Zorglangue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Zorglangue
Eugnalgroz
Auteur André Franquin
Pays Bases de l'armée de Zorglub.
Catégorie langue imaginaire
Classification par famille
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

Suot sel sertê sniamuh tnessian serbil te xuagé ne étingid te ne stiord. Sli tnos séuod ed nosiar te ed ecneicsnoc te tneviod riga sel snu srevne sel sertua snad nu tirpse ed étinretarf.

La Zorglangue est un système d'écriture et langage inventé par Zorglub, personnage de la série de bande dessinée Spirou et Fantasio.

Principe[modifier | modifier le code]

Son principe est l'inversion des lettres de chaque mot, maintenu à sa place d'origine[1]. Exemple : « Vive Zorglub » devient « Eviv Bulgroz ». Cela la rend évidemment impossible à comprendre pour les autres personnages, mais très facile à lire, ce qui rend les dialogues compréhensibles pour le lecteur de la bande dessinée.

« Le personnage de Zorglub est de Franquin, j’ai apporté la zorglangue, les zorglhommes et ce côté mégalomane du type qui veut faire des démonstrations étonnantes. Le gag dont je suis le plus content est celui de la publicité écrite à l’envers sur la lune. », affirme Michel Greg (dans Et Franquin créa la gaffe, entretiens avec Numa Sadoul, éditions Dargaud, 1997). La zorglangue apparaîtra brièvement dans un épisode d'Achille Talon de quatre pages, « Achille Talon, potache-choc », publiée dans Pilote en 1965 (et reprise dans l'album Ma vie à moi) : on y voit un Achille petit garçon répondre à sa maîtresse d'école que le contraire du verbe construire est « ERIURTSNOC ».

Seuls Zorglub, Zorglub junior (dans Le Réveil du Z) et Miss Flanner (dans Aux sources du Z) semblent la maîtriser naturellement.

Elle est enseignée en un quart d'heure, sous hypnose, par un automate, lors du processus de transformation d'un humain en zorglhomme[2]. Les zorglhommes de Zorglub junior, entraînés et non hypnotisés, sont incapables de comprendre leur chef.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Elle apparaît pour la première fois en bandeau supérieur de la première page de l'album nº 15 des aventures de Spirou et Fantasio. Elle est employée pour la première fois par Zorglub à la dix-huitième planche de l'Album, lors de l'enlèvement de Jérôme, le gendarme de Champignac-en-Cambrousse, et est utilisée dans les aventures dessinées par Franquin à la planche 55 de l'album suivant, nº 16, L'ombre du Z.

Elle réapparaît dans l'album 19, Panade à Champignac de manière parodique : Otto Paparapap, le zorglhomme parfait (son nom est un palindrome), est un nostalgique de l'aventure de Zorglub, qui souhaite que tout recommence.

On la retrouve dans Le Réveil du Z. Dans Aux sources du Z, on apprend que Zorglub l'avait inventée alors qu'il était étudiant.

Hommage[modifier | modifier le code]

L'album Fray, dérivé de Buffy contre les vampires, indique dans son dictionnaire d'argot futuriste l'expression « Esod mumixam », souvent présente quand Zorglub ordonne à ses hommes d'utiliser leurs paralyseurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Z comme Zorglub, planche 23.
  2. Z comme Zorglub, planche 22.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]