Saint-Laurent-de-Cerdans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent et Cerdan.
Saint-Laurent-de-Cerdans
Saint-Laurent-de-Cerdans
Saint-Laurent-de-Cerdans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret
Canton Le Canigou
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Vallespir
Maire
Mandat
Louis Caseilles
2014-2020
Code postal 66260
Code commune 66179
Démographie
Gentilé Laurentins, Laurentines
Population
municipale
1 142 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 23′ 12″ nord, 2° 36′ 50″ est
Altitude Min. 382 m – Max. 1 305 m
Superficie 45,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Cerdans

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Cerdans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Cerdans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Cerdans

Saint-Laurent-de-Cerdans est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Laurentins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Laurent-de-Cerdans se situe dans le canton du Canigou et dans l'arrondissement de Céret, sur la rive droite de la vallée du Tech.

Situation de la commune

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Laurent-de-Cerdans[1],[2]
Montferrer Arles-sur-Tech Amélie-les-Bains-Palalda
Le Tech Saint-Laurent-de-Cerdans[1],[2] Maçanet de Cabrenys
(Espagne)
Serralongue Coustouges Albanyà
(Espagne)
par un quadripoint

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 4 508 hectares. L'altitude de Saint-Laurent-de-Cerdans varie entre 382 et 1 305 mètres[3].

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée du sud-est au nord-ouest par la rivière de Saint-Laurent, un affluent de la rive droite du Tech[5], également appelée Quera ou Quère[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-de-Cerdans détient le record de France de pluie en 24 heures avec 1 000 mm tombé le 17 octobre 1940. Au total de cet épisode pluvieux qui a duré 5 jours du 16 au 20 octobre 1940, on a mesuré 1 930 mm[réf. souhaitée].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare de Saint-Laurent-de-Cerdans
Routes

Saint-Laurent-de-Cerdans est traversée du nord au sud par la D 3. Celle-ci rejoint au nord la D 115 qui suit la vallée du Tech et au sud, côté espagnol, la GI-503 en direction de Maçanet de Cabrenys. La D 64 traverse la partie nord-ouest de la commune en direction de l'ouest vers Serralongue.

Train

Un embranchement de la ligne de train d'Arles-sur-Tech à Prats-de-Mollo montait depuis 1913 jusqu'à Saint-Laurent-de-Cerdans. Bien que la ligne ait été fermée en 1937, la gare existe toujours. La voie du train a depuis été remplacée par la route.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Sant Llorenç de Cerdans[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu-dit de Cerdans n'apparaît qu'en 1168 dans l'expression "Le Mas de Cerdans". En effet, Saint-Laurent de Cerdans n'était encore qu'un mas doté d'une église, l'église Saint-Laurent. Le village faisait partie de la paroisse de Sainte-Marie de Coustouges, laquelle dépendait dès 1011 de l'abbaye d'Arles.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la situation frontalière du village en fait une zone d'échanges... illégaux. C'est grâce à la contrebande que vont se développer les industries de l'espadrille et du tissu, industries qui fleurirent jusqu'en 1950.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Le maire Louis Caseilles
Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1947 Guillaume Saquer SFIO Nommé par le comité départemental de libération.
1947 mars 1971 Guillaume Julia PCF Cousin du précédent, conseiller général du Canton de Prats-de-Mollo-la-Preste (1949-1955) et (1959-1973)
mars 1971 mars 1977 Dr Henri Rosé DVD  
mars 1977 juin 1995 Pierre Reynaud PS  
juin 1995 1998 Jean-Jacques Ramon DVD  
mars 2001 mars 2008 Isabelle Quintane[8],[9] PCF  
mars 2008 mars 2014 Jacques Roitg[10] SE  
mars 2014 en cours Louis Caseilles[11] PS Maire de Toulouges de 1977 à 2014

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1424 1470 1515 1553 1709 1720
56 f 42 f 56 f 56 f 21 f 22 f 20 f 180 f 124 f
1730 1765 1767 1774 1789 1790 - - -
251 f 1 000 H 1 747 H 300 f 304 f 1 741 H - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 142 habitants, en diminution de -10,85 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 130 1 157 1 728 1 769 2 130 2 431 2 437 2 672 2 422
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 122 2 173 2 081 2 277 2 362 2 390 2 521 2 722 2 803
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 816 3 023 3 022 2 599 2 677 2 688 2 530 2 275 2 212
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 064 1 992 1 807 1 607 1 489 1 218 1 267 1 281 1 142
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[17] 1975[17] 1982[17] 1990[17] 1999[17] 2006[18] 2009[19] 2013[20]
Rang de la commune dans le département 27 36 47 56 67 68 70 80
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 242 €[22].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Fabrication de sandales. On peut visiter la fabrique de l'Union sandalière (société coopérative de production).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent

Les lieux notables de Saint-Laurent-de-Cerdans sont les suivants[21] :

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Musée d'art et traditions populaires avec une grande salle consacrée à l'industrie de l'espadrille (reconstitution d'une usine de 1929) et une salle consacrée à la "Retirada" (fuite des espagnols républicains en 1939). Dans le même bâtiment il y a l'office du tourisme et un petit cinéma. Cliquez pour accéder à la visite virtuelle de la maison du patrimoine et de la mémoire André Abet.
  • Usine d'espadrille "Création Catalane"[23]
  • Usine "Les Toiles du Soleil". Tissés sur des métiers anciens, les textiles catalans des Toiles du Soleil se vendent jusque dans les boutiques de luxe de Tokyo.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Lannes (1769-1809)  : militaire français, un temps en poste à Saint-Laurent-de-Cerdans ;
  • Laurent Garcias (1779-1859) : homme politique né à Saint-Laurent-de-Cerdans ;
  • Jean Forné (1829-?) : homme politique né à Saint-Laurent-de-Cerdans ;
  • Guillaume Julia (1900-1976) : militant, homme politique et ancien maire de la commune, né à Saint-Laurent-de-Cerdans ;
  • Sauveur Moly (1912-?) : joueur de rugby à XV, champion de France en 1938 avec l'USAP, né à Saint-Laurent-de-Cerdans.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Film tourné en partie à Saint-Laurent de Cerdans :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail - IGN, « Géoportail »
  2. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le 24 août 2013)
  3. Notice Cassini
  4. « Plan séisme »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau (Y0220620) »
  6. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  7. mairesgenweb
  8. I. Quintane a parrainé la candidature de Robert Hue à l'élection présidentielle de 2002, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2002
  9. I. Quintane a parrainé la candidature de Marie-George Buffet à l'élection présidentielle de 2007, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2007
  10. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  11. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  12. L'Indépendant, Saint-Laurent-de-Cerdans : soirée choucroute, 9 février 2013
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  18. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  19. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  20. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  21. a, b, c, d et e Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  22. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  23. http://www.creationcatalane.com/
  24. Jean-Noël Grando, 100 ans de cinéma en Pyrénées-Orientales : Histoires et secrets de tournages, Perpignan, Mare nostrum, , 197 p. (ISBN 978-2-908476-96-5, notice BnF no FRBNF42318117)