L'Ankou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ankou
image illustrant la bande dessinée
Cet article est une ébauche concernant la bande dessinée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'Ankou
75e histoire de la série Spirou et Fantasio
Auteur Jean-Claude Fournier
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Spirou
Fantasio
Spip

Éditeur Dupuis
Première publication 1976
ISBN 2-8001-0553-4
Nb. de pages 44

Prépublication Spirou
Albums de la série Spirou et Fantasio
Précédent Du cidre pour les étoiles Kodo le tyran Suivant

L'Ankou est la 75e histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-Claude Fournier. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 2000 au no 2019.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ororéa invite Spirou et Fantasio à la rejoindre à un congrès de magiciens en Bretagne. En arrivant, ils rencontrent l'étrange Ankou, le valet de la Mort, qui s'insurge contre la fabrication d'un produit radioactif super-puissant à la centrale nucléaire de Berlinitz, sur sa terre, ce qui risque d'entraîner une surmortalité et donc un surcroît de travail pour lui. Puis ils sauvent Ororéa d'un enlèvement, mais les bandits s'enfuient. En arrivant à l'hôtel, ils découvrent qu'Itoh Kata se trouve parmi les magiciens invités. Les autres sont le télépathe Al Kazar, l'hypnotiseur Capuccino et le télékinésiste Rethros Athana. Ceux-ci mettent actuellement au point un sort basé sur la téléportation.

(Il est important de comprendre que les magiciens de cette bande-dessinée ont de vrais pouvoirs magiques, et ne sont pas d'habiles prestidigitateurs.)

Fantasio sert de cobaye à la première représentation mais est enlevé par les bandits. L'Ankou réapparaît et leur suggère de ne rien tenter contre eux. Les bandits exercent un chantage sur les magiciens : leur livrer le produit révolutionnaire développé à la centrale en échange de Fantasio. Kata décide de ne rien dire à ses amis et ensemble, les magiciens volent le produit. Entretemps, Fantasio s'est évadé et a prévenu la police avec Spirou et Ororéa ; ensemble ils partent à la recherche du produit toujours détenu par les magiciens. Les bandits sont arrêtés mais le produit volé par les magiciens menace d'exploser. Heureusement, Spirou retrouve les magiciens d'extrême justesse et Itoh Kata fait simplement disparaître le produit à tout jamais. L'Ankou exprime alors toute sa reconnaissant envers Spirou et ses compagnons par un vibrant "Brao paotred !".

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Spirou
  • Fantasio
  • Spip
  • Ororéa
  • Itoh Kata
  • Al Kazar (première apparition)
  • Le père Capuccino (première apparition)
  • Rethros Athana (première apparition)
  • L'Ankou (première apparition)

Les lieux[modifier | modifier le code]

Centrale de Brennilis qui inspira à Fournier celle de Berniliz dans l'album.

Fournier donne le nom de Berniliz au village où se trouve la centrale, ce qui est bien sûr une analogie avec le village de Brennilis dans le Finistère, au cœur des Monts d'Arrée où se trouve la centrale nucléaire de Brennilis. On retrouve d'autres nombreux indices topographiques : mention du barrage de Nestavel, de la départementale 36, d'un village imaginaire nomné Guelhoat (analogie avec Huelgoat). L'auberge de l'Elez à Saint-Herbot, point de rendez-vous (manqué) avec Ororéa[1], existe toujours, mais n'accueille plus d'hôtes ; elle est visible sur 48° 19′ 43″ N 3° 48′ 32″ O / 48.328589, -3.808828. Enfin, une partie de l'action se déroule sur le site de la grotte d'Artus.

La centrale nucléaire de Brennilis a fait l'objet d'un double attentat du FLB en 1975, soit deux ans avant la sortie de l'album. Ironie, dans la bande dessinée, les méchants font sauter le poste électrique de la centrale, en 1979 le FLB fera sauter deux pylônes électriques sur le site.

Historique[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

  • Publié pour la première fois dans le journal de Spirou du no 2000 au no 2019.

Album[modifier | modifier le code]

  • C'est la seule histoire de la série à avoir été publiée en breton, sous le titre An Ankou, coédité par Dupuis et An Here ( (ISBN 2-8001-0622-0)). La traduction est de Loeiz Moulleg.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'ankou, planche 3, case 1