Stade rochelais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Atlantique stade rochelais)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stade rochelais
Logo du Stade rochelais
Généralités
Nom complet Stade rochelais
Surnoms Les Maritimes, Les bagnards, Le club à la caravelle ou Les jaune et noir
Noms précédents Stade rochelais (1898-2000)
Atlantique Stade rochelais (2000-2016)
Fondation 1898
Statut professionnel
Couleurs Jaune et Noir
Stade Stade Marcel-Deflandre
(16 000 places)
Siège 27 Avenue du Maréchal Juin
17000 La Rochelle
Championnat actuel Top 14 (2020-2021)
ERCC1 Champions Cup (2019-2020)
Président Drapeau : France Vincent Merling
Entraîneur Drapeau : Nouvelle-Zélande Jono Gibbes (directeur sportif / avants)
Drapeau : Irlande Ronan O'Gara (entraîneur en chef / arrières)
Drapeau : France Grégory Patat (adjoint / avants)
Drapeau : France Sébastien Boboul (adjoint / arrière)
Drapeau : France Romain Carmignani (adjoint / avants)
Drapeau : Géorgie Davit Zirakashvili (consultant / mêlée)
Site web www.staderochelais.com
Palmarès principal
National[Note 1] Coupe de la ligue (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2019-2020 du Stade rochelais
0

Le Stade rochelais est un club français de rugby à XV, fondé en 1898 et basé à La Rochelle. Le club évolue depuis la saison 2014-2015 en Top 14, première division professionnelle. Présidé par Vincent Merling depuis 1990, ce club bat des records d'affluence dans son stade Marcel-Deflandre avec plus de 16 000 spectateurs de moyenne par match.

La saison 2020-2021, marque le changement du projet de jeu. L'organisation comme le staff se réorganisent pour avoir plus de "transversalité" entre les catégories de joueurs. Ainsi, d'avantage "d'Espoirs" vont intégrer l'équipe première pour les entraînements. Le but est de faire émerger de nouveaux joueurs pour les matchs de la compétition et également de compenser un recrutement moins étoffé en raison de la crise de la Covid-19. Les entraineurs de l'équipe "Espoirs" (Sébastien Boboul et Romain Carmignani) vont intégrer le staff de l'équipe première en tant qu'adjoint. Le directeur sportif, Jono Gibbes intégrera d'avantage les entrainements et sera en charge des avants avec le soutiens de Romain Carmignani. Davit Zirakashvili sera consultant pour le secteur de la mêlée. Les arrières seront sous la charge de l'entraîneur en chef Ronan O'Gara aidé par Sébastien Boboul[1]. Grégory Patat sera en charge de maintenir tous les joueurs qui ne jouent pas le week-end à leur meilleur niveau, de continuer à les faire progresser[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Création du club[modifier | modifier le code]

La pratique de football-rugby à La Rochelle remonte à 1892 avec l'association "Les Volontaires du lycée de La Rochelle".

Le Stade rochelais fait partie des clubs de rugby les plus anciens sur le sol français juste après le Racing Club de France, le Stade français, le FC Grenoble, le Lyon Olympique Universitaire (LOU) et le FC Auch puisque la création de la société omnisports du Stade rochelais remonte à 1896[JMB115ans 1] pour une pratique effective à partir de 1898.

Développement de la section rugby[modifier | modifier le code]

Dès 1902, le consul des États-Unis à La Rochelle et futur président du club, George Henry Jackson, développe la section rugby. Durant cette période, le Stade rochelais est sacré plusieurs fois champion d’Atlantique jouant ainsi le championnat de France où il échoue à trois reprises en quarts de finale contre le Stade français (1906), Orléans (1907) et l’Aviron bayonnais (1914).

Rugby à XIII[modifier | modifier le code]

En 1935, le club décide de passer au rugby à XIII, il y remporte notamment deux titres de Championnat de France de deuxième division en 1936 et 1937.

Il revient finalement au rugby à XV en 1941 suite à l'interdiction du rugby à XIII en France décidée par le Régime de Vichy.

Championnat de 1re division[modifier | modifier le code]

Rencontre entre La Rochelle et le Stade toulousain en 1957 perdu 12-6 par les maritimes.

La Rochelle s’installe dans l’élite du rugby en accédant à la Nationale, le plus haut niveau du rugby français de l’époque[réf. nécessaire]. Ainsi du au le club enchaîne 28 matches sans défaite à domicile. À partir de 1961, le Stade rochelais accède régulièrement aux seizièmes de finale du championnat de France et dispute trois quarts de finale perdus contre Dax en 1961, 1962 et 1969.

La Rochelle ne rate pas le virage du rugby professionnel[modifier | modifier le code]

C’est à partir de 1997 et l’avènement du professionnalisme que l’histoire récente du club se dessine. En effet, dès cette année le Stade rochelais accède à l’élite professionnelle.

Double vainqueur de la Coupe de Ligue (2002 et 2003)[modifier | modifier le code]

Les Espoirs sont champions de France en 2001. L’équipe première est demi-finaliste de la Coupe de France en 2000 et deux fois vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2002 et 2003. Le club fait partie du Top 16 pour la saison 2001-2002 avant d’être rétrogradé au terme de la saison.

L'expérience de la Pro D2[modifier | modifier le code]

Patrice Collazo, entraîneur principal de l'ASR, en novembre 2014

Depuis la saison 2006-2007, La Rochelle est systématiquement en phase finale du championnat de Pro D2. Finaliste en 2007, demi-finaliste en 2008 et 2009, c’est en 2010 que La Rochelle réussit son pari : en battant Lyon en finale 32 à 26, le club accède au Top 14. C’est aussi la période d’un nouveau record : du au le stade Marcel-Deflandre voit 22 victoires d’affilées. Enfin, le club a disputé trois boucliers européens en 1997, 2000 et 2001. À l'issue de la saison 2010-2011 en Top 14, le club maritime est rétrogradé en Pro D2 avec la ferme intention de retrouver l'élite et de se donner les moyens de s'y maintenir : Vincent Merling, président du club recrute deux jeunes entraîneurs : Patrice Collazo et Fabrice Ribeyrolles et lance un plan d'action baptisé "Grandir ensemble 2015" qui vise à développer le club tant sur le plan sportif que structurel.

La remontée en Top 14 et le maintien[modifier | modifier le code]

La remontée en Top 14 est assurée le , par la victoire du club en finale d'accession à Bordeaux (stade Chaban-Delmas), lors de laquelle le Stade rochelais bat le SU Agen sur le score de 31 à 22. Les « jaune et noir » rejoignent ainsi le Lyon OU, qui avait assuré sa montée directe en remportant le championnat de Pro D2 à l'issue de la saison régulière.

En , Xavier Garbajosa intègre le club et devient entraîneur adjoint chargé des techniques individuelles ("skills"). Le , Fabrice Ribeyrolles quitte le staff d'entraîneurs puis le club. Xavier Garbajosa prend alors les fonctions d'entraîneur des lignes arrières.

Le , à l'issue d'un match nul concédé à domicile contre le Racing 92 (18-18), le maintien en Top 14 pour la saison 2014-2015 est mathématiquement assuré, un match avant la fin de la saison régulière.

Le , le club dévoile son nouveau plan de développement sur quatre ans, « Écrire notre histoire 2020 », ainsi que son changement d'identité : le nom du club est ainsi simplifié en abandonnant le préfixe « Atlantique », retournant ainsi à son nom original, alors qu'un nouveau logo est adopté, au design plus moderne[3].

Échec en demi-finale contre Toulon (2017)[modifier | modifier le code]

Au cours de la saison de Top 14 2016-2017 le Stade rochelais fait une forte sensation en terminant leader du Top 14 lors de la phase régulière. Le XV maritime crée même l'exploit d'égaler le record d'invincibilité sur une série de onze matchs (10 victoires, 1 nul)[4]. L'équipe se qualifie directement en demi-finale du Top 14 pour la première fois de son histoire. La saison se termine au stade Vélodrome le par une défaite en demi-finale face au Rugby club toulonnais sur le score de 15-18.

En 2018, le club de basket-ball Rupella basket 17 fusionne avec le Stade rochelais. La section basket-ball devient Stade rochelais Rupella[5].

Échec en demi-finale contre Toulouse et finaliste du Challenge européen contre Clermont (2019)[modifier | modifier le code]

Les Rochelais s'inclinent en 1/2 finale du Top14 à Bordeaux au Matmut Atlantique contre Toulouse sur le score de 20 à 6 et à Newcastle en finale du Challenge européen contre l'ASM Clermont Auvergne sur la marque de 36 à 16.

Palmarès du Stade rochelais[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances du Stade rochelais dans les diverses compétitions françaises et européennes.

Compétitions internationales Compétitions nationales
Coupe d'Europe
  • Quart de finaliste (1) : 2018
Challenge européen
  • Finaliste (1) : 2019
Championnat de France de première division
Championnat de France de deuxième division
Compétitions nationales disparues Compétitions de jeunes
Coupe de la ligue
Challenge de l'Espérance
Championnat de France Espoirs
  • Champion (1) : 2002
  • Vice-champion (1) : 2012 (niveau 2)
Championnat de France espoirs de rugby à 7
  • Champion (4) : 2011, 2012, 2013, 2018
Championnat de France Juniors A (coupe Frantz Reichel)
  • Champion (2) : 1971, 1974
Championnat de France Juniors B (coupe René Crabos)
  • Champion (1) : 1973
Championnat de France Minimes
  • Champion (1) : 2005
Championnat d'Aquitaine Cadets (coupe Pierre Alamercery)
  • Champion (1) : 2006

Championnat de France de première division[modifier | modifier le code]

Championnat de France de deuxième division[modifier | modifier le code]

  • Vice-champion (2) :
    • 2010 : vainqueur de la finale d’accession (bat le Lyon OU 32-26)
    • 2014 : vainqueur de la finale d’accession (bat le SU Agen 31-22)

Coupe de la Ligue[modifier | modifier le code]

Challenge de l'Espérance[modifier | modifier le code]

Challenge européen[modifier | modifier le code]

Palmarès des compétitions de jeunes[modifier | modifier le code]

Historique du Stade rochelais[modifier | modifier le code]

Championnat Saison Nb équipe/poule Division Classement Phase finale Titres
Top 14 2019-2020 14 Première division 5e (après 17 journées) Annulées Non-attribué
Top 14 2018-2019 14 Première division 5e Demi-finaliste -
Top 14 2017-2018 14 Première division 7e - -
Top 14 2016-2017 14 Première division 1er Demi-finaliste -
Top 14 2015-2016 14 Première division 9e - -
Top 14 2014-2015 14 Première division 9e - -
Pro D2 2013-2014 16 Seconde division 3e Promotion -
Pro D2 2012-2013 16 Seconde division 4e Demi-finale -
Pro D2 2011-2012 16 Seconde division 5e Demi-finale -
Top 14 2010-2011 14 Première division 13e Relégation -
Pro D2 2009-2010 16 Seconde division 3e Promotion -
Pro D2 2008-2009 16 Seconde division 4e Demi-finale -
Pro D2 2007-2008 16 Seconde division 5e Demi-finale -
Pro D2 2006-2007 16 Seconde division 3e Finale -
Pro D2 2005-2006 16 Seconde division 8e - -
Pro D2 2004-2005 16 Seconde division 13e - -
Pro D2 2003-2004 16 Seconde division 5e - -
Pro D2 2002-2003 16 Seconde division 7e - -
Top 16 2001-2002 8 Première division 7e Relégation -
Élite 1 2000-2001 11 Première division 7e - -
Élite 1 1999-2000 12 Première division 7e - -
Élite 1 1998-1999 8 Première division 8e - -
Groupe A1 1997-1998 10 Première division 9e - -
Groupe A2 1996-1997 ? Seconde division ? - -
Groupe A2 1995-1996 ? Seconde division ? - -

Image et identité[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Le , un nouveau logo plus moderne est présenté, accompagnant la nouvelle identité du club et abandonnant la mention « Atlantique »[3].

Structures[modifier | modifier le code]

Stade[modifier | modifier le code]

Le stade porte le nom de Marcel Deflandre, président du club au moment de la fusion entre les clubs de rugby à XIII et à XV de la ville, imposée par le régime de Pétain. Résistant, il fut arrêté et fusillé par la Gestapo en à Bordeaux.

Le stade fut rénové pendant la saison 2009-2010, lorsque le Stade rochelais évoluait en Pro D2. Les travaux se sont achevés pour la demi-finale face à Oyonnax début . C'est lors de la réception de Toulon le que le stade était pour la première fois comble : près de 12 300 personnes étaient alors présentes dans l'enceinte. La saison 2010-2011 en Top 14 a compté 11 rencontres à guichets fermés à Marcel-Deflandre. Par la suite, la capacité fut porté à plus de 15 000 places avec l'agrandissement des tribunes nord et sud situées derrière les poteaux des buts.

Centre d'entrainement[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son programme de développement "Écrire notre histoire 2020" le Stade rochelais s'est doté d'un centre d'entraînement pour ses équipes, il ouvre en 2017 et est baptisé Apivia Parc centre de performance. Il est composé d’un centre d’entraînement professionnel, d’un centre de formation et d’un centre d’entraînement des équipes.

Il a été construit sur la plaine des jeux Colette Besson dans le quartier Port-Neuf à La Rochelle pour un investissement de 7M d'€. Les 4 000 m2 de locaux et les 3 000 m2 [10]de terrain synthétique couvert offrent un espace de travail et de vie pour tous les salariés du club (les joueurs, le staff, l'administration, ...).

Centre de formation[modifier | modifier le code]

Le centre de formation du Stade rochelais a été construit en 1995, dans l'optique de pouvoir former les meilleurs jeunes pour les intégrer dans l'équipe première.

Le centre est classé en catégorie 1, c'est-à-dire, parmi les meilleurs centres de formation de France.

Équipe première[modifier | modifier le code]

Effectif 2020-2021 (Hors espoirs)[modifier | modifier le code]

Poste Nom Autre(s) poste(s) Naissance Nationalité sportive Sélections
(points marqués)
Dernier club Arrivée au club
(année[Note 2])
Joueur issu des
filières de formation (JIFF)
Pilier gauche Léo Aouf - Drapeau de la France France - Drapeau : France Stade poitevin rugby 2015 Fait
Vincent Pelo - Drapeau de la France France Drapeau : France 2 (0) Drapeau : France CS Bourgoin-Jallieu 2014 Fait
Dany Priso - Drapeau de la France France Drapeau : France 14 (0) Drapeau : France Stade français 2016 Fait
Reda Wardi - Drapeau de la France France - Drapeau : France AS Béziers 2019 Fait
Pilier droit Uini Atonio - Drapeau de la France France Drapeau : France 32 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Counties Manukau 2011 -
Ramiro Herrera - Drapeau : Argentine Argentine Drapeau : Argentine 40 (0) Drapeau : France Stade français 2019 -
Arthur Joly - Drapeau de la France France - Drapeau : France SU Agen 2018 Fait
Talonneur Facundo Bosch - Drapeau : Argentine Argentine - Drapeau : France SU Agen 2019 -
Pierre Bourgarit - Drapeau de la France France Drapeau : France 2 (0) Drapeau : France FC Auch 2017 Fait
Samuel Lagrange - Drapeau de la France France - Formé au club - Fait
Deuxième ligne Romain Sazy Troisième ligne Drapeau de la France France - Drapeau : France US Montauban 2010 Fait
William Skelton - Drapeau : Australie Australie Drapeau : Australie 18 (10) Drapeau : Angleterre Saracens 2020 -
Mathieu Tanguy - Drapeau de la France France - Formé au club 2012 Fait
Troisième ligne Grégory Alldritt - Drapeau de la France France Drapeau : France 5 (10) Drapeau : France FC Auch 2016 Fait
Rémi Bourdeau - Drapeau de la France France - Drapeau : France AS Béziers 2018 Fait
Kevin Gourdon - Drapeau de la France France Drapeau : France 19 (0) Drapeau : France ASM Clermont 2012 Fait
Zeno Kieft - Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas 3 (0) Formé au club 2010 -
Wiaan Liebenberg - Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - Drapeau : France Montpellier HR 2018 -
Lopeti Timani Deuxième ligne Drapeau de l'Australie Australie Drapeau : Australie 12 (5) Drapeau : Australie Melbourne Rebels 2018 -
Victor Vito - Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande 33 (20) Drapeau : Nouvelle-Zélande Hurricanes 2016 -
Demi de mêlée Tawera Kerr-Barlow - Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande 28 (10) Drapeau : Nouvelle-Zélande Chiefs 2017 -
Jules Le Bail - Drapeau de la France France - Drapeau : France RC Vannes 2010 puis 2020 Fait
Demi d'ouverture Jules Plisson - Drapeau de la France France Drapeau : France 16 (68) Drapeau : France Stade français 2019 Fait
Ihaia West - Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Drapeau : Nouvelle-Zélande Hurricanes 2018 -
Centre Pierre Aguillon - Drapeau de la France France - Drapeau : France US Oyonnax 2015 Fait
Levani Botia Troisième ligne Drapeau des Fidji Fidji Drapeau : Fidji 12 (20) Drapeau : Fidji Nadroga 2014 -
Geoffrey Doumayrou - Drapeau de la France France Drapeau : France 13 (0) Drapeau : France Stade français 2017 Fait
Jérémy Sinzelle Demi d'ouverture / Ailier / Arrière Drapeau de la France France - Drapeau : France Stade français 2017 Fait
Ailier Gabriel Lacroix - Drapeau de la France France Drapeau : France 1 (5) Drapeau : France SC Albi 2015 Fait
Arthur Retière Demi de mêlée / Arrière Drapeau de la France France - Drapeau : France Racing 92 2016 Fait
Raymond Rhule - Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Drapeau : Afrique du Sud 7 (5) Drapeau : France FC Grenoble 2020 -
Arrière Brice Dulin - Drapeau de la France France Drapeau : France 29 (28) Drapeau : France Racing 92 2020 Fait
Dillyn Leyds Demi d'ouverture / Centre / Ailier Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Drapeau : Afrique du Sud 9 (5) Drapeau : Afrique du Sud Stromers 2020 -

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Période Directeur sportif Entraîneur(s) Adjoint(s) Titre(s)
1988 - 1993 Drapeau : France Jean-Pierre Élissalde
- 1999 Drapeau : France Jean-Pierre Élissalde
1999 - Drapeau : France Frédéric Uthurry (arrières) Coupe de la Ligue 2002
- 2004 Drapeau : Afrique du Sud Ronald White (avants)
Drapeau : France Frédéric Uthurry (arrières)
Coupe de la Ligue 2003
2004 - 2007 Drapeau : France Serge Milhas Drapeau : France Frédéric Uthurry (arrières)
2007 - 2011 Drapeau : France David Darricarrère (arrières)
2011 - 2012 Drapeau : France Patrice Collazo (avants)
Drapeau : France Fabrice Ribeyrolles (arrières)
2012 - 2014 Drapeau : Géorgie Akvsenti Giorgadze (conquête)
2014 - 22/09/2014 Poste de manager général occupé par
Drapeau : France Patrice Collazo
Drapeau : France Fabrice Ribeyrolles (arrières)
Drapeau : France Xavier Garbajosa (skills)
Drapeau : Géorgie Akvsenti Giorgadze (conquête)
22/09/2014 - 2018 Drapeau : France Xavier Garbajosa (arrières)
Drapeau : Géorgie Akvsenti Giorgadze (conquête)
07/2018 - 11/2018 Drapeau : France Xavier Garbajosa (arrières)
Drapeau : France Grégory Patat (avants)
Drapeau : Géorgie Akvsenti Giorgadze (conquête)
11/2018 - 07/2019 Drapeau : Nouvelle-Zélande Jono Gibbes
07/2019 - 07/2020 Drapeau : Irlande Ronan O'Gara (arrières) Drapeau : France Grégory Patat (avants)
Drapeau : Géorgie Akvsenti Giorgadze (conquête)
À partir du 07/2020 Drapeau : Nouvelle-Zélande Jono Gibbes (avants) Drapeau : France Grégory Patat (coordination)

Drapeau : France Sébastien Boboul (arrières)

Drapeau : France Romain Carmignani (avants)

Drapeau : Géorgie Davit Zirakashvili (consultant mêlée)


Équipe des Espoirs[modifier | modifier le code]

La catégorie Espoirs est réservée aux jeunes agés de 18 à 22 ans (nés entre 1999 et 2002 pour la saison 2020/2021). En première ligne, les joueurs doivent obligatoirement avoir moins de 25 ans[11].

Effectif 2020-2021[modifier | modifier le code]

Poste Nom Autre(s) poste(s) Intégré à l'équipe première
Pilier Drapeau : France Martin Pivert - -
Drapeau : France Simon Renaud - -
Drapeau : Australie Emile Tuimavave - Fait
Talonneur Drapeau : France Maxence Bonhommeau - -
Drapeau : France Nathan Cazajous - -
Drapeau : France Brendan Lebrun - Fait
Deuxième ligne Drapeau : France César Baudin Troisième ligne Fait
Drapeau : France Thomas Lavault - Fait
Drapeau : France Rémi Leroux - Fait
Troisième ligne Drapeau : France Paul Boudehent - Fait
Drapeau : France Paul Cuny - -
Drapeau : France Kenji Graulier - Fait
Drapeau : France Matthias Haddad - Fait
Drapeau : France Jules Jegou - -
Drapeau : France Matthieu Thomas - -
Demi de mêlée Drapeau : France Dorian Bellot - -
Drapeau : France Thomas Berjon - Fait
Drapeau : France Mathis Garnier Demi d'ouverture -
Demi d'ouverture Drapeau : France Raphaël Sanchez - Fait
Centre Drapeau : France Valentin Dominici - -
Drapeau : France Jules Favre - Fait
Drapeau : France Victor Jardin - -
Drapeau : France Mathis Lafon - Fait
Drapeau : France Loïc Mioche - -
Ailier Drapeau : Espagne Martin Alonso Munoz - Fait
Drapeau : France Malcom Bertschy - Fait
Drapeau : France Pierre Boudehent - Fait
Drapeau : France Nils Guyon - Fait
Arrière Drapeau : France Thomas Carol Demi d'ouverture Fait


Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Période Directeur sportif Entraîneur(s) Adjoint(s)
2012 - 2014 Drapeau : France Laurent Albinet Drapeau : France Sébastien Boboul (arrières)
2014 - 2016 Poste de manager général occupé par
Drapeau : France Patrice Collazo
2016 - 07/2018 Drapeau : France Grégory Patat (avants)
07/2018 - 11/2018 Drapeau : France Sébastien Boboul (arrières) Drapeau : France Romain Carmignani (avants)
À partir de 11/2018 Drapeau : Nouvelle-Zélande Jono Gibbes

Personnalités[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Joueur du Stade rochelais.

Présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs du Stade rochelais[12]
Période Président
- Drapeau : États-Unis George Henry Jackson
-
- Drapeau : France Georges Plantard
- Drapeau : France Georges Plantard
Drapeau : France Valentin Gaillepand
-
- Drapeau : France Georges Plantard
- Drapeau : France Marcel Deflandre
- Drapeau : France André Caen
- Drapeau : France Robert Aubarbier
- Drapeau : France André Caen
- 1956 Drapeau : France Robert Aubarbier
1956 -
- Drapeau : France René Chevalier
-
- Drapeau : France Jean Tassin
- Drapeau : France Jacques Larrose
- Drapeau : France Yvan Caris
Depuis Drapeau : France Vincent Merling

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Pour les joueurs formés au club, année de leur première apparition en équipe professionnelle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jérôme JARNOUX, « Rugby – Top 14. Le Stade rochelais en ordre de marche », sur ouest-france.fr, (consulté le 4 juillet 2020)
  2. « La saison 2020/2021 est lancée ! », sur staderochelais.com, (consulté le 6 juillet 2020)
  3. a et b Sylvain Labbe, « « Ecrire notre histoire 2020 », l'ambition de La Rochelle », sur www.sports.fr, (consulté le 28 juin 2016).
  4. Clément Mazella, « Top 14 - Record, révolte, Bayonne, poisse toulousaine... Nos Tops et Flops de la 23e journée », sur www.rugbyrama.fr, (consulté le 28 mai 2017).
  5. Vincent Daheron, « LA ROCHELLE RUPELLA OFFICIELLEMENT RENOMMÉE », bebasket.fr, (consulté le 14 juillet 2018)
  6. Communiqué Société
  7. Compte-rendu sur le site Internet du club
  8. [1]
  9. « Rugby à VII. Le Stade Rochelais champion de France Espoir », sur lerugbynistere.fr,
  10. « Apivia Parc, la "chapelle" des Jaune et Noir est ouverte », sur SudOuest.fr (consulté le 13 août 2019)
  11. « Stade Rochelais Espoirs »
  12. « Les présidents », sur staderochelais.com (consulté le 26 avril 2020).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  1. p. 12

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Blaizeau, 100 ans de rugby au Stade Rochelais, Collection la Mémoire sportive, , 424 p. (ISBN 2950995918). 
  • Jean-Michel Blaizeau, 115 ans de rugby au Stade Rochelais, Collection la Mémoire sportive, , 400 p. (ISBN 2-9509959-9-3). 

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :