Jidéhem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jidéhem
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean De MesmaekerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement

Jean De Mesmaeker, dit Jidéhem, né le à Bruxelles et mort le dans la même ville, est un scénariste, dessinateur et décoriste de bande dessinée belge, représentant de l'école de Marcinelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Ginger

Jean De Mesmaeker nait à Bruxelles le 21 décembre 1935[1]. Enfant, il s'initie au dessin en recopiant des aventures de Tintin et s'oriente ensuite vers une carrière artistique en étudiant à l'Institut Saint-Luc[2]. Influencé par le travail de Maurice Tillieux et de sa série Félix, il crée un série policière dont le héros est également un détective du nom de Ginger dont les premières planches apparaissent en 1954 dans le journal Héroïc-Albums, dirigé par Fernand Cheneval[2], aux côtés de Greg, Tibet et Tillieux lui-même[3]. C'est alors qu'il prend le pseudonyme de « Jidéhem », créé à partir des initiales de son patronyme[2].  La série s'interrompt en 1956, date de la disparition de la publication, et ne réapparait que plus de vingt ans plus tard, en 1979, dans Spirou[2].

Spirou, Gaston et Sophie[modifier | modifier le code]

En 1957, grâce à Tillieux[4], il entre au journal de Spirou et Charles Dupuis l'envoie épauler André Franquin sur les séries Spirou et Fantasio et Gaston Lagaffe[5], pour lesquels le jeune homme assure les décors et l'encrage[6]. Il fait alors la connaissance de celle qui deviendra son épouse - Gwendoline - qui est alors la secrétaire d'Yvan Delporte[5], le rédacteur en chef de Spirou depuis 1955[7]. Peu après, appuyé par ce dernier[7], il reprend à Franquin les illustrations de la série Starter - un jeune mécanicien qui fait des « essais voiture » - écrite par Jacques Wauters qu'il continuera jusque dans les années 1980[2]. Finalement Sophie, petite fille espiègle et malicieuse créée dans l'aventure de Starter L'Œuf de Karamazout, est si populaire qu'elle devient l'héroïne d'une série de 20 albums, publiés jusqu'en 1995 chez Dupuis[2]. Les quelques Starter sans Sophie sont publiés en collection Péchés de jeunesse.

La collaboration avec Franquin se concrétise par la prise en charge des décors de la série Gaston Lagaffe, mais également par la mise en place des personnages et du scénario : c'est presque 500 gags de la série que Jidéhem co-dessine avec son mentor[7], qui envisage même un moment de lui transmettre la série[2]. Lorsqu'André Franquin crée un personnage d'homme d'affaires acariâtre, Jidéhem lui trouve quelque ressemblance avec son propre père et, avec son accord, Franquin nomme le personnage M. De Mesmaeker, un personnage pittoresque régulier de la série[8]. Partageant les crayonnés et encrage avec Franquin de manière indifférenciée, Jidéhem est pratiquement le co-auteur de la série jusque 1968, date à laquelle Franquin abandonne Spirou et Fantasio pour se consacrer davantage à Gaston[4].

De ses longues années passées aux côtés d'André Franquin, Jidéhem acquiert un grand sens du dynamisme, servi par un trait semi-réaliste énergique et expressif[4], dans un style proche de celui de Maurice Tillieux[2]. Il excelle dans toutes les reconstitutions techniques et se révèle un très bon décoriste, notamment pour plusieurs albums de la série Spirou et Fantasio de Franquin, comme Le Nid des marsupilamis, Le Voyageur du MésozoïqueZ comme Zorglub ou QRN sur Bretzelburg mais également pour la série La Ribambelle de Roba ou Natacha[9] de Walthéry[2].

De 1990 à 1993, il interprète quelques Chansons Cochonnes, une adaptation en bande dessinée de chansons estudiantines[10] et collabore comme illustrateur pour L'Auto-Journal[4]. S'étant progressivement éloigné de l'école franco-belge qui peine à se renouveler, Jidéhem meurt à Bruxelles le 30 avril 2017, âgé de 81 ans[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Gaumer, Dictionnaire mondial de la bande dessinée, Larousse, Paris, 1998
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Frédéric Potet, « Mort de Jidéhem, précieux artisan de la BD franco-belge », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  3. Sophie, l'intégrale : De starter à Sophie, Dupuis, (ISBN 9782800181899), p. 8
  4. a, b, c et d Olivier Van Vaerenbergh, « Jidéhem, bras droit de Franquin et pilier du journal Spirou, est décédé », Le Vif,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Franquin, José-Louis Bocquet et Éric Verhoest, Franquin: chronologie d'une oeuvre, Marsu Productions, (ISBN 9782354260101), p. 1929
  6. Franquin, José-Louis Bocquet et Éric Verhoest, Franquin: chronologie d'une oeuvre, Marsu Productions, (ISBN 9782354260101, lire en ligne), p. 1907
  7. a, b et c Sophie, l'intégrale : De Starter à Sophie, Dupuis, (ISBN 9782800181899, lire en ligne), p. 11
  8. « Franquin - Gaston - Personnages », sur www.franquin.com (consulté le 2 mai 2017)
  9. Instantanés pour Caltech et Les machines incertaines
  10. Jean Pirotte et Luc Courtois, Du régional à l'universel : l'imaginaire wallon dans la bande dessinée, Fondation wallonne Pierre-Marie et Jean-François Humblet, , p. 234

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles contextes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]