Vacances sans histoires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vacances sans histoires
49e histoire de la série Spirou et Fantasio
Auteur André Franquin

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue originale Français
Éditeur Dupuis
Première publication no 1023 de Spirou (1957)
Publié dans Album Le gorille a bonne mine

Vacances sans histoires est la quarante-neuvième histoire de la série Spirou et Fantasio d'André Franquin. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 1023 au no 1033.

Univers[modifier | modifier le code]

La minuscule voiture blanche percutée par Ibn-Mah-Zoud est une Isetta fabriquée par la firme Velam. Il s'agit du modèle décapotable de 1957, année de parution de cette histoire.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après avoir connu quelques déboires de santé (un énorme rhume) qui l'ont quelque peu ridiculisé, Fantasio n'a plus qu'une envie : prendre des vacances au soleil, loin des soucis. Parvenu dans une région méridionale en compagnie de Spirou, au volant de leur Turbotraction, il laisse par distraction la clé de contact au tableau de bord. Le roi du pétrole Ibn-Mah-Zoud, daltonien, confond alors leur voiture (bleue) avec sa propre Turbotraction (rouge) et l'emprunte sans penser à mal. Piètre conducteur, et danger public sur la route, l'émir ne tarde pas à provoquer plusieurs incidents et finit par littéralement désintégrer la voiture.

Pour remplacer le véhicule perdu, Fantasio transforme une De Dion-Bouton (prétendument datée de 1912)[1],[2] par l'ajout de gadgets aussi ingénieux qu'insolites (ou fantaisistes). Il tente de convaincre Spirou de l'intérêt de cette voiture, mais sans vrai succès.

C'est alors qu'Ibn-Mah-Zoud survient avec leur vieil ami Roulebille, des automobiles Turbot. Afin de racheter sa bourde et compenser son méfait, le roi du pétrole leur offre le dernier modèle de la marque, la Turbot 2. En échange il se permet de repartir avec la De Dion-Bouton bricolée de Fantasio ; cette dernière ne pouvant (prétendument) dépasser le 40 à l'heure, il considère en effet ne plus présenter à son volant aucun danger. Ce qui constitue, à une époque où la vitesse des automobiles est présentée comme un progrès, une vision prémonitoire de la limite de vitesse comme facteur de sécurité sur la route.

Personnages[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Velam Isetta, au musée automobile de Vendée

Historique[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. acquise d'occasion par son oncle Gustave en 1918
  2. plus vraisemblablement de 1908, une version cabriolet du landaulet 1908

Lien externe[modifier | modifier le code]