delpoux. Il est secondé par Giampiero De Carli qui s'occupe des avants et Patrick Arlettaz qui est responsable des arrières.

Joueurs emblématiques et internationaux[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Les internationaux de l'USAP[modifier | modifier le code]

L'ouvreur néo-zélandais Dan Carter fit un passage remarqué au club

Perpignan a fourni de nombreux internationaux au XV de France. On citera « Jep » Desclaux (années 1930 et 1940), Jean-François Imbernon (années 1970 et 1980) ou, actuellement, le capitaine Nicolas Mas. Les derniers internationaux catalans en date sont Romain Taofifénua et Sébastien Vahaamahina.

À l’heure actuelle, l’USAP possède de nombreux joueurs ayant connu une ou deux sélections, et aujourd'hui trois d’entre eux (Nicolas Mas, David Marty et Guilhem Guirado) ont fait partie du groupe France pour la Coupe du monde 2011 (la deuxième pour Nicolas Mas et David Marty après celle de 2007).

Parmi les étrangers, l'ouvreur, centre ou arrière du pays de Galles James Hook et son compatriote le deuxième ligne Luke Charteris ont, eux aussi, disputé la Coupe du monde 2011, tout comme Sona Taumalolo et Kisi Pulu, piliers de l'équipe des Tonga ou Daniel Leo avec les Samoa. Le troisième ligne aile Alasdair Strokosch évolue, lui, avec l'équipe d'Écosse.

Lors de l'avant-saison 2007-2008, l'USAP réussit un grand coup sur le marché des transferts : le recrutement de l'arrière des champions du monde 2007, le Sud-Africain Percy Montgomery.

Pour la saison 2008-2009, l'USAP réitère l'exploit en recrutant l'ouvreur des All Blacks, Daniel Carter. Ce dernier dispute son premier match avec le club le 14 décembre 2008 contre les Leicester Tigers, lors de la 4e journée de Coupe d'Europe, mais se blesse sept semaines et cinq matches plus tard, le 31 janvier 2009, à la dernière minute du match opposant l'USAP au Stade français au Stade de France. La rupture partielle de son tendon d'Achille le tient éloigné des terrains pour plusieurs mois. Même s'il suivra le club jusqu'au titre, son aventure en tant que joueur avec l'USAP n'aura duré qu'un mois et demi.

Liste des internationaux français[modifier | modifier le code]

57 joueurs ont porté au moins une fois le maillot de l'équipe de France de rugby alors qu'ils évoluaient sous les couleurs du club.

À ces joueurs il convient d'associer Didier Plana qui fut appelé en 1998 pour la tournée de l'équipe de France dans les îles du Pacifique (Samoa et Tonga) mais qui, bien qu'ayant pris part à deux matchs (dits matchs de semaine), ne compte aucune sélection en équipe de France.

Le nombre de sélections indiqué pour chaque joueur correspond au nombre de fois où le joueur a été sélectionné alors qu'il évoluait sous les couleurs de l'USAP.

Liste des internationaux étrangers[modifier | modifier le code]

Les 28 joueurs cités ci-dessous sont ceux ayant eu au moins une sélection pour leur pays alors qu'ils évoluaient sous le maillot de l'USAP. Ainsi, le nombre de sélections indiqué correspond à celles que le joueur a obtenu alors qu'il évoluait au sein du club.

Joueurs emblématiques (ordre chronologique)[modifier | modifier le code]

Le Sud-Africain Percy Montgomery a passé une saison à l'USAP (2007/2008)

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le palmarès de l'USAP se résume à sept titre de champion de France et à trois challenge Yves du Manoir. Ce qui en fait le sixième club le plus titré de France derrière le Stade toulousain, le Stade Français, l'AS Béziers-Hérault, l'Union Bordeaux-Bègles, le Sporting Union Agenais et le FC Lourdes.

Compétitions nationales Compétitions internationales Compétitions nationales disparues
Championnat de France
Championnat de France de 2e série
  • Champion (2) : 1911, 1913
Coupe d'Europe de rugby à XV
Challenge européen 
  • Demi-Finaliste : 2013
Challenge Yves du Manoir
Challenge Antoine Béguère
Challenge Paul Roca
Coupe du Mérite
Compétitions réserves et espoirs Compétitions juniors Frantz Reichel Autres catégories juniors
Championnat de France
  • Champion (6)
    • Espoirs : 1997 et 2005
    • Nationale B : 1985
    • Équipe 2 : 1921 et 1930
    • Équipe 3 : 1920
  • Vice-champion (10)
    • Espoirs : 2012
    • Nationale B : 1981 et 1992
    • Équipe 2 : 1914, 1937, 1938, 1968 et 1978
    • Équipe 3 : 1922 et 1925
Championnat de France
  • Champion (10) : 1937, 1938, 1943, 1947, 1955, 1956, 1972, 1973, 1992* et 2005
  • Vice-champion (2) : 1948 et 1969
Challenge des Provinces
  • Vainqueur (2) : 1989 et 1990
Championnat de France Crabos
  • Champion (9) : 1953, 1954, 1959, 1962, 1967, 1969, 1972, 1988 et 2002
  • Vice-champion (10) : 1952, 1955, 1956, 1958, 1960, 1963, 1966, 1987, 1989 et 2005
Championnat de France Balandrade
  • Champion (2) : 1985 et 1986
Challenge des Provinces Crabos
  • Vainqueur (2) : 1996 et 1997
Compétitions cadets Compétitions Minimes Autre titres
Championnat de France
  • Champion (5) : 1987, 1995, 1998, 2005 et 2006
Coupe Jules Coulon
  • Vainqueur (3) : 1962, 1987 et 1999
Challenge Pierre Gaudermen
  • Vainqueur (4) : 1970, 1998, 1999 et 2006
Superchallenge de France
  • Vainqueur (7) : 1990, 1991, 1994, 1996, 1999, 2000 et 2011
Coupe Henri Dasté
  • Vainqueur (5) : 2005, 2006, 2009, 2010 et 2011
Coupe UFOLEP
  • Vainqueur (7) : 1978, 1989, 1991, 1995, 1996, 1997 et 1999
Challenge Yves du Manoir
  • Vainqueur : 2004
Challenge du club complet
  • Vainqueur (8) : 1938, 1952, 1953, 1955, 1956, 1969, 1972 et 1998
Challenge Yves du Manoir des écoles de rugby
  • Vainqueur : 2004
Championnat du Roussillon
  • Champion : 1904
Championnat du Languedoc
  • Champion (12) : 1905, 1906, 1907, 1908, 1909, 1910, 1911, 1913, 1914, 1916[Note 13], 1917[Note 14] et 1920
Championnat du Sud deuxième série
  • Champion : 1903

Les finales de l'USA Perpignan[modifier | modifier le code]

Championnat de France[modifier | modifier le code]

On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
3 mai 1914 AS Perpignan 8 - 7 Stadoceste tarbais Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 15 000
17 avril 1921 US Perpignan 5 - 0 Stade toulousain Parc des Sports de Sauclières, Béziers 20 000
27 avril 1924 Stade toulousain 3 - 0 US Perpignan Parc Lescure, Bordeaux 20 000
3 mai 1925 US Perpignan 5 - 0[Note 15] US Carcassonne Maraussan, Narbonne 20 000
2 mai 1926 Stade toulousain 11 - 0 US Perpignan Parc Lescure, Bordeaux 25 000
12 mai 1935 Biarritz olympique 3 - 0 USA Perpignan Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 23 000
8 mai 1938 USA Perpignan 11 - 6 Biarritz olympique Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 24 600
30 avril 1939 Biarritz olympique 6 - 0 ap USA Perpignan Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 23 000
26 mars 1944 USA Perpignan 20 - 5 Aviron bayonnais Parc des Princes, Paris 35 000
4 mai 1952 FC Lourdes 20 - 11 USA Perpignan Stadium Municipal, Toulouse 32 500
22 mai 1955 USA Perpignan 11 - 6 FC Lourdes Parc Lescure, Bordeaux 39 764
29 mai 1977 AS Béziers 12 - 4 USA Perpignan Parc des Princes, Paris 41 821
16 mai 1998 Stade français 34 - 7 USA Perpignan Stade de France, Saint-Denis 78 000
26 juin 2004 Stade français 38 - 20 USA Perpignan Stade de France, Saint-Denis 79 722
6 juin 2009 USA Perpignan 22 - 13 ASM Clermont Auvergne Stade de France, Saint-Denis 79 205
29 mai 2010 ASM Clermont Auvergne 19 - 6 USA Perpignan Stade de France, Saint-Denis 79 800

Challenge Yves du Manoir[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
7 avril 1935 USA Perpignan 6 - 0[Note 16] AS Montferrandaise Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse
8 mars 1936 Aviron bayonnais 9 - 3 USA Perpignan Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse
25 avril 1937 Biarritz olympique 3 - 0 USA Perpignan Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse
8 mars 1938 AS Montferrandaise 23 - 10 USA Perpignan Toulon
29 mai 1955 USA Perpignan 22 - 11 SC Mazamet Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse
9 juin 1956 FC Lourdes 3 - 0 USA Perpignan Parc des Princes, Paris
29 mai 1965 US Cognac 5 - 3 USA Perpignan Parc des Princes, Paris
4 juin 1994 USA Perpignan 18 - 3 ASM Clermont Auvergne Stade Maurice-Boyau, Dax

Coupe d'Europe[modifier | modifier le code]

En 2006 lors d'un quart de finale contre le Munster

L'USAP participe à la Coupe d'Europe pour la dixième année consécutive. À ce titre, avec 11 participations au total (pour 75 matchs joués), l'USAP est le deuxième club français ayant participé le plus de fois à la Heineken Cup (et le quatrième en nombre de matchs joués), derrière le Stade toulousain (qui a participé à toutes les éditions de la H-Cup depuis sa création en 1995) et à égalité avec le Biarritz olympique (80 matchs joués) et le Stade Français (79 matchs joués). Le club est allé deux fois jusqu'aux quarts de finale (2006, 2008), deux fois en demi-finale (1998, 2011) et a atteint la finale en 2003 où il s'incline finalement face à un Stade toulousain plus expérimenté (22-17).

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
24 mai 2003 Drapeau : France Stade toulousain 22 - 17 Drapeau : France USA Perpignan Lansdowne Road, Dublin 28 600

Effectif 2013-2014[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2013-2014, l'effectif de l'USA Perpignan[68] est le suivant :

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections
(points marqués)
Dernier club Arrivée au club
Sona Taumalolo Pilier 13 novembre 1981 Drapeau des Îles Tonga Tonga 11 (20) Drapeau : Nouvelle-Zélande Chiefs 2012
Kisi Pulu Pilier 31 janvier 1978 Drapeau : Tonga Tonga 32 (15) Drapeau : France SC Albi 2007
Ion Paulică Pilier 10 janvier 1983 Roumanie Roumanie 41 (5) Drapeau : Angleterre London Welsh 2013
Giorgi Jgenti Pilier 13 novembre 1985 Drapeau de la Géorgie Géorgie 3 (0) Drapeau : France Montpellier HR 2013
Sébastien Taofifenua Pilier 21 mars 1992 Drapeau : France France - Drapeau : France Limoges 2008
Guilhem Guirado Talonneur 17 juin 1986 Drapeau : France France 18 (0) Drapeau : France RC Arles-sur-Tech - Amélie-les-Bains 2000
Romain Terrain Talonneur 22 août 1981 Drapeau : France France - Drapeau : France Biarritz olympique 2012
Maxime Delonca Talonneur 29 avril 1988 Drapeau : France France - Drapeau : France Étoile sportive catalane 2006
Raphaël Carbou Talonneur 6 septembre 1992 Drapeau : France France - Drapeau : France RC Narbonne 2010
Luke Charteris Deuxième ligne 9 mars 1983 Drapeau : Pays de Galles Galles 40 (0) Drapeau : Pays de Galles Newport Gwent Dragons 2012
Justin Purll Deuxième ligne 13 novembre 1979 Drapeau de l'Australie Australie - Drapeau : France Union Bordeaux Bègles 2013
Guillaume Vilaceca Deuxième ligne 7 novembre 1983 Drapeau : France France - Drapeau : France Céret sportif 2007
Romain Taofifenua Deuxième ligne 14 septembre 1990 Drapeau : France France 3 (0) Formé au club -
Sébastien Vahaamahina Deuxième ligne 21 octobre 1991 Drapeau : France France 4 (0) Drapeau : France CA Brive 2011
Jean-Pierre Pérez Troisième ligne aile 3 avril 1984 Drapeau : France France - Formé au club -
Alasdair Strokosch Troisième ligne aile 21 février 1983 Écosse Écosse 30 (5) Drapeau : Angleterre Gloucester RFC 2012
Daniel Leo Troisième ligne aile 2 octobre 1982 Samoa Samoa 31 (0) Drapeau : France Union Bordeaux Bègles 2012
Bertrand Guiry Troisième ligne aile 30 juillet 1988 Drapeau : France France - Formé au club -
Henry Tuilagi Troisième ligne centre 12 août 1976 Drapeau : Samoa Samoa 10 (5) Drapeau : Angleterre Leicester Tigers 2007
Luke Narraway Troisième ligne centre 7 septembre 1983 Drapeau de l'Angleterre Angleterre 7 (0) Drapeau : Angleterre Gloucester RFC 2012
Karl Château Troisième ligne centre 15 juin 1992 Drapeau : France France - Drapeau : France Stade toulousain 2013
Florian Cazenave Demi de mêlée 30 décembre 1989 Drapeau : France France - Formé au club -
Dewaldt Duvenage Demi de mêlée 22 mai 1988 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud - Drapeau : Afrique du Sud Stormers 2013
Tom Ecochard Demi de mêlée 14 décembre 1992 Drapeau : France France - Drapeau : France RC Narbonne 2010
James Hook Demi d'ouverture 27 juin 1985 Drapeau : Pays de Galles Galles 67 (346) Drapeau : Pays de Galles Ospreys 2011
Camille Lopez Demi d'ouverture 3 avril 1989 Drapeau : France France 1 (3) Drapeau : France Union Bordeaux Bègles 2013
Tommaso Allan Demi d'ouverture 26 avril 1993 Drapeau : Italie Italie 4 (21) - 2013
Watisoni Votu Trois-quart aile 25 mars 1985 Drapeau des Îles Fidji Fidji 7 (0) Drapeau : Angleterre Exeter Chiefs 2013
Sione Piukala Trois-quart aile 6 août 1985 Drapeau : Tonga Tonga 3 (5) Drapeau : Australie Eastwood 2012
David Marty Trois-quart centre 30 octobre 1982 Drapeau : France France 37 (55) Drapeau : France Entente Canet - Sainte-Marie 2000
Gavin Hume Trois-quart centre 25 mars 1980 Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud - Drapeau : Afrique du Sud Stormers 2004
Lifeimi Mafi Trois-quart centre 15 août 1982 Drapeau de Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Drapeau : Irlande Munster 2012
Julien Fritz Trois-quart centre 10 janvier 1990 Drapeau : France France - Drapeau : France Lyon OU 2010
Tommaso Benvenuti Trois-quart centre 12 décembre 1990 Drapeau de l'Italie Italie 23 (20) Drapeau : Italie Benetton Trévise 2013
Jens Torfs Trois-quart centre 26 mai 1992 Drapeau de la Belgique Belgique - Drapeau : France Racing Métro 92 2013
Wandile Mjekevu Trois-quart centre 7 janvier 1991 Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud - Drapeau : Afrique du Sud Lions 2013
Joffrey Michel Arrière 4 mars 1987 Drapeau : France France - Drapeau : France Castres olympique 2008
Sofiane Guitoune Arrière 7 mars 1989 Drapeau : France France - Drapeau : France SC Albi 2012
Richard Haughton[Note 17] Arrière 8 novembre 1980 Drapeau : Angleterre Angleterre - Drapeau : Angleterre London Wasps 2012

Soutien et image du club[modifier | modifier le code]

Les clubs de supporters[modifier | modifier le code]

Les supporters de l'USAP lors d'un match au stade Aimé Giral

Le site Internet de l'USAP répertorie 18 penyes (nom catalan donné à une association de supporteurs) officielles. Elles sont de tailles diverses et sont plus ou moins structurées. La Bronca 2003 se veut particulièrement festive et bruyante. En effet, le mot "bronca" est le nom donné à la huée du public d'Aimé Giral, sa devise en catalan est Sempre dia de festa,qui pourrait se traduire par "toujours en fête". La Bronca 2003 organise fréquemment des tifos à l'occasion d’évènements particuliers comme les anniversaire de la penya, la diada de Catalunya, hommage à Jordi Barre ou les fêtes de fin d'année.

La Bronca 2003 célèbre ses 5 ans

Une autre penya importante est celle des Barretines (la barretina est le chapeau typique et traditionnel des catalans). Créée en 1999, l'association compte plus de 400 abonnés et est réputée pour être l'une des penyes les plus organisées notamment pour la mise en place des déplacements de supporteurs puisque les Barretines ont déjà réussi l'exploit de réservé un TGV pour leur penya ou de faire décoller depuis l'aéroport de Perpignan deux Boeings de supporteurs.

Les Us@pistes est une autre penya particulièrement originale car elle fut créée à l'initiatives d'internautes habitués du forum de l'USAP. Les Us@pistes attachent une importance toute particulière à la convivialité propre à la culture rugby: ils ont par exemple développé un système de jumelage avec d'autres groupes de supporteurs d'autres clubs du Top 14 afin de pouvoir partager des rencontres lors des matchs du championnat. Les Us@apistes sont notamment remarquable à Aimé Giral pour leur tifo géant en forme de maillot de l'USAP. Notons que les Us@pistes disposent également d'une section Provence-Alpes-Côte d'Azur.

D'autres penyes servent de regroupement des catalans habitant dans des grandes villes françaises. Ainsi Toulouse et Paris disposent chacune d'une penya nommées respectivement Els de Tolosa amb l'USAP (Ceux de Toulouse) et Els de Paris amb l'USAP (Ceux de Paris avec l'USAP).

Nous retrouvons des penyes de l'autre côté de la frontière franco-espagnole. La région de Figueres est représentée avec Els amics rugby Emporda. La penya barcelonaise Penya Barcelonista Usapista Avant a la particularité de soutenir à la fois le FC Barcelone (notamment sa section rugby) et l'USAP. La région plus lointaine de Valence dispose de la Penya Usapista Els Valencians.

D'autres penyes plus ou moins grandes et plus ou moins organisées existent. Elles peuvent appartenir à une unité de géographique Penya Cap XV de Saint-Cyprien ou Els Amics de Pezilla. Les Farfadets avec l'USAP se revendiquant la plus jeune penya de l'USAP puisqu'elle a été créée par des membres (professeurs et lycéens) du Lycée Notre Dame de Bons Secours de Perpignan.

Certaines penyes ont disparu comme celle de Penya Usapista Els Angelets de la Terra. Cette penya également créée sur le forum du site Internet officiel du club en 2002 se revendiquait ouvertement comme une penya catalaniste et cherchait à créer des liens entre les supporteurs de Catalogne nord avec ceux de Catalogne sud.

Parmi les autres penyes nous retrouvons Les Arlequins, Els Sang y or amb l'USAP, Colla USAP ou encore Els Arrels de l'USAP, cette dernière attache une importance toute particulière à la culture et la langue catalane.

L'USAP compte aussi plus de 10 000 abonnés pour la saison 2011/2012.

Relation avec les médias[modifier | modifier le code]

À la différence des grands clubs de football, les clubs de rugby professionnels ne disposent pas encore de leur propre chaîne de télévision. La notoriété de l'USAP est assurée par la presse locale et notamment le journal L'Indépendant qui consacre régulièrement sa une à l'USAP. Bien que les médias de Catalogne se soient longtemps désintéressés au phénomène USAP, ce n'est plus le cas aujourd'hui. De nombreux journaux barcelonais se penchent sur l'actualité du club roussillonnais. C'est en particulier le cas du quotidien Avui écrit en catalan. Le journal sportif en catalan El 9 Esportiu informe sur la vie du club même si sa priorité va au football et aux clubs barcelonais du FC Barcelone et de l'Espanyol. La chaîne généraliste catalane TV3 diffuse régulièrement des informations concernant le club. TV3, qui retransmettait certains matchs de Coupe d'Europe à l'époque où Marcel Dagrenat était président, fut même partenaire maillot de l'USAP.

Plusieurs reportages de qualité ont été consacrés au phénomène USAP que ce soit sur la télévision française ou sur la télévision catalane. Ainsi la chaîne des Régions françaises France 3 proposa un reportage de René Grando USAP, Les Guerriers du losange télédiffusée en 2010.[69]. Dans le cadre du partenariat entre le FC Barcelone et l'USAP, un reportage en 7 parties intitulé La USAP, els catalans del nord (L'USAP, Les Catalans du nord) a été diffusé sur Barça TV, chaîne sportive du club omnisports éponyme[70].

Le site internet[modifier | modifier le code]

Comme la totalité des clubs de rugby professionnels l'USAP possède son propre site internet, usap.fr. La singularité de ce site est qu'il est complètement bilingue, toutes les informations sont systématiquement diffusées en français et en catalan. Une webtélé, USAP.TV, utilisant le site de partage de vidéo Dailymotion est rattachée au site, cette dernière ce contente de proposer un résumé des matchs et quelques interviews de joueurs ou de personnalités du club. Une webradio, USAP.FM, rattachée au site Internet, retransmet les interviews d'avant-match et les réactions d'après-matchs des joueurs et entraîneurs du club par l'intermédiaire de podcasts. Enfin un dernier site, USAP Fans, est dédié aux fans du clubs qui peuvent y retrouver des goodies, chansons de supporteurs et autres. Par ailleurs, le club utilise également les réseaux sociaux Facebook et Twitter, avec ses 23 000 fans l'USAP est le quatrième club du Top 14 le plus apprécié par les utilisateurs de Facebook, derrière le Stade toulousain, le Stade Français et le Racing Métro 92.

L'USAP dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le roman de Philippe Ward Meurtre à Aimé-Giral met en scène une sombre histoire de meurtre[71] : Michel Albans, directeur financier de l'USAP, est abattu froidement par un arlequin (le symbole du club), le lieutenant de police Nuria Puigbert, fille de l'ancien président du club et mère d'une des futures vedettes du club et chargée de l'enquête au moment même où le club sang-et-or s'apprête à jouer les demi-finales du Top 14.

Un autre roman, de Hélène Legrais, Les héros perdus de Gabrielle a pour environnement le Perpignan de 1914 et particulièrement l'équipe de l'AS Perpignan[72]. Après avoir suivi l'équipe jusqu'à la finale de Toulouse, la jeune Gabrielle (16 ans au début du roman) voit de nombreux joueurs tomber lors du conflit mondial. Elle craint alors pour son préféré, le bel Aimé Giral et, prenant conscience que sa vie insouciante est en train de se terminer, elle devient une femme responsable.

Équipe féminine[modifier | modifier le code]

L'USAP est l'un des deux seuls clubs (l'autre étant Montpellier Hérault rugby) à posséder deux équipes d'élite dans les premières divisions masculine (Top 14) et féminine (Top 10).

En effet, en 2008, à la suite d'un désaccord entre l'USAT XV Toulouges, club de rugby exclusivement réservé aux dames quadruples championnes de France à cette date (2004, 2005, 2006 et 2008), et la municipalité de Toulouges le club est devenue la section féminine de l'association USAP[73] sous le nom de USAP XV Féminin. Elles évoluent sur le stade de la commune de Pollestres.

Dès la première saison (en 2009), le club devient champion d'Europe[74] en remportant leur finale face aux Espagnoles du club de Getxo et accède à la finale du Top 10 (défaite 19-16 contre Montpellier HRC).

La saison suivante, l'équipe est championne de France (26 à 5 toujours contre Montpellier HRC)[75]. En 2011, l'USAP XV Féminin conserve son titre en battant le Stade rennais rugby en finale sur le score de 15 à 11[76].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Appellation du club publiée au journal officiel le 05/03/1997 - Annonce numéro 1899
  3. Marcel Baillette, Eugène Ribère, Amédée Cutzach, André Rière, Gaudérique Montassié, Louis Parnand et Georges Delort quittèrent l'USP pour Quillan en 1926.
  4. René Bonnemaison, Sylvain Bobo, Georges Martre et François Baco quittèrent les Quins pour Quillan en 1926
  5. Avec l'Union sportive perpignanaise se trouvent dès 1931 le Stade toulousain, la Section Paloise, l'Aviron bayonnais, l'AS Carcassonnaise, le Stade Français, le Biarritz olympique, le Stade bordelais union club, le Football club de Grenoble, le Football club de Lyon, le SAU Limoges et le Stade nantais qui sont rejoints en 1932 par l'Union sportive narbonnaise et le Stadoceste tarbais
  6. Frédéric Trescazes, Louis Carrière, Robert Casse, Jo Barende, Marcel Blanc, Lucien Barris et Robert Puig-Aubert quittent le club en 1944 pour les clubs de rugby à XIII
  7. Expression catalane qui signifie USAP pour toujours.
  8. Sont tombés Raymond Schuller, Maurice Gravas, François Fournié, Joseph Lida et François Nauté en 1914, Aimé Giral et Joseph Couffe en 1915.
  9. Le capitaine Argistrou décédera quelques semaines avant la finale de l'ASP face à Tarbes et ne verra pas ses protégés remporter le titre de champion de France (Cri Catalan du 14/04/1914)
  10. En juillet 2002, Jean-François Beltran est nommé entraîneur adjoint mais il démissionne en novembre 2002, laissant seul Olivier Saïsset à la tête de l'équipe.
  11. a et b Alphonse Puig et Vincent Graule furent internationaux qu'avec les Quins
  12. Au 26 novembre 2012, le nuémro d'international de Sébastien Vahaamahina n'a toujours été attribué.
  13. En 1916, les jeunes joueurs de l'ASP, sous le nom de Green Devils perpignanais (par respect aux joueurs de l'équipe 1 appelés à défendre la patrie), sont champions du Languedoc.
  14. En 1917, les jeunes joueurs du SOP sont champions du Languedoc.
  15. Une première finale avait été jouée le 26 avril 1925 au Stade des Ponts Jumeaux à Toulouse et s'était soldé par un 0-0 AP.
  16. Une première finale avait été jouée le 17 mars 1935 à Toulon et s'était soldé par un 3-3 AP.
  17. Richard Haughton a été recruté 6 mois en tant que joker médical de Sofiane Guitoune.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Naissance et ascension de l'ASP sur le site officiel du club
  2. a et b « Union Sportive Arlequins Perpignan », sur www.lnr.fr, LNR (consulté le 6 septembre 2011)
  3. a et b Si l'USAP m'était contée, p. 29
  4. USAP: 100 ans d'histoire et de culture, p. 15
  5. a et b Si l'USAP m'était contée, p. 30
  6. Le Cri catalan - 29 avril 1911
  7. Le Cri Catalan - 20 avril et 4 mai 1912
  8. Le Cri catalan - 1er juin 1912
  9. Le Cri catalan - 15 et 26 juin et 7 septembre 1912
  10. Rugby en Roussillon, p. 258
  11. a et b Si l'USAP m'était contée, p. 127
  12. a et b USAP: 100 ans de passion, p. 16
  13. Rugby en Roussillon, p. 252
  14. Le Cri catalan - 1er janvier 1916
  15. Si l'USAP m'était contée, p. 49
  16. Le Cri catalan - 10 mai 1919
  17. USAP: 100 ans de passion, p. 22
  18. a et b USAP: 100 ans d'histoire et de culture, p. 32
  19. a et b USAP: 100 ans de passion, p. 24
  20. a, b, c, d et e Si l'USAP m'était contée, p. 99
  21. a et b USAP: 100 ans de passion, p. 30
  22. Jean Galia: le fondateur a sa tribune - ladepeche.fr
  23. Histoire du rugby à XIII
  24. USAP: 100 ans d'histoire et de culture, p. 47
  25. Si l'USAP m'était contée, p. 109
  26. a et b USAP: 100 ans de passion, p. 40
  27. Si l'USAP m'était contée, p. 133
  28. USAP: 100 ans d'histoire et de culture, p. 75
  29. Puig Aubert: le monument historique - ladepeche.fr
  30. a et b http://www.lindependant.fr/2012/11/27/pattes-d-eph-et-mise-aux-poings,1705807.php
  31. a, b, c, d, e et f Rapport d’observations définitives en date du 17 février 2009 SASP USAP de la Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, page 4
  32. a, b, c, d, e et f Rapport d’observations définitives en date du 17 février 2009 SASP USAP de la Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, page 6
  33. a et b Rapport d’observations définitives en date du 17 février 2009 SASP USAP de la Chambre régionale des comptes de Languedoc-Roussillon, page 3
  34. L'USAP dans la mêlée - L'Express]
  35. Dagrenat lassé sur sport365.fr
  36. Demission de Marcel Dagrenat sur libération.fr
  37. a et b Marcel Dagrenat, les raisons d'un retour sur leparisien.fr
  38. Goze remplace Dagrenat sur rugbyrama.fr
  39. Rosell:El cambio Touré-Fàbregas atañe a los técnicos (Rosell et l'idée d'un partenariat entre l'USAP et le FCB) lavanguardia.es, 8 juin 2010
  40. Une promo efficace sur lindependant.fr
  41. http://fr.usap.fr/articles-6/110-1873-le-maillot-cx-collector-des-110-ans-de-lusap/
  42. Stade, théâtre, gare : le point sur les dossiers perpignanais - lindependant.fr
  43. Centres de formation - Site officiel de la ligue nationale de rugby (LNR)
  44. Site de l'association USAP - Choisir Centre de formation
  45. Bernard Llaona nouveau président de l'association sur lindependant.fr
  46. a et b Paul Goze a le soutien de tous les actionnaires sur lindependant.fr
  47. L.V, « Encore un effort », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama,‎ 18 août 2006 (consulté le 10 juillet 2012)
  48. J-L L., « Top 14. Des bonus au compte-gouttes », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 24 décembre 2007 (consulté le 12 juin 2011)
  49. « Le Stade Toulousain champion… des budgets », sur www.rmcsport.fr, RMC Sport,‎ 22 août 2008 (consulté le 12 juin 2011)
  50. « Budget Top 14 des clubs 2011-2012: Le classement ! », sur www.sportune.fr,‎ 12 août 2010 (consulté le 13 septembre 2012)
  51. « Budgets top 14 : Toulouse loin devant », sur www.rugby-transferts.com,‎ 9 août 2010 (consulté le 13 septembre 2012)
  52. « Le classement des budgets de Top 14 (2011-2012) », sur www.lerugbynistere.fr,‎ 12 août 2011 (consulté le 13 septembre 2012)
  53. Les Partenaires de l'USAP de cette saison 2011 - 2012 - Site officiel du club
  54. a, b, c, d et e Partenaires Officiels Maillot - Site officiel du club
  55. http://www.lindependant.fr/2011/04/07/teixidor-le-visionnaire,3342.php
  56. a, b et c La grande fête du rugby catalan à Barcelone le 9 avril - Site officiel de l'USAP
    Barça y USAP presentan 'La Fiesta del Rugby Catalán' - Site officiel du FC Barcelone
  57. Asi se ha visto en la prensa la victoria de la USAP en Barcelona (La victoire de l'USAP à Barcelone a été vue ainsi par la presse) sur mundodeportivo.com
  58. http://www.fcbarcelona.com/fr/club/detail/article/les-barca-toons-avec-la-fete-du-rugby-catalan
  59. http://www.lindependant.fr/2012/09/05/les-5-000-licencies-catalans-seront-a-montjuic-le-15septembre,162554.php
  60. http://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/L-usap-torpille-toulouse/313267
  61. Perpignan fête le rugby catalan à Barcelone - lefigaro.fr
  62. Francois Riviere nouveau president de l'USAP sur le site officiel du club
  63. http://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Francois-riviere-elu-president/392467
  64. a et b l'USAP communique sur le site officiel du club
  65. Goze élu président sur lequipe.fr
  66. a et b Jacques Delmas démis de ses fonctions sur le site officiel du club
  67. Marc Delpoux en mode USAP sur lindependant.fr
  68. Présentation de l'équipe - Site officiel du club
  69. http://midi-pyrenees.france3.fr/documentaires/index.php?id_article=14552&id_rubrique=5951&numsite=5891&page=article
  70. http://usappetitcote.blogs.lindependant.com/archive/2011/04/02/le-reportage-de-barca-tv-sur-l-usap.html
  71. Fiche Meurtre à Aimé Giral
  72. Fiche Les héros perdus de Gabrielle
  73. L'USAP se dote d'une équipe féminine en englobant les "filles de Toulouges
  74. La Coupe d’Europe ? Quelle Coupe d'Europe ? Compte-rendu de la finale retour le 22 février 2009 - www.desfillesenovalie.com
  75. Elles ramènent le planxot à Perpignan !
  76. Feminine: l'Usap vainqueur

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Navarro et Harry Ray Jordan, USAP: 2009-2010 Crampons et talons aiguilles, Canet-en-Roussillon, éd. Trabucaire,‎ septembre 2010, 96 p. (ISBN 9782849741153)
  • Gilles Navarro et Harry Ray Jordan, USAP Champions - La saison 2008-2009, Canet-en-Roussillon, éd. Trabucaire,‎ novembre 2009, 128 p. (ISBN 9782849741030)
  • Ouvrage collectif, USAP champions : le livre de la finale 6 juin 2009, Canet-en-Roussillon, éd. Trabucaire,‎ juillet 2009, 80 p. (ISBN 9782849740965)
  • Michel Demelin, On a fait griller sous la Tour Eiffel, éditions Talaia,‎ juillet 2009, 80 p. (ISBN 978-2-917859-04-9)
  • Henri Sicart, USAP: 100 ans d'histoire et de culture, Canet-en-Roussillon, éd. Trabucaire,‎ septembre 2007, 157 p. (ISBN 9782849740583) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gilles Navarro, USAP: 2005-2006 Si loin, si proche, Canet-en-Roussillon, éd. Trabucaire,‎ décembre 2006, 96 p. (ISBN 9782849740439)
  • Gilles Navarro, USAP: 2004-2005 Cinquante ans après, Canet-en-Roussillon, éd. Trabucaire,‎ décembre 2005 (ISBN 2849740322)
  • Gilles Navarro, USAP: 2003-2004 Une saison de sang et d'or, Canet-en-Roussillon, éd. Trabucaire,‎ octobre 2004, 96 p. (ISBN 9782849740095)
  • Gilles Navarro, USAP: 100 ans de passion, Canet-en-Roussillon, éd. Trabucaire,‎ décembre 2003, 160 p. (ISBN 2849740004) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Louis Monich, USAP: 1987-2002 : XV ans d'une nouvelle aventure, le professionnalisme, éd. I Média,‎ 2003 (ISBN 978-2-9519751-0-1)
  • Robert Marty, USAP: "Fiers d'être Catalans", Barcelona, éd. Thassalia,‎ 1998, 97 p. (ISBN 8482370944)
  • Noël Altèze, Rugby en Roussillon, L'Union, éditions du Comité du Roussillon,‎ 1994, 413 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Noël Altèze, Si l'USAP m'était contée..., Perpignan,‎ 1992, 336 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Noël Altèze, Cent ans de rugby catalan, éd. Chiendent,‎ 1986, 369 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]