Vincent Moscato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moscato (homonymie).
Vincent Moscato
Description de l'image Vincent_Moscato_01-2009.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (50 ans)
à Paris dans le 14e arrondissement (Drapeau : France France)
Taille 1,79 m (5 10)
Surnom Rapetou, Moscatte, Le gros
Position talonneur
Carrière en junior
Période Équipe  
????-1983 UA Gaillac
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1984-1985
1985-1988
1988-1993
1993-1995
1995-1996
1996-1999
SC Albi
SC Graulhet
CA Bègles-Bordeaux
Stade bordelais
CA Brive
Stade français
? (?)
 ? (?)
 ? (?)
 ? (?)
 ? (?)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1991-1992 Drapeau : France France 4 (0)
Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
1999-2001
2001-2002
2003-2004
2006
Paris université club
Métro Racing 92
Paris université club
Paris université club

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 22 janvier 2012.

Vincent Moscato, de son vrai nom Thierry Vincent Moscato[1], est un ancien international de rugby à XV français, né le à Paris dans le 14e arrondissement, évoluant au poste de talonneur (plus rarement pilier gauche), qui débuta à Gaillac et qui fut champion de France en 1991 avec Bordeaux-Bègles et en 1998 avec le Stade français. Il est aujourd'hui animateur radio, comédien et humoriste.

Carrière de rugbyman[modifier | modifier le code]

Formé à l'UA Gaillac, il a été à deux reprises champion de France juniors. Pendant cette période, il rencontre Bernard Laporte.

Il fait ses premiers pas dans l'élite du rugby français dans le club du Sporting Club Albigeois lors de la saison 1984 / 1985 .

A l'automne 1985 il rejoint le Sporting Club Graulhetois où il restera jusqu'en 1988 date de son départ pour Bègles .

Mais se fait connaître à Bordeaux-Bègles, qu'il rejoint en 1988, pour la fameuse première ligne qu'il formait avec ses compagnons Serge Simon et Philippe Gimbert, tous les trois avec le crâne rasé à blanc et surnommés les « Rapetous ». Il est l'un des membres essentiels de la « tortue » béglaise, sorte de maul ou groupé pénétrant intraitable qui brisa plus d'un pack de l'Hexagone lors de la saison 1990-1991 et amena l'équipe de Bègles au titre de champion de France.

À la suite de ce titre, il est sélectionné en équipe de France lors de l'été 1991 face à la Roumanie puis aux États-Unis. Il participe au Tournoi des cinq nations 1992 en battant le pays de Galles mais face à l'Angleterre, il est expulsé pour brutalité à la suite d'une fourchette (doigts dans les yeux) à son adversaire Brian Moore, son compère de première ligne Grégoire Lascubé ayant été lui aussi expulsé toujours pour brutalité cinq minutes plus tôt. Il est alors suspendu huit mois.

Vincent Moscato avait par le passé disputé un combat de boxe contre Yacine Kingbo, dans le cadre de la soirée Nunn-Curry à Bercy en octobre 1990. Il profite de cette suspension pour remettre les gants, disputant neuf combats.

En 1995, il intègre le CA Brive de Patrick Sébastien avec lequel il remporte le challenge Yves du Manoir et atteint la finale du Championnat perdue contre le Stade toulousain. L'année suivante, il accepte de rejoindre le club ambitieux du Stade français Paris promu en seconde division, présidé par Max Guazzini et coaché par Bernard Laporte, son ami et ancien partenaire de Gaillac et de Bègles. Après une saison en seconde division, le club remonte dans l'élite et Vincent Moscato obtient avec ses compères Gimbert et Simon un second titre de champion de France en 1998, il est alors le capitaine. Il est d'ailleurs le premier capitaine d'une équipe à soulever un trophée dans le tout récent Stade de France.

Il fait partie, selon The Times, des 10 joueurs[2] de rugby français les plus effrayants[3],[4].

Après sa carrière en 1999, il commence une carrière d'entraîneur en entraînant le PUC avec Jean Trillo en Fédérale 1 puis il rejoint le Métro Racing 92 en Pro D2 pour la saison 2001-2002. Par la suite, il fera deux retours au PUC en janvier 2003 et en novembre 2005 avec Lionel Marin.

Clubs[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Reconversion[modifier | modifier le code]

Consultant/animateur radio[modifier | modifier le code]

Vincent Moscato
Émissions Super Moscato Show
Radio Sud Radio (2005)
RMC (depuis 2005)
Site internet http://rmcsport.bfmtv.com/dream-team/vincent-moscato/

Au début des années 2000, il occupe un rôle de consultant rugby à France Télévisions[5].

Le , Vincent Moscato devient consultant sur Sud Radio[6].

À la rentrée 2005, il quitte Sud Radio et rejoint RMC en tant que consultant rugby au sein de la « Dream Team RMC ». Il coanime Viril mais Correct avec François Pesenti et Jacques Verdier chaque vendredi de 20 h à 21 h et À vos marques avec Yann Lavoix et Sarah Pitkowski tous les samedis matins de 10 h à midi.

Dès septembre 2006, Vincent Moscato présente une libre antenne consacrée à tous les sports nommée Radio Moscato tous les soirs, de 22 h à 0 h, sauf quand il y a des soirées football[7].

À l'occasion de la coupe du monde de rugby 2007, Eurosport et TF1 font appel à son expertise[8],[9]. Ses analyses ne passent d'ailleurs pas inaperçues auprès des joueurs du XV de France qui jugent que Moscato (parmi d'autres comme Serge Simon, Laurent Bénézech, Abdelatif Benazzi, Olivier Roumat, Thierry Lacroix, Olivier Magne...) les a enfoncés durant toute la compétition, et le rangent dans leur virtuel "XV des amnésiques et des raisonnements"[10]. Vincent Moscato répondra donc de manière violente  : « Je balance pas et crois-moi je pourrais balancer, avec le match de cochon qu’on a fait en ouverture (contre l'Argentine) mais je dis rien, je ferme ma gueule parce que c'est Bernard Laporte qui est à la tête (...) T'as Poitrenaud qui nous fait un truc d'amnésique et tout ça, tu veux que j'envoie du pâté tous les jours, y’en a quelques-uns qui vont pleurer (...) Moi j'ai quatre sélections et il y a des gens qui en ont cent sélections mais on en a vu passer à côté de nous : des trompettes qui ont trente sélections, des mange-merde, des lèche-cul, qui ont fait des pipes aux entraîneurs comme s'il en pleuvait.. »[11]

Le , il devient animateur du Moscato Show (renommée Super Moscato Show en 2014) du lundi au vendredi entre 18 h et 20 h[12], de 16 h à 19 h à partir du [13] et de 16 h à 18 h depuis le . Chaque jour avec Éric Di Meco, Maryse Éwanjé-Épée, Jacques Monclar, Pierre Dorian et des consultants prestigieux comme Bernard Laporte, Sébastien Chabal ou encore Romain Grosjean, il débat sur les principaux thèmes de l'actualité sportive (rugby, football, Formule 1, tennis...) et reçoit les plus grands sportifs français. Il se distingue par certaines de ses expressions ("kikela il est là", "au fond du faitout", "lancé comme un frelon", "allez, on y revient au mastic", "les tétons qui pointent", "ça vaut pas un pichet de cidre"), par sa difficulté à prononcer les mots avec la lettre X (esseptionnel pour dire exceptionnel) et certains noms propres (comme Szarzewski, Pitkowski, Cristiano, Joakim) au point de confondre certains noms (Henri Émile avec Émile Louis, Margarita avec Rosita).

Lors des Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin, Vincent Moscato anime de 16 h à 18 h, l'Intégrale Olympique en direct de Pékin avec la Dream Team RMC[14].

Entre avril 2009 et juin 2011, il animait chaque samedi matin entre 10 h et 11 h30, Les Paris RMC, une émission de paris sportifs aux côtés de Christophe Paillet avec Luis Fernandez, Rolland Courbis et Éric Di Meco[15]. Le 22 août 2009, dans cette émission, a lieu un dérapage verbal de la part de Vincent Moscato à l'encontre du directeur général du club de football de l'AS Saint-Étienne Vincent Tong-Cuong. En effet, à la suite des propos d'un auditeur qui a déclaré « parce que les deux pipes en bois qu'ils nous ont mis, comment il s'appelle l'autre-là, le Chinois "Tchong tchong" », un fou rire s'est déclenché parmi les chroniqueurs. Vincent Moscato s'est laissé emporter en enchérissant derrière, n'hésitant pas à parler de délocalisation. Cependant, ce genre d'humour n'a pas vraiment amusé le club stéphanois, et malgré les excuses de Moscato, l'ASSE a déposé plainte contre l'animateur devant le procureur de la République de Saint-Étienne[16].

Éternel second au Kikadi battu par le légendaire Eric Di-Meco, il court toujours derrière un hypothétique grand-chelem.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

One-man-show[modifier | modifier le code]

  • 2010-2013 : Moscato one man chaud coécrit avec Éric Carrière et Krystel Moscato.
  • Depuis 2014 : Moscato au galop coécrit avec Frédéric Pouhier et Krystel Moscato.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]