Steampunk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Environnement et costume d'inspiration Steampunk à Japan Expo 2012.

Le steampunk est au départ un genre littéraire dont l'intitulé a été forgé par allusion au cyberpunk par l'auteur K. W. Jeter à titre de boutade[1]. Pour cette raison, il est parfois plus approprié de parler de « rétrofuturisme » pour désigner le mouvement. L'expression steampunk, qui signifie littéralement punk à vapeur, parfois traduite par futur à vapeur, est un terme inventé pour qualifier un genre de littérature né à la fin du XXe siècle, dont l'action se déroule dans l'atmosphère de la société industrielle du XIXe siècle. Le terme fait référence à l'utilisation massive des machines à vapeur au début de la révolution industrielle puis à l'époque victorienne. Aujourd'hui le steampunk est considéré comme un esthétisme pouvant intéresser à la fois des œuvres littéraire fantastique, de fantasy, d'anticipation et certains sous-genres de la science-fiction.

Mais le style steampunk quitta rapidement la seule sphère de la littérature pour s'étendre à d'autres domaines de création et d'expression et devenir un fandom autonome.

Origines du genre[modifier | modifier le code]

L'origine remonte aux années 1980, par un hommage à l'époque qui suit la Révolution industrielle dans les délires littéraires du trio d'amis K. W. Jeter, Tim Powers et James Blaylock[2]. Jeter écrit Morlock Night[note 1] (1979) et Machines infernales (1987), Powers rédige Les Voies d'Anubis (1983) et Le Poids de son regard (1989) tandis que Blaylock publie Homunculus (1986) et Le Temps fugitif (1992). Hormis Le Poids de son regard qui est un texte plus sombre, ce sont de véritables hommages (lucides et souvent cruels), aussi frénétiques qu'humoristiques, à une époque révolue, qui marquait une révolution non seulement dans l'économie mais aussi dans les mentalités.

Dans les années 1990, le genre fait de nombreux émules. Parmi les écrivains de langue anglaise qui s'illustrent dans le steampunk figurent William Gibson et Bruce Sterling (La Machine à différences, 1990, qui met en scène les lointains pionniers de l'informatique à l'ère victorienne, Charles Babbage et Ada Lovelace), Brian Stableford (trilogie des Loups-garous de Londres, 1990-1994, et, plus tard, L'Extase des vampires, 1996), Kim Newman (Anno Dracula, 1992, et ses suites), Mark Frost (La Liste des sept, 1993), Paul Di Filippo (La Trilogie Steampunk, 1995), Stephen Baxter (Les Vaisseaux du temps, 1995), Christopher Priest (Le Prestige, 1995) ou encore Robert Charles Wilson (Darwinia, 1998). La trilogie À la croisée des mondes de Philip Pullman a également de nombreux accents steampunk, bien que l'élément « machine à vapeur » n'y soit pas présent. Cependant, la plupart des œuvres précitées, qualifiées au moment de leur parution de steampunk, sont en réalité à classer dans le genre de la gaslamp fantasy, terme créé en 2006 mais applicable rétroactivement (voir plus bas pour la distinction fondamentale entre steampunk et gaslamp fantasy).

Jules Verne, figure tutélaire du steampunk dont le personnage de Robur le Conquérant fait figure de proto-héros du genre.

Même si Jules Verne ou Albert Robida font figures d'ancêtres tutélaires du genre, les auteurs français ne sont venus que plus tardivement au steampunk comme le note l’anthologie Futurs antérieurs (1999) de Daniel Riché. Cette entrée tardive se manifeste par une floraison d'œuvres telles que Les Grandes profondeurs (1991) et Bouvard, Pécuchet et les savants fous (2000) de René Reouven, Les Inhumains (1992) de Serge Brussolo, les trois opus de L'opéra du diable (2002-2005) et Magies secrètes (2012) d'Hervé Jubert, L'Équilibre des paradoxes (1999) de Michel Pagel, Confessions d'un automate mangeur d'opium (1999) de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit, La Cité entre les mondes (2000) de Francis Valéry, La Lune seule le sait (2000) et Pandemonium (2001) de Johan Heliot, L'Instinct de l'équarrisseur (2002) de Thomas Day ou La Ligue des héros (2002) de Xavier Mauméjean. Parmi les œuvres fondatrices françaises « historiques » du genre, on peut sans doute citer aussi, en remontant au début du XXe siècle, les anticipations militaires d'Émile Driant alias « Capitaine Danrit ».

Le genre se raccroche à une longue tradition littéraire qui joue sur les rapports de la fiction et de la machine. Jules Verne, H. G. Wells, Mark Twain et Mary Shelley développaient déjà les thèmes de l'artifice ou de l'automate. Le dispositif littéraire du récit fantastique se reflète dans les ruses et les pièges d'inquiétantes mécaniques échappant au contrôle de leurs inventeurs[3]. C'est sur la scène des théâtres que la machine est entrée en littérature: le dramaturge Pierre Corneille, en 1660, monte au château du Neubourg la première pièce à machines, La Toison d'or. Dès les origines, la machinerie des théâtres fut perçue comme une métaphore de cet autre engin qu'est l'intrigue, comme en témoigne l'expression deus ex machina. Le steampunk systématise et industrialise la puissance littéraire de la machine et de ses représentations[4].

Rétrospectivement, la critique s'intéresse à des titres publiés avant 1979 qui répondent aux critères de définition du steampunk et qu'elle a baptisé du terme générique de proto-steampunk. Le proto-steampunk comporte des œuvres marquantes comme Le Voyage de Simon Morley (1970) et sa suite tardive Le Balancier du temps (1995) de Jack Finney ; la trilogie uchronique qui met en scène le personnage d’Oswald Bastable (1971-81) de Michael Moorcock ; Frankenstein délivré (1973) de Brian Aldiss ; les extravagances de Philip José Farmer comme Chacun son tour (1973) ou Le Saigneur de la jungle (1974) ; La Machine à explorer l'espace (1976) de Christopher Priest ; voire Fata Morgana (1977) de William Kotzwinkle, influencé par le polar.

Les amateurs de Bande dessinée, eux, avaient déjà découvert Le Démon des glaces (1974) de Jacques Tardi ou le méconnu Captain Hard (1989) de Walter Fahrer.

Les téléspectateurs américains ont quant à eux été confrontés au proto-steampunk dès 1965 avec la série The Wild Wild West (Les Mystères de l'Ouest), mixant western et espionnage et mettant en scène deux agents du United States Secret Service, James T. West et Artemus Gordon, utilisant des gadgets à la James Bond, opposés à des criminels aux projets et aux inventions machiavéliques dans l'Amérique des années 1870.

Le courant steampunk a donné naissance à deux catégories d’œuvres : celles qui créent leur propre univers en obéissant aux contraintes fixées par les pionniers du genre, Powers, Blaylock, Gibson & Sterling et Stableford, et celles qui se veulent systématiquement référentielles.

Ces dernières exploitent l'environnement littéraire et culturel de l'époque victorienne pour mettre en scène des personnalités réelles ou imaginaires (Sherlock Holmes, Frankenstein, Dracula et le Dr Jekyll, mais aussi Jack l'Éventreur, Charles Babbage ou Ada Lovelace), ou bien s'inspirent de romans de l'époque de Wells, Verne ou Doyle. Le fameux univers généalogique Wold Newton, rassemblant tous les grands héros de la littérature populaire, inventé par Philip José Farmer, n'est pas étranger à cet engouement. Ce dernier sous-genre est illustré notamment par la BD La Ligue des gentlemen extraordinaires d'Alan Moore, traduite et portée à l'écran depuis, mais aussi par des auteurs comme Kim Newman, Stephen Baxter, René Reouven ou Johan Heliot.

Ces œuvres se caractérisent par un intertexte foisonnant[réf. nécessaire]. Le personnage de M, de la Ligue des gentlemen extraordinaires, évoque d'abord James Bond mais se révèle être le professeur Moriarty, l'ennemi juré de Sherlock Holmes. « Appelez-moi Ishmael », se présente le chauffeur du capitaine Nemo en accueillant l'équipe des gentlemen extraordinaires à bord du Nautilus[note 2]. « Il manque un portrait sur votre mur » fait-on remarquer à Dorian Gray[note 3]. Le personnage de Hyde[note 4] est de son côté retrouvé dans la rue Morgue[note 5].

De nombreux textes steampunk n'ont pas été traduits en français, à commencer par la pièce fondatrice, Morlock Night de K. W. Jeter, Black as the Pit, from Pole to Pole (1977) de Howard Waldrop et Steven Utley, The Hollow Earth (1990) de Rudy Rucker, Anti-Glace (1993) de Stephen Baxter ou l'irrespectueux Zeppelins West (2001) de Joe R. Lansdale. On note encore la série récente The Steel Inferno des jeunes auteurs américains NB Pettibone, qui n'a pas encore été traduite en Français.

Caractéristiques et esthétique du steampunk[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

À l'origine, le steampunk est un genre littéraire dont Jules Verne, Albert Robida ou H. G. Wells fournissent les caractéristiques et l'esthétique de l'univers d'expression à travers leurs romans ou les adaptations cinématographiques qui en ont été faites : Vingt mille lieues sous les mers de Richard Fleischer (1954), L'Invention diabolique (Vynález Zkázy) de Karel Zeman (1958) ou La Machine à explorer le temps de George Pal (1960). L'univers des époques victorienne et édouardienne (Édouard VII ayant été qualifié de last victorian king par l'historien britannique Christopher Hibbert) d'avant la Première Guerre mondiale reste l'un des décors favoris du genre.

Par extension sont assimilés au genre du steampunk les récits qui se déroulent soit dans le futur, soit dans un présent uchronique alternatif — où apparaissent des personnages historiques ayant réellement existé —, quand leur décor rappelle le design de l'environnement industriel du XIXe siècle ou que la société qu'ils décrivent ressemble à celle de l'époque édouardienne, socialement très rigide et cloisonnée, comme dans Les Chemins de l'espace de Colin Greenland (1993).

Sous-genre de la SF, les œuvres steampunks relèvent aussi de l'aventure et du roman policier - voire du western comme Wild Wild West. Pour les distinguer du récit où interviennent des éléments relevant du fantastique, les critiques utilisent le terme de gaslamp fantasy[5], genre dans lequel s'illustrent notamment Anne Rice et le Français Fabrice Bourland[6]. Le steampunk recoupe fréquemment d'autres genres référentiels de la SF comme le voyage temporel, l'uchronie (décalage temporel et histoire alternative) et les univers parallèles. Cet aspect uchronique canonique a valu aux œuvres de SF steampunks les labels de « chroniques du futur antérieur » ou de « rétrofutur » chez les fans du genre.

Une des principales différences entre le steampunk et la science-fiction des auteurs d'anticipation du XIXe siècle comme Albert Robida — qualifiée de proto-steampunk par les puristes — réside dans la présence d'éléments anachroniques plus tardifs comme les ordinateurs ou les manipulations génétiques qui n'existaient évidemment pas à l'époque[7]. Le steampunk se distingue aussi par son humour, bien des auteurs — K. W. Jeter, qui porta le genre sur ses fonts baptismaux[pas clair], en tête — considérant le genre comme un jeu littéraire font tout en clins d'œil aux pères de la science-fiction, du roman fantastique et du roman d'aventures extraordinaires — pour reprendre le titre de la fabuleuse collection des œuvres de Jules Verne —.

Esthétique : le design industriel 1900 et l'inspiration Belle Époque[modifier | modifier le code]

Carte postale des installations techniques du Métropolitain parisien - fin XIXe

En un raccourci caricatural, on pourrait dire que le steampunk part du postulat que dans un univers où les machines à vapeur auraient progressé au-delà de ce que nous connaissons, les hommes n'auraient pas éprouvé le besoin d'inventer les moteurs à combustion interne. L'esthétique de cette civilisation uchronique est très différente de la nôtre, puisque l'absence de pétrole entraîne celle des matières plastiques ainsi qu'un retard dans le développement de l'électricité et de l'informatique, ou leur absence pure et simple. Le décor s'inspire de l’architecture industrielle de la fin du XIXe siècle. L'industrie du charbon étant très développée, en parallèle avec celle de la métallurgie, le fer puddlé y tient lieu de matière première principale. De même, l'esthétique est souvent associée aux boiseries sombres et au laiton. Les engrenages complexes ou simplement décoratifs sont, eux aussi, souvent employés[note 6]. Au niveau des transports, l'avion et la voiture individuelle sont souvent en retrait, en faveur du dirigeable et du train.

L'allure vestimentaire est un mélange du siècle victorien et d'accessoires divers. Elle incorpore des éléments d'avant et après les deux guerres mondiales. L'esthétique vestimentaire steampunk se rapproche de la mode gothique, elle aussi d'inspiration victorienne.

Tandis que l'ère de l'électronique tend vers la miniaturisation, l'élément esthétique fondamental du steampunk est son gigantisme. Cette technologie, délibérément bloquée au stade de la machine à vapeur, produit des constructions démesurées, complexes extravagants de tuyauteries actionnées par des leviers et des claviers aussi nombreux que compliqués. Les véhicules à vapeur semblent souvent lourds et difficilement maniables, nécessitant une très forte dépense d'énergie pour un rendement mécanique faible. Le héros classique dans ce genre d'univers est le mécanicien de génie.

Toutefois certains[réf. nécessaire] univers steampunks semblent posséder une avancée technologique sur l'époque contemporaine. C'est le cas des « greffes mécaniques » dans le manga Fullmetal Alchemist ou dans des films comme Wild Wild West. La mécanique y est aussi mieux développée (l'araignée mécanique de Wild Wild West), tout comme les automates à vapeur.

Sherlock Holmes et le steampunk[modifier | modifier le code]

Figure emblématique et icône mondiale de la littérature victorienne, le personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle fut récupéré par les auteurs de la littérature steampunk. Au sein du courant référentiel du genre, la SF holmesienne compte actuellement un important corpus d'œuvres dont : Sherlock Holmes' War of the Worlds des Wellman père & fils, Exit Sherlock Holmes de Robert Lee Hall, Le dossier Holmes-Dracula de Fred Saberhagen, le Bestiaire de Sherlock Holmes de René Reouven ou la polymorphe et remarquable anthologie Gaslight Grimoire parmi bien d'autres, essentiellement en langue anglaise, et, pour la plupart, inédites en français[8].

Steampunk et fiction post-apocalyptique[modifier | modifier le code]

Le steampunk fait occasionnellement des emprunts esthétiques aux univers de fiction dits post-apocalyptiques, comme dans la série de jeux vidéo Fallout. Notamment à cause de la technologie qui semble être rétrograde, grossière et de récupération, même s'il s'agit dans le cas des Fallout d'un rétrofuturisme ancré dans les années 1950-60 (on parle en anglais d'esthétique RayGun Gothic), avec des armes plasma et laser naïves et des carcasses de voitures nucléaires (ce style se nomme aussi Dieselpunk). Un autre exemple de ce télescopage entre ces deux genres est donné par le roman Le Jour des Triffides de John Wyndham. Citons le cycle Omale (trois romans) du Français Laurent Genefort, décrivant un monde steampunk de guerre interminable entre Humains et extra-terrestres[note 7]. Autre ouvrage français : L'Ere du Vent de Pierre Bameul, premier roman à la fois airpunk et post-apocalyptique à être publié. Dans ce récit, l'usage omniprésent de l'air comprimé a remplacé celui de l'électricité devenu prohibé. Il y a également Artifices, le tome six de la bande dessinée Sillage, qui présente un peuple coincé combattant des milliers de robots, à un stade technologique bien plus avancé, le tout dans un monde ravagé par ces batailles incessantes.

Steampunk et exotisme[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle, siècle de références esthétiques du steampunk, fut riche de très nombreuses explorations géographiques, ethnologiques, scientifiques et archéologiques. La nouvelle vision du monde qui en résulta fut à l'origine de différents courants artistiques d'inspiration exotique comme l'orientalisme. Le steampunk fait quelques clins d'œil à cet exotisme pompier dont les Expositions coloniales marquèrent l'apogée — comme l'illustrent la bande dessinée Les Corsaires d'Alcibiade, d'inspiration vernienne, ou certaines[réf. nécessaire] vignettes de Hauteville House.

Domaines d'expression du genre steampunk[modifier | modifier le code]

Dès les années 1990, grâce à la féconde imagination des fans du genre, le steampunk a largement débordé le cadre de la seule création romanesque pour s'étendre à une multitude d'autres domaines artistiques.

Steampunk graphique[modifier | modifier le code]

L'iconographie est historiquement [réf. nécessaire] une des premières manifestations du genre en dehors de la littérature.

Certains artistes ont exploré cet univers, comme Albert Robida (1848-1926) qui fut un précurseur du dessin fantastique et de l'illustration, un auteur de romans et articles, graveur, aquarelliste et peintre.

Jeux de rôles, reconstitutions historiques et Happenings[modifier | modifier le code]

Une reconstitution victorienne contemporaine : le photographe s'est soucié de reproduire la couleur sépia d'époque.

La reconstitution historique — le reenactment en anglais — est un hobby extrêmement populaire en Grande-Bretagne et aux États-Unis[9]. Sorte de jeu de rôle grandeur nature, il a pris son essor en France grâce aux passionnés d'uniformologie napoléonienne[10]. Stricto sensu, on peut difficilement parler de reconstitution historique ici puisque le steampunk est en pleine uchronie. Le jeu consiste en un travestissement à la mode victorienne tout en s'équipant d'accessoires (armes, « instruments scientifiques » (sic)etc.) fantaisistes de design 1900.

Dans le domaine du jeu de rôle sur table (forme première du jeu de rôle), citons Space 1889 comme un pionnier du genre (l'action se déroulait à la fin d'un XIXe siècle où l'on aurait maîtrisé le voyage spatial).

Le jeu de rôle "Les Royaumes d'Acier" (Iron Kingdoms en V.O.) est orienté vers l'ambiance steampunk, avec un monde où la technologie à vapeur côtoie la magie dans un univers Med-fan pour le système D20 (éditeur : Privateer Press).

Dans le domaine du jeu de société, citons 221 B. Baker Street (Éd. Gibsons Games 1991 - Habourdin International pour l'édition française), à vocation « policière » dans l'esprit steamy[réf. nécessaire].

Le jeu Dungeon Twister — de conception française, mais existant aussi en version anglophone — mêle les genres fantastique et steampunk. Le but du jeu est de traverser un labyrinthe dont les salles peuvent pivoter grâce à un mécanisme dans chacune d'elles. Les salles sont connectées par paires, ce qui permet au joueur de faire 'twister' une salle depuis sa salle jumelle. Outre les personnages et objets classiques du fantastique (magicien, troll, bâton de boule de feu, etc.), il en est de style "steampunk" : le méchanork (capable de twister les salles dans le sens qu'il désire), la scie à vapeur, le golem (dont la graphie tient plus du robot 'frankensteinien' que du golem de la cabbale).

Le jeu de batailles avec figurines Warmachine édité par Privateer Press place les joueurs à la tête d'armées dans le monde des Royaumes d'Acier.

Jeux de société & jouets[modifier | modifier le code]

Quelques exemples alliant steampunk et univers ludique :

  • Industria (2003, de Michael Schacht, Éditeur QueenGames)
  • Mission : Planète rouge (2005, de Bruno Faidutti et Bruno Cathala, Éditeur Asmodée)
  • Khronos (2006, Arnaud Urbon et Ludovic Vialla, Éditeur Matagot)
  • Mad Zeppelin! (2010, Olivier Pauwels, Éditeur AEG DustGames)

poupées

  • Robecca STEAM Monster high de mattel, 2012

Musique[modifier | modifier le code]

L'univers musical a, lui aussi, été influencé par le steampunk. Contrairement à d'autres mouvements tels que le rock punk ou le goth, la musique steampunk n'est pas encore un genre à part entière. On retrouve du steampunk aussi bien chez des groupes de metal, de folk ou de rap.

L'album A Posteriori de Enigma (EMI) participe de cette ambiance vapeur/acier/voix instrumentales.

Ces groupes de musique sont caractérisés par un ou plusieurs points :

  1. l'esthétisme et la tenue vestimentaire des membres du groupe ;
  2. les sonorités employées dans la musique (bruit de pistons, d'engrenages, de mécaniques, etc.) ;
  3. les thèmes de leur paroles (univers uchronique).

Il est à noter qu'une majeure partie de la musique est issue du milieu de la musique industrielle[réf. nécessaire].

La première vague de musique de ce style est partie des États-Unis avec des groupes/artistes tels que[11] :

Puis sont venus d'autres groupes/artistes influencés (ou non) par les premiers :

Un des labels de musique connus est Gilded Age Records[12], qui regroupe de nombreux artistes plus ou moins influencés par cet univers.

Clips musicaux[modifier | modifier le code]

  • Désenchantée (1991) de Mylène Farmer, clip à l'esthétique « post-apocalyptique » sombre, l'atmosphère ne manquant pas de rappeler Charles Dickens et les bas-fonds londoniens, décors de la vie d'Oliver Twist.
  • By The Sword (2010) du guitariste américain Slash, accompagné par le chanteur de Wolfmother Andrew Stockdale, largement inspiré de cette esthétique et du design industriel du début du XXe siècle.
  • Tonight, Tonight de The Smashing Pumpkins, clip qui fait référence à l'œuvre de Georges Méliès et aux débuts du cinéma.
  • The Islander de Nightwish, où l'on peut voir des dirigeables, un des symboles du steampunk.
  • The Ballad of Mona Lisa (2011) du groupe Panic! at the Disco.
  • Redemption du chanteur japonais Gackt Camui.
  • Sometimes the Stars (2011) de The Audreys, clip musical en 2D animé où l'on retrouve l'ensemble des thèmes steampunks avec une touche de poésie.
  • The Eye of the Storm de Lovett, clip dirigé par Chris Alender et produit par Kris Eber pour Soapbox Films.
  • My Name is Stain de Shaka Ponk, clip auquel on aperçoit des véhicules du style Steampunk ainsi que les décors.
  • Turn Me On de David Guetta, clip auquel on aperçoit des décors et des objets steampunk.
  • Häxbrygd de Finntroll, clip reliant l'univers burlesque typique du groupe à un univers steampunk pour un résultat des plus atypiques.
  • Adulruna Rediviva du groupe de gothic metal Therion, qui mêle l'univers ésotérique et gothique du groupe à un visuel steampunk : dirigeable, esthétique vestimentaire d'inspiration steampunk…
  • Home du groupe de metal polonais UnSun, avec la thématique de l'inventeur et l'omniprésence du train à vapeur.
  • Reprise de Radioactive d'Imagine Dragon par Lindsey Stirling & Pentatonix, clip mêlant univers post-apocalyptique et costumes Steampunk

Environnement et design[modifier | modifier le code]

Télectroscope Steampunk exposé à Londres

Quelques attractions des parcs d'attraction Disney peuvent sans conteste se classer dans la « mouvance » du Steampunk. Space Mountain de la Terre à la Lune (1995-2005) à Disneyland Paris tiré du roman éponyme de Jules Verne, proposait un voyage vers la Lune en recréant une atmosphère "victorienne/vernienne" très particulière empruntant de nombreuses caractéristiques au style Steampunk. L'attraction Discovery Arcade[note 8] a elle aussi été conçue dans le même esprit.

Communauté et état d'esprit[modifier | modifier le code]

Ordinateur restylé d'inspiration Steampunk
L'écrivain Geoffrey D. Falksen habillé en style Steampunk
Sculpture d'araignée par Daniel Proulx

À l'instar du mouvement gothique, il s'est créé un "mouvement" Steampunk, communauté de créateurs, d'exégètes et de fans du genre. Défilés de mode, happenings, expositions d'objets, et sites internet en sont les principaux moyens d'expression - à l'initiative principalement des Anglo-saxons, particulièrement actif dans ce domaine.

Le steampunk peut être résumé approximativement en un mot : « bricoleur »[réf. nécessaire]. C'est un état d'esprit visant à créer, expérimenter, et construire des objets ou des œuvres soi-même (c'est en quelque sorte l'incarnation du D.I.Y. (Do It Yourself) ou D.O.Y. du mouvement punk), comme l'illustre le cliché du savant fou ou de l'ingénieur de génie. C'est aussi la recherche d'une « esthétique de vie » définie par les canons steampunk. Par ailleurs, la devise de Steampunk Magazine résume l'éthique du mouvement : « Love the machine, hate the factory » (« aime la machine, déteste l'usine »)[13].

Autres médias[modifier | modifier le code]

Le genre steampunk s’applique aussi à d’autres médias, par des œuvres qui s’en réclament directement ou que les critiques ont classées rétrospectivement dans ce genre.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Le studio Nitrome a conçu plusieurs mini-jeu dans l'univers Steampunk tels que Dirk Valentine ou Steamlands.

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Dans la bande dessinée, de Métropolis des époux Lofficier et Ted McKeever à la Ligue des gentlemen extraordinaires d'Alan Moore, en passant par le Tarzan revisité par Stan et Vince, ou par tous les scénarios d'histoires de détectives ou aventuriers cédant à la mode rétro (Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi, toute l'œuvre de Winninger, Professeur Motus de Counaye, Alceister Crowley de Cossu), le steampunk est également fortement représenté.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Littérature proto-steampunk[modifier | modifier le code]

Bibliographie contemporaine[modifier | modifier le code]

  • Steampunk d'Ann & Jeff VanderMeer, Tachyon Publications San Francisco (2008)
  • Extraordinary Engines : The Definitive Steampunk Anthology de Nick Gevers (2008)

Études et généralités[modifier | modifier le code]

Bases historiques du steampunk : les sources du genre[modifier | modifier le code]

Le travail et les œuvres des inventeurs et des auteurs de romans d'anticipation de la fin du XIXe siècle ne peuvent pas être qualifiés de steampunk mais de proto-steampunk. Ce sont les amateurs modernes de steampunk[réf. nécessaire] qui s'inspirent de leurs créations :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b article Fantaisie à vapeur au Cafard Cosmique
  2. anecdote rapportée par Le Fantastique.net
  3. cf. Brian Stableford, Space, Time, and Infinity: Essays on Fantastic Literature : http://books.google.fr/books?id=ap_IN0EWi4kC&source=gbs_navlinks_s
  4. cf. Mark Llewellyn, "What is Neo-Victorian Studies?" http://www.neovictorianstudies.com/issues/NVS%201-1%20M-Llewellyn.pdf
  5. voir Encyclopédie de la Fantasy de John Clute et John Grant.
  6. Deux des œuvres les plus représentatives de ce genre sont le Gaslight Grimoire, une anthologie holmesienne où se mêlent fantastique, SF et intrigue policière dans le Londres victorien et Shadows over Baker Street autre anthologie qui fait notamment des emprunts à l'univers apocalyptique de H. P. Lovecraft.
  7. Sauf dans La Guerre des océans anticipation plus tardive (1928) de José Moselli
  8. (en) voir la liste des auteurs de fiction holmesienne in EN-WIKIPEDIA
  9. (en) voir l'article Historical reenactment in EN-WIKIPEDIA
  10. Voir les revues d'uniformologie Tradition, Militaria et La Gazette des Uniformes.
  11. Référencement des artistes à influence steampunk
  12. Site officiel du label
  13. Voir l'article du célèbre bloggeur canadien Cory Doctorow : http://www.boingboing.net/2009/02/25/steampunk-love-the-m.html
  14. éditions Delcourt
  15. (en) sur le site strangevehicles.greyfalcon
  16. Tenue de Paul Déchamps 1902 1915
  17. La Motocyclette à vapeur
  18. Brevets de Louis-Guillaume Perreaux
  19. Les revues américaines : voir les couvertures sur blog.modernmechanix.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :