Le Spirou de…

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Spirou de…
Série
Auteur Yoann et Vehlmann
Frank Le Gall
Tarrin et Yann
Émile Bravo
Schwartz et Yann
Parme et Trondheim
Al Severin
Téhem, Makyo et Toldac
Benoît Feroumont
Frank Pé et Zidrou
Verron et Sente
Lebeault et Filippi
Flix
Tarrin et Neidhardt
Christian Durieux
Genre(s) franco-belge
aventure
humour

Personnages principaux Spirou
Fantasio
Spip

Éditeur Dupuis
Première publication 2006
Nb. d’albums 17 + 4 hors série

Prépublication Le Journal de Spirou

La série Le Spirou de… (dans un premier temps appelée Une aventure de Spirou et Fantasio par…) a été lancée en janvier 2006. Il s’agit d’une collection d'albums spéciaux de la série de BD Spirou et Fantasio, avec laquelle ils n’interféreront pas. Chaque tome est un one shot confié à des auteurs différents. Pour l'instant, seize albums et quatre hors-série ont vu le jour dans la collection.

Historique[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

En , Dupuis annonce la création d'une nouvelle collection, Une aventure de Spirou et Fantasio par…, dont le principe sera de permettre à un auteur ou une équipe d'auteur d'exprimer son point de vue sur la série. Les trois premières équipes annoncées sont : le dessinateur Yoann et le scénariste Fabien Vehlmann pour le premier tome, le dessinateur Fabrice Tarrin et le scénariste Yann pour le deuxième, enfin, Frank Le Gall pour le troisième.

L'album de Yoann et Vehlmann, Les Géants pétrifiés, est publié dans Spirou entre janvier et et sort en février de la même année. L'album se signale par un style graphique inspiré de celui du dessinateur de Gorillaz, Jamie Hewlett. La différence est poussée jusqu'à présenter un Fantasio à la calvitie prononcée. Par ailleurs, Spip n'y parle pas.

L'album de Tarrin et Yann, initialement prévu pour , prend du retard, et c'est finalement celui de Le Gall, prévu lui pour , qui est publié dans Spirou entre mars et et qui paraît en premier le , chamboulant la numérotation initiale annoncée au dos des Géants pétrifiés. Dans Les Marais du temps, Frank Le Gall propose un style influencé par la ligne claire et les personnages y sont bien que plus proches de la série classique que dans le précédent album. On note la réapparition de Zorglub, à nouveau dans un rôle ambigu.

L'album de Tarrin et Yann, Le Tombeau des Champignac, est publié dans Spirou entre septembre et et sort finalement le . C'est un retour au style graphique des années 1960, avec une influence de Franquin évidente, et le retour de la Turbotraction (premier modèle) et du costume de groom. Spip n'y parle cependant pas. Le détail le plus surprenant de l'album est peut-être la relation amoureuse sous-entendue entre Spirou et Seccotine[n 1].

Pendant un temps, alors que le scénariste Jean-David Morvan et le dessinateur José Luis Munuera se voient retirer la direction de la série mère, leur dernier album, Aux sources du Z, co-scénarisé par Yann, est prévu pour être le quatrième tome des one-shots, avant d'être finalement réintégré en tant que cinquantième album dans la série mère.

C'est finalement Émile Bravo qui réalise le quatrième tome, intitulé Le Journal d'un ingénu, publié entre janvier et mars 2008 dans Spirou, qui sort le . L'histoire se déroule en 1939, alors que l'Europe va basculer dans la guerre et que Spirou est encore groom au Moustic Hôtel. Il y fait la rencontre de Fantasio et y décide que Spip l'accompagnera partout. Plusieurs personnages de Franquin apparus dans Spirou sur le ring y font leur retour. L'album est acclamé par la critique et multi-récompensé, recevant notamment le Prix des Libraires 2008 [1]. Cette réception très positive conduit à changer les règles de la collection. Les albums peuvent à présent avoir une suite.

Années 2010[modifier | modifier le code]

Le cinquième tome, Le Groom vert-de-gris, scénarisé par Yann et dessiné par Olivier Schwartz, publié dans Spirou entre février et , sort en . Il peut être considéré comme une suite alternative de l'album Le Journal d'un ingénu. L'histoire se déroule toujours à Bruxelles, durant la Seconde Guerre mondiale.

Mais fin 2013, Émile Bravo annonce la mise en chantier d'une véritable suite à son Journal d'un Ingénu.

Panique en Atlantique, scénarisé par Lewis Trondheim et dessiné par Fabrice Parme, publié dans Spirou entre février et , paraît le [2]. Pour l'occasion, le titre de la collection, Une Aventure de Spirou et Fantasio par..., est abandonné au profit du nouveau titre Le Spirou de....

Un premier album hors série, Spirou sous le manteau, est publié en , réunissant la collection complète des 41 numéros du Journal de Spirou prétendument vendus sous le manteau durant la guerre à Bruxelles alors que le périodique était interdit de publication par les Allemands. L'album explique que quelques auteurs, dont un certain Lee Avranski (signant du pseudonyme « AL ») continuèrent de publier clandestinement une simple page pliée, montrant une illustration mettant en scène Spirou, Fantasio et Spip, dans des activités souvent en lien avec l’Occupation et qu'un descendant du dessinateur AL venait de confier ce trésor aux éditions Dupuis. Les illustrations sont en réalité créées de toutes pièces par Al Severin, dans le style graphique du Spirou des années Jijé[3].

La Femme léopard, à nouveau scénarisé par Yann et dessiné par Olivier Schwartz, publié dans Spirou entre et mars 2014 sous le titre Spirou et le Fétiche des Marolles, parait le . À la fin de ce tome, la suite de l'histoire, laissée en suspens, est annoncée : elle s'intitulera Le Maître des hosties noires.

La Grosse Tête, scénarisé par Makyo[n 2], et dessiné par Téhem[n 3], publié dans Spirou entre et , paraît le . Le titre de ce huitième tome, ainsi que l'histoire, au ton ouvertement parodique, font référence à La Mauvaise Tête, album de la série classique scénarisé et dessiné par André Franquin, et publié 60 ans plus tôt.

En 2016 sont publiés deux nouveaux albums dans la série. Le premier, Fantasio se marie, publié dans Spirou entre mars et , est réalisé par Benoît Feroumont et paraît le . Le second, La Lumière de Bornéo, scénarisé par Zidrou et dessiné par Frank Pé, publié dans Spirou entre juillet et , paraît le .

Au cours de l'année 2016, le journal Spirou publie, en suppléments réservés aux abonnés, une série de quatre stripbooks[n 4] dans lesquels Al Severin réalise de courts récits, en noir et blanc et bichromie, en format à l'italienne, de Spirou et Fantasio toujours prétendument dus au dessinateur AL. Ces récits, outre un inédit et des illustrations, sont édités en album hors série sous le titre À tous les coups, c'est Spirou ! en .

Le Maître des hosties noires, suite de La Femme léopard, par le tandem Yann au scénario et Olivier Schwartz au dessin, publié dans Spirou entre et , paraît le . L'histoire est partiellement inspirée de celle de Cœurs d'acier réalisée par Yves Chaland en 1982, le pays africain imaginaire des Urugondolos étant présent dans les deux albums[4].

Le douzième tome de la série, Il s'appelait Ptirou, scénarisé par Yves Sente[n 5] et dessiné par Laurent Verron[n 6], publié dans Spirou entre septembre et , paraît le . Curieusement, la maquette choisie par l'éditeur ne reprend pas la numérotation de la série, bien qu'il figure au catalogue de l'éditeur comme faisant partie de la série Le Spirou de…[5].

En parallèle à la sortie du film inspiré de la série, Les Aventures de Spirou et Fantasio, en , un nouvel album hors série, écrit par Olivier Bocquet, dessiné par Brice Cossu et Alexis Sentenac, paraît en janvier 2018 sous le titre Le Triomphe de Zorglub, qui n'est pas une adaptation du film mais une mise en abyme dans laquelle Fantasio, recalé au casting pour interpréter son propre rôle, suit, en qualité de journaliste avec Spirou et Seccotine, un tournage épique avec un réalisateur en plein délire et un producteur sosie de Zorglub.

Le treizième tome de la série, Fondation Z, publié dans Spirou entre janvier et , paraît le . Écrit par Denis-Pierre Filippi et dessiné par Fabrice Lebeault, il présente une version audacieuse du personnage en le transposant dans un univers futuriste totalement inhabituel, mêlant steampunk et Art nouveau[6].

Le , débute dans le no 4175 de Spirou la publication de Spirou ou l'espoir malgré tout, écrit et dessiné par Émile Bravo, la suite de l'album Le Journal d'un ingénu qui retrouve Spirou et Fantasio en 1940 alors que l'Allemagne envahit la Belgique, une fresque annoncée de plus de 300 pages à paraître en quatre volumes[7],[8]. La première partie, intitulée Un mauvais départ paraît le .

En , Al Severin réalise un nouvel album hors série, toujours signé AL, dans le style graphique de Jijé, intitulé Le Petit Théâtre de Spirou, qui reprend des saynètes écrites par André Moons et Jean Doisy pour le théâtre de marionnettes dénommé théâtre du farfadet qu'ils avaient créé en , avec lequel ils parcouraient la Belgique occupée avec des spectacles reprenant Spirou et Fantasio et d'autres personnages du journal Spirou pour compenser l'interdiction de la publication du journal et servir de couverture à un réseau de résistants. L'album comprend en supplément de 12 pages intitulé Le Farfadet vous présente son programme[9],[10].

L'automne 2019 est fécond pour la série puisque le , après publication dans Spirou entre mai et , la seconde partie de Spirou ou l'espoir malgré tout d'Émile Bravo, est éditée sous le titre Un peu plus loin vers l'horreur alors que le paraît un nouvel album, sans publication préalable dans Spirou, Spirou à Berlin, réalisé pour la première fois par un auteur n'appartenant pas à la sphère franco-belge, l'auteur allemand Flix, qui emmène Spirou, Fantasio et le Comte de Champignac dans le Berlin de 1989, encore coupé en deux par le Mur[11].

Dans le no 4249 de Spirou du débute la publication de Spirou chez les soviets, écrit par Fred Neidhardt et dessiné par Fabrice Tarrin, qui est publié en album le .

Publications[modifier | modifier le code]

Périodiques[modifier | modifier le code]

Les albums font l'objet d'une prépublication dans Spirou.

Albums[modifier | modifier le code]

À paraître[modifier | modifier le code]

  • Spirou ou l'espoir malgré tout, tome 3 : Un départ vers la fin, Dupuis, Marcinelle, à paraître
    Scénario et dessin : Émile Bravo - Couleurs : Fanny Benoît
  • Spirou ou l'espoir malgré tout, tome 4 : Une fin et un nouveau départ, Dupuis, Marcinelle, à paraître
    Scénario et dessin : Émile Bravo - Couleurs : Fanny Benoît

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La possibilité d'un intérêt sentimental entre les deux personnages avait déjà été imaginée par Tome et Janry dans Machine qui rêve.
  2. Makyo est notamment scénariste de Balade au bout du monde.
  3. Téhem est le créateur de la série jeunesse Malika Secouss.
  4. un stripbook est un petit livret au format à l'italienne, en général de 24 pages.
  5. Yves Sente a déjà assuré la reprise de classiques de la bande dessinée franco-belge, Blake et Mortimer, Thorgal et XIII.
  6. Laurent Verron est le premier repreneur de Boule et Bill de 2006 à 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.actuabd.com/+Emile-Bravo-Prix-des-libraires-BD-2008-pour-Le-Journal-d-un-ingenu+
  2. http://www.lewistrondheim.com/projets.php site de Lewis Trondheim
  3. Didier Pasamonik, « Spirou Nostalgia », sur Actua BD, (consulté le )
  4. Tomblaine, Philippe (2017-01-19): "« Le Spirou de… T11 : Le Maître des hosties noires : » par Olivier Schwartz et Yann". bdzoom.com. Consulté le 26 janvier 2017.
  5. https://www.dupuis.com/le-spirou-de/bd/le-spirou-de-il-s-appelait-ptirou/71058
  6. https://www.dupuis.com/le-spirou-de/bd/le-spirou-de-fondation-z/76649
  7. « Mercredi 18 avril sortie du n°4175 du journal de Spirou », sur blogspot.fr (consulté le ).
  8. « Spirou sous l'occupation », Journal de Spirou,‎ , p. 4-5
  9. « Le Petit Théâtre de Spirou », sur dupuis.com (consulté le )
  10. Frédéric Rabe, « Le Petit Théâtre de Spirou », sur planetebd.com, (consulté le )
  11. Philippe Peter, « Spirou à Berlin : Spirou fait le mur », dBD, no 138,‎ , p. 84

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Sente (interviewé) et Sophie Bogrow, « La fausse histoire du vrai Spirou », Casemate, no 109,‎ , p. 26-31.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]