Didier Pasamonik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Didier Pasamonik
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
OstendeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Didier Pasamonik, né le à Ostende en Belgique, est un acteur de la bande dessinée d'expression française : éditeur, directeur de collection, journaliste et commissaire d'exposition.

Carrière d'éditeur et de journaliste[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière dans le milieu de la bande dessinée avec son frère jumeau, Daniel, décédé en 1995. Il est :

Didier Pasamonik a publié dans des magazines consacrés à la bande dessinée comme Les Cahiers de la Bande Dessinée, Bachibouzouk, DBD, StoryBoard, L’Année de la BD, Les Inventions de Gaston, Bandes Dessinées Magazine, Vécu, Suprême Dimension, ZOO, Spirou, Comixene (Allemagne), Dolmen (Espagne), Alfonz (Allemagne). Il a également collaboré à différents magazines professionnels ou grand public comme le Collectionneur Français, La Lettre de France édition, Le Spectacle du monde, Philosophie Magazine, Le Magazine littéraire ou VSD.

Il a également cofondé le studio de jeux vidéo Captain-Interactive en 2000 et a été directeur du développement de la société audiovisuelle JWGC/Wave Productions.i

En avril 2002, Didier Pasamonik est membre du comité d’organisation du Forum International Écriture et Cinéma de Monaco. Il organise à partir de l'année suivante un Prix de la Meilleure BD adaptable au cinéma et à la télévision. Le Forum cesse son activité en 2011.

Depuis 2003, il est éditeur adjoint et directeur de la rédaction du site francophone d'information sur la bande dessinée ActuaBD.com. Il participe comme chroniqueur à l'émission Pop Fiction d'Ali Rebeihi sur France Inter à partir d'août 2014.

On lui doit aussi une contribution à des périodiques consacrés au judaïsme, écrivant dans Les Cahiers du Judaïsme, L'Arche, le mensuel mexicain Horizontes et les mensuels belges Regards et Contact J. Combinant ses deux centres d'intérêt, la bande dessinée et la judéité, il fut également l'animateur d'une émission radio mensuelle, La Diaspora des Bulles sur la radio communautaire parisienne Judaïques FM.

Il est, avec Éric Verhoest qui en était le coordonnateur rédactionnel, un des principaux collaborateurs de l'encyclopédie Hachette sur Gaston Lagaffe Les inventions de Gaston (45 fascicules de 2004 à juillet 2006).

Il a été éditorialiste, à partir de sa création en janvier 2006 jusqu'à son 17e numéro daté de septembre 2008, du mensuel Suprême Dimension dans laquelle il tenait une chronique se voulant caustique sur le petit monde de la bande dessinée : « Pendant ce temps-là, dans le microcosme » dont certains articles ont été repris dans le recueil Critique de la bande dessinée pure (chroniques narquoises 2005-2007).

Il a été, de février 2008 à 2011, éditorialiste sur le blog Mundo-BD.fr, financé par la Caisse d'Epargne, l'un des premiers sponsors de la bande dessinée en France (Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, Prix des Libraires de l'ALBD, etc.).

Il a lancé en octobre 2010, avec Berrak Hadımlı et Jean-Marie Derscheid, le Festival Istanbulles, premier festival international de la bande dessinée à Istanbul[1].

Il a été en 2014, le producteur exécutif du court-métrage Lady of the Night produit par AttieStudio (Paris), réalisée par Laurent Boileau, sur une histoire conçue par Adriaan Esterhuizen qui en a également assuré la conception musicale. Le charac design du film a été conçu par Jose Luis Munuera et l'animation par La Station (Paris).

Expositions[modifier | modifier le code]

En novembre 2002, il rejoint l’équipe dirigée par Éric Verhoest chargée d’une exposition annuelle pour la Ville de Charleroi (Charleroi, carrefour des Imaginaires). À son actif :

À partir de cette date, les expositions se succèdent :

  • De Superman au Chat du rabbin (2007). Coproduite par le Musée d'art et d'histoire du judaïsme, à Paris, du 17 octobre 2007 au 27 janvier 2008 et le Joods Historisch Museum, à Amsterdam, du 6 mars jusqu’à la mi-juin 2008, elle est ensuite présentée au musée juif de la ville de Francfort en Allemagne (Superman und Golem - Der Comics als Medium jüdischer Erinnerung, du 18 décembre au 22 mars 2009), au musée juif de Melbourne en Australie (Superheroes and Schlemiels: Jewish Comic Art, du 30 mai au 30 août 2009) et au Musée juif de Stockholm (Superthjältar och antihjältar i tecknade serier) du 4 avril au 13 novembre 2011. Didier Pasamonik en était le conseiller scientifique[2].
  • Regards croisés de la bande dessinée belge (2009). Coproduite par les Musées royaux d'art et d'histoire et le Bureau des grands évènements, à Bruxelles, du 27 mars 2009 au 28 juin 2009. Didier Pasamonik en est le commissaire aux côtés de Jean-Marie Derscheid.
  • Drôles de Gaulois (2009). Produite par l'Université de Paris 13 (IUT de Bobigny), du 15 octobre au 30 novembre 2009. Didier Pasamonik en est le commissaire aux côtés de l'archéologue Yves Le Bechennec et de l'historien Michel Monin.
  • Black is Beautiful : La couleur du noir (2010). Produite par le Festival International de Lausanne BD-FIL pour le Musée historique de la ville de Lausanne, du 10 au 12 septembre 2010. Exposition sur le Noir & le Blanc dans la bande dessinée.Didier Pasamonik en est le commissaire aux côtés de Jean-Marie Derscheid.
  • Philippe Geluck - Le Chat à Istanbul (2010). Institut Français d'Istanbul, du 13 au 23 octobre 2010. Didier Pasamonik en est le commissaire aux côtés de Jean-Marie Derscheid.
  • La Couleur dessinée (2011). Produite par le Festival International de Lausanne BD-FIL pour le Musée historique de la ville de Lausanne, du 9 au 25 septembre 2011. Exposition sur l'histoire de la couleur dans la bande dessinée, des chromistes aux coloristes à la "couleur dessinée" d'aujourd'hui.Didier Pasamonik en est le commissaire aux côtés de Jean-Marie Derscheid.
  • Maus, Mus, Mouse : Variations suédoises autour de la BD d'Art Spiegelman (2011). Produite par l'Association suédoise des auteurs de BD pour le Mémorial de la Shoah à Paris, du 18 au 30 septembre 2011. À côté de ces interprétations artistiques dont Jamil Mani est le commissaire, un parcours propose un historique de la représentation de la Shoah dans la bande dessinée. En partenariat avec l’Institut suédois à Paris. Coordination : Didier Pasamonik, Sophie Nagiscarde et Caroline François.
  • Lucky Luke à Istanbul (Red Kit Istanbul'da) à Istanbul (2012), dans le cadre du Festival Istanbulles au Centre Culturel Yapı Kredi (Yapı Kredi Kültür Merkezi), du 10 au 17 juin 2012. Didier Pasamonik en est le commissaire[3].
  • Antisémitisme : Une affaire européenne... et belge (2012), une histoire graphique de l'antisémitisme en Belgique, au Palais des Congrès de Liège (Belgique), du 10 au 12 décembre 2012. Cette exposition est organisée dans le cadre de la Présidence belge de la Task Force for International Cooperation on Holocaust Education. Didier Pasamonik en est le commissaire aux côtés de Joël Kotek. Scénographie : Pierre-Marie Jamet.
  • Comics alla Turca, images et stéréotypes des Turcs dans la bande dessinée franco-belge (2014), à la Maison du Folklore et des Traditions de la Ville de Bruxelles, du 22 mai au 14 août 2014. Cette exposition organisée dans le cadre des 50 ans de l'immigration turque en Belgique retrace l'image des Turcs, de Bécassine (1919) à Largo Winch[4].Didier Pasamonik en est le commissaire aux côtés d'Alain Servantie.
  • Superdupont à Zagreb, exposition du Superdupont de Gotlib et Lob par François Boucq dans le cadre du Festival de bande dessinée de Zagreb (19. Međunarodni festival stripa Crtani romani šou) à L'Institut Français de Zagreb, du 13 au 30 mai 2016[5]. Didier Pasamonik en est le commissaire.
  • Istanbulles in Erlangen – Comics und Satire in der Türkei, exposition sur la bande dessinée turque au Festival International de la bande dessinée d'Erlangen, le "Angoulême allemand"[6] au Kongresszentrum Heinrich-Lades-Halle, du 26 au 29 mai 2016. Didier Pasamonik en est le commissaire[7].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr+en+tr+nl) « Istanbulles », sur ISTANBULLES,‎ (consulté le 30 août 2014)
  2. [1] Blog de Véronique Chemla.
  3. [2], Radikal 11 mai 2012.
  4. Christian Missia Dio, « Comics alla turca - Bruxelles revient sur l’image et stéréotypes des Turcs dans la BD franco-belge », ActuaBD.com,‎ (lire en ligne)
  5. « Drôle d’ambiance au 19e festival de BD de Zagreb - ActuaBD », sur www.actuabd.com (consulté le 18 juin 2016)
  6. « 17e Festival International d’Erlangen : coup de projecteur sur le (...) - ActuaBD », sur www.actuabd.com (consulté le 18 juin 2016)
  7. « Les bulles acides d’Istanbulles », sur ARTE Info (consulté le 18 juin 2016)
  8. « La bande dessinée triomphe chez Christie’s | BDZoom.com », sur bdzoom.com (consulté le 10 novembre 2015)
  9. « Henri Filippini, « XIII » : dans les coulisses d’une œuvre… | BDZoom.com », sur bdzoom.com (consulté le 25 octobre 2015)
  10. « Prehistoria y cómic », sur www.museuprehistoriavalencia.es (consulté le 15 juillet 2016)