Union sportive dacquoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
US Dax
Logo du US Dax
Généralités
Nom complet Union sportive Dax rugby Landes
Surnoms l'USD
les rouge et blanc
les Culs rouges
Noms précédents Union sportive dacquoise (1904-1997)
Union sportive dacquoise rugby (1997-1998)
Union sportive dacquoise rugby Landes (depuis 1998)
Fondation 1904
Statut professionnel SASP (depuis 2001)
liée à l'association 1901 (depuis 1997)
Couleurs rouge et blanc
Stade stade Maurice-Boyau
Siège 3, boulevard Paul Lasaosa
BP 91
40102 Dax Cedex
Championnat actuel Nationale (2021-2022)
Président Benoît August
Entraîneur Jack Isaac
Emmanuel Maignien
Arnaud Mignardi
Site web usdax.fr/rugby
Palmarès principal
National[Note 1] Challenge Yves du Manoir (5)

Maillots

Kit left arm dax2122h.png
Kit body dax2122h.png
Kit right arm dax2122h.png
Kit shorts dax2122h.png
Kit socks.png
Domicile
Kit left arm dax2122a.png
Kit body dax2122a.png
Kit right arm dax2122a.png
Kit shorts dax2122h.png
Kit socks.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Nationale 2021-2022
0

Union sportive dacquoise rugby Landes

L'Union sportive dacquoise rugby Landes[Note 2] est un club français de rugby à XV. Basé à Dax dans les Landes, il constitue la section masculine professionnelle de rugby à XV du club omnisports.

Pour la saison 2021-2022, l'équipe première présidée par Benoît August évolue en Nationale et est entraînée par Jack Isaac, Emmanuel Maignien et Arnaud Mignardi.

Le club omnisports est créé en 1904 à la suite de la fusion du Vélo Club dacquois et du Stade dacquois, équipes de cyclisme et de rugby à XV de la ville. Vainqueur à cinq reprises du challenge Yves du Manoir, l'équipe première n'a jamais remporté le championnat de France, finaliste à cinq reprises. Elle évolue au stade Maurice-Boyau depuis la fin des années 1950. Depuis 2005, l'entité dispose également d'un centre de formation sur lequel l'équipe première s'appuie.

Histoire[modifier | modifier le code]

1904 à 1920 : naissance du club et premiers titres régionaux[modifier | modifier le code]

Des joueurs de rugby en tenue et des hommes en manteaux posent en rang pour une photo de groupe
L'US Dax est sacrée championne de Côte basque en 1919 et 1920 ; ici les joueurs rassemblés avant une rencontre à Colombes le .

À l'aube du XXe siècle, le Vélo Club dacquois et le Stade dacquois constituent les deux sociétés sportives de la ville de Dax ; le premier représente le cyclisme dans la cité thermale, tandis que le second pratique le rugby à XV, cousin de la barette aquitaine, sous les couleurs rouge et noire. À la suite de premiers contacts pour obtenir le droit de pratiquer sur le champ de Cuyès, ces deux associations fusionnent alors pendant l'hiver 1903-1904 pour donner naissance à l'Union sportive dacquoise[s 1]. Le club omnisports regroupant les sections de rugby à XV et de cyclisme est rapidement rejoint un an plus tard par celle de pelote basque[s 1]. Les rugbymen débutent en rencontrant les clubs de la région, qui eux aussi viennent tout juste de se créer, tels l'Aviron bayonnais, le Stade hendayais, le Biarritz olympique, la Section paloise ou le Boucau Tarnos stade[s 1].

L'US Dax décroche son premier titre de champion de Côte basque de 2e série en 1912, avec plusieurs futurs internationaux dans son effectif : Maurice Boyau, Abel Guichemerre et Maurice Biraben[s 1], dont le premier donnera son nom au stade local plusieurs décennies plus tard. Pendant cette période, plusieurs clubs éphémères émergent en 1911 et 1912 pour disputer quelques rencontres en marge de l'US Dax : l'Étoile dacquoise, le Racing club dacquois et le Merciers club dacquois[act 1].

Pendant la Première Guerre mondiale, la section rugby de l'US Dax subsiste grâce à l'apport de l'équipe des Genêts de l'école supérieure de Dax[s 2],[act 1]. Ils décrochent le sous le maillot des Genêts le titre de champion de France scolaire avec dans ses rangs Jean et Marcel Loustau, Charles Lacazedieu et Hector Fargues, futurs joueurs de l'US Dax, les trois derniers étant destinés à porter le maillot de l'équipe de France[s 2],[c 1]. À l'issue de la guerre, le club dacquois remporte à deux reprises le championnat de Côte basque, en 1919 et 1920[s 2].

1920 à 1945 : allers-retours en 2e division et concurrence avec le XIII[modifier | modifier le code]

Rencontre de championnat de France entre le Stade français Paris et l'US Dax (en short blanc), le au Parc des Princes.

Durant les années 1920, le terrain de Cuyès est réaménagé[s 2], et l'équipe dacquoise est à cette époque appelée « la grande équipe ». Après plusieurs changements dans l'effectif et une relégation en division honneur, équivalent de la deuxième division, évitée de peu, l'US Dax fait bonne figure en championnat de Côte basque et en championnat de France.

Au terme de la saison 1928-1929 (ici le ), l'équipe est reléguée en deuxième division nationale.

Malgré tout, après un match houleux contre l'AS Bayonne qui conduit à deux suspensions de joueurs, elle est reléguée après un match de barrage disputé en fin de saison 1928-1929.

Ce séjour en seconde division ne dure qu'une saison, après un barrage d'accession en division excellence victorieux[s 3].

Vers , l'US Dax quitte l'organisation de la Fédération française de rugby pour rejoindre pendant une saison l'Union française de rugby amateur, regroupement de clubs dissidents[1],[s 3],[Note 3].

De retour dans le championnat de France à l'issue des incidents de l'UFRA, les « rouge et blanc » disputent un match de poule contre l'Aviron bayonnais pendant la saison 1932-1933 qui se révèle être tout sauf anecdotique. À l'issue de ce match, l'ensemble des avants dacquois ainsi que leur capitaine Castex sont suspendus à vie par la fédération. Cette décision fédérale est assimilée comme une sanction sévère de la part des instances en réponse à la dissidence récente envers elles. La fin de cette saison 1932-1933 ne s'améliore pas : l'US Dax s'incline en match de barrage contre le CASG Paris et est reléguée en Honneur, deuxième division nationale[s 4],[3].

Les Dacquois n'y restent qu'une saison et retrouvent l'Excellence, première division dès la saison 1934-1935[3].

L'année 1935 voit un nouvel événement l'affaiblir les performances de l'USD : bien qu'une partie des joueurs bannis deux ans plus tôt ont été requalifiés par la commission de discipline de la Fédération en 1934[4], plusieurs ont entretemps continué la pratique du rugby par des moyens détournés ; ils se réunissent à nouveau dans leur ville d'origine pour créer un club de rugby à XIII, le Dax XIII. Plusieurs membres de l'USD abandonnent ainsi la pratique du rugby à XV pour rejoindre leurs homologues treizistes[s 5],[act 1],[act 2].

L'US Dax (en blanc) dispute la finale régionale « zone Nord » de la Coupe de France 1943 au Parc des Princes, contre le Stade bordelais (en sombre, ballon en main).

À nouveau relégués en 1936, les quinzistes dacquois terminent à la dernière place de leur groupe lors de la saison 1937-1938 puis s'inclinent contre ceux de Beaumont-de-Lomagne en match de barrage. Théoriquement relégués en division Promotion, la troisième division française, ils sont néanmoins repêchés[s 6]. Les années suivantes, les performances du XV de l'USD s'améliorent et voit le public revenir au stade aux dépens du Dax XIII qui a vu partir la majorité de ses éléments d'origine[s 7]. Les compétitions sportives sont ensuite perturbées par la Seconde Guerre mondiale ; si la majorité de l'effectif est alors mobilisée, l'US Dax survit grâce à ses joueurs scolaires[s 8]. L'équipe évolue en division Excellence[3], et atteint la finale régionale « zone Nord » de la Coupe de France en 1943, s'inclinant contre le Stade bordelais, futur champion national[5],[3],[s 9].

1945 à 1958 : première finale de championnat et premier sacre en Challenge[modifier | modifier le code]

Alors que les compétitions sportives reprennent leur cours classique après l'armistice, la composition du XV dacquois est quasiment intégralement bouleversée, tandis que l'équipe porte un maillot à damiers rouge et blanc. La composition de l'équipe dirigeante est elle aussi remaniée[s 8].

L'US Dax évolue à nouveau en division Excellence à partir de la saison 1946-1947, et retrouve les phases finales en 1949[3].

Par ailleurs, l'équipe junior du club remporte la Coupe Frantz-Reichel[Note 4] à deux reprises consécutives en 1949 et 1950[s 10] ; les jeunes rouge et blanc décrochent ainsi le premier titre de champion de France de l'histoire du club[s 9]. Plusieurs de ces joueurs deviendront alors membres de l'équipe première, sous la direction de Roger Ducournau ayant entre-temps succédé à François Recaborde[s 11].

Les années suivantes se succèdent et voient l'équipe continuer leur développement, atteignant les phases finales en 1954, année du cinquantenaire du club[s 11],[3]. La saison suivante, la performance est améliorée en atteignant les huitièmes de finale[3]. Entre temps, l'US Dax participe au challenge Yves du Manoir pour la première fois de son histoire lors de la saison 1953-1954, dans le cadre de l'élargissement de 10 à 24 équipes[ch 1].

Défaite sur le terrain du Stade toulousain 16-6 (en clair, ballon en main) le au stade Ernest-Wallon pour le compte du challenge Yves du Manoir[6].

La progression des deux dernières saisons se concrétise en 1956, les rouge et blanc s'imposent à chaque étape des phases finales du championnat, entre autres contre l'AS Montferrand en huitièmes puis le Castres olympique en demi-finale. Ils atteignent ainsi la finale du championnat de France de 1re division pour la première fois de leur histoire, affrontant le FC Lourdes au stadium municipal de Toulouse. Si les Landais font bonne impression en début de rencontre, elle n'est pas concrétisée au score. Les Bigourdans, sous les coups de pied de Jean Prat, maîtrisent ensuite le cours du jeu sans que leurs adversaires ne puissent répliquer, pour finalement s'imposer sur le score de 20 à 0, plus grand écart recensé en finale de championnat depuis 1913. Malgré la défaite, l'équipe rouge et blanche permet notamment de mettre en lumière avec cette première finale disputée l'éclosion des frères Pierre et Raymond Albaladejo, Jean Bachelé, André Berilhe, Roland Darracq, Paul Lasaosa, Christian Lasserre, Jean Othats[s 11],[7],[8].

Les performances se concrétisent la saison suivante, l'USD s'inclinant en quart de finale de championnat mais remportant son premier challenge Yves du Manoir, battant l'AS Montferrand en finale à Toulon[s 12].

1958 à 1966 : trois finales de championnat disputées et trois sacres en Challenge[modifier | modifier le code]

En 1958, tandis que René Dassé succède à Didier Castex à la présidence du club[s 12], Jean Desclaux prend la suite de Ducournau au poste d'entraîneur et remanie la charnière dacquoise : le jeune Jean-Claude Lasserre est promu depuis les juniors, tandis que Pierre Albaladejo est replacé de l'arrière à l'ouverture[s 13].

Si les Landais s'inclinent contre la Section paloise en huitièmes de finale de championnat à Aguiléra, ils prennent leur revanche peu après, cette fois en finale du challenge du Manoir au parc des Princes[s 14] après avoir éliminé le Stade toulousain au tour précédent[ch 2].

Après une excellente première partie en poules de 8 en 1960, l'USD est considérée comme l'une des favorites au titre. Après avoir écarté le Stade toulousain et l'US Tyrosse en début de phases finales, elle retrouve le FC Lourdes en demi-finale. Malgré l'absence de plusieurs cadres, elle prend le large au score et comporte une avance confortable. Les Lourdais réagissent néanmoins, basculant le cours du match à quelques minutes de la fin de la rencontre ; ils atteignent ainsi la finale qu'ils remporteront peu après[s 15].

Menés par leur pilier Berilhe lors de la saison 1960-1961, les rouge et blanc atteignent facilement le stade des quarts de finale, pour lesquels ils battront difficilement le Stade rochelais d'Arnaud Élissalde. En finale, ils affrontent l'AS Béziers au stade de Gerland. Les avants se neutralisent pendant la première mi-temps, le score restera longtemps réduit à 3 partout. Si les Dacquois sont à l'initiative de plusieurs actions dangereuses en deuxième mi-temps par l'intermédiaire d'Othats, Bénédé, P. Albaladejo et Carrère, c'est le drop converti par Pierre Danos, pourtant défavorablement placé cinq mètres derrière la ligne d'en-but et quasiment sur celle de la touche, qui clôt l'issue du match à l'avantage des Bitterois sur le score de 6 à 3[s 16],[9]. L'issue de cette finale fait également office de résultat officiel pour la demi-finale de challenge Yves du Manoir opposant théoriquement les Héraultais aux Landais, le calendrier des deux équipes n'ayant pas permis de trouver une date acceptable afin de la disputer dans des conditions acceptables ; l'USD est ainsi éliminée aux portes de la finale du Challenge sans jouer[ch 3].

L'US Dax rencontre le SU Agen en demi-finales la saison suivante, après avoir successivement éliminé l'USA Perpignan, le CA Lannemezan et le Stade rochelais. Au stade municipal de Bordeaux, les deux équipes restent à égalité à l'issue du temps de jeu réglementaire avec un essai inscrit pour chacune. Les Landais prennent la tête pendant la majeure partie des prolongations, avant de voir les Lot-et-Garonnais égaliser à quinze secondes du terme de la rencontre ; ces derniers se qualifient pour la finale au bénéfice du nombre d'essais inscrits[s 17].

Les phases finales de 1963 sont marquées de la confrontation la plus célèbre entre l'US Dax et le Stade montois, accèdant ensemble à la finale du championnat de France. Au lendemain de leurs victoires respectives en demi-finale contre le FC Grenoble et le FC Lourdes, le journal régional Sud Ouest qui couvre l'événement titre sur son édition sport du « Le rugby landais est champion de France »[f 1]. Cette affiche oppose deux équipes du même département, un cas de figure ayant alors lieu pour la 2e fois de l'histoire du championnat[10]. Hasard du calendrier, alors que la finale est organisée à tour de rôle entre les villes de Bordeaux, Lyon et Toulouse, c'est dans la capitale aquitaine voisine qu'elle se déroule cette année[f 1]. Le match est entre autres caractérisé par une affluence record de plus de 30 000 spectateurs obligeant les organisateurs à installer des chaises de fortune sur la piste du vélodrome[f 2], la disparition des ballons en début de rencontre[f 3], un essai litigieux accordé aux Dacquois[f 4] ainsi qu'un refusé pour les Montois[f 5], la blessure de Darrouy[f 6] et le KO de Berilhe sur coup de poing de Cazals[f 7], le drop final de Lestage[f 8] et la météo capricieuse, passant d'une chaleur estivale étouffante à un orage accompagné d'averses et de grêle[f 9]. Le Stade montois remporte cette finale sur le score étriqué de 9 à 6, témoignant d'un match rude, ponctué de trop rares éclats[s 18],[11],[12].

La saison suivante, après avoir écarté le Stade rochelais puis le SC Graulhet, l'US Dax se présente en quart de finale devant l'AS Béziers mais s'inclinent en l'absence de Berilhe blessé lors de la rencontre précédente. Quelques semaines plus tard, ils sont battus par la même équipe en demi-finale du challenge du Manoir[s 19].

Le début de l'exercice 1964-1965 est marqué par un événement tragique dans le cadre d'un match amical nocturne du mois de septembre, organisé au stade municipal de Bordeaux contre le CA bèglais. Après les festivités sportives, les Dacquois bouclent leur déplacement effectué par leurs propres moyens. Le véhicule transportant Raymond Albaladejo, Émile Carrère et Jean Othats, après un accrochage avec un camion, s'encastre dans un arbre en bord de route ; deux des joueurs perdent la vie sur le coup, tandis que le troisième meurt lors de son transfert vers l'hôpital de Dax[s 20],[13]. L'équipe parvient tout de même à se qualifier à l'issue de la phase de poules, non sans difficultés, mais s'incline dès les seizièmes de finale face au Rugby club toulonnais[s 20].

Après y avoir disputé une première finale de championnat en 1956 puis de Challenge en 1957, l'US Dax retrouve le stadium municipal de Toulouse (ci-contre en 1961) pour la finale de championnat de 1966. Elle y retournera une dernière fois en 1973.

Alors que l'équipe est fortement remaniée, entre retraites, blessures et disparitions, le XV rouge et blanc assure tout de même son rang en 1966. Après avoir éliminé l'USA Limoges puis le CA bèglais, ils l'emportent contre le Stadoceste tarbais en prolongations des quarts de finale, puis assurent leur place en finale en renversant le cours du jeu dans les dernières minutes des prolongations aux dépens du SC Graulhet[s 21]. L'US Dax affronte ainsi le tenant du titre, le SU Agen, dans une ultime rencontre qui sera retenue comme la « finale la plus violente de l'histoire »[14]. Hachée par plusieurs affrontements anti-sportifs, la confrontation se termine à l'avantage des Lot-et-Garonnais sur le score de 9 à 8 ; trois joueurs, les Dacquois Lasserre et Berho et l'Agenais Lagiewski sont ensuite radiés à vie par la Fédération, avant de voir leur sanction finalement réduite à une année[s 21],[15],[16].

1966 à 1973 : dernier échec dans la quête du bouclier de Brennus et fin de l'ère Desclaux[modifier | modifier le code]

Après cette quatrième finale du club, Albaladejo prend sa retraite. Les Dacquois parviennent tout de même à réaliser un bon parcours, s'imposant notamment en quarts de finale contre les favoris lourdais après avoir battu le Stadoceste tarbais puis plus difficilement le RC Narbonne. Pleins de confiance, ils sont pourtant stoppés la semaine suivante par le CA Bègles, à une marche d'une hypothétique deuxième finale consécutive[s 22].

La saison 1967-1968 se termine sur les deux tableaux sportifs contre le RC Narbonne. En championnat, après avoir écarté le FC Auch en seizièmes de finale, les Dacquois rencontrent le Racing au même stade de la compétition que l'année précédente mais s'inclinent cette fois-ci au terme d'un match disputé. En challenge du Manoir, ils se hissent en finale après avoir battu le FC Lourdes, futur champion de France ; les Landais rencontrent à nouveau les Audois contre lesquels ils s'inclinent une deuxième fois[s 23].

L'US Dax remporte le challenge Yves du Manoir pour la 3e fois en 1969, au stade olympique Yves du Manoir (ci-contre trois mois plus tôt après un match de football).

L'USD joue à nouveau sur les deux tableaux la saison suivante, atteignant cette fois le stade des demi-finales autant en championnat qu'en Challenge. Les phases finales de la première compétition commencent pourtant sur deux rencontres très disputées, les Dacquois frôlant l'élimination en seizièmes de finale contre leurs voisins tyrossais, puis battant de peu les Toulonnais en huitièmes. Ils sont éliminés en demi-finale par les Bèglais, futurs champions de France. En Challenge, après avoir battu le SU Agen à Mont-de-Marsan en demi-finale, l'US Dax l'emporte en finale contre le FC Grenoble dans une rencontre à sens unique marquant 6 essais dont 4 par ses trois-quarts[ch 4],[s 24]. La saison est également marquée par le titre de champion de France des cadets[s 24]. Alors que les Dacquois sont éliminés par le FC Auch dès les seizièmes de finale l'année suivante, l'équipe réserve est titrée championne de France[s 25] pour la première fois de son histoire[s 9].

Les six saisons suivantes, le club se hisse au minimum en quart de finale de championnat, rencontrant le CA Brive à cinq reprises[s 25]. Éliminés par les Corréziens en 1972, les Landais remportent néanmoins le challenge du Manoir en battant le Stade toulousain en finale[s 26]. Ils s'inclinent à nouveau en 1972 contre le CAB[s 27].

Les phases finales de la saison 1973 ne répètent pas le cas de figure des deux précédentes éditions : après avoir battu de peu le RC Vichy, puis plus aisément le Valence sportif, les rouge et blanc prennent leur revanche sur le CA Brive pour ainsi accéder aux demi-finales. Ils disposent alors du « grand Béziers » dans la capitale aquitaine. L'US Dax dispute donc contre le Stadoceste tarbais la cinquième finale de son histoire ; organisée au Stadium municipal de Toulouse, elle sera par ailleurs la dernière finale de championnat jouée en province. Malgré les pronostics en faveur des Dacquois, ces derniers ne montrent pas le même enthousiasme que leurs adversaires Tarbais ; menés de 12 points quelques minutes avant la fin de la rencontre, ils s'inclinent finalement sur le score de 18 à 12. Après ce nouvel échec en finale, le XV dacquois ne connaîtra plus de nouvelle occasion de décrocher le bouclier de Brennus. Cette défaite est également marquée par le départ de l'entraîneur Desclaux après 15 années de service et avant de prendre les rênes de l'équipe de France[s 28],[17].

1973 à 1982 : dernier sacre national pour l'équipe première[modifier | modifier le code]

L'USD est éliminée en quarts de finale du championnat de 1974 par la Section paloise, tandis qu'elle manque la qualification en finale du Challenge, battue à Mont-de-Marsan par le CA Brive[s 29].

Elle parvient l'année suivante à éliminer le FC Lourdes en huitièmes de finale du championnat à Bordeaux, avant d'être écartée par le CA Brive[s 30].

Le parcours en Challenge et en championnat s'achève lors de la saison 1975-1976 en l'intervalle d'une seule semaine et à chaque fois à Tarbes : respectivement en demi-finale contre le SC Graulhet, puis en quarts nationaux face à Narbonne[s 31].

L'US Dax est éliminée prématurément du championnat en 1977, avec une composition remaniée étant donné la blessure de Bastiat et le replacement du centre Lux à l'ouverture ; elle s'incline largement en quart de finale contre Béziers par plus de 40 points d'écart[s 31]. De même, elle est battue dès les seizièmes de finale par le Valence sportif en 1978[s 31].

Le groupe dacquois perd alors plusieurs de ses éléments, notamment Jean-Pierre Bastiat, Claude Dourthe et Jean-Pierre Lux, et se reconstruit autour de plusieurs jeunes. Les performances de l'équipe première restent pourtant sur la même dynamique, s'achevant en seizièmes du championnat contre le SC Graulhet et le SC Tulle en 1979 et 1980[s 31], tandis qu'elle ne se qualifie pas pour les phases finales du Challenge de 1980, pour la première fois depuis 1970[3]. Celles des réserves et de l'école de rugby sont quant à elles au plus haut en arrière-plan, l'USD étant désignée vainqueure du Challenge du club complet en 1980 grâce au bilan des performances de ses équipes[s 31] : titres de champion de France et de Côte basque des réserves ainsi que trois demi-finales pour l'équipe de Nationale B, les juniors et les cadets[s 9].

Dans la foulée de cette dernière distinction, l'équipe première, depuis renforcée par le jeune Jean-Patrick Lescarboura, avance jusqu'au stade des quarts de finale du championnat, battue par celle du Stade bagnérais[s 32]. La saison suivante, au bénéfice de sa première place nationale toutes poules confondues, l'US Dax débute les phases finales du championnat de 1982 en seconde étape des barrages, s'imposant de justesse après une rencontre aller-retour contre le CA Bègles ; elle s'incline ensuite en quarts contre l'USA Perpignan. En parallèle, elle évolue dans le tableau final du challenge Yves du Manoir, et retrouve les Catalans en demi-finale quelques jours après son élimination en championnat, assurant cette fois la victoire à son avantage. Elle s'impose ensuite en finale contre le RC Narbonne au Parc des Princes[s 33]. Avec ce cinquième sacre, l'USD devient alors la deuxième meilleure équipe au bilan du Challenge, derrière le FC Lourdes et à égalité avec son adversaire du jour[Note 5]. Il représente également la dernière victoire finale dacquoise dans le cadre de cette compétition[s 33].

1982 à 1993 : bilan nuancé par les titres de la réserve et des jeunes[modifier | modifier le code]

Le titre national en du Manoir de 1982 marque également une date charnière pour le XV dacquois. La saison suivante est marquée par plusieurs blessures récurrentes et voit les rouge et blanc s'incliner prématurément en match de barrage de championnat contre le CA Bègles[s 33]. En 1984, ils avancent jusqu'aux quarts de finale mais sont stoppés par le RRC Nice[s 33].

L'année suivante, l'équipe est à nouveau éliminée dès le match de barrage de championnat, cette fois-ci contre l'US Tyrosse[s 34]. Ils atteignent néanmoins les quarts de finale en Challenge, s'inclinant contre l'AS Montferrand[3].

Pour la première fois depuis 1953, l'US Dax est absente des phases finales de championnat en 1985-1986, ne s'étant pas classée suffisamment haut en phase de poules[s 34]. Le bilan en berne de l'équipe première est nuancé par celui des autres équipes : la réserve, l'équipe junior puis la Nationale B est sacrée championne de France à tour de rôle entre 1984 et 1986[s 33].

Le groupe se reconstruit à partir de ces jeunes, intégrant notamment Dominique Bouet. Les résultats sportifs de la saison précédente valent au XV dacquois d'être « relégué » dans le 2e groupe de la première division du championnat[s 35]. Bien qu'un nombre limité de clubs des poules du 2e groupe puissent accéder aux phases finales par rapport à ceux du 1er groupe avec cette formule, les Dacquois terminent à la 1re place ; ils jouent ainsi les huitièmes de finale, perdant contre le Stade toulousain au terme d'une rencontre aller-retour[3].

Paul Lasaosa, joueur de l'US Dax et international français, meurt en 1988 alors qu'il préside le club ; le boulevard de la ville bordant le siège de l'USD a depuis été renommé en son honneur[c 2].

Éliminés au même stade du championnat en 1988 par le Stadoceste tarbais[3], les rouge et blanc atteignent la finale du Challenge après avoir battu le FC Grenoble, tenant du titre, au tour précédent[ch 5]. Affrontant le Stade toulousain au stade Jean-Dauger, ils mènent longtemps la rencontre avant de s'incliner dans les arrêts de jeu[s 35]. Ce match sera finalement la dernière finale disputée par les Dacquois dans l'histoire du challenge Yves du Manoir[s 9]. L'été est marqué par le décès de Paul Lasaosa, siégeant alors en tant que président du club de rugby ainsi que de la structure omnisports[s 35].

Les rouge et blanc s'inclinent en huitièmes de finale du championnat contre le SU Agen, champion de France en titre[3]. Après cette saison, alors qu'Olivier Roumat fait ses débuts en tant qu'international, le club est représenté par trois joueurs sous le maillot bleu avec Laurent Rodriguez et Dominique Bouet[s 36].

En 1990, l'USD retrouve les quarts de finale du championnat[s 36] ; elle est éliminée par l'AS Montferrand, quelques mois après avoir quitté le Challenge au même avancement et contre la même équipe[3]. Alors que la saison s'achève pour le club, Bouet décède à l'issue de la tournée de l'équipe de France (en) en Australie, dans sa chambre d'un hôtel de Nouméa ou séjournait l'équipe nationale, « d'une inhalation de liquide gastrique qui a obstrué la trachée artère et provoqué l'asphyxie »[18].

Après avoir battu l'AS Montferrand en huitième de finale du championnat de 1991 à l'issue du match retour, l'US Dax s'incline à nouveau en quart, cette fois contre le Racing Club de France[s 36] ; en Challenge, son parcours s'arrête en demi-finale contre le futur champion narbonnais[3].

En 1992, malgré sa 5e place en phase de poule du championnat[3], le club se qualifie en phases finales, allant jusqu'à éliminer le Stade toulousain en huitièmes[s 36]. Pour les quarts de finale, les Dacquois s'inclinent face aux « Mammouths de Grenoble »[Note 6],[s 36].

L'année suivante, si les rouge et blanc se qualifient à l'issue de la phase préliminaire du championnat, notamment avec une victoire sur le terrain de Toulouse[s 36], ils sont éliminés lors du Top 16, phase de poules intermédiaire permettant d'accéder les quarts de finale[3]. Le parcours en Challenge s'arrête en quart de finale face à Béziers[3]. Les performances de 1993 ne seront finalement pas créditées à l'équipe première, mais à l'équipe réserve et aux équipes de jeunes : l'équipe « Nationale B », les juniors en catégories Crabos et Reichel sont en effet toutes les trois sacrées championnes de France[s 36]. Parmi ces jeunes joueurs, on retrouve déjà de futurs cadres de l'équipe première : Richard Dourthe, Pascal Giordani, Raphaël Ibañez, David Laperne et Olivier Magne chez les Reichel, s'étant imposés face au FC Grenoble[s 37],[c 3].

1993 à 1997 : demi-finales de championnat et premières aventures européennes[modifier | modifier le code]

L'équipe de l'US Dax aborde le championnat 1993-1994 en comptant dans son rang de nombreux éléments de l'équipe junior sacrée championne la saison précédente, parfois une dizaine de joueurs par match[s 36]. Après avoir terminé 4e de la phase préliminaire, elle assure sa qualification pour les phases finales avec une 1re place[3], avec notamment une victoire sur le terrain du champion de France en titre, le Castres olympique[s 36]. Après un quart de finale remporté contre le CS Bourgoin-Jallieu[3], les Dacquois s'inclinent de peu contre le Stade toulousain, au parc Lescure[s 36] ; malgré la défaite, ce résultat marque le plus haute performance du club depuis la finale de 1973[s 38]. Pour conclure la saison, bien que l'équipe ait été éliminée en huitièmes de finale du challenge Yves du Manoir[3], le parc municipal des sports de Dax est choisi pour accueillir la finale[s 36]. Par ailleurs, l'ouvreur Thierry Lacroix termine meilleur buteur et réalisateur du championnat[c 4].

La saison suivante, bien que l'effet de surprise de la performance des juniors de 1993 ne soit plus présent, les Dacquois assurent tout de même la qualification en championnat, terminant à la 1re place en phase préliminaire[s 39] puis en poule de Top 16[3], après s'être qualifiés pour les quarts de finale de Challenge[s 39]. L'équipe est néanmoins stoppée par le RC Toulon, autant en championnat[s 39] qu'en Challenge[3].

Alors que le rugby mondial vit le début de son ère professionnelle, les rouge et blanc, bien que conservant la majorité de leur ossature, vivent une première phase régulière compliquée de championnat 1995-1996. À une rencontre de la fin, le sort du club n'est pas encore fixé, frôlant alors la relégation ; les Dacquois se déplacent sur le terrain du FCS Rumilly, leur concurrent direct pour le maintien, et doivent obtenir une victoire ou un match nul afin d'éviter la descente en deuxième division. Malmenés en première mi-temps, les joueurs de l'USD reprennent confiance dans la seconde moitié, égalisant de peu grâce à un drop de dernière minute de Dourthe. Reversés en barrage de qualification, ils font preuve d'une prestation contrastant avec la première partie du championnat, se hissant dans le tableau des phases finales en s'imposant successivement contre le FC Lourdes, le FC Grenoble et le RC Toulon. Ils retrouvent ainsi en demi-finale le Stade toulousain à Bordeaux, comme deux ans auparavant ; les Toulousains l'emportent à nouveau contre les Dacquois. Néanmoins, cette performance landaise à l'échelon national est synonyme de qualification pour la seconde édition de la Heineken Cup, la coupe d'Europe des clubs tout juste créée[s 39].

Pour cette Heineken Cup 1996-1997, l'US Dax se déplace en Italie et en Angleterre et accueille des équipes écossaisse et galloise ; elle assure la première place devant Bath Rugby et Pontypridd RFC, au bénéfice du goal-average. Qualifiée pour la phase finale dès sa première participation, elle s'incline dès la rencontre éliminatoire initiale dans un duel franco-français à domicile contre le Stade toulousain[s 40],[20]. En championnat, les Dacquois retrouvent en phase de poule leur « bête noire » toulousaine les ayant éliminés à diverses reprises lors des rencontres éliminatoires ces dernières années, et s'imposeront notamment au stade des Sept-Deniers après un match aller perdu dans les Landes[s 40]. À la suite d'un huitième de finale remporté contre le Biarritz olympique, ils s'inclinent en quart contre l'AS Montferrand[s 40],[3]. En Coupe de France, compétition succédant au challenge Yves du Manoir, ils avancent jusqu'en demi-finale à l'issue de laquelle ils sont éliminés par la Section paloise, futur vainqueur[3]. N'ayant remporté aucune des trois compétitions, les rouge et blanc ne valident pas leur participartion pour une 2e participation à la Coupe d'Europe, et sont de fait reversés au second échelon européen, la Conférence européenne[s 40],[3].

1997 à 2002 : dernières oscillations en élite[modifier | modifier le code]

L'intersaison 1997 voit le départ de nombreux joueurs vers d'autres clubs du championnat, notamment ceux de Dourthe, Pelous et Magne, deux ans après celui de Lacroix vers l'Afrique du Sud. Ce premier exode est l'une des conséquences de la professionnalisation du rugby français, les dirigeants dacquois déclarant ne pas pouvoir assumer l'inflation des salaires moyens[s 41],[s 42] ; le club omnisports de l'US Dax se restructure par ailleurs à ce même moment, séparant l'équipe de rugby professionnelle des autres sections sportives[s 43]. Par ailleurs, si saison se résume sportivement à une non-qualification, que ce soit en championnat ou en Conférence européenne[3], elle est plus particulièrement marquée par le décès d'Éric August, président alors en exercice[s 41].

Avec la réduction du nombre d'équipes pouvant participer à l'élite du rugby français, le club se résigne à viser le maintien plutôt que la qualification, laissée aux clubs « plus fortunés » ; l'effectif est quant à lui largement renouvelé de saison en saison[s 41]. En 1999, les Dacquois se qualifient tout de même pour les quarts de finale de la Conférence européenne tout en évitant la phase de play-down en championnat[3].

Lors de la saison 1999-2000, l'US Dax atteint pour la dernière fois de son histoire le tableau final de la première division du championnat de France, s'arrêtant en match de barrage avant les quarts de finale[3].

L'exercice suivant est quant à lui plus délicat ; afin d'éviter la relégation directe en deuxième division, les rouge et blanc doivent remporter leurs trois derniers matchs à domicile. Après deux premiers succès, l'USD accueille l'AS Montferrand, premier de la poule. Alors qu'ils sont menés, les visiteurs inscrivent un essai à deux minutes du terme de la rencontre et reviennent à un point d'écart au tableau de score. Alors que l'ouvreur des Auvergnats Gérald Merceron manque la transformation, les Landais l'emportent et assurent de peu leur maintien dans l'élite[s 44],[21].

À l'issue de la saison 2001-2002, l'équipe vit une première partie de saison très compliquée, marquée notamment par une sévère défaite à domicile contre le Biarritz olympique, ainsi qu'une autre déconvenue à Maurice-Boyau contre le promu montalbanais[s 45]. Malgré un limogeage des entraîneurs en cours d'exercice[22], l'US Dax termine dernière de sa poule de play-down avec un bilan maigre de cinq victoires sur l'ensemble de l'année, et quitte cette fois le Top 16 pour la Pro D2[21].

2002 à 2007 : premiers pas en seconde division[modifier | modifier le code]

Malgré deux saisons en milieu de tableau en 2003 et 2005, le club reste un club prétendant à la remontée. En 2004, les Dacquois atteignent le stade des demi-finales, à l'occasion desquelles ils s'inclinent contre l'Aviron bayonnais au stade Aguilera voisin[23].

L'USD retrouve les phases finales deux ans plus tard : après une courte victoire en demi-finale à domicile, contre le FC Auch[24], elle atteint la finale d'accession au Top 14 contre le SC Albi au stade Ernest-Wallon en 2006, sous la direction de son nouvel entraîneur Marc Lièvremont. Les Landais s'inclinent néanmoins sur le score de 12-8 face aux Tarnais[25].

Le groupe réédite sa performance en championnat la saison suivante et se qualifient à nouveau[26]. Après une demi-finale à domicile contre l'AS Béziers, ils disputent la finale contre le Stade rochelais au stade Chaban-Delmas[27],[28]. Menés d'une dizaine de points vers la 25e minute, les Landais reprennent rapidement l'offensive ainsi que l'avantage au tableau de score. Avec une avance de six points, soit moins d'un essai transformé, la défense repousse les nombreux assaults maritimes en fin de match, pour finalement assurer la victoire finale 22 à 16. L'USD ainsi décroche ainsi son accession pour le Top 14[29], après cinq ans d'absence[30].

2007 à 2009 : ultime réapparition en première division[modifier | modifier le code]

Des joueurs de rugby se tiennent à l'arrêt sur la pelouse d'un stade.
L'US Dax évolue deux années en Top 14 dans les années 2000, ci-contre sur le terrain du Castres olympique en septembre 2008.

Pour le club landais, l'objectif se limite logiquement au maintien en Top 14. Parmi les nouvelles recrues, l'entraîneur Marc Lièvremont rassemble sa fratrie en obtenant la signature de ses frères Thomas et Matthieu en tant que joueurs[31]. Néanmoins, un élément vient fortement perturber l'intersaison : le , à la suite de la Coupe du monde et du départ de Bernard Laporte de la tête de l'équipe de France, Marc Lièvremont est nommé par Bernard Lapasset en tant que nouveau sélectionneur national. À quelques heures du début de la compétition nationale, les rouge et blanc se retrouvent orphelin de l'entraîneur qui a œuvré ces deux dernières saisons ; son départ est effectif au mois de [30],[32]. En ouverture de saison, la défaite de justesse à Dax contre le Stade toulousain ne sera qu'un éclat dans une saison compliquée. Le club finit à la 13e place, synonyme de relégation. Leur salut viendra de la relégation administrative du SC Albi[33].

La saison 2008-2009, qui voit deux clubs landais en élite avec la remontée du voisin et rival Mont-de-Marsan, apparaît ainsi comme une deuxième opportunité de se maintenir à ce niveau. Au terme de la phase aller, la leçon semble assimilée avec une 9e place devant le Biarritz olympique, notamment grâce à des victoires sur la pelouse du Castres olympique et du RC Toulon[34], et deux derbys à domicile remportés contre les voisins basques. Le visage de la fin de la saison est néanmoins plus terne : le manque de rotation et la fatigue eut raison de l'effectif, et une inexorable descente vers la 13e place s'amorce. Malgré de nouvelles rumeurs de relégation administratives, concernant cette fois-ci le CS Bourgoin-Jallieu, l'US Dax quitte bien la première division, en compagnie de son voisin ; les Landes disparaissent à nouveau du paysage de l'élite du rugby français.

2009 à 2018 : une décennie difficile en Pro D2[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2009-2010, trop faible à l'extérieur et avec des faux pas à domicile, cette saison de retour en Pro D2 se finit péniblement à la 11e place. Avec un staff remanié, Dax recrute pour faire oublier cette dernière saison et la déception d'être retombé si bas. Rien n'y fait, les rouge et blanc sont lanterne rouge au bout de trois matchs. La phase retour apparaît alors comme un duel entre l'US Dax et le Colomiers rugby pour échapper à la 15e place et une relégation en Fédérale 1. À l'aube de la dernière journée, les Haut-Garonnais ne sont distancés que d'un point au classement. Le dernier match est annoncé comme une finale pour éviter la mort du club. Hors de question de compter sur une bonne opération en banlieue toulousaine d'un US Oyonnax déjà maintenu : les Landais doivent absolument battre le RC Narbonne avec le point de bonus offensif. Poussé par toute la ville dans une ambiance de demi-finale, Dax s'impose 60-17, pendant que Colomiers fait de même de son côté. Les Landais sont ainsi sauvés après une mauvaise saison.

Deux groupes de joueurs de rugby entrent en mêlée sur la pelouse d'un stade.
Au terme de la saison 2011-2012, ci-contre opposé à l'US Oyonnax devant son public, l'US Dax atteint les demi-finales.

L'exercice 2011-2012 sonne comme une nouvelle lutte au maintien, avec le désir de ne pas reproduire les mêmes erreurs[35]. Le staff est remanié, le recrutement plus modeste en raison d'un budget prudent et diminué. Alors que personne n'avait prédit un bel avenir pour les Dacquois, la surprise fut de taille : une entame de saison avec 7 matchs sans défaites qui les place leader[36]. Le club reste alors longtemps le dauphin d'un FC Grenoble déjà promis au Top 14, et l'objectif de maintien devient alors officieusement objectif de demi-finale à domicile. La fête sera gâchée par une phase retour plus poussive, avec des victoires à domicile trop justes, et des désillusions en déplacement, le tout agrémenté de rumeurs trop insistantes du départ de l'entraîneur David Darricarrère : Dax finit 4e, qualifié, mais le stade Maurice-Boyau ne verra pas la demi-finale espérée[37]. Elle se jouera finalement non loin de là, chez le voisin montois qui remporte le match et achève une étonnante saison dacquoise[38].

Des joueurs de rugby courent en ligne, d'autres se dirigent vers celui portant le ballon.
Les Dacquois affrontant les Lyonnais pendant la saison 2013-2014.

La saison suivante contraste avec une 14e place. En 2013-2014, les rouge et blanc évoluent sous la direction d'un nouveau manager, en la personne de Richard Dourthe. Ils réalisent une première partie de saison en phase avec les objectifs de maintien, en s'installant à terme autour de la 10e place. La seconde moitié voit le club enchaîner les contre-performances et glisser vers le bas du classement ; le club n'obtient jamais le statut de relégable, mais n'obtient définitivement son maintien que lors de l’avant-dernière journée. L'issue de la saison suivante diffère : l'US Dax est sportivement reléguée fin 2015 en division amateur après avoir anéanti ses derniers espoirs à Narbonne dans le cadre de l'avant-dernière journée[39], soit pour la première fois dans l'histoire du club en division amateur[Note 7],[40].

Le club est pour cette intersaison 2015 dans un lourd climat d'incertitude, et doit reprendre l'entraînement, avec de nouveaux joueurs mais sans entraîneurs alors que la division dans laquelle il évoluera la saison prochaine n'est pas connue[41]. En effet, plusieurs événements hypothétisent un maintien administratif en Pro D2 : les projets de fusion abandonnés entre l'Aviron bayonnais et le Biarritz olympique[42] ainsi que le refus de l'accession en Pro D2 du Lille MR par la DNACG[43]. Les différentes procédures d'appel du club nordiste[44],[45],[46] retardent la conclusion de cet épisode à la fin du mois d'août. La décision finale est rendue le 20 août 2015, jour de l'ouverture de la Pro D2 : le tribunal administratif de Versailles rejette le troisième appel du Lille MR[47],[48], alors que la LNR officialise le lendemain le repêchage de l'US Dax en Pro D2 pour la saison 2015-2016[49]. Cette décision tardive entraîne un report des premières rencontres du championnat pendant la trêve due à la Coupe du monde 2015[50].

La saison 2015-2016 marque la fin d'un triste record : en s'imposant sur le terrain de Montauban, l'US Dax brise une chaîne de 57 rencontres à l'extérieur sans victoires en championnat, la précédente remontant au [51],[52]. La DNACG prononce à nouveau cette saison une procédure de relégation administrative, cette fois-ci contre un pensionnaire du championnat en la personne du Tarbes PR ; néanmoins, la décision finale est cette fois-ci figée avant l'intersaison[53]. Les Dacquois assurent la 15e place, synonyme de repêchage immédiat, lors de la dernière journée[54].

Jusqu'à la trêve automnale 2016, les performances des rouge et blanc font l'objet d'une surprise au classement : avec un effectif peu remanié, l'équipe se positionne dans les premières places de Pro D2 avant de replonger vers le ventre mou[55],[56]. Sans jamais figurer dans la zone de relégation pendant l'année, l'US Dax valide son maintien dans le cadre de l'avant-dernière journée du championnat en remportant à domicile le derby landais contre le Stade montois[57],[58].

2018 : relégation au niveau amateur[modifier | modifier le code]

La saison 2017-2018 se joue, comme les précédentes, sous le spectre de la relégation[59]. Deux défaites à domicile au printemps contre des concurrents directs font glisser le club dans une position comptable très défavorable au classement[60],[61]. Le verdict définitif est prononcé lors de la 28e journée : en s'inclinant devant son public contre Béziers, conjuguée aux autres résultats de la journée, l'USD est officiellement reléguée au niveau amateur, pour la première fois de son histoire après trois saisons de sursis[Note 7],[62]. Le président Celhay et le directoire donnent alors leur démission[63]. Alors que le club se retrouve sans entraîneur, l'effectif est quasiment vidé, tandis que les joueurs encore en place ont peu d'information sur leur avenir à disposition[64],[65],[66]. L'identité des entraîneurs et des premières recrues n'est connue qu'au début du mois de juillet, soit trois mois après l'acte de la relégation sportive[67].

La répartition des équipes de Fédérale 1 voit les Dacquois placés dans une poule 1 rassemblant des clubs du « grand Ouest », et donc séparés de l'US Tyrosse voisine[68]. Malgré le remaniement important de son équipe, l'US Dax parvient à atteindre la deuxième place de sa poule au terme de cette première saison, assurant sa qualification lors du dernier match de phase régulière en devançant de justesse son principal poursuivant au classement, l'Union Cognac Saint-Jean-d'Angély[69]. Affrontant le Rouen Normandie rugby en quart de finale, qu'ils ont auparavant rencontré lors des matchs de poule, les rouge et blanc s'inclinent autant à domicile qu'à l'extérieur[70],[71].

Pour cette deuxième saison en Fédérale, la composition des poules rassemble cette fois l'US Dax avec ses trois voisins les plus proches : l'US Tyrosse, l'Anglet ORC et le Saint-Jean-de-Luz olympique[72]. Pour les Dacquois, les trois premiers « derbys » contre leurs adversaires basques et tyrossais se jouent à l'extérieur ; ils seront malmenés et s'inclineront contre chacun d'entre eux. De manière générale, cette dynamique des matchs de la phase aller place le club rouge et blanc au pied des places qualificatives pour l'accession en Pro D2[73],[74]. La phase retour est quant à elle marquée par six victoires consécutives, réconfortant l'objectif de qualification[75]. Néanmoins, à partir du mois de , la saison est fortement impactée par la pandémie de Covid-19 en France. Après un derby landais à domicile contre l'US Tyrosse prévu initialement à huis clos[76] puis reporté à la suite de la suspension de l'ensemble des compétitions fédérales de rugby françaises[77],[78], la saison 2019-2020 est définitivement arrêtée alors qu'une mesure de confinement est entre-temps entrée en vigueur sur l'ensemble du territoire français[79],[80]. À l'arrêt de la compétition, l'US Dax était alors classée à la 2e place, derrière l'Union Cognac Saint-Jean-d'Angély et devançant de peu le Stade nantais et le Saint-Jean-de-Luz olympique[81],[82].

Alors que les compétitions sont interrompues, la Fédération modifie la hiérarchie des divisions fédérales en actant la création de la Nationale, en tant que 3e division entre la Pro D2 et la Fédérale 1. Elle rassemble pour cette première saison 14 clubs dans une poule unique nationale. Le classement de l'US Dax pendant la saison précédente lui permet d'être invitée à participer à cette nouvelle division ; sa participation est officiellement actée par le comité directeur de la FFR[83],[84] ; les objectifs sportifs de l'USD sont de se positionner parmi les six premiers[85]. La tenue de la compétition pour la saison 2020-2021 est elle aussi perturbée par la pandémie sanitaire. Après une fin de préparation tronquée par un cas de Covid-19 détecté parmi ses membres à la fin du mois d'[86],[87], trois rencontres de l'USD seront en tout reportées en 2020[88],[89], avant de voir le championnat et les entraînements suspendus pour deux mois en réponse aux nouvelles mesures sanitaires liées au deuxième confinement national instauré fin [90]. Après une dérogation gouvernementale au même titre que les divisions professionnelles[91], le championnat de Nationale reprend au début du mois de avec une formule légèrement réadaptée en conséquence[92]. Alors qu'ils se positionnent en tant que candidats aux demi-finales au printemps[93],[94],[95], les Dacquois sont éliminés lors de l'avant-dernière journée[96], finissant cette première saison de Nationale à la 6e place[95].

Pour le début de leur 2e saison de Nationale, après un premier faux-pas à domicile, les rouge et blanc ne parviennent pas à obtenir de résultat positif à l'extérieur, bien qu'ils aient assuré un succès contre deux des favoris du championnat devant leur public, le Valence Romans DR et le SC Albi[97],[98].

Image et identité[modifier | modifier le code]

Couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Les couleurs du club sont le rouge et le blanc depuis sa création. Elles proviennent de celles de l'équipe scolaire de l'École normale de Dax, les Coquelicots[99], portant les couleurs de la fleur homonyme dans les années 1890, une décennie avant la naissance de l'US Dax[100].

Le maillot domicile est historiquement rouge, avec un short blanc. Cette tunique couleur sang a conduit à penser que les Dacquois étaient « rouges jusqu'à leur fondement », d'où le surnom de « culs rouges »[101]. Exception à la règle, les Dacquois ont porté en tant que tenue principale à plusieurs reprises des maillots blancs avec un short rouge à partir des années 1990, notamment en Pro D2 de 2003 à 2007.

Évolution du maillot principal de l'US Dax
Kit left arm.png
Kit body dax(19)0809h.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1908-1909[102]
Kit left arm.png
Kit body daxoldh.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
« générique »[103],[104]
1904 → ~1990
Kit left arm dax1990h.png
Kit body dax1990h.png
Kit right arm dax1990h.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
années 1990[105],[106],[107],[108]
Kit left arm dax9900h.png
Kit body dax9900h.png
Kit right arm dax9900h.png
Kit shorts.png
Kit socks dax9900h.png
1999-2001[109]
Kit left arm.png
Kit body dax0102h.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
2001-2002[110],[111],[112]
Kit left arm dax0203h.png
Kit body dax0203h.png
Kit right arm dax0203h.png
Kit shorts dax0203h.png
Kit socks.png
2002-2003
Kit left arm dax0607h.png
Kit body dax0607h.png
Kit right arm dax0607h.png
Kit shorts dax0607h.png
Kit socks dax0607h.png
2005-2007
Kit left arm dax0708h.png
Kit body dax0708h.png
Kit right arm dax0708h.png
Kit shorts dax0708h.png
Kit socks dax0708h.png
2007-2008
Kit left arm dax0809h.png
Kit body dax0809h.png
Kit right arm dax0809h.png
Kit shorts dax0708h.png
Kit socks dax0708h.png
2008-2010
Kit left arm.png
Kit body dax1011h.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks dax1112h.png
2010-2011
Kit left arm dax1112h.png
Kit body dax1112h.png
Kit right arm dax1112h.png
Kit shorts.png
Kit socks dax1112h.png
2011-2012
Kit left arm dax1213h.png
Kit body dax1213h.png
Kit right arm dax1213h.png
Kit shorts dax1213h.png
Kit socks dax1213h.png
2012-2013
Kit left arm dax1314h.png
Kit body dax1314h.png
Kit right arm dax1314h.png
Kit shorts dax1213h.png
Kit socks dax1213h.png
2013-2014
Kit left arm dax1415h.png
Kit body dax1213h.png
Kit right arm dax1415h.png
Kit shorts dax1213h.png
Kit socks dax1213h.png
2014-2015
Kit left arm.png
Kit body dax1516h.png
Kit right arm.png
Kit shorts dax1516h.png
Kit socks dax1213h.png
2015-2016
Kit left arm.png
Kit body dax1617h.png
Kit right arm.png
Kit shorts dax1516h.png
Kit socks dax1213h.png
2016-2017
Kit left arm.png
Kit body dax1718h.png
Kit right arm.png
Kit shorts dax1516h.png
Kit socks dax1213h.png
2017-2018
Kit left arm.png
Kit body dax1819h.png
Kit right arm.png
Kit shorts dax1819h.png
Kit socks.png
2018-2019
Kit left arm.png
Kit body dax1920h.png
Kit right arm.png
Kit shorts dax1920h.png
Kit socks.png
2019-2021
Kit left arm dax2122h.png
Kit body dax2122h.png
Kit right arm dax2122h.png
Kit shorts dax2122h.png
Kit socks.png
2021-2022


message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

[modifier | modifier le code]

Un écusson représentant le club, issu d'un blazer porté par les joueurs en 1920.

L'un des premiers logos est simplement représenté par les lettres « USDAX » typographiées en rouge ; on le retrouve encore sur le maillot de la saison 1996-1997[106],[107].

À partir de la saison 1997-1998, le logo est ensuite constitué des lettres « USDAX » en rouge, habillées de formes géométriques renvoyant à l'ovalie[105]. Le logo est par la suite simplifié, avec la suppression des pointillés suggérant un ballon de rugby et l'ajout en toutes lettres de la mention « rugby Landes » ; on le voit entre autres pendant la saison 2001-2002[110],[111],[112].

Pour illustrer ses plans d'action d'éco-citoyenneté, le club adopte en 2007 une déclinaison de son emblème. Hérissé de pins des Landes formant des poteaux de rugby, il est colorisé selon le paysage landais: le vert de la forêt des Landes, le jaune des dunes de la Côte d'Argent qui borde le bleu de l'océan Atlantique, et porte le slogan du club « Rugby par nature »[113].

Le , à l'aube de sa première saison au niveau amateur après sa relégation en Fédérale 1, un nouveau logo est présenté : il comprend deux des symboles de la ville dacquoise : les eaux thermales et la Fontaine chaude[114].

Rivalités[modifier | modifier le code]

Des joueurs de rugby forment deux regroupements pour préparer une mêlée, deux autres se tiennent à proximité.
L'US Dax affronte régulièrement son rival le Stade montois dans les années 2000 et 2010.

Le club de la sous-préfecture entretient une rivalité sportive tenace avec celui de la préfecture, le Stade montois, donnant lieu aux affrontements entre les « Culs rouges » et les « Abeilles »[101].

Dans la moitié sud du département landais, les matchs contre l'US Tyrosse font aussi l'objet d'un derby, qui reste au point mort depuis la descente des Tyrossais vers le rugby amateur en 2006.

Match de la féria[modifier | modifier le code]

Un match de rugby joué de nuit, sur un stade éclairé. Les spectateurs dans la tribune et autour du terrain sont tous habillés en blanc et rouge.
L'enceinte du stade Maurice-Boyau lors du match de la féria 2014, dont les spectateurs sont habillés en blanc et rouge.

Dans le cadre des fêtes de Dax, alors que les festivités règnent dans la ville thermale, le club organise chaque année l'un de ses matchs amicaux au stade Maurice-Boyau, durant lesquels les spectateurs sont invités à se vêtir de la tenue traditionnelle rouge et blanche du festayre, qui coïncide avec les couleurs des maillots de l'US Dax.

Parmi les opposants invités à ces matchs amicaux, sont généralement présentes des équipes géographiquement voisines, des équipes jouant les premiers rôles en 1re division, ainsi que des équipes étrangères. Selon ces critères, on retrouve entre autres le Leinster (2006[115]), les London Wasps (2009[116]), Bristol (2010[117]), le Racing Métro 92 (2011[118]), le Tarbes PR (2012[119]), la Section paloise (2013[120]) et le Stade montois (2014[121], 2016[122]).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Détail du palmarès[modifier | modifier le code]

La liste suivante récapitule les performances de l'équipe première de l'Union sportive dacquoise[s 9] :

  • titres de champion en compétition régionale ;
  • titres de champion et finales en compétition nationale ;
  • meilleures performances en compétitions européennes.

Compétitions régionales[modifier | modifier le code]

  • Championnat de Côte basque de 1re série :
    • Champion : 1919, 1920.
  • Championnat de Côte basque de 2e série :
    • Champion : 1912.

Compétitions nationales[modifier | modifier le code]

Compétitions européennes[modifier | modifier le code]

Détail du palmarès des autres équipes[modifier | modifier le code]

La liste suivante récapitule les titres des équipes réserves et de jeunes de l'Union sportive dacquoise[s 9].

Équipes réserves[modifier | modifier le code]

  • Champion de France en 1970, 1980, 1984, 1986 (Nationale B), 1993 (Nationale B2).
  • Champion de Côte basque en 1926 (équipe 3, ch. 1re série), 1929 (équipe 3, ch. 1re série), 1945 (équipe 2, ch. Côte basque-Béarn), 1949 (équipe 2, ch. Côte basque-Béarn), 1960, 1961, 1964, 1967, 1975, 1976, 1979, 1980, 1983, 1984.
  • Challenge des équipes réserves : vainqueur en 1959.

Équipes de jeunes[modifier | modifier le code]

  • En catégorie Reichel :
    • Champion de France en 1949, 1950, 1985, 1993.
    • Champion de Côte basque en 1949, 1950, 1950 (équipe B), 1954, 1957, 1958 (équipe B), 1959, 1964 (équipe B), 1967, 1968.
  • En catégorie Crabos :
    • Champion de France en 1993.
  • En catégorie cadets :
    • Champion de France en 1954, 1955, 1964, 1965, 1969, 1971.

Autres titres[modifier | modifier le code]

Le club de l'US Dax est désigné comme vainqueur du Challenge du club complet en 1980, par addition des performances de ses équipes : champion de France des réserves, champion de Côte basque des réserves, demi-finale de Nationale B, demi-finale des juniors, demi-finale des cadets.

Bilan par saison[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Saison de l'US Dax.

Finales[modifier | modifier le code]

En championnat de France[modifier | modifier le code]

L'US Dax a disputé cinq finales du championnat de France sans jamais remporter une seule fois le titre. Elle est alors considérée comme l'un des clubs « maudits du Brennus », tout comme le CA Brive avec quatre finales perdues en autant de disputées[123]. Avant d'être détenu par l'USD, le record de « finales perdues sans en gagner » l'était jusqu'en 2010 par l'ASM Clermont Auvergne qui comptabilisait avant son premier sacre[124] dix finales perdues.

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
FC Lourdes 20 – 0 US Dax stadium municipal, Toulouse 38 426
AS Béziers 6 – 3 US Dax stade de Gerland, Lyon 35 000
Stade montois 9 – 6 US Dax parc Lescure, Bordeaux 39 000
SU Agen 9 – 8 US Dax stadium municipal, Toulouse 28 803
Stadoceste tarbais 18 – 12 US Dax stadium municipal, Toulouse 26 952

En championnat de France de 2e division[modifier | modifier le code]

L'US Dax accède à deux reprises à la finale d'accession au Top 14. Cette dernière permet aussi de déterminer le vice-champion de Pro D2.

Défait en 2006 pour sa première participation, le club remporte cette finale en 2007 et décroche son retour en élite en marge de son titre de vice-champion.

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
SC Albi 12 – 8 US Dax stade Ernest-Wallon, Toulouse 11 230[125]
US Dax 22 – 16 Stade rochelais stade Chaban-Delmas, Bordeaux 21 751[125]

En challenge Yves du Manoir[modifier | modifier le code]

L'US Dax se place sur le podium des clubs les plus titrés du challenge Yves du Manoir, partageant la 3e place avec le Stade toulousain, avec cinq finales remportées sur sept disputées[126].

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
US Dax[Note 9] 6 – 6 AS Montferrand stadium municipal, Toulouse NC
US Dax 12 – 8 Section paloise parc des Princes, Paris NC
RC Narbonne 14 - 6 US Dax stade olympique Yves-du-Manoir, Colombes NC
US Dax 24 – 12 FC Grenoble stade olympique Yves-du-Manoir, Colombes 3 902
US Dax 18 – 8 Stade toulousain stade olympique Yves-du-Manoir, Colombes 9 011
US Dax 22 – 19 RC Narbonne parc des Princes, Paris 7 419
Stade toulousain 15 - 13 US Dax stade Jean-Dauger, Bayonne 7 586[127]

Structure[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

L'équipe évolue dès sa création au stade de Cuyès, jusqu'à l'édification du Parc municipal des sports.
Vue d'une tribune couverte en béton, une piste d'athlétisme borde un terrain.
Le stade Maurice-Boyau, actuel domicile de l'US Dax, date de 1958.
Vue d'un bâtiment orange en forme de pavé en arrière-plan, et d'un terrain en avant-plan.
Le stade Colette-Besson, inauguré en 2014, abrite depuis les séances d'entraînements de l'équipe dacquoise.

Alors que la création du club omnisports est encore en préparation, le Vélo Club dacquois et le Stade dacquois obtiennent le droit de pratiquer sur le terrain de Cuyès[s 1]. Il est par la suite réaménagé dans la fin des années 1920, les vieilles tribunes étant remplacées par des tribunes aux gradins rouges et blancs[s 2]. Quelques années après la disparition de Maurice Boyau en 1918, as de l'aviation mort pour la France pendant la Première Guerre mondiale et joueur du club dacquois de 1907 à 1909, le stade de Cuyès est rebaptisé en l'honneur de ce dernier peu après la guerre[Note 10],[128]. Ce dernier laisse place au lycée de Borda une fois le nouveau stade de la ville construit[129].

L'US Dax évolue depuis la fin des années 1950 dans l'enceinte du parc municipal des sports, renommé stade Maurice-Boyau entre 2000[129] et 2001[f 10]. Homologuée en 2004, l'installation sportive comporte deux tribunes d'un total de 4 170 places assises, et permettant d'accueillir près de 12 000 personnes debout autour du terrain, soit un total de 16 170 spectateurs[130].

Le stade fait l'objet d'un projet de rénovation complète par le club et le groupe Vinci pour une livraison, suivant les premières estimations, vers la fin des années 2010. Cette nouvelle infrastructure doit comporter 10 000 places assises[131]. L'avancée du projet est néanmoins fortement retardée par plusieurs recours[132], finalement tous rejetés[133]. Sans nouvelles publiques depuis les déclarations du mois de [134], le projet est à défaut considéré comme un échec[135].

Le club signe à l'intersaison 2015 une convention avec la ville de Dax pour disposer du stade Colette-Besson pour l'entraînement de l'équipe première. Ces installations sportives, inaugurées dix-huit mois plus tôt, deviennent donc le centre d'entraînement officiel de l'US Dax, tandis que le stade Maurice-Boyau reste l'enceinte où l'équipe dispute ses matchs de championnat[136].

Pendant l'automne 2017, la mairie de Dax décide de reprendre le dossier en main avec un nouveau projet. Il consiste à raser la petite tribune pour laisser place à une structure tubulaire, tandis que la tribune d'honneur ferait quant à elle l'objet d'une réhabilitation complète[137],[138],[139]. La destruction de l'ancienne tribune est effective dans la journée du [140]. La nouvelle tribune présidentielle est ensuite livrée fin [141] puis inaugurée un mois plus tard[142] ; elle a une capacité de 2 022 places assises. Le pesage est dorénavant homologué pour accueillir 2 185 spectateurs, soit un total de 7 262 places pour l'ensemble du stade de rugby[143].

Partenariats avec les autres clubs[modifier | modifier le code]

Les Pachys d'Herm cohabitent avec l'US Dax dans les installations de Colette-Besson, ci-contre pendant la saison 2016-2017.

Avec la professionnalisation du rugby qui fait tendre les clubs basés dans des grandes agglomérations à prendre de l'importance, ceux basés dans des villes plus modestes, comme l'US Dax et le Stade montois, doivent d'accrocher pour survivre. Pour continuer à promouvoir le rugby professionnel landais, les deux clubs ont choisi de s'associer sous le label Rugby Landes entrepreneurs, dont le but est de rassembler un maximum d'entrepreneurs désireux d'investir dans l'économie landaise, plutôt que de les laisser se disperser en ne s'engageant que pour un seul club et en réduisant alors l'impact de son action[144]. La naissance de cette association, effective depuis le 29 octobre 2012, apparaît comme une première alternative à la fusion des deux clubs, sujet dont le débat est actuellement clos[145]. Le 24 juillet 2013, la structure signe son premier partenariat avec la société Potez Aéronautique, basée sur la commune landaise d'Aire-sur-l'Adour[146].

Un rapprochement de moindre importance existe aussi avec le club féminin landais des Pachys d'Herm[147]. Outre le prêt de salles sportives, des joueurs professionnels du club de Dax ont aussi été envoyés pour prodiguer des conseils et astuces aux joueuses de la ville voisine[148]. À partir de 2014, les deux clubs partagent les terrains du stade Colette-Besson[149],[150]. Le club des Pachys fusionnera finalement au sein de l'Union sportive dacquoise en 2017, en tant qu'équipe féminine[151].

Autres équipes[modifier | modifier le code]

Équipe féminine[modifier | modifier le code]

Les Pachys en , jouant un de leurs premiers matchs en tant que Pachys de l'US Dax, ci-contre opposé à l'UA Gaillac au stade Maurice-Boyau.

Après plus de dix années de rapprochement et de discussions, et de la même manière que d'autres clubs féminins ayant intégré les structures de clubs professionnels masculins[150],[152],[153], le club des Pachys d'Herm s'unit pendant l'été 2017 avec les voisins de l'Union sportive dacquoise[151]. Avec l'accord de la FFR, cette dernière est alors enregistrée comme la section féminine de l'équipe dacquoise[153], la fusion étant effective à partir du [153]. À cette date, le club compte alors 80 licenciées dont 40 espoirs[153].

Désormais nommées les Pachys de l'US Dax, elles évoluent encore au moins une saison sous leurs couleurs traditionnelles bleu et rose[151],[153], avant d'adopter le rouge et le blanc en [154],[155].

Les Pachys évoluent en rencontre officielle au stade Colette-Besson ainsi que sur le terrain d'honneur du stade Maurice-Boyau.

Équipe espoir[modifier | modifier le code]

Rencontre de championnat de France en catégorie espoir entre l'US Dax et le Biarritz olympique, le .

Malgré la relégation de l'US Dax au niveau amateur à compter de la saison 2018-2019, l'équipe espoir dacquoise participe tout de même au championnat de France espoirs pour cette première année ; opposée aux équipes espoirs de clubs professionnels, elle est l'une des deux formations de niveau fédéral à faire exception[156]. Au terme de la première saison de cette nouvelle formule, les espoirs dacquois finissent à la dernière place et sont relégués en division fédérale de la catégorie[157].

Centre de formation[modifier | modifier le code]

Le centre de formation de l'US Dax est créé en 2005 sous l'agrément du Ministère des Sports, et en accord avec la Ligue nationale de rugby et la Fédération française de rugby[158],[159]. Après son agrément ministériel initial obtenu en 2006, ce dernier est renouvelé en 2010, 2014 et 2018[160].

Parmi les joueurs issus du centre de formation dacquois, on compte entre autres Cyril Cazeaux, Olivier Klemenczak et Quentin Lespiaucq-Brettes ayant par la suite évolué sous le maillot d'un club de Top 14[161],[162].

Le centre possède plusieurs partenariats avec des lycées et universités du bassin aquitain, entre autres le lycée de Borda à Dax[163] et l'université Bordeaux-Segalen[164]. Au niveau professionnel, le centre est associé avec la DRT, entreprise spécialisée dans la chimie du pin des Landes[158].

Au printemps 2014, la LNR dévoile de nouveaux critères pour son classement annuel des centres de formations professionnels français : ils sont ainsi, à compter de la saison 2012-2013, notés sur les résultats sportifs et scolaires obtenus par les joueurs stagiaires, ce qui résulte en un classement des clubs par championnat[Note 11],[165]. Ces résultats sont relevés sur les trois saisons précédentes : les résultats de la formation sportive représentent 50 %, le contenu et les résultats de la formation scolaire 40%, et la double qualification[Note 12] 10% de la note finale[166].

Auparavant, à partir de la saison 2002-2003[167], les clubs était répartis en trois catégories suivant quatre critères, Top 14 et Pro D2 confondus[168]. Celui de l'US Dax a été classé en catégorie 1 dans les classements de [158] et de [169], avant la refonte du système de notation.

Alors que l'équipe première est reléguée au niveau amateur à compter de la saison 2018-2019, le centre de formation n'entre plus en compte dans les classements de la LNR : la saison 2017-2018, pourtant disputée en division professionnelle, n'est ainsi pas évaluée[170].

Classement du centre de formation de l'US Dax
Saison 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012
Division Top 14 Top 14 Orange Pro D2 Pro D2 Pro D2
Classement NC Cat. 3[MG 1] Cat. 2[MG 2] Cat. 1[MG 3] Cat. 1[MG 4]
Saison 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2015-2016 2016-2017
Division Pro D2 Pro D2 Pro D2 Pro D2 Pro D2
Classement 11e sur 14[MG 5] 10e sur 14[MG 6] 9e sur 15[MG 7] 7e sur 14[171] 10e sur 13[166]

École de rugby[modifier | modifier le code]

À compter de la saison 2019-2020, un système de labellisation des écoles de rugby est instauré par la Fédération française de rugby. L'école de rugby dacquoise est labellisée de deux étoiles sur trois en 2021, pour une durée de quatre années[172].

Rassemblement des équipes jeunes[modifier | modifier le code]

Le stade Raoul-Lagraula de l'AS Narrosse, dont l'école de rugby voisine est associée à celle de l'US Dax.

Les équipes des écoles de rugby de l'US Dax et de l'AS Narrosse, des catégories des moins de 6 à moins de 14 ans, se sont associées[173],[172],[174] dans les années 2000.

À l'intersaison 2021, une convention de rassemblement est signée entre l'US Dax et le Saint-Paul sports, réunissant les joueurs en catégorie junior et cadet sous l'entité « Rassemblement bassin de l'Adour » ; cette dernière adopte la couleur violet, « mélange » du rouge dacquois et du bleu saint-palois[175],[176]. Elle ne remet pas en cause la structuration des écoles de rugby, celles de Saint-Paul-lès-Dax et l'entente de Dax et Narrosse restant indépendantes[175]. Cette entente fait suite à celle éphémère actée entre l'US Dax, le Saint-Paul sports et l'AS Narrosse sous le nom de « Grand Dax », vers le début des années 2010[175],[177].

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Structure juridique et organigramme[modifier | modifier le code]

Le club est régi sous le statut de SASP depuis 2001[s 45].

En réponse à la professionnalisation du rugby à XV actée en 1995, la structure encadrant l'équipe première est juridiquement séparée du club amateur omnisports pour être placée sous une association indépendante, afin de ne pas impliquer les sections amateurs[s 43]. Cette association est effective le [s 43] et déclarée le [178] ; elle sert de tremplin à la création d'une société anonyme déclarée dès [179], qui prendra la forme d'une SAOS[s 43], puis d'une SASP en 2001[s 45].

En 2020-2021, l'équipe première est gérée par la SASP US Dax rugby Landes, entreprise déclarée le [179] et présidée depuis par Benoît August[180]. La SASP est liée par le biais d'une convention à l'association loi de 1901 US Dax rugby, déclarée le [178] et présidée par William Rebeyrotte depuis le [181].

L'organigramme administratif de la SASP US Dax rugby Landes inclut[182] :

L'organigramme sportif de l'US Dax rugby Landes de 2021-2022 inclut[183] :

  • Équipe première :
  • Responsable du suivi médical : Étienne Barbiche
  • Centre de formation :
    • Préparateur physique : Christophe Desmaison
    • Responsable sportif : Manuel Sierra
    • Coordinateur général : Jean-Marc Chevrier
    • Responsable du suivi scolaire : Bernard Thiolas
    • Analyse vidéo : Fabrice Duberger
  • Responsable du suivi médical : Étienne Barbiche

L'organigramme administratif de l'association US Dax rugby inclut[173] :

Budget[modifier | modifier le code]

Saison 1994-1995 1998-1999 1999-2000 2000-2001 2001-2002
Division Groupe A Élite 1 Élite 1 Élite 1 Top 16
Budget
réel moyen
5 M FRF[s 42] 10 M FRF[s 42] 15 M FRF[s 42] 20 M FRF[s 42] env. 2,1 M€[21]
Saison - 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010
Division - Pro D2 Top 14 Top 14 Orange Pro D2
Budget
prévisionnel
- NC NC NC 7,207 M€[D 1]
()
Budget
réel
- env. 3,2 M€[184] NC 8,635 M€[D 1] 7,077 M€[D 2]
Saison 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015
Division Pro D2 Pro D2 Pro D2 Pro D2 Pro D2
Budget
prévisionnel
6,790 M€[D 2]
()
5,914 M€[D 3]
()
6,119 M€[D 4]
()
4,215 M€[D 5]
()
4,77 M€[185]
Budget
réel
6,728 M€[D 3] 6,196 M€[D 4] 5,342 M€[D 5] 4,595 M€[D 6] 4,490 M€[D 7]
Saison 2015-2016 2016-2017 2017-2018
Division Pro D2 Pro D2 Pro D2
Budget
prévisionnel
5,232 M€[D 7] 4,336 M€[D 8]
()
4,678 M€[D 9]
()
Budget
réel
4,977 M€[D 8]
()
4,497 M€[D 9]
()
4,556 M€[D 10]
()
Saison 2018-2019 2019-2020 2020-2021 2021-2022
Division Fédérale 1 Fédérale 1 Nationale Nationale
Budget
réel moyen
env. 1,7 M€[186] env. 2,0 M€[187] env. 2,1 M€[188] env. 2,3 M€[189]

Équipementiers[modifier | modifier le code]

Saisons Équipementiers
NC Le coq sportif
NC Adidas
2001-2007 Puma
2007-2010 Canterbury of New Zealand
2010-2012 Adishatz
2012-2018 Adidas
depuis 2018 Puma

Historiquement, l'un des premiers équipementiers identifiés sur le maillot de l'US Dax est la société française Le coq sportif, entre autres lorsque Jean Desclaux entraîne l'équipe[s 46]. Pendant les années 1990 et jusqu'en 2001, le club est habillé par l'équipementier Adidas, alors que des joueurs comme Fabien Pelous et Raphaël Ibañez défendaient les couleurs dacquoises en première division[190],[s 47],[105].

De 2001 à 2007, les Dacquois sont équipés par Puma. Lors de sa montée en élite, l'US Dax noue un partenariat avec Canterbury of New Zealand, équipementier qui développe alors son installation en France[191],[192] ; ces maillots sont portés pendant trois saisons. La marque landaise Adishatz est ensuite chargée de la fourniture du maillot rouge et blanc pendant les saisons 2010-2011[193] et 2011-2012. À partir de la saison 2012-2013, le club est équipé par Adidas[194]. Après la relégation au niveau amateur en 2018, Puma redevient l'équipementier de l'US Dax[195].

Sponsors[modifier | modifier le code]

Historique des sponsors[modifier | modifier le code]
Saisons Sponsor maillot principal
NC Transports Mora
NC Le Vrai
NC AFP-Cenpa
2001-2002 Calicéo
2002-2003 Pampara
2003-2008 Calicéo
2008-2009 Vocalcom
2009- Calicéo
-2014 Le Lounge
2014-2016 Le Lounge (dom.), Calicéo (ext.)
2016-2018 Groupe Mousset
2018-2021 Grand Dax Agglomération
2021-0000 Grand Mail

Parmi les premiers partenaires imprimés sur la tunique rouge et blanche, on retrouve les transports landais Mora[s 31], le produit d'hygiène Le Vrai (de la gamme de produits de la DRT) à base de pin des Landes dans les années 1990[196],[190], ainsi que la société de distribution d'emballages et produits de conditionnement AFP-Cenpa (filiale du groupe Gascogne) dans la même période[s 48].

Le sponsor historique du club est, à compter de 1998, l'entreprise Calicéo[197], centre de remise en forme aquatique & beauté-massages dacquois, implanté dans 7 villes en France (originellement à Saint-Paul-lès-Dax[198], puis à Bruges, Lyon, Nantes, Pau, Perpignan, Toulouse, et via la filiale Aquacéo à Capbreton[199]). Il est ponctuellement remplacé sur le maillot à deux reprises, par l'eau de source landaise Pampara pour la saison 2002-2003, ainsi que par Vocalcom, éditeur de solutions pour les centres de contacts, lors de la saison 2008-2009 disputée en première division[200]. Avec le départ de la présidence de Gilbert Ponteins lors de l’intersaison 2014, les parts de sponsoring du groupe Thermes Adour, maison-mère de Calicéo, et dont ce dernier est le chef d'entreprise, ont été revues à la baisse. Si le groupe thermal reste partenaire, il choisit de ne plus apparaître en tant que sponsor principal sur le maillot à partir de novembre 2013, et jusqu'à la fin de la saison[201].

Ce départ de l'espace publicitaire principal de la tunique rouge et blanche est compensé par l'arrivée de Le Lounge, café-brasserie implanté à Dax. Le groupe Thermes Adour reste présent, par l'intermédiaire d'Aquacéo, filiale de Calicéo implantée à Capbreton. Pour la saison 2014-2015, Le Lounge et Calicéo apparaissent en alternance, respectivement pour les matchs à domicile et à l'extérieur[202], ainsi que la saison suivante. Le groupe Mousset, prestataire de transport et logistique, devient le sponsor principal du maillot dacquois pour deux saisons, de 2016 à 2018[203].

Alors que le club est relégué en division amateur à compter de la saison 2018-2019, la liste de partenaires maillot est renouvelée[204] ; la communauté d'agglomérations du Grand Dax devient alors sponsor principal[réf. souhaitée]. Pour la deuxième saison en division Nationale, le centre commercial Grand Mail de Saint-Paul-lès-Dax devient le nouveau sponsor maillot[205].

Saison 2020-2021[modifier | modifier le code]

Le partenaire principal maillot en 2020-2021 est la communauté d'agglomération du Grand Dax.

Les autres partenaires principaux sont Hélidax, les thermes Bérot, Vacances bleues, les cafés Le Bonifieur, le Grand Mail, la ville de Dax, Unikalo, et la Mutuelle de France unie. Le club compte également 6 partenaires officiels et 159 dits « VIP »[206].

Sponsoring participatif[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2013-2014, l'US Dax organise une opération de « sponsoring participatif », consistant à proposer aux entreprises et autres organismes d'apporter une contribution monétaire auprès du club, et d'offrir en contrepartie la possibilité de voir son logo apparaître sur le maillot des joueurs[207] lors d'une ou plusieurs rencontres de championnat. À partir de la seconde édition une saison plus tard, 10 % de cette somme est reversée à une école de rugby de son choix[208]. Le club est alors l'un des pionniers de l'application de ce concept dans le monde sportif[209],[208]. Après ces premières éditions, l'initiative est reconduite en 2017[210] et en 2018[211].

Supporteurs[modifier | modifier le code]

L' « Amicale du XV dacquois », l'« Association allezdax.com » et la « Penacqs » sont les trois associations de supporteurs du club[212].

L'Amicale du XV dacquois et la Penacqs, créées respectivement en 1998 et 2006, sont présentes en tribune de face et organisent également des déplacements lors des matchs à l'extérieur[212],[213]. Affiliée à Fédération française des supporters de rugby depuis 2009[212], la Penacqs se développe particulièrement avec la montée de l'US Dax en Top 14 en 2007. L'Association allezdax.com est née en 1999 en tant que site internet sous l'adresse usdax.net, renommé en 2006 allezdax.com, avant de se monter en tant qu'association en 2008[212]. Rassemblant la communauté du web autour du site et d'un forum, elle déploie occasionnellement un tifo aux couleurs du club sur la tribune de face[212]. Le groupe indépendant du « Kommando Pirate 07 » anime également le pesage Nord du stade pendant trois saisons, de 2007 à 2010.

Mascotte[modifier | modifier le code]

La première mascotte de l'US Dax, représentant un lion en référence aux armoiries de la ville, est active à partir de la saison 2001-2002, pendant deux à trois saisons[214],[215].

Lors de l'intersaison 2011, le personnage d'Environne-Man est créé pour appuyer la campagne de communication éco-citoyenne du club du Sud des Landes[216]. Rapidement relayé par les médias et recevant les félicitations des instances de la Ligue nationale de rugby, le personnage arborant le jeu de maillot vert de l'US Dax joue pendant le saison le super-héros écologiste dans trois vidéos[216].

À partir de l'été 2013, un nouveau supporteur officiel foule la pelouse du stade Maurice-Boyau : Torito, peluche à l'effigie d'un taureau, « conduit » une voiture radiocommandée rouge et blanche et apporte le tee aux buteurs dacquois avant chaque tentative de pénalité[217].

L'US Dax présente sa nouvelle mascotte officiant pour cette nouvelle saison le , soit la veille de la reprise du championnat. Dénommée Akae, elle représente un lion portant le maillot du club. Son identité fait référence à la ville de Dax : alors que le choix de l'animal fait référence aux armoiries, son nom est tiré de son nom antique, Aquae Tarbellicae. Le choix de la nouvelle mascotte est lié à l'ancien « supporteur officiel » de l'US Dax, étant identique à celle ayant officié jusqu'au début des années 2000[214],[215].

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Effectif 2021-2022[modifier | modifier le code]

Effectif mis à jour le [205],[218]

Nom Poste Date de naissance Nationalité sportive Sélections (PM)[Note 13] Club précédent Arrivée au club Fin de contrat[Note 14] Formé au club[Note 15]
Faitotoa Asa Pilier Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - US Montauban 2020 2022 -
Thibaud Dréan Pilier Drapeau de la France France - US Carcassonne 2019 2022 oui
Diogo Ferreira Pilier Drapeau du Portugal Portugal 16 (0) Stade dijonnais 2021 2023 -
Moisese Fisiipeau [CDF] Pilier Drapeau de la France France - Biarritz olympique 2020 - oui
Louis Mary [CDF] Pilier - Drapeau de la France France - Stade niçois 2021 - -
Duke Nginingini Pilier - Drapeau des Tonga Tonga 4 (0) Karaka RFC 2021 2022 -
Pieter Stemmet Pilier Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - RC Drancy 2021 2022 -
Vincent Tastet [CDF] Pilier - Drapeau de la France France - US Habas 2018 - oui
Beñat Auzqui Talonneur Drapeau de la France France - US Tyrosse 2019 2022 oui
Théo Delblancu Talonneur Drapeau de la France France - Union Bordeaux Bègles 2017 - oui
Thomas Lassept [CDF] Talonneur - Drapeau de la France France - Saint-Paul sports 2021 - -
Elvis Levi Talonneur Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Biarritz olympique 2020 2022 -
Mattieu Bidau Deuxième ligne Drapeau de la France France - AS Mérignac 2016 2023 oui
Yoan Gaune Deuxième ligne Drapeau de la France France - RC Aubenas 2021 2023 -
Jérémy Helmbacher Deuxième ligne Drapeau de la France France - RC Strasbourg 2018 - -
Élie Laukau [CDF] Deuxième ligne - Drapeau de la France France - Olympique de Nouméa 2016 - oui
Étienne Loiret Deuxième ligne Drapeau de la France France - Aviron bayonnais 2018 2023 -
Enzo Polutele [CDF] Deuxième ligne - Drapeau de la France France - Aviron bayonnais 2019 - oui
Arnaud Aletti Troisième ligne Drapeau de la France France - RC Aubenas 2019 2023 -
Olivier August Troisième ligne Drapeau de la France France - SA Hagetmau 2013 2022 oui
Jean Despiau [CDF] Troisième ligne Drapeau de la France France - US Salles 2020 - oui
Diaby Doucouré Troisième ligne - Drapeau de la France France - UMS Pontault-Combault 2020 - oui
Alexis Duprouilh [CDF] Troisième ligne - Drapeau de la France France - Biarritz olympique 2021 - -
Brice Ferrer Troisième ligne Drapeau de l'Espagne Espagne 2 (0) SO Chambéry 2018 2022 -
Maxens Guery [CDF] Troisième ligne - Drapeau de la France France - FC Oloron 2020 - oui
Julien Hilt [CDF] Troisième ligne Drapeau de la France France - AS Narrosse 2008 - oui
Lasha Lomidze Troisième ligne Drapeau de la Géorgie Géorgie 47 (20) Lazio Rugby 2020 2022 -
Théo Trémeau Troisième ligne Drapeau de la France France - - 2007 2022 oui
Alex Tulou Troisième ligne Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Lyon OU 2021 2022 -
Adrien Ayestaran Demi de mêlée Drapeau de l'Espagne Espagne 8 (5) Soyaux Angoulême XV 2021 2023 -
Simon Garrouteigt Demi de mêlée Drapeau de la France France - - [Note 16] 2022 oui
Sylvère Reteau Demi de mêlée Drapeau de la France France - - 2002 2022 oui
Hugo Cerisier Demi d'ouverture Drapeau de la France France - CA Périgueux 2016 - oui
Felipe Berchesi Demi d'ouverture Drapeau de l'Uruguay Uruguay 36 (317) US Carcassonne 2017 2022 -
Thomas Curutchet Demi d'ouverture Drapeau de la France France - Aviron bayonnais 2014 2023 oui
Ilikena Bolakoro Centre Drapeau des Fidji Fidji 2 (0) USON Nevers 2021 2023 -
Vincent Hollet Centre Drapeau de la France France - USA Perpignan 2018 - -
Ephraïm Niutupea [CDF] Centre - Drapeau de la France France - Montpellier HR 2021 - -
Tamaz Mchedlidze Centre Drapeau de la Géorgie Géorgie 61 (35) Rouen NR 2021 2022 -
Victor Pisano Centre Drapeau de la France France - Hartpury University (en) 2018 2023 -
Hugo Tournier [CDF] Centre - Drapeau de la France France - Biarritz olympique 2021 - -
Julien Dechavanne Ailier Drapeau de la France France - US Tyrosse 2015 2022 oui
Esava Delai Ailier Drapeau des Fidji Fidji - [Note 17] 2015 2022 -
David Lang [CDF] Ailier - Drapeau de la France France - Stade bagnérais 2020 - oui
Pierre Letellier [CDF] Ailier Drapeau de la France France - Section paloise 2020 - oui
Alexandre Pilati Ailier Drapeau de la France France - Union Bordeaux Bègles 2017 2023 oui
Armand Plachot [CDF] Ailier Drapeau de la France France - ES Léon 2020 - oui
Théo Gatelier Arrière Drapeau de la France France - US Mugron 2017 2022 oui
Martin Prat Arrière Drapeau de la France France - Section paloise 2015 2022 -
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Joueur de l'US Dax.

Transferts 2021-2022[modifier | modifier le code]

Arrivées : Gareth Adamson (préparateur physique)[219], Adrien Ayestaran[220], Ilikena Bolakoro[221], Christophe Damien (préparateur physique)[219], Alexis Duprouilh[205], Diogo Ferreira[222], Yoan Gaune[220], Thomas Lassept[205], Louis Mary[205], Emmanuel Maignien (entraîneur)[222], Tamaz Mchedlidze[220], Duke Nginingini[223], Ephraïm Niutupea[205], Hugo Tournier[205], Alex Tulou[222].

Prolongations : Arnaud Aletti[224], Olivier August[225], Beñat Auzqui[226], Felipe Berchesi[227], Mattieu Bidau[222], Thomas Curutchet[228], Julien Dechavanne[229], Esava Delai[228], Brice Ferrer[224], Simon Garrouteigt[230], Théo Gatelier[224], Jack Isaac (entraîneur)[231], Étienne Loiret[232] , Lasha Lomidze[229], Alexandre Pilati[233], Victor Pisano[233], Martin Prat[228], Sylvère Reteau[230], Pieter Stemmet[229], Théo Trémeau[232].

Départs : Hugo Barada[226], Stéphane Barbéréna (entraîneur)[230], Luigi Dias[234], Thomas Dufour[205], Mathis Dumain[235], Simon Gatuingt[225], Misha Kelenjeridze[226], Quentin Labeyrie[205], Guillaume Lagahe[236], Pierre Lassus (préparateur physique)[237], Aubin Lespiaucq-Brettes[205], Robert Lilomaiava[238], Alexandre Panigaï[239], Makatuki Polutele[226], Vincent Pomme[240], Antoine Renaud[225], Pierre Resende[241], Théo Sentucq[242], Senio Toleafoa[243].

Internationaux français[modifier | modifier le code]

Le XV dacquois un jour de match en , comptant alors trois internationaux en activité (Lacazedieu, J. Loustau et Fargues, habillés avec la veste blanche honorifique au coq gaulois brodé) ainsi qu'un ancien (Lavigne) et un futur international (Augé).

L'US Dax voit 37 joueurs (dont 34 en date du centenaire du club en 2004[s 49]) porter le maillot de l'équipe de France alors qu'ils évoluent en club sous les couleurs dacquoises[Note 18].

Cette liste exclut de fait les internationaux ayant porté le maillot national avant ou après leur carrière à l'US Dax ; de manière non exhaustive, Benoît August[c 5], Jean-Louis Bérot[c 6], Maurice Boyau[c 7], Gérard Dufau[c 8], Pierre Mignoni[Note 19].

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Entraîneur de l'US Dax.

L'une des premières traces de l'identité des entraîneurs s'étant succédé à la tête de l'US Dax est François Recaborde dans les années après-guerre[s 10]. Roger Ducournau lui succède en 1950[s 13],[244]. Jean Desclaux prend ensuite la relève en 1958[s 13]. À la tête de l'équipe pendant 15 ans, il est secondé par Paul Lasaosa[c 2].

Après le départ de Desclaux vers la tête de l'équipe de France en 1973, Jean-Claude Lasserre[s 29],[Note 20]. Après Georges Capdepuy pendant la saison 1977-1978[ch 6], le tandem de Jean Bachelé et Claude Dufau, puis Jean-Louis Bérot, entraînent l'équipe de 1978 à 1981[246],[c 6]. Le binôme Léon Berho et Henri Willems lui succède ensuite[s 33]. Pour le reste des années 1980, les groupes d'entraîneurs se succèdent, d'Éric August et Jean-Louis Bérot à Georges Capdepuy et Jean-Paul Laborde, avant de voir Claude Dufau successivement associé à Léon Berho puis à Jean Guibert[s 33].

De 1990 à 1993, René Bénésis prend les commandes de l'équipe première auprès de François Gachet[s 36]. Ce dernier est l'année suivante épaulé par Jacques Ibañez[s 36]. François Gachet quitte l'encadrement après la demi-finale de 1993[s 38], remplacé par Jean-Philippe Coyola[s 39].

En vue de la première saison européenne, Jean-Patrick Lescarboura et Patrick Bérilhe dirigent l'équipe des rouge et blanc à partir de 1996[s 39]. En 1998, Jean-Philippe Coyola fait son retour, cette fois aux côtés de Jean-Louis Luneau[s 41]. En milieu de saison 2001-2002, alors que les performances ne sont pas au rendez-vous et qu'une relégation historique se profile, le duo d'entraîneurs est écarté du banc, sous la pression des joueurs[s 45], et remplacé par Frédéric Larrieu[22] et Bruno Roumégous[réf. souhaitée].

Malgré tout, le club est relégué en deuxième division à la fin du championnat. Pour la première année en Pro D2, l'équipe est confiéee à Vincent Dezes et Claude Harran[21]. La saison suivante, ils sont remplacés par Christian Martinez et Jean-Philippe Coyola[247].

À partir de 2005, Marc Lièvremont est associé à Jean-Philippe Coyola[248] ; en deux saisons, ils mènent l'équipe en phases finales de championnat et signent leur retour en première division[30]. Alors que le duo reste en place pour cette saison 2007-2008 en Top 14, Lièvremont est nominé au mois d' au poste de sélectionneur de l'équipe de France[30] ; il est remplacé par Christophe Milhères et Jérôme Daret[249].

La saison suivante, Thomas Lièvremont, frère de Marc, prend sa retraite de joueur mais reste à Dax pour glisser vers le bord du terrain en tant qu'entraîneur principal et auprès des avants[250] ; il reste épaulé de Christophe Milhères, tandis que Laurent Mazas est recruté pour prendre en charge les arrières[251],[252].

À l'intersaison 2010, un nouveau groupe d'entraîneurs est formé : Olivier Roumat en tant que manager, Frédéric Garcia responsable des avants et Jean-Philippe Coyola à la tête des arrières[253]. Le premier démissionne en milieu de saison[254]. Lors de l'intersaison 2011, l'entraîneur des arrières est mis à l'écart[255] et remplacé par David Darricarrère[256].

Trois hommes observent un match de rugby depuis le bord du terrain.
Richard Dourthe et Jérôme Daret (à g. et à d.) entraînent conjointement l'US Dax d'avril 2013 à mars 2015.

En fin de saison, Darricarrère est annoncé en partance vers le SU Agen en Top 14 et est remplacé par Christophe Manas pour la saison 2013-2014, toujours aux côtés de Frédéric Garcia[257]. Le 11 février 2013, quelques jours après son annonce de changement de président du club, Gilbert Ponteins déclare mettre de côté le tandem d’entraîneurs après une nouvelle défaite à domicile mettant en difficulté au classement les rouge et blanc. En remplacement, le directeur du centre de formation Jérôme Daret est nommé nouvel entraîneur jusqu'à la fin de la saison, poste qu'il avait déjà occupé en intérim lors de la saison 2007-2008 à la suite de la nomination en cours d'année de Marc Lièvremont à la tête de l'équipe de France[258]. Il est ensuite reconduit la saison suivante pour diriger les rouge et blanc en Pro D2 avec un nouveau manager en la personne de Richard Dourthe[259]. Ce dernier occupait déjà officieusement et à titre bénévole un poste d'entraîneur-adjoint pour les trois derniers matchs de la saison 2012-2013[260].

Jérôme Daret et Marc Dal Maso interviennent ponctuellement en tant que consultants auprès des joueurs au printemps 2015.

À l'intersaison 2014, Jérôme Daret reprend la direction du centre de formation à temps plein, en gardant un rôle d'intervenant ponctuel auprès de l’équipe fanion[261]. Malgré son nouveau rôle officiel de consultant, il reste dans la pratique très impliqué auprès de l'équipe professionnelle[262].L'entraîneur des arrières et manager Richard Dourthe est rejoint par Brice Miguel, nouvel entraîneur titulaire des avants[261],[263]. En février 2015, Marc Dal Maso, entraînant alors les avants de l’équipe du Japon sous les ordres du sélectionneur Eddie Jones, est appelé par l'US Dax pour une mission de consultant de deux mois au sein du trio d'entraîneurs déjà en place du 3 février à début avril, avec l'accord de la fédération japonaise[264]. En mars 2015, avant la 22e journée du championnat, Richard Dourthe est remercié par les instances du club avant la fin de son contrat de trois ans[265]. À la suite de son départ ainsi que de la fin de la mission de consultant de Marc Dal Maso, le club doit finir la saison avec un staff réduit à deux éléments, Brice Miguel aux avants et Jérôme Daret pour les lignes arrières, qui voit sa charge de travail grandir encore malgré son poste officiel de consultant interne.

Deux hommes observent un match de rugby depuis le bord du terrain.
Patrick Furet et Raphaël Saint-André forment le duo d'entraîneurs de l'US Dax pendant trois saisons, de 2015 à 2018.

Pour la saison 2015-2016, Jérôme Daret est promu au poste de directeur sportif par le futur directeur Jean-Christophe Goussebaire avant la clôture du précédent exercice[266]. Il est épaulé par Raphaël Saint-André et Patrick Furet, respectivement en tant qu'entraîneur des lignes arrières et des avants. Ces signatures sont officialisées le 25 juin et le 22 juillet, alors que l'US Dax ne sait pas à ce jour en quelle division elle évoluera[267],[268] et que la confirmation de repêchage n'est pas encore actée. Au terme de la saison 2016-2017, Daret est nommé entraîneur de l'équipe de France de rugby à sept[269] ; Saint-André occupe alors, à partir de la saison à venir, son précédent rôle ainsi que celui de manager[270].

Après la relégation du club en Fédérale 1 à l'issue de la saison 2017-2018, l'équipe d'entraîneurs est remaniée[271] : les noms de Frédéric Tauzin et Emmanuel Maignien, respectivement en tant qu'entraîneur en chef et des avants, sont officialisés le [272]. Au terme de cette première année en division amateur terminée par une qualification en quart de finale, il est envisagé que le groupe d'entraîneurs soit légèrement remanié, avec la reconversion de Benoît August, jusqu'alors le rôle du conseiller sportif du président[273], en tant que co-entraîneur principal auprès de Frédéric Tauzin[274]. Sa nomination en tant que président pour la saison 2019-2020 changent finalement les plans de modification du corps d'entraîneurs[180]. L'équipe est finalement renforcée par l'arrivée de Stéphane Barbéréna, prenant en charge les avants tandis qu'Emmanuel Maignien se consacre plus particulièrement sur le secteur de la mêlée[275],[276].

Alors que la compétition a été suspendue puis annulée à cause de la pandémie de Covid-19, Tauzin et l'US Dax mettent fin à leur collaboration d'un commun accord au mois d'[277]. Une fois la participation du club dacquois à l'édition inaugurale de la nouvelle division Nationale actée, l'équipe d'entraîneurs est officialisée pour cette saison 2020-2021 : Jack Isaac prend le poste de manager sportif, Arnaud Mignardi celui d'entraîneur des arrières, tandis que Barbéréna reste en charge des avants[278]. Alors que le premier prolonge et que le second est toujours sous contrat pour la saison 2021-2022[279], le contrat de Barbéréna n'est pas reconduit, le club souhaitant un entraîneur à temps plein[230] ; il est remplacé par Emmanuel Maignien qui fait son retour sur le banc de l'équipe première[222].

Saisons[Note 21] Manager Entraîneur des avants Entraîneur des arrières Titres
0000-1950 François Recaborde
1950-1958 Roger Ducournau Challenge Yves du Manoir
1958-1970 Jean Desclaux Challenge Yves du Manoir (x2)
1970-1971 Jean Desclaux et Paul Lasaosa Challenge Yves du Manoir
1971-1973 Jean Desclaux
1973-1974 Jean-Claude Lasserre[Note 20]
1974-1977 Jacques Mazoin[Note 20]
1977-1978 Georges Capdepuy
1978-1979 Jean Bachelé Claude Dufau[Note 22]
1979-1981 Jean-Louis Bérot
1981-1983 Léon Berho Henri Wilhems Challenge Yves du Manoir
1983-1985 Éric August et Jean-Louis Bérot
1985-1986 Georges Capdepuy et Jean-Paul Laborde
1986-1988 Léon Berho Claude Dufau
1988-1990 Jean Guibert Claude Dufau
1990-1993 René Bénésis François Gachet
1993-1994 Jacques Ibañez François Gachet
1994-1996 Jacques Ibañez Jean-Philippe Coyola
1996-1998 Jean-Patrick Lescarboura et Patrick Berilhe
1998- Jean-Louis Luneau Jean-Philippe Coyola
- Frédéric Larrieu et Bruno Roumégous
2002-2003 Vincent Dezes Claude Harran
2003-2005 Christian Martinez Jean-Philippe Coyola
2005-2007 Marc Lièvremont Jean-Philippe Coyola Promotion en Top 14
2007-2008 Christophe Milhères, Jean-Philippe Coyola et Jérôme Daret
2008-2010 Thomas Lièvremont Christophe Milhères Laurent Mazas
2010- Olivier Roumat Frédéric Garcia Jean-Philippe Coyola
- Frédéric Garcia Jean-Philippe Coyola
2011-2012 Jean-Patrick Lescarboura Frédéric Garcia David Darricarrère
2012- Jean-Patrick Lescarboura Frédéric Garcia Christophe Manas
- Jérôme Daret
2013-2014 Richard Dourthe Jérôme Daret Richard Dourthe
2014- Richard Dourthe Brice Miguel Richard Dourthe
- Brice Miguel Jérôme Daret
2015-2017 Jérôme Daret[Note 23] Patrick Furet Raphaël Saint-André
2017-2018 Raphaël Saint-André Patrick Furet Raphaël Saint-André
2018-2019 Frédéric Tauzin[Note 24] Emmanuel Maignien Frédéric Tauzin
2019-2020 Frédéric Tauzin[Note 24] Stéphane Barbéréna[Note 25]
Emmanuel Maignien[Note 26]
Frédéric Tauzin
2020-2021 Jack Isaac Stéphane Barbéréna Arnaud Mignardi
2021-0000 Jack Isaac Emmanuel Maignien Arnaud Mignardi

Présidents[modifier | modifier le code]

Saisons Président du club
NC Léon Gischia
0000-1931 Abel Guichemerre
NC René Dumas
0000-1958 Didier Castex
1958-1979 René Dassé
1979-1988 Paul Lasaosa
1990-1995 Jean-Pierre Bastiat
1996-1998 Éric August et Alain Pecastaing
1998-2001 Alain Pecastaing
2001-2002 Jean-Patrick Lescarboura
2002-2013 Gilbert Ponteins
2013-2015 Alain Pecastaing
2015-2016 Jean-Christophe Goussebaire
2016-2018 Philippe Celhay
2018-2019 Gilbert Ponteins
2019- Benoît August
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Président de l'US Dax.

Après sa retraite de joueur environ entre 1927 et 1929[1], Abel Guichemerre prend la présidence de la section rugby du club[c 10]. Il démissionne de son poste vers , alors qu'un vote de l'assemblée générale conduit à la dissidance fédérale du club[1].

Dans les années 1930, alors que l'US Dax doit cohabiter avec le club treiziste de Dax XIII, René Dumas est à la présidence de la section rugby[s 4],[280].

À l'issue de la saison 1957-1958, René Dassé prend la présidence, d'après le souhait de son prédécesseur Didier Castex[s 12].

En 1979, Paul Lasaosa succède à René Dassé[c 2],[s 33].

À partir de la saison 2000-2001, le poste de président de la section rugby qui était alors unique est divisé en deux sièges : celui de la section professionnelle présenté dans la liste ci-contre (SAOS, puis SASP), et celui des équipes amateurs. Un autre changement rompt aussi avec la tradition : en 2002, un chef d'entreprise prend la présidence du club, en la personne de Gilbert Ponteins, patron du groupe Thermes Adour, alors qu'il était jusque-là dirigé par des anciens joueurs[281],[21].

Après une décennie de présidence, il passe le relais à l'issue de la saison 2012-2013 à Alain Pecastaing[282]. Ce dernier occupera ce poste pour la seconde fois, déjà en fonction lors des premières saison professionnelles du club.

À l'issue de deux saisons, il est remplacé à la présidence à l'intersaison 2015 par Jean-Christophe Goussebaire[283]. Après la démission de ce dernier le [284], Philippe Celhay, jusqu'alors président des sections amateurs de l'US Dax rugby, prend la tête du club professionnel à partir de l'été 2016[285].

Le , alors que le club est mathématiquement assuré de finir relégable depuis le dernier match disputé, Celhay annonce sa démission ainsi que celle du reste du directoire à compter de la fin de la saison[63]. L'ancien dirigent Gilbert Ponteins prend alors la tête du directoire pour cette première saison du club en division fédérale, dès la moitié du mois de mai[286]. Après une nouvelle saison d'exercice, il passe le relais à Benoît August, jusqu'alors « conseiller du président »[180].

Popularité[modifier | modifier le code]

Affluence[modifier | modifier le code]

Saison 1998-1999 1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004
Division Élite 1 Élite 1 Élite 1 Top 16 Pro D2 Pro D2
Affluence/saison[Note 27] NC NC NC NC NC NC
Affluence/match[Note 27] 4 082[287] 3 587[287] 4 064[287] 4 286[287] 2 536[287] 3 237[287]
Abonnés[Note 28] NC NC NC NC NC NC
Remplissage du stade 25,2 % 22,2 % 25,1 % 26,5 % 15,7 % 20,0 %
Saison 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010
Division Pro D2 Pro D2 Pro D2 Top 14 Top 14 Orange Pro D2
Affluence/saison[Note 27] NC 48 675 63 070 94 653 95 704[D 1] 65 745[D 2]
Affluence/match[Note 27] 2 640[287] 3 245[287],[288] 4 205[287] 6 853[287] 7 362[D 1] 4 383[D 2]
Abonnés[Note 28] NC NC NC NC 3 578[D 1] 3 484[D 2]
Remplissage du stade 16,3 % 20,1 % 26,0 % 42,4 % 45,5 % 27,1 %
Saison 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2015-2016
Division Pro D2 Pro D2 Pro D2 Pro D2 Pro D2 Pro D2
Affluence/saison[Note 27] 59 580[D 3] 55 545[D 4] 51 723[D 5] 58 092[D 6] 53 309[D 7] 54 720[MG 7]
Affluence/match[Note 27] 3 972[D 3] 3 703[D 4] 3 448[D 5] 3 873[D 6] 3 554[D 7] 3 648[MG 7]
Abonnés[Note 28] 2 279[D 3] 1 754[D 4] 2 228[D 5] 2 094[D 6] 1 910[D 7] NC
Remplissage du stade 22,6 %[MG 7] 24,6 % 22,9 % 21,3 % 24,0 % 19,8 %
Saison 2016-2017 2017-2018 2018-2019 2019-2020 2020-2021
Division Pro D2 Pro D2 Fédérale 1 Fédérale 1 Nationale
Affluence/saison[Note 27] env. 61 485 env. 60 885 env. 28 050 env. 19 432[Note 29] NC
Affluence/match[Note 27] env. 4 099[287] env. 4 059[287] env. 2 550[289] env. 2 429[290] NC
Abonnés[Note 28] NC NC env. 600[291] env. 600[291] 628[292]
Remplissage du stade env. 25,3 % env. 25,1 % env. 48,6 % env. 33,4 % NC

Le calcul de remplissage du stade est réalisé par rapport à la capacité alors homologuée :

  • De la saison 2004-2005 à la saison 2017-2018, 16 170 spectateurs[130] ;
  • Pour la saison 2018-2019, alors que les travaux de la nouvelle tribune présidentielle sont en cours, la capacité non-officielle retenue est d'environ 5 240 spectateurs, soit la capacité homologuée une fois les travaux achevés moins celle de la tribune en construction ;
  • Depuis la saison 2019-2020, 7 262 spectateurs[143].

Relations avec les médias[modifier | modifier le code]

Tournage de l'émission Au contact pour Eurosport 2, sur le bord du stade Maurice-Boyau après la rencontre entre l'US Dax et le Biarritz olympique.

Les actualités de l'US Dax sont couvertes par l'ensemble des médias locaux, et plus particulièrement par le quotidien régional Sud Ouest. Quant à la radio locale France Bleu Gascogne, elle diffuse en direct l'ensemble des matchs des rouge et blanc sur les ondes landaises[293]. En interne, le club réalise quant à lui un programme de match pour chaque rencontre à domicile, l'U.S.Dax Mag[294]. Il fait aussi régulièrement l'objet de reportages dans Dax ovalie, web-magazine créé en 2011[295], bi-hebdomadaire, puis hebdomadaire à partir de la nouvelle saison 2012-2013, sur le rugby de la région du Grand Dax ; l'émission se concentre ensuite uniquement sur les rencontres à domicile disputées par l'équipe professionnelle[296].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Le Challenge Yves du Manoir : Histoire du rugby

  1. Mérillon 1990, p. 49.
  2. Mérillon 1990, p. 76.
  3. Mérillon 1990, p. 87-88.
  4. Mérillon 1990, p. 130.
  5. Mérillon 1990, p. 293
  6. Mérillon 1990, p. 202.

Un siècle de sports : 1904-2004

  1. a b c d et e Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 12.
  2. a b c d et e Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 15.
  3. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 16.
  4. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 19.
  5. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 17-18.
  6. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 19-20.
  7. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 20.
  8. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 26.
  9. a b c d e f et g Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 101.
  10. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 28.
  11. a b et c Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 28-30.
  12. a b et c Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 30.
  13. a b et c Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 34.
  14. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 36.
  15. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 36-37-38.
  16. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 38-40.
  17. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 40-43.
  18. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 44.
  19. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 46.
  20. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 46-48.
  21. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 48-50-52.
  22. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 52-54.
  23. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 54.
  24. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 58-60.
  25. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 60.
  26. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 60-61.
  27. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 61.
  28. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 61-62.
  29. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 62.
  30. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 62-64.
  31. a b c d e et f Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 64.
  32. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 64-66.
  33. a b c d e f g et h Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 66.
  34. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 66-67.
  35. a b et c Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 67.
  36. a b c d e f g h i j k l et m Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 68.
  37. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 69.
  38. a et b Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 73.
  39. a b c d e et f Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 74.
  40. a b c et d Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 74-75.
  41. a b c et d Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 75.
  42. a b c d et e Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 80.
  43. a b c et d Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 78-79.
  44. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 75-76.
  45. a b c et d Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 76.
  46. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 59, 65, 94, 98.
  47. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 64, 72-73.
  48. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 73-74.
  49. Dussarrat, Bordenave et Dussarrat 2003, p. 102-103.

Les acteurs du rugby landais

  1. a b et c Poustis 2011, p. 41.
  2. Poustis 2011, p. 231.

Finale '63 : U.S.Dax - Stade Montois

  1. a et b de Baillenx 2013, p. 31.
  2. de Baillenx 2013, p. 72.
  3. de Baillenx 2013, p. 78-79.
  4. de Baillenx 2013, p. 82.
  5. de Baillenx 2013, p. 96.
  6. de Baillenx 2013, p. 83.
  7. de Baillenx 2013, p. 86-90.
  8. de Baillenx 2013, p. 100-101.
  9. de Baillenx 2013, p. 99.
  10. de Baillenx 2013, p. 36.

Les coqs landais

  1. Laborde 2015, p. 47, 53.
  2. a b et c Laborde 2015, p. 109-113.
  3. Laborde 2015, p. 426, 456, 477, 486, 490.
  4. Laborde 2015, p. 397-405.
  5. Laborde 2015, p. 523-528.
  6. a b et c Laborde 2015, p. 293-298.
  7. Laborde 2015, p. 15-20.
  8. Laborde 2015, p. 98-103.
  9. Laborde 2015, p. 237-242.
  10. Laborde 2015, p. 42.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. La société anonyme est officiellement déclarée en tant que Union sportive Dax rugby Landes.
  3. Pour le championnat 1931-1932, l'US Dax n'est présente ni en division Honneur, ni en Excellence[2],[3].
  4. La Coupe Frantz-Reichel est l'équivalent du championnat de France en catégorie junior.
  5. Deux années plus tard, le RC Narbonne dépasse l'US Dax au bilan du nombre de sacres.
  6. Parmi les différentes versions ayant conduit à ce surnom pour le club du FC Grenoble, l'une des principales est liée à l'entraîneur de l'US Dax de l'époque. Après le quart de finale de 1992 ayant opposé les deux équipes, René Bénésis aurait ainsi déclaré devant les journalistes après la défaite des Dacquois : « Que vouliez-vous qu'on fasse face à une équipe de mammouths comme Grenoble ? »[19].
  7. a et b Depuis la professionnalisation du rugby à XV en France en 1995, le club s'est jusque là maintenu en division professionnelle, évoluant soit en 1re division, soit en 2de division. Avant 1995 et depuis l'après-guerre, il évoluait en 1re division du championnat de France.
  8. Nom initial du Challenge européen.
  9. La finale 1957 s'étant achevée sur un match nul, le titre est revenu à l'US Dax au bénéfice de l'âge.
  10. La date exacte n'est pas connue avec exactitude. Un article datant du atteste à cette date l'utilisation de l'appellation stade Maurice-Boyau[128].
  11. Ce classement n'inclut pas les clubs promus de Fédérale 1 en Pro D2 au terme de la saison concernée, dont l'évaluation ne peut pas être effectuée compte tenu du cahier des charges.
  12. La double qualification designe la signature d'un contrat professionnel accompagné de l'obtention d'un diplôme scolaire.
  13. Décompte de sélections et de points marqués stoppé à l'ouverture du championnat de France. Seules les sélections en équipe nationale senior sont indiquées ; les sélections en catégorie de jeunes et avec les réserves des équipes nationales sont ainsi exclues.
  14. Le cas échéant, l'année supplémentaire optionnelle est indiquée entre parenthèses.
  15. A évolué au moins une saison au centre de formation ou en équipe junior.
  16. L'année exacte de l'arrivée au club est inconnue. Simon Garrouteigt intègre le centre de formation en 2015.
  17. Club précédent non communiqué.
  18. Le numéro d'international précède le nom de chaque joueur. Entre parenthèses, l'année de sa première sélection internationale.
  19. Pierre Mignoni est international de 1997 à 2007, mais n'a joué aucune rencontre internationale pendant qu'il évoluait en club à l'US Dax, durant la saison 2000-2001.
  20. a b et c Jacques Mazoin occupe le poste de 1973 à 1977 d'après la revue Le Temps des médias[245] ; Jean-Claude Lasserre occupe néanmoins le poste pendant la saison 1973-1974 à la suite du départ de Jean Desclaux vers l'équipe de France d'après l'ouvrage Les coqs landais[c 9].
  21. Sauf indication contraire, les périodes d'exercice débutent le et se terminent le .
  22. Claude Dufau occupe le poste de 1978 à 1980 d'après le Midi olympique[246] ; Jean-Louis Bérot occupe néanmoins le poste pendant la saison 1979-1981 d'après l'ouvrage Les coqs landais[c 6].
  23. Le poste occupé est directeur sportif de l'ensemble des sections rugby du club.
  24. a et b Le poste occupé est entraîneur en chef.
  25. Le poste occupé est entraîneur des avants.
  26. Le poste occupé est entraîneur de la mêlée.
  27. a b c d e f g et h Comptabilisée sur la phase régulière du championnat de France uniquement.
  28. a b c et d Sont pris en compte les abonnements « grand public », les abonnements partenaires et « VIP », et les abonnements licenciés.
  29. L'affluence de la saison 2019-2020 est comptabilisée sur 8 matchs de la phase régulière plutôt que 11 matchs, étant donné l'arrêt de la compétition lié à la pandémie de Covid-19 en France[80].

Rapports DNACG[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e DNACG, « Rapport DNACG 2010 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  2. a b c d et e DNACG, « Rapport DNACG 2011 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  3. a b c d et e DNACG, « Rapport DNACG 2012 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  4. a b c d et e DNACG, « Rapport DNACG 2013 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  5. a b c d et e DNACG, « Rapport DNACG 2014 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  6. a b c et d DNACG, « Rapport DNACG 2015 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  7. a b c d et e DNACG, « Rapport DNACG 2016 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  8. a et b DNACG, « Rapport DNACG 2017 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  9. a et b DNACG, « Rapport DNACG 2018 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  10. DNACG, « Rapport DNACG 2019 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).

Média guide LNR[modifier | modifier le code]

  1. « Média guide 2010-2011 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  2. « Média guide 2011-2012 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  3. « Média guide 2012-2013 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  4. « Média guide 2013-2014 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  5. « Média guide 2014-2015 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  6. « Média guide 2015-2016 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  7. a b c et d « Média guide 2016-2017 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « La dissidence à Dax », Le Miroir des sports, no 615,‎ , p. 222 (lire en ligne).
  2. (en + it) « Excellence 1931/32 », sur rugbyarchive.net (consulté le ).
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab et ac (en + it) « Dax », sur rugbyarchive.net (consulté le ).
  4. Henri Letribrun, « On les requalifie et... ils sont aux « treize » », Paris-Soir, no 4020,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  5. Marcel de Laborderie, « Les avants bordelais préparent la victoire et le S.B.U.C. bat Dax par 17 à 5 », Le Miroir des sports,‎ (lire en ligne).
  6. « Fiche Match Stade Toulousain-Dax 16-6 », sur stadetoulousain.fr (consulté le ).
  7. « Stadium Municipal, Toulouse, 3 juin 1956 », sur lnr.fr, (consulté le ).
  8. R. E., « Un jour - une finale : 1956, Lourdes sans pitié pour Dax », L'Équipe, (consulté le ).
  9. « Stade de Gerland, Lyon, 28 mai 1961 », sur lnr.fr, (consulté le ).
  10. Nicolas Morin, « Sport légende > Bayonne/Biarritz, Dax/Mont-de-Marsan, les finales des frères ennemis de l'ovale », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  11. « Stade Municipal, Parc Lescure, Bordeaux, 2 juin 1963 », sur lnr.fr, (consulté le ).
  12. R. E., « Un jour - une finale : 1963, Mont-de-Marsan sacré sans grâce », L'Équipe, (consulté le ).
  13. « Trois joueurs de rugby Carrère, Othats et Raymond Albaladejo trouvent la mort dans un accident », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. Maxime Brossard, « La plus violente, la plus prolifique, la plus prestigieuse... historique des finales du championnat », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  15. « Stadium Municipal, Toulouse, 22 mai 1966 », sur lnr.fr, (consulté le ).
  16. R. E., « Un jour - une finale : 1966, Agen fait fort face à Dax », L'Équipe, (consulté le ).
  17. « Stadium Municipal, Toulouse, 20 mai 1973 », sur lnr.fr, (consulté le ).
  18. « Sa dernière mi-temps », L'Humanité, (consulté le ).
  19. Nicolas Zanardi, « En 1993, les mammouths grenoblois victimes d'une polémique en finale », Midi olympique, (consulté le ).
  20. (fr + en) « Dax », sur epcrugby.com (consulté le ).
  21. a b c d et e J.-B. Abadie, « Dax veut retrouver son prestige », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  22. a et b « Frédéric Larrieu entraîneur de Dax », Libération, (consulté le ).
  23. « Bayonne: cent ans et toujours bleu », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  24. « Roman d'un club - Auch : la tournée des grands ducs », Midi olympique, (consulté le ).
  25. Bruno Vincens, « Albi dans l'ascenseur », L'Humanité, (consulté le ).
  26. « Pro D2: l'heure des demis », Libération, (consulté le ).
  27. « Pro D2. La finale Dax - La Rochelle à Bordeaux », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  28. Ph. A., « Finale de Pro D2. Jean-Louis Bérot : « Nous avons tout à gagner » », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  29. Mathieu Idiart, « Dax retrouve l'élite », Le Figaro, (consulté le ).
  30. a b c et d Jean-Louis Aragon, « L'US Dax, pépinière du rugby français, peine dans le Top 14 », Le Monde, (consulté le ).
  31. Jean-François Paturaud, « « On marche sur l'eau » », sur rugby365.fr, (consulté le ).
  32. « Dax inspiré par Lièvremont », sur epcrugby.com, (consulté le ).
  33. « Albi: Relégation confirmée », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  34. « Bilan: US Dax », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  35. Baptiste Le Beux, « Présentation saison 2011-2012, Cédric Béal (Dax) : « L’objectif humain est primordial » », sur lnr.fr, (consulté le ).
  36. Aurélia Mouraud, « Malgré la défaite à Grenoble, David Darricarrère, l'entraîneur de Dax, est fier de ses joueurs », sur mercato365.com, (consulté le ).
  37. « Dax veut y croire », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  38. Benjamin Ferret, « Les revanchards de l'US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  39. « Rugby : pas de miracle pour l'US Dax, reléguée en Fédérale 1 », Sud Ouest, (consulté le ).
  40. Victor Daguin, « Dax officiellement relégué en Fédérale 1 pour la première fois de son histoire », sur lerugbynistere.fr, (consulté le ).
  41. Olivier Bonnefon, « US Dax : une reprise anticipée sans entraîneur », Sud Ouest, (consulté le ).
  42. « Rugby : la fusion basque enterrée avec les espoirs de l’US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  43. Clément Mazella, « Lille croyait voir la Pro D2, la DNACG lui brise son rêve », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  44. « Pro D2 - Lille va faire appel de la décision de la DNACG qui lui refuse la montée », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  45. « La FFR refuse en appel la Pro D2 au club de Lille », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  46. Clément Mazella, « Pro D2 - Lille: Le tribunal administratif rendra son verdict jeudi après-midi », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  47. « Le comité directeur de la LNR se réunira demain suite au rejet du référé du LMR », sur lnr.fr, (consulté le ).
  48. Fabien Pomiès, « Fin du rêve pour Lille, c'est Dax qui devrait évoluer en Pro D2 », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  49. Clément Mazella, « Pro D2 - Dax officiellement repêché en Pro D2 par la LNR », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  50. AFP, « Pro D2: Deux matches reportés en attendant une décision pour Lille », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  51. « 11e journée Pro D2 - Biarritz et Béziers en démonstration, Dax, Albi et Colomiers voyagent bien », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  52. Benjamin Ferret, « Rugby : quand l'US Dax savait voyager... », Sud Ouest, (consulté le ).
  53. Maxime Brossard, « Pro D2 - Les 5 bonnes raisons de suivre la 29e journée », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  54. « Pro D2 - 30e journée : Béziers et Perpignan ratent le coche, Dax se sauve », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  55. Denis Gibert, « Pro D2 -Véritable surprise du début de saison, Dax a gagné à ne rien changer », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  56. « Dax a saisi sa chance », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  57. Alexia Chartral, « L'USD l'a bien mérité », Sud Ouest, (consulté le ).
  58. « 29e journée Pro D2 - Dax maintenu, Oyonnax titré et un trio encore à la lutte pour le maintien », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  59. « La dernière ligne droite de Pro D2 est lancée », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  60. « Bayonne assure l'essentiel, Carcassonne continue sa folle remontée... les résultats de la soirée », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  61. Sylvain Lapique, « Pro D2 : Dax a un pied en Fédérale », Sud Ouest, (consulté le ).
  62. Jean-Marie Llense, « Pro D2 - Les Biterrois envoient quasiment Dax en Fédérale 1 », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  63. a et b Thibault Perrin, « Pro D2 - Démission du directoire, joueurs en fin de contrat, quel avenir pour Dax ? », sur lerugbynistere.fr, (consulté le ).
  64. Sylvain Lapique, « US Dax : reprise en eaux troubles », Sud Ouest, (consulté le ).
  65. Kévin Leroy, « Ni entraîneurs, ni recrues : à quoi joue l'US Dax ? », Sud Ouest, (consulté le ).
  66. Sylvain Lapique, « US Dax : "On avait les moyens de se maintenir", explique l’ailier Jean-Matthieu Alcade », Sud Ouest, (consulté le ).
  67. Thomas Vinclair, « Rugby : l'US Dax tient, enfin, ses premières recrues », Sud Ouest, (consulté le ).
  68. « Rugby : les Landais réunis en Fédérale 2… mais pas de derby en Fédérale 1 », Sud Ouest, (consulté le ).
  69. Thomas Loisel, « Rugby : une sixième victoire de rang envoie l’US Dax en quart de finale », Sud Ouest, (consulté le ).
  70. Audrey Dumain, France Bleu Gascogne, « Fédéral 1 : Dax ne parvient pas à vaincre Rouen, l'ogre normand », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  71. Renaud Biondi-Maugey, France Bleu Gascogne, « Rugby : fin de saison pour l'US Dax », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  72. Paul Ferrier, France Bleu Gascogne, « Rugby : L'US Dax et l'US Tyrosse dans la même poule de fédérale 1 la saison prochaine », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  73. Paul Ferrier, France Bleu Gascogne, « Derby des Landes : L'US Tyrosse sous pression, l'US Dax minimise », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  74. B. F., « Rugby – Fédérale 1 : la composition de l’US Dax pour la réception du SJLO », Sud Ouest, (consulté le ).
  75. « Vidéo. Fédérale 1 : l’analyse du demi de mêlée de Dax, Sylvère Reteau, avant le déplacement à Nantes », Sud Ouest, (consulté le ).
  76. « Coronavirus. Rugby : en Fédérale 1, le derby entre Dax et Tyrosse se jouera à huis clos », Sud Ouest, (consulté le ).
  77. « Coronavirus dans les Landes : événements reportés ou annulés et fermetures de lieux publics », Sud Ouest, (consulté le ).
  78. Sylvain Muzeau, « La FFR suspend l’ensemble de ses compétitions, rassemblements et entraînements », sur ffr.fr, (consulté le ).
  79. AFP, « La FFR décide de l'arrêt définitif de la saison des championnats amateurs », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  80. a et b Bastien Mathieu, « COVID-19 : arrêt des compétitions de rugby amateur pour la saison 2019-2020 », sur ffr.fr, (consulté le ).
  81. Julien Damestoy, « Fédérale 1. Coup d’éclat, déception, bruits de couloir... Le debrief de la poule 4 », sur actu.fr, (consulté le ).
  82. Stéphane Garcia, « Rugby : « frustrant, mais compréhensible » après l'arrêt des championnats amateurs », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  83. Sylvain Muzeau, « Nationale : Tremplin vers l’élite », sur ffr.fr, (consulté le ).
  84. Valérie Mosnier, Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne, « Rugby : la Nationale avec l'US Dax », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  85. Maxime Klein, « Sondage. Rugby/Nationale : l’US Dax va-t-elle se qualifier pour les phases finales ? », Sud Ouest, (consulté le ).
  86. Julie L'Hostis, « US Dax : un membre du club testé positif au Covid-19 », Sud Ouest, (consulté le ).
  87. « Programme de la semaine », sur usdax.fr, (consulté le ).
  88. Paul Ferrier, France Bleu Gascogne, « US Dax : le premier match de la saison contre Narbonne reporté », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  89. Maxime Klein, « Rugby : deux tiers de l’effectif de Massy positifs au Covid-19, le match à Dax reporté », Sud Ouest, (consulté le ).
  90. Paul Ferrier, France Bleu Gascogne, « Coronavirus : saison suspendue pour l'US Dax et l'US Tyrosse », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  91. Eric Dubuis, « Nationale : le RC Narbonne entre inquiétude et interrogation », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  92. Clément Mazella, « Nationale. Le championnat va reprendre le 10 janvier, avec une formule revue », sur actu.fr, (consulté le ).
  93. Thomas Larroquette, « Nationale. Dax : « Le seul danger qui peut nous arriver c'est de se qualifier », confie Benoît August », sur actu.fr, (consulté le ).
  94. Paul Ferrier, France Bleu Gascogne, « US Dax : « il reste une chance » pour la qualification avant le déplacement à Cognac », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  95. a et b Maxime Klein, « US Dax rugby : retour sur les moments clés de la saison », Sud Ouest, (consulté le ).
  96. Philippe Bregowy, « Rugby : Battue sur le fil, l’US Dax tire un trait sur les demi-finales », Sud Ouest, (consulté le ).
  97. Julie L'Hostis, « US Dax : que se passe-t-il dans la tête des joueurs dacquois ? », Sud Ouest, (consulté le ).
  98. Lohan Benaati, « Rugby/US Dax : « Il faut qu’on arrive à plus se libérer », estime Adrien Ayestaran », Sud Ouest, (consulté le ).
  99. Jean-Louis Hugon, « Histoires de rugby au lycée Victor-Duruy », Sud Ouest, (consulté le ).
  100. « Dax pas à pas 2012 », sur dax-tourisme.com (consulté le ).
  101. a et b Michel Gardère, « Une guéguerre qui n'en finit pas », Le Point, (consulté le ).
  102. Laborde 2012, p. 26.
  103. Pierre Ammiche, 1000 maillots de rugby, Paris, Éditions de La Martinière, , 251 p. (ISBN 978-2-7324-7151-8), p. 157.
  104. a et b « Histoire des maillots de l'US Dax », sur histoire.maillots.free.fr (consulté le ).
  105. a b et c « Dax-Stade, le 16 novembre 1997 », sur archives.stadetoulousain.fr, (consulté le ).
  106. a et b Dave Rogers, « Richard Dourthe of Dax in action during the Heineken European cup match between Benneton Trevisio and Us Dax at Trevisio in France », sur gettyimages.fr, (consulté le ).
  107. a et b Dave Rogers, « Oliver Roumat of Dax waits for the lineout during the Heineken European cup match between Benneton Trevisio and Us Dax at Trevisio in France », sur gettyimages.fr, (consulté le ).
  108. [vidéo] Canal+ Sport, Late Rugby Club - Bègles Bordeaux / Dax - sur YouTube, (consulté le ).
  109. Pierre Ammiche, 1000 maillots de rugby, Paris, Éditions de La Martinière, , 251 p. (ISBN 978-2-7324-7151-8), p. 180.
  110. a et b Warren Little, « Al Charron of Dax wins the line out ball during the Parker Pen Shield match between London Irish and Dax at the Madejdski Stadium, Reading », sur gettyimages.fr, (consulté le ).
  111. a et b Warren Little, « Referee Mr Stefano Mancini controls the scrum during the Parker Pen Shield match between London Irish and Dax at the Madejdski Stadium, Reading », sur gettyimages.fr, (consulté le ).
  112. a et b Warren Little, « Kevin Barrett of London Irish swamps his opposite number Juan-Manuel Queirolo of Dax during the Parker Pen Shield match between London Irish and Dax at the Madejdski Stadium, Reading », sur gettyimages.fr, (consulté le ).
  113. « Le club éco-citoyen », sur usdax.fr (consulté le ).
  114. « Nouveau logo pour l'U.S.Dax rugby Landes », sur usdax.wordpress.com, (consulté le ).
  115. (en) « Dax 24 - Leinster 5 », sur irishrugby.ie, (consulté le ).
  116. « Ravi d'être impliqué », sur fetesdedax.blogs.sudouest.fr, (consulté le ).
  117. (en) « Bristol narrowly beaten in Dax », sur bristolrugby.co.uk, (consulté le ).
  118. Benjamin Ferret, « US Dax : Revue d'effectif à attendre face au Racing-Métro », Sud Ouest, (consulté le ).
  119. « Programme de l'intersaison », sur usdax.fr, (consulté le ).
  120. « Matchs amicaux intersaison 2013/2014 », sur section-paloise.com, (consulté le ).
  121. Benjamin Ferret, « Trois matches amicaux cet été pour l'US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  122. « Feria de Dax : le derby des Landes au menu », Sud Ouest, (consulté le ).
  123. Fabien Pomiès, « Pire que Clermont : ces clubs maudits sont allés en finale sans jamais décrocher le titre », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  124. Pierre-Michel Bonnot, « La tournée du facteur ? », L'Équipe, (consulté le ).
  125. a et b « Dossier de presse : Finale Pro D2 | Bordeaux 2012 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  126. « Challenge Yves Dumanoir et Coupe de France », sur spiritrugby.com (consulté le ).
  127. « Musée du Stade toulousain », sur archives.stadetoulousain.fr (consulté le ).
  128. a et b A. G., « Les épreuves et les vedettes de la semaine », Le Miroir des sports, no 355,‎ , p. 211 (lire en ligne).
  129. a et b Laborde 2012, p. 131.
  130. a et b D'après l'avis d'homologation du affiché à l'entrée du stade.
  131. Audrey Ludwig, « Dax : Une « étape importante » pour le projet du stade », Sud Ouest, (consulté le ).
  132. Audrey Ludwig, « Dax : recours contre le projet commercial du stade », Sud Ouest, (consulté le ).
  133. Éric Ballanger, France Bleu Gascogne, « Il n'y a plus d'obstacle pour le grand stade de Dax », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  134. Olivier Bonnefon, « Malgré l'US Dax en Fédérale 1, le complexe stadium Maurice-Boyau est toujours d’actualité », Sud Ouest, (consulté le ).
  135. Olivier Bonnefon, « Mairie de Dax : Elisabeth Bonjean devrait succéder à Gabriel Bellocq ce lundi soir », Sud Ouest, (consulté le ).
  136. Arthur Tirat, « L'US Dax s'entraînera à Colette-Besson », Sud Ouest, (consulté le ).
  137. Sylvain Lapique, « Dax : un nouveau Maurice-Boyau à l'étude », Sud Ouest, (consulté le ).
  138. Sylvain Lapique, « Dax : le nouveau stade Maurice-Boyau verra-t-il le jour ? », Sud Ouest, (consulté le ).
  139. Faustine Mauerhan, France Bleu Gascogne, « Le plan de financement du futur nouveau stade Maurice Boyau voté à Dax », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  140. Thomas Jonckeau, « Vidéo. US Dax : la tribune de face détruite au stade Maurice-Boyau », Sud Ouest, (consulté le ).
  141. « La tribune du stade Maurice Boyau est livrée », sur dax.fr, (consulté le ).
  142. « La nouvelle tribune du stade Maurice Boyau déjà opérationnelle, a été inaugurée hier. », sur facebook.com/villededax, (consulté le ).
  143. a et b D'après l'arrêté 2019-0401 d'homologation en date du .
  144. Jean-Louis Hugon, « La marque Landes », Sud Ouest, (consulté le ).
  145. Pierre Sabathié, « Un club fédérateur pour les entreprises », Sud Ouest, (consulté le ).
  146. Thibaut Le Gal, « Sur le terrain d'entente », Sud Ouest, (consulté le ).
  147. Benjamin Ferret, « Herm dépeuplé », Sud Ouest, (consulté le ).
  148. « Les Pachys et l'US Dax », sur tv-sports.eu, (consulté le ).
  149. « Les équipements du Stade Colette Besson », sur dax.fr, (consulté le ).
  150. a et b « Herm-Dax : l'indispensable ralliement ? », Midi olympique, (consulté le ).
  151. a b et c Olivier Bonnefon, « Rugby féminin : les Pachys d'Herm c’est fini, vive les Pachys de l’US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  152. Gérard Piffeteau, « Fédérale 1 féminine : un avenir à construire », Midi olympique, (consulté le ).
  153. a b c d et e Olivier Bonnefon, « Landes : les rugbywomen des Pachys d’Herm sous la bannière de l'US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  154. « Dax > Les Pachys de Herm à Dax », Midi olympique, no 5468,‎ , p. 32 (ISSN 1760-6454).
  155. « Pachys US Dax Rugby Féminin - Publications », sur facebook.com/PachysDHermRugbyFeminin, (consulté le ).
  156. Antoine Poussin, « Fédérale 1. Valence Romans Drôme Rugby, la réussite d'un département », sur lerugbynistere.fr, (consulté le ).
  157. Antoine Poussin, « Espoirs : les affiches des phases finales connues, qui a été relégué ? », sur lerugbynistere.fr, (consulté le ).
  158. a b et c « La DRT s'associe au centre de formation de l'USD », Sud Ouest, (consulté le ).
  159. « Le centre de formation », sur usdax.fr (consulté le ).
  160. Alice Helt, « Le centre de formation obtient le renouvellement de son agrément », sur usdax.fr, (consulté le ).
  161. Thomas Jonckeau, « US Dax Rugby : « Sans structure pro, les jeunes iront voir ailleurs » », Sud Ouest, (consulté le ).
  162. « Centre de formation », sur usdax.fr (consulté le ).
  163. « Le centre de formation », sur usdax.fr (consulté le ).
  164. « Deux universités associées à l’US Dax et son centre de formation », Sud Ouest, (consulté le ).
  165. Thibault Perrin, « Le classement des centres de formation des clubs de Top 14 et de Pro D2 », sur lerugbynistere.fr, (consulté le ).
  166. a et b « Classement 2016/2017 des centres de formation » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  167. Pierrick Ilic-Ruffinatti, « Comment la LNR classe les centres de formation ? », Midi olympique, (consulté le ).
  168. « Centres de formation », sur lnr.fr, (consulté le ).
  169. « Dossier de presse LNR : Reprise de la PRO D2 2013-2014 », sur lnr.fr, (consulté le ).
  170. « Le classement 2017/2018 des centres de formation de Top 14 et Pro D2 », sur lnr.fr, (consulté le ).
  171. « Classement 15/16 des centres de formation », sur lnr.fr, (consulté le ).
  172. a et b Maxime Klein, « Dax-Narrosse : deux étoiles et un goût d’inachevé pour l’école de rugby », Sud Ouest, (consulté le ).
  173. a et b « Association », sur usdax.fr (consulté le ).
  174. « Répertoire », sur cd40.fr (consulté le ).
  175. a b et c Maxime Klein, « Rugby : l'US Dax et le Saint-Paul Sports s'unissent pour garder leurs meilleurs jeunes », Sud Ouest, (consulté le ).
  176. Gérard Piffeteau, « Un Gonzo dans le moteur », Midi olympique vert, no 800,‎ , p. 23.
  177. Christine Lamaison, « Les jeunes rugbymen du Grand Dax, graines de champions », Sud Ouest, (consulté le ).
  178. a et b « U.S. DAX RUGBY », sur journal-officiel.gouv.fr, (consulté le ).
  179. a et b « US DAX RUGBY LANDES », sur societe.com (consulté le ).
  180. a b et c François-Pierre Noël, France Bleu Gascogne, « Benoît August, nouveau président de l'US Dax », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  181. « Dax : William Rebeyrotte à la tête de l'USD amateur », Sud Ouest, (consulté le ).
  182. « Le club », sur usdax.fr (consulté le ).
  183. « Staff », sur usdax.fr (consulté le ).
  184. Ph. A., « Finale de Pro D2. Jean-Louis Bérot : « Nous avons tout à gagner » », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  185. « Dossier de presse LNR : Reprise de la PRO D2 2014-2015 » [PDF], sur lnr.fr, (consulté le ).
  186. Thomas Jonckeau, « US Dax : « Il faut montrer qu'on ne lâche rien », dit Ponteins », Sud Ouest, (consulté le ).
  187. Paul Ferrier, France Bleu Gascogne, « US Dax : le président Benoît August confirme le retour d’un pilier », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  188. Maxime Klein, « US Dax : « Si on doit continuer, il faut que les instances nous aident », clame Benoît August », Sud Ouest, (consulté le ).
  189. Julie L'Hostis, « Faire rimer expérience avec constance », Sud Ouest, édition Landes, no 23939,‎ , p. 28.
  190. a et b « Diaporama sur la carrière de Fabien Pelous », sur sport24.com, (consulté le ).
  191. « Canterbury, nouvel équipementier de l'US Dax », sur sportstrategies.com, (consulté le ).
  192. Bruno Fraioli, « Canterbury veut plaquer Nike et Adidas », Stratégies, (consulté le ).
  193. « Un nouvel équipementier pour l'US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  194. « Dax s'engage avec Adidas », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  195. « Ils joueront en noir », Sud Ouest, édition Dax/Sud-Landes, no 23006,‎ , p. 32 (ISSN 1760-6454).
  196. Olivier Bonnefon, Pascal Rabiller, « Un milliard pour la DRT ! », Sud Ouest, édition Dax/Sud-Landes, no 22766,‎ , p. 15 (ISSN 1760-6454).
  197. Benjamin Ferret, « Oublier la frustration. Un groupe de 25 joueurs », Sud Ouest, (consulté le ).
  198. Olivier Bonnefon, « Dax : Calicéo devient Sourcéo et affiche ses ambitions », Sud Ouest, (consulté le ).
  199. Christine Morice, « Bruges : le centre de remise en forme aquatique Calicéo prépare son ouverture », Sud Ouest, (consulté le ).
  200. Charles Knappek, « Vocalcom rejoint les partenaires principaux de l’US Dax », sur sportstrategies.com, (consulté le ).
  201. Benjamin Ferret, « Le projet commercial du stade se poursuit », Sud Ouest, (consulté le ).
  202. « Le Lounge et Calicéo, partenaires majeurs de l'U.S.Dax », sur usdax.fr, (consulté le ).
  203. « Partenaires de la saison 2017-2018 du club », sur usdax.fr (consulté le ).
  204. Paul Ferrier, France Bleu Gascogne, « US Dax : l'espoir Benoît August et l'appel du porte monnaie », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  205. a b c d e f g h i et j Union sportive Dax rugby Landes, « Dax - Chambéry », Dax Mag,‎ , p. 10 (lire en ligne, consulté le ).
  206. « Partenaires de la saison 2020-2021 du club », sur usdax.fr (consulté le ).
  207. Nicolas Morin, « Deux cents euros pour être sur le maillot de Dax lors du derby des Landes », sur aquitaine.france3.fr, (consulté le ).
  208. a et b Olivier Bonnefon, « L'US Dax met son short aux enchères », Sud Ouest, (consulté le ).
  209. Alexandre Bailleul, « Sponsoring – Devenez sponsor maillot du SC Bastia pour 240€ contre le PSG ! », sur sportbuzzbusiness.fr, (consulté le ).
  210. Alexia Chartral, « Sponsoring participatif : qui veut figurer sur le maillot de l'US Dax ? », Sud Ouest, (consulté le ).
  211. Rémy Larrouy, « U.S.Dax Rugby Landes – Opération sponsoring participatif », sur sportsland.fr, (consulté le ).
  212. a b c d et e « Les groupes de supporters de l'U.S.Dax Rugby Landes », sur usdax.fr (consulté le ).
  213. Christine Lamaison, « US Dax : Deux associations pour un même maillot », Sud Ouest, (consulté le ).
  214. a et b Olivier Bonnefon, « US Dax : à quoi ressemble la nouvelle mascotte de l'équipe ? », Sud Ouest, (consulté le ).
  215. a et b Sylvain Lapique, « Mascottes de Dax et Bordeaux-Bègles : qui a copié qui ? », Sud Ouest, (consulté le ).
  216. a et b Aymeric Auberger, « Le club de rugby de Dax invente Environne-Man », La Tribune, (consulté le ).
  217. Benjamin Ferret, « Torito, la nouvelle recrue de l'US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  218. « Joueurs », sur usdax.fr (consulté le ).
  219. a et b « Publication de U.S.DAX RUGBY LANDES », sur facebook.com/usdaxrugbylandes, (consulté le ).
  220. a b et c Richard Marquet, « Rugby (Nationale) : l'US Dax officialise trois nouvelles recrues », Sud Ouest, (consulté le ).
  221. J. L'H., « Rugby/Nationale : blessé à son arrivée au club, Bolakoro officiellement dacquois », Sud Ouest, (consulté le ).
  222. a b c d et e Maxime Klein, « US Dax : le troisième ligne Alex Tulou signe pour une saison », Sud Ouest, (consulté le ).
  223. Julie L'Hostis, « US Dax : un pilier tongien arrive dans les Landes », Sud Ouest (consulté le ).
  224. a b et c Maxime Klein, « US Dax : Aletti, Gatelier et Ferrer prolongent », Sud Ouest, (consulté le ).
  225. a b et c Maxime Klein, « US Dax : August va prolonger, Dias et Renaud quittent le club », Sud Ouest, (consulté le ).
  226. a b c et d Maxime Klein, « US Dax : Auzqui prolonge, sept départs officialisés », Sud Ouest, (consulté le ).
  227. « Felipe Berchesi prolonge ! », sur usdax.fr, (consulté le ).
  228. a b et c Maxime Klein, « US Dax : Curutchet, Prat et Delai prolongent », Sud Ouest, (consulté le ).
  229. a b et c Maxime Klein, « Rugby : trois prolongations actées à l’US Dax en vue de la saison prochaine », Sud Ouest, (consulté le ).
  230. a b c et d Maxime Klein, « US Dax : Stéphane Barbéréna va quitter le club », Sud Ouest, (consulté le ).
  231. Maxime Klein, « Rugby. Jack Isaac prolonge l’aventure avec l'US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  232. a et b Maxime Klein, « US Dax : Loiret reste dans les Landes », Sud Ouest, (consulté le ).
  233. a et b Maxime Klein, « US Dax : Pisano et Pilati poursuivent l’aventure », Sud Ouest, (consulté le ).
  234. Mathieu Vich, « Lot-et-Garonne. Deux nouvelles recrues à l'US Marmande, dont une ancienne pépite du SU Agen », sur actu.fr, (consulté le ).
  235. « Publication de US Marmande Rugby », sur facebook.com/usmarmande, (consulté le ).
  236. Simon Galinier, « Stade Toulousain, La Rochelle, UBB, Béziers... Les dernières infos sur le marché des transferts », sur actu.fr, (consulté le ).
  237. Maxime Klein, K. L., « Rugby : Pierre Lassus, de l’US Dax au Stade Montois », Sud Ouest, (consulté le ).
  238. « Castelsarrasin. Premiers recrutements pour la saison prochaine », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  239. Simon Galinier, « Transfert. En fin de contrat à Lyon, Alex Tulou devient entraîneur-joueur en Nationale ! », sur actu.fr, (consulté le ).
  240. « Vincent Pomme », sur competitions.ffr.fr (consulté le ).
  241. Bernard Bocquenet, « Hagetmau : un nouveau règlement, des poules et des recrutements », Sud Ouest, (consulté le ).
  242. « Théo Sentucq troisième recrue de l'UCS », Charente libre, (consulté le ).
  243. @usdaxrugby, « Pour des raisons familiales que le club a compris, Senio Toleafoa ne sera pas Dacquois la saison prochaine ! Bonne continuation Senio », sur Twitter, .
  244. Arnauld Bernard, « Dax : à 97 ans, Roger Ducournau s'en est allé », Sud Ouest, (consulté le ).
  245. Hubert Cahuzac, Guy Lochard et Joris Vincent, « Le rugby n'est pas devenu un sport national grâce à la télévision ! », Le Temps des médias, vol. 9, no 2,‎ , p. 121-136 (lire en ligne).
  246. a et b Laurent Travini, « Mon destin est lié à l'USD... », Midi olympique,‎ (lire en ligne).
  247. « Le TPR repart à l'assaut du Top 16 », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  248. Jean-François Paturaud, « Dax : Marc Lièvremont nommé entraîneur la saisaon prochaine », sur rugby365.fr (consulté le ).
  249. « Dax lui dit au-revoir », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  250. « Dax : Thomas Lièvremont entraîneur », sur rugby365.fr (consulté le ).
  251. « Dax: Mazas avec Lièvremont », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  252. « Top 14. Dax veut confirmer face à Biarritz », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  253. « Coyola et Frédéric Garcia, nouveaux entraîneurs de Dax », Le Parisien, (consulté le ).
  254. « Roumat démissionne », L'Équipe, (consulté le ).
  255. Jefferson Desport, « US Dax : Coyola n'entraînera plus l'équipe première », Sud Ouest, (consulté le ).
  256. Benjamin Ferret, « David Darricarrère arrive à l'US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  257. Audrey Ludwig, « Un accord entre Manas et Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  258. Gilbert Ponteins, « Communiqué de presse », sur usdax.fr, (consulté le ).
  259. Benjamin Ferret, « Avant Auch - Dax : « C’est Richard le patron » », Sud Ouest, (consulté le ).
  260. Nicolas Espitalier, « Richard Dourthe, futur manager de l'US Dax : "Ça me manquait" », Sud Ouest, (consulté le ).
  261. a et b Benjamin Ferret, « L'US Dax va modifier son staff sportif », Sud Ouest, (consulté le ).
  262. Benjamin Ferret, « Un travail sur le fond », Sud Ouest, (consulté le ).
  263. « La saison 2014/2015 commence demain... », sur usdax.fr, (consulté le ).
  264. Edmond Lataillade, « Rugby : Marc Dal Maso en renfort pour sauver Dax », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  265. Benjamin Ferret, « Richard Dourthe à l'US Dax, c'est terminé », Sud Ouest, (consulté le ).
  266. Benjamin Ferret, « Le futur président de l'US Dax annonce la nomination de Jérôme Daret comme directeur sportif », Sud Ouest, (consulté le ).
  267. Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne, « Rugby. Dax en marche avant... », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  268. France Bleu Gascogne, « Un nouveau coach à l'US Dax », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  269. Maxime Gil, « Jérôme Daret nouvel entraîneur de l'équipe de France », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  270. Rachel Garrat-Valcarcel, « US Dax : Raphaël Saint-André prend le poste de manager », Sud Ouest, (consulté le ).
  271. Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne, « Rugby : Dax cherche entraîneurs... pas désespérément ! », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  272. « US Dax : Frédéric Tauzin entraîneur en chef, Emmanuel Maignien entraîneur des avants », Sud Ouest, (consulté le ).
  273. « Benoit August nommé conseiller du président de l’US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  274. Julie L'Hostis, « Fédérale 1 : Benoît August fait son entrée dans le staff de l’US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  275. Julie L'Hostis, « US Dax : Stéphane Barbéréna arriverait en renfort », Sud Ouest, (consulté le ).
  276. « Staff », sur usdax.fr, (consulté le ).
  277. Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne, « Rugby - Fédérale 1 : Frédéric Tauzin et l'US Dax c'est fini », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  278. Arnauld Bernard, « US Dax : le staff officialisé, les joueurs qui prolongent également », Sud Ouest, (consulté le ).
  279. Maxime Klein, « Rugby. Jack Isaac prolonge l’aventure avec l’US Dax », Sud Ouest, (consulté le ).
  280. Ramon, « Grande activité à l'U.S.Dacquoise », L'Auto, no 12709,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  281. « US Dax - Histoire du club : 2000-2009 », sur allezdax.com, (consulté le ).
  282. « US Dax: Gilbert Ponteins va laisser la présidence à Alain Pecastaing », sur rugbyrama.fr, (consulté le ).
  283. Julien Grousset, « Le futur président de l'US Dax s'attend à « un challenge excitant » », Sud Ouest, (consulté le ).
  284. Sylvain Lapique, « Rugby : Jean-Christophe Goussebaire claque la porte de l'US Dax et s'explique », Sud Ouest, (consulté le ).
  285. Émilie Dudon, « Celhay : « Le budget baissera l'an prochain » », Midi olympique, (consulté le ).
  286. Sylvain Lapique, « US Dax : Gilbert Ponteins reprend les commandes », Sud Ouest, (consulté le ).
  287. a b c d e f g h i j k et l « US Dax : Stade Maurice Boyau & Affluences », sur surlatouche.fr, (consulté le ).
  288. « Historique des saisons de l'US Dax », sur rugbystats.fr (consulté le ).
  289. « Affluences Fédérale 1 (2018-2019) », sur surlatouche.fr, (consulté le ).
  290. « Affluences Fédérale 1 (2019-2020) », sur surlatouche.fr, (consulté le ).
  291. a et b Jérôme Prevot, « Dax ne veut pas se résigner », Midi olympique magazine, no 218,‎ , p. 50.
  292. « Merci à nos 628 abonné(e)s pour leur soutien ! », Sud Ouest, édition Landes, no 23854,‎ , p. 23.
  293. France Bleu Gascogne, « Bleu Sport », sur sites.radiofrance.fr (consulté le ).
  294. « Magazine de l'US Dax », sur usdax.fr (consulté le ).
  295. « Le premier magazine Dax Ovalie est disponible ! », sur usdax.com, (consulté le ).
  296. « Dax Ovalie », sur dax-ovalie.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]