Frédéric Neidhardt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neidhardt.
Fred Neidhardt
Fred Neidhart - O Tour de la Bulle - P1210343.jpg
Fred Neidhardt en septembre 2009
Naissance
Nationalité
Activité
Site web

Fred Neidhardt ou Frédéric Neidhardt, né à Rabat[1] en 1966, est un auteur de bande dessinée.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il fait ses débuts en 1989 dans la revue Psikopat, comme scénariste, dessinateur et chroniqueur.

En 1997, son premier album paraît chez Soleil Productions en duo avec son ami Fabrice Tarrin : Les Aventures de Monsieur Tue-Tout.

En 2004, Fred Neidhardt cosigne le sénario d'une bande dessinée pour enfants dans le nouveau Pif Gadget, avec Fabrice Tarrin, et Olivier Grojnowski au dessin : les aventures de Nestor et Polux[2] servent de fer de lance au magazine relooké.

De 2006 à 2008, il réalise tous les mois les impostures du magazine L'Écho des savanes[3], toujours avec son complice Fabrice Tarrin.

En 2006, toujours avec Fabrice Tarrin, il réalise des caméras cachées pour l'émission Salut les Terriens [4]de Thierry Ardisson.

En 2007, Fred Neidhardt réalise les couleurs d'un album de Spirou, avec sa femme Yuko et Fabrice Tarrin : Le Tombeau des Champignac.

Le , alors qu'il est invité sur le plateau de Jean-Marc Morandini pour commenter une imposture réalisée lors d'un talk-show de Jean-Luc Delarue, Fred Neidhardt affirme être le créateur du blog de Frantico. Son goût pour la supercherie rend cependant cette déclaration pour le moins sujette à caution. Pourtant, cette rumeur est reprise par Lewis Trondheim, qui affirme que Frantico est bien Neidhardt lors de l'émission Minuit dix du sur France Culture.

En 2009, Fred Neidhardt joue le rôle d'un professeur dépressif dans le film de Riad Sattouf Les Beaux Gosses. Il apparaît de nouveau dans le second film du réalisateur Jacky au royaume des filles.

En 2010 et 2011, Fred Neidhardt fait paraître une nouvelle série dans Spirou : Spouri et Fantaziz, parodie trash de Spirou et Fantasio, en histoires courtes[5] et en mini-récits. Par autodérision, ces pages sont souvent accompagnées d'un appel au lecteur à ne pas lire, voire à détruire ces pages. De même lors de l'(auto)interview de Neidhardt, la « Galerie des illustres » a été renommée « Galerie des minables »[6].

Dans le Spirou daté du , des pages d'un Spirou inédit de Rob-Vel sont publiées. Le Spirou daté du révèle qu'il s'agit d'un poisson d'avril : c'est encore Neidhardt qui a dessiné ces pages, et la fin publiée dans ce Spirou fait intervenir Spouri[7].

Fred Neidhardt est également scénariste pour des séries d'animation : Captain Biceps, Les Lapins crétins : invasion[8], Les Chronokids.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Albums et recueils[modifier | modifier le code]

  1. Tome 1, 2017
  2. Tome 2, 2017
  3. Tome 3, 2018

Collectifs[modifier | modifier le code]

Coloriste[modifier | modifier le code]

Une aventure de Spirou et Fantasio par…

Magazines[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Frédéric NEIDHARDT - Bamboo Édition - Auteur BD », sur www.bamboo.fr (consulté le 6 septembre 2018)
  2. « Neidhardt dans Vaillant/Pif », sur bdoubliees.com (consulté le 6 septembre 2018)
  3. fabrice tarrin, « Les impostures de l'Echo des savanes », sur www.fabricetarrin.com (consulté le 6 septembre 2018)
  4. « Piéger la télé, mode d'emploi - Par Justine Brabant | Arrêt sur images », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  5. "Spouri et Fantaziz" dans le journal de Spirou
  6. #3756. 38 La Galerie des minables : Neidhardt
  7. Spirou inédit par Rob-Vel : bravo Monsieur Neidhardt !
  8. « Fred Neidhardt », sur IMDb (consulté le 6 septembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]