Sibylline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sibylline (homonymie).
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Sibylline
Série
Scénario Raymond Macherot
Paul Deliège
André Taymans
François Corteggiani
Dessin Raymond Macherot
André Taymans
Couleurs Studio Léonardo
Bruno Wesel
Genre(s) Franco-Belge
Animalière
Humoristique

Personnages principaux Sibylline
Anathème Percemiche
Taboum
Flouzemaker
Verboten
Lieu de l’action Bosquet Joyeux

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue originale Français
Éditeur Dupuis
Flouzemaker
Première publication Drapeau : Belgique journal Spirou no 1403 du
Nb. d’albums 16

Prépublication Drapeau : Belgique Spirou de 1965 à 1990

Sibylline est une série de bande dessinée franco-belge créée dans le journal Spirou no 1403 du par Raymond Macherot, épaulé par Paul Deliège au scénario pour les albums du no 5 au no 7.

Après une longue interruption, la série est reprise en 2006 par André Taymans, aidé par Raymond Macherot et François Corteggiani au scénario de certaines histoires. Distribuée en album par les éditions Dupuis à partir de 1967, elle est abandonnée par cette même maison d'édition avant d'arriver aux mains des éditions Flouzemaker en 2006. Publiée dans le journal Spirou de 1965 à 1990, la série met en scène Sibylline, une petite souris anthropomorphe qui habite au Bosquet Joyeux. Là-bas, elle affronte des ennemis comme Anathème qui veulent prendre le pouvoir. La série, au début teintée d'humour et de gentillesse, va basculer dans le fantastique et le surnaturel, avec des méchants de plus en plus violents.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La série met en scène la petite souris anthropomorphe Sibylline qui a élu domicile au Bosquet Joyeux, après avoir vécu dans une maison humaine. Le petit monde du Bosquet Joyeux est organisé comme une petite société animale avec ses marchands, sa police, son armée et ses méchants qui veulent renverser le pouvoir. Par la suite, la série est teintée de plus en plus par des touches de fantastiques et de surnaturel où les méchants, qui deviennent de plus en plus dangereux, prennent le premier rôle dans les histoires aux dépens de la gentille Sibylline[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1964, l'auteur Raymond Macherot quitte les éditions Le Lombard et le journal Tintin, une rupture probablement due aux mauvaises ventes des albums de ses séries Chlorophylle et Clifton[2]. Une clause de son contrat l'oblige à abandonner ses personnages, qui seront repris par la suite par d'autres auteurs, sauf Anthracite qu'il refuse de céder (il le fera par la suite à Walli) le considérant comme la clé des aventures de Chlorophylle[3]. Il rejoint alors les éditions Dupuis et le journal Spirou, engagé par Charles Dupuis pour refaire une série similaire à Chlorophylle[2]. Il crée d'abord la série Chaminou, mais l'atmosphère et l'humour noir de la série ne va plaire ni à Dupuis ni à ses collègues du journal et il doit l'abandonner après la première histoire[4].

Création de la série[modifier | modifier le code]

Après l'abandon de Chaminou, Macherot doit trouver une nouvelle idée de série. Il crée alors Sibylline, une série assez proche de Chlorophylle. Elle met en scène une petite souris du nom de Sibylline, accompagnée de son fiancé Taboum et chassée par le chat Pantoufle (qui fera ensuite l'objet d'une série à part sur des scénarios de René Goscinny[5]). Pour cette première histoire, Sibylline habite dans le plancher d'une maison[6]. La série est publiée pour la première fois dans le journal Spirou no 1403 du [1]. L'univers champêtre et animalier de Sibylline rappelle énormément Chlorophylle[7].

Mise en place de la série[modifier | modifier le code]

Sibylline, chassée de son plancher, évolue désormais à la campagne. Après quelques histoires pour roder la série et les personnages, le rat noir Anathème Percemiche, 65e du nom, premier véritable méchant de la série, apparaît pour la première fois dans l'histoire Sibylline et l’imposteur parue dans le journal Spirou no 1488 du au no 1497 du 22 décembre 1966[1]. Chassé de son château par un laquais[8], il est le double, plus bête que méchant, d'Anthracite, le méchant de la série Chlorophylle[7].

Aide de Paul Deliège et évolution de la série[modifier | modifier le code]

Raymond Macherot qui a l'impression de refaire la même série que Chlorophylle, va rapidement tomber à cours d'idées de scénario à la suite d'une dépression nerveuse. Il se résout à prendre un scénariste en la personne de Paul Deliège, dessinateur notamment de la série Bobo publiée aussi dans le journal Spirou. Il va l'aider le temps de trois albums, du no 5 au no 7[2]. La série va évoluer vers le fantastique à partir de l'épisode Sibylline et le petit cirque paru dans le journal Spirou no 1694 du 1er octobre 1970 au no 1705 du 17 décembre 1970[1]. Avec notamment l'arrivée des méchants, Burokratz le vampire tartophage, Croque-Monsieur le furet qui tue les animaux pour les manger ou encore le Grand Troubadoule[9], la série devient plus sombre et cruelle. Elle évolue aussi sur le plan graphique avec le choix des gros plans plutôt que la description des petits détails qui était privilégiée au début de la série. C'est avec ce nouveau visage que la série paraîtra dans Spirou de la fin des années 1970 à l'année 1990[7]. L'ultime apparition de la série dans le journal a lieu du no 2726 au no 2735 avec l'histoire à suivre intitulé Sibylline et le murmuhr[1]. Raymond Macherot abandonne alors progressivement la bande dessinée, estimant manquer d'imagination et fatigué par l'obligation de dessiner régulièrement les mêmes personnages[10].

Relance de la série[modifier | modifier le code]

En 2005, les époux Macherot mandatent leur avocat pour trouver un éditeur qui accepte de publier deux histoires en noir et blanc parues dans Spirou et inédites en album. Intéressé par le projet, Stephan Caluwaerts crée la maison d'édition Flouzemaker, du nom d'un des personnages de la série. Un album reprenant les deux histoires de Raymond Macherot est d'abord publié, puis, avec l'accord de ce dernier, André Taymans reprend la série. Raymond Macherot participe au scénario du premier album ; il souhaite notamment, ainsi que son éditeur, faire revenir d'anciens méchants comme Croque-Monsieur. Après ce premier album intitulé Sibylline et la ligue des coupe-jarrets qui sort en 2006, André Taymans va être entièrement libre pour le scénario du deuxième album[11]. Plusieurs albums suivent, et, à partir du cinquième, François Corteggiani, grand admirateur de l'œuvre de Raymond Macherot, reprend la série à la demande d'André Taymans[12].

Personnages[modifier | modifier le code]

Sibylline[modifier | modifier le code]

Une souris, le genre animal dont est issue Sibylline.

Sibylline est une petite souris femelle, héroïne de la série. Au début, elle habite avec d'autres souris dans le plancher d'une maison. Elle en est chassée par le chat errant Pantoufle, puis part pour la campagne où elle s'installe au « Bosquet Joyeux ». Quand le méchant rat Anathème attaque le Bosquet Joyeux, Sibylline organise la résistance et finit par le renverser du trône qu'il avait accaparé[6]. Physiquement, Sibylline a les cheveux brun, puis châtain à partir de l'histoire Sibylline en danger[13]. Elle possède un caractère très développé : colérique, émotive, astucieuse et jalouse, c'est aussi une très bonne cuisinière (principalement pour les tartes)[14]. Dans la suite de la série, elle se fait voler son rôle de vedette par les méchants, voire se fait ridiculiser par eux[7].

Amis[modifier | modifier le code]

Le fiancé de Sibylline est Taboum, une souris imprudente qui passe son temps à être enlevée ou à tomber dans tous les pièges qui lui sont tendus[1]. Souffre douleur de Sibylline, il habite avec elle dans le plancher de la maison, avant de l'accompagner au Bosquet Joyeux[6]. Le brigadier Verboten est un hérisson, policier au Bosquet Joyeux, qui a pour arme principale ses piquants. Un peu sot, il accuse Anathème à chaque infraction[1]. Flouzemaker est un chocard[15] qui tient un supermarché au Bosquet Joyeux dont il est une des figures importantes. Il porte un chapeau melon et fume un cigare, à lui tout seul il constitue l'armée de l'air du Bosquet Joyeux en cas de guerre[16]. Le petit cirque apparaît pour la première fois dans l'histoire Sibylline et le petit cirque, et par la suite ses membres vont devenir des habitués du Bosquet Joyeux. Il est composé du perroquet ventriloque Gloglo[1], de Gustave le chat blanc équilibriste[17], du clown Alphonse le chien-cheval[18] et de la souris Gougoui, à la fois dresseur de papillons, funambule et cascadeur[17]. Patakes est un oiseau journaliste qui travaille pour La trompette fureteuse. Zagabor est le seul capable, avec son violon, de neutraliser le méchant Croque-Monsieur[1].

Méchants[modifier | modifier le code]

Un furet, le genre animal le plus représenté chez les méchants.

Pantoufle est le chat noir qui va chasser Sibylline de son foyer chez les humains[6]. Le second méchant de la série est le rat noir, Anathème Percemiche 65e du nom. Il apparaît dès la troisième histoires de la série intitulée Sibylline en danger[6]. Expulsé de son château par un laquais, il va tenter de prendre le pouvoir au Bosquet Joyeux considéré comme « la terre promise »[19]. Il arrive à en chasser Sibylline avant d'être lui-même repoussé par les abeilles[18]. Par la suite il devient employé de Flouzemaker et policier adjoint avant d'être accusé à tort de vol et de partir du pays[19]. Il est servi par Bacafleur, un rat noir particulièrement stupide[18]. Anathème revient ensuite, baptisé Poupounet par Mirmy Popcorn, puis il prend le nom de Guzu[20]. Pistolard est un renard[17] qui a des pouvoirs magiques. Il apparaît pour la première fois dans l'histoire Sibylline et le petit cirque où il tente de transformer les animaux en insectes[1]. À la suite de la casse de sa baguette magique il acquiert une baguette rose qui crée des gâteaux avant de finir écrasée entre deux cailloux[19]. Burokratz est un vampire qui oblige les victimes qu'il enlève à cuisiner des tartes[9]. Le grand Troubadoule est le maître des mauvais génies, dont Pistolard changé en puce veut s'attirer les bonnes grâces pour retrouver sa forme[21]. Le grand Troubadoule va acheter l'âme d'Elixir le Magnifique, avant d'être anéanti par le zéladon noir. Croque-Monsieur est un furet armé d'un grand couteau qui va égorger de nombreux animaux pour les manger ; il va notamment s'associer avec Zakouski[9] avant d'entrer au service du magicien Trougnou.

La société[modifier | modifier le code]

La série possède une société très étoffée et bien structurée. Elle ne possède pas de gouvernement, bien qu'une élite s'occupe de la défense en temps de guerre ou de trouble, mais il n'y a pas d'armée propre, c'est la population qui s'en occupe elle-même, n'hésitant pas à s'allier à d'autres sociétés animales comme les abeilles jusqu'au retour de la paix. Les ennemis viennent toujours de l'extérieur et essayent de prendre le contrôle du pays ou de le changer. Il existe une police, représentée par le brigadier Verboten, mais elle a surtout une fonction d'aide plutôt que de répression et les prisons ne fonctionnent que pour enfermer les ennemis durant les guerres. L'industrie et la technologie n'existent pas, les seules ressources sont celles de la nature, d'ailleurs le travail salarié semble ne pas exister et les rares individus qui travaillent à des tâches bien précises sont le brigadier et le marchand Flouzemaker. Ce dernier travaille à son compte. Il n'y a pas d'argent puisque tout marche par le troc, ce qui n'empêche pas les habitants de s'enrichir. Ainsi le marchand Flouzemaker amasse une petite fortune en noisettes. La société du Bosquet Joyeux est une société de type anarchiste où tous sont égaux, où la vie quotidienne est simple dans une société libre, sans patrons et sans horaires[22].

Publications[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des récits de Sibylline.

Albums[modifier | modifier le code]

Historique des publications en album[modifier | modifier le code]

Le premier album sort en 1967 aux éditions Dupuis, il s'intitule Sibylline et la Betterave. L'année suivante (1968) est publié Sibylline en danger, le deuxième album. Après une petite interruption de trois ans, l'album Sibylline et les abeilles le troisième de la série sort en 1971. En 1974, est publié le quatrième album intitulé Sibylline et le petit cirque, puis le cinquième intitulé Sibylline s'envole paraît l'année suivant, cet album comme les trois suivants est scénarisé par Paul Deliège. Le sixième album intitulé Sibylline et les cravates noires sort en 1977. Deux ans plus tard (1979) est publiée Sibylline et Elixir le maléfique, le septième album de la série. Il faut attendre trois ans (1982) pour voir le huitième album intitulé Sibylline et Burokratz le vampire. L'année suivante (1983) sort le neuvième album intitulé Sibylline et le chapeau magique, puis en 1984 est publié le dixième album intitulé Sibylline et le violon de Zagabor. Le dernier album à paraître aux éditions Dupuis est le onzième qui paraît en 1985 et s'intitule Sibylline et le Kulgude. En 2002, est publié en Belgique en supplément d'une monographie de l'auteur aux Éditions L'Âge D'Or, un album hors-série intitulé L'Aérot camelot[23]. À partir de 2005, la série est reprise par André Taymans aux éditions Flouzemaker. Est alors publié un premier album hors-série intitulé Sibylline déménage qui reprend deux histoires inédites en album[24]. L'année suivante est ensuite publié, avec un scénario de Raymond Macherot, le douzième album (numéroté un) intitulé Sibylline et la ligue des coupe-jarrets[25], puis le treizième (numéroté deux) intitulé Sibylline et le serment des lucioles[26]. L'année suivante (2007) c'est le quatorzième (numéroté trois) intitulé Sibylline et la lande aux sortilèges qui est publié[27], il s'agit en fait d'une réédition de l'album no 4 avec une nouvelle couverture d'André Taymans[23]. Le quinzième album (numéro cinq) intitulé Sibylline et la prophétie de Godetia est publié en 2008[28]. L'année suivante (2009) sort Traquenard à Saint-Florentin le seizième album (numéroté six) avec un scénario de François Corteggiani[29].

À partir d'octobre 2011, Casterman commence la publication d'une intégrale des aventures de Sibylline[30]. Les cinq tomes de l'intégrale couvrent les publications allant de 1965 à 1990, et donc comprennent des histoires de Sibylline encore jamais parues en album jusqu'alors.

Chiffre de vente[modifier | modifier le code]

Au , les sept premiers albums de la série ont été vendus à 184 000 exemplaires cumulés, ce qui en fait la vingt-septième meilleure vente des éditions Dupuis[31]. Le premier album de la reprise de la série aux éditions Flouzemaker est tiré à 6 000 exemplaires rapidement épuisés, le second est quant à lui tiré à 12 000 exemplaires[11].

La Collection originale[modifier | modifier le code]

Hors-série[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

La série est créée dans le no 1403 du du journal Spirou avec une histoire à suivre intitulée simplement Sibylline pour l'occasion et qui fait la couverture du journal. L'histoire est publiée jusqu'au no 1412. Elle fait son retour dans le journal dans le no 1421, où elle fait aussi la couverture, avec l'histoire Sibylline et Cie jusqu'au no 1430. La série fait sa dernière apparition de l'année avec l'histoire Sibylline et la Betterave publiée du no 1443 au no 1452. Elle fait aussi la couverture du journal pour le début de la prépublication de cette histoire, puis celle du no 1451. La série n'est publiée qu'une seule fois dans l'année 1966 avec l'histoire Sibylline et l’imposteur du no 1488, dont elle fait aussi la couverture, jusqu'au no 1497. L'histoire Sibylline en danger est publiée pour l'année 1967 du no 1510no  au no 1529, à cette occasion elle fait aussi la couverture du no 1521. La même année est publié dans le spécial Noël un récit complet de quatre pages intitulé Un sapin pour Sibylline. L'année 1968 commence pour la série avec une annonce publiée dans le no 1556 pour la nouvelle histoire de Sibylline intitulée Sibylline contre–attaque publiée dès le numéro suivant, dont elle fait aussi la couverture. Elle est publiée chaque semaine jusqu'au no 1571 et fait la couverture des no 1564,no 1565 et du no 1568. En 1969, comme pour la précédente histoire une annonce est d'abord faite dans le no 1617 avant la publication de la nouvelle histoire dès le numéro suivant intitulée Sibylline et les abeilles publiée jusqu'au no 1632, la série fait aussi la couverture des no 1618, no 1622 et du no 1632. Pour le spécial Noël de l'année, est publiée une histoire complète de quatre planches intitulée La soirée de Noël de Sibylline dans le no 1652[1].

Années 1970[modifier | modifier le code]

L'année 1970, commence avec la publication dans Spirou d'une histoire complète de deux planches intitulée Sibylline et le gâteau d’anniversaire, puis la nouvelle histoire est annoncée dans le no 1693 pour commencer à être publiée dès le numéro suivant, dont elle fait aussi la couverture, la nouvelle histoire à suivre est intitulée Sibylline et le petit cirque et se termine dans le no 1705. Pour l'année 1971, n'est publiée qu'une seule courte histoire à suivre du no 1747 au no 1750 intitulée Sibylline et la baguette rose ; elle fait aussi la couverture du Spirou no 1747. L'année 1972, commence au no 1783 avec la publication d'une histoire complète de huit planches intitulés Ça, c’est du gâteau ! il s'agit de la première histoire scénarisée par Paul Deliège. Puis une histoire à suivre intitulée Sibylline contre les pirates est publiée du no 1796 au no 1813 ; pour l'occasion elle fait la couverture du premier numéro dans lequel l'histoire commence sa publication. En 1973, n'est publiée qu'une seule histoire à suivre intitulée Gudu s’évade du no 1844, dont elle fait aussi la couverture, au no 1849. L'histoire à suivre Sibylline s'envole est la première publiée pour l'année 1974 à partir du no 1877, où, comme à chaque fois que commence la publication d'une histoire, elle fait la couverture de Spirou. Elle fait aussi celle du no 1890, l'histoire se termine dans le no 1895. Dernière publication de l'année, l'histoire complète en cinq pages intitulée Sibylline et le coucou dans le no 1913 spécial Noël. Une seule publication pour l'année 1975 avec l'histoire intitulée Sibylline et les cravates noires du no 1965 au no 1977, qui fait aussi la couverture du no 1972. L'année 1976, voit la série n'être qu'une seule fois au sommaire du journal lors du no 2017 avec un récit complet de deux pages sans titre, c'est la dernière histoire scénarisée par Paul Deliège. Le retour de la série se produit en 1977, avec l'histoire à suivre intitulée Elixir le maléfique du no 2067, dont elle fait aussi la couverture, jusqu'au no 2078[1].

Années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

La série disparaît alors pendant trois ans de Spirou avant de faire son retour en 1980 avec d'abord deux annonces publiées dans les no 2179 et no 2180 avant le début de la publication de la nouvelle histoire à suivre intitulée Burokratz le vampire dans le no 2181, dont elle fait aussi la couverture ; elle se termine dans le no 2186. L'année 1981, voit la publication de l'histoire à suivre Sibylline et la puce fatale sur deux numéros, du no 2234 au no 2235, de l'histoire à suivre Le buffet hanté du no 2240 au no 2241, d'une autre histoire à suivre intitulée Flouzemaker et le chapeau magique du no 2257 au no 2263, puis une histoire complète de onze planches dans le no 2273 intitulée Flouzemaker et Patakés. L'année 1982 est aussi faste pour la série avec la publication de l'histoire à suivre intitulé Le violon de Zagabor du no 2283 au no 2286, le récit complet de cinq pages Flouzemaker en vacances publiée dans le no 2297 et enfin l'histoire à suivre intitulée Sibylline et le Kulgude publiée du no 2332 au no 2336. La seconde partie de cette histoire est publiée dans l'année 1983 du no 2350 au no 2355. Pour l'occasion elle fait la couverture du no 2350. La nouvelle histoire à suivre de la série intitulée La nuit fantastique est publiée du no 2367 au no 2371[1].

Pour l'année 1984, est publié un récit complet de neuf pages intitulé Patakes et le Pignou dans le no 2394, dont il fait aussi la couverture. Puis un récit complet de vingt-deux pages publié dans le no 2408 intitulé La dame en noir. La série paraît à plusieurs reprises au cours de l'année 1985, à commencer par deux histoires complètes de quinze et dix planches intitulées Sibylline et le vase enchanté et Flouzemaker et l’amour respectivement publiées dans les numéros 2440 et 2454. Puis une nouvelle histoire à suivre intitulée Sibylline et Tanauzere publiée du no 2463, dont elle fait la couverture, au no 2466. Et enfin une histoire à suivre du no 2489, dont elle fait aussi la couverture, jusqu'au no 2490 intitulée Le retour d’Anathème. L'histoire à suivre intitulée Mystère et frimas publiée du no 2533 au no 2534 est la seule publication de l'année 1986. L'année suivante quatre histoire complètes sont publiées respectivement dans les numéros 2544, 2554, 2567 et 2569, intitulées Sibylline et Smiling Emyle (dix planches), Le chevalier printemps (six planches), Sibylline et le feu follet (dix planches) et Sibylline en vacances (quatre planches). Sibylline déménage est une histoire à suivre qui constitue l'unique publication de l'année 1989, elle est publiée du no 2668 au no 2678. L'ultime apparition de la série dans Spirou a lieu en 1990 du no 2726 au no 2735 avec une histoire à suivre intitulée Sibylline et le murmuhr[1]. Restera seulement L'Aéro Camelot récit non paru à l'époque qui sera édité pour la première fois dans le tirage de luxe de la monographie Macherot parue aux éditions L'âge d'or. Cette histoire et toutes les autres sont réédités dans l'intégrale Sibylline paru en 2011 et 2012.

Première publication dans le journal Spirou[modifier | modifier le code]

Année Titre Début Fin
1965 Sibylline no 1403 no 1412
Sibylline et Cie no 1421 no 1430
Sibylline et la Betterave no 1443 no 1452
1966 Sibylline et l’imposteur no 1488 no 1497
1967 Sibylline en danger no 1510 no 1529
Un sapin pour Sibylline no 1548
1968 Sibylline contre–attaque no 1557 no 1571
1969 Sibylline et les abeilles no 1618 no 1632
La soirée de Noël de Sibylline no 1652
1970 Sibylline et le gâteau d’anniversaire no 1680
Sibylline et le petit cirque no 1694 no 1705
1971 Sibylline et la baguette rose no 1747 no 1750
1972 Ça, c’est du gâteau ! no 1783
Sibylline contre les pirates no 1796 no 1813
Année Titre Début Fin
1973 Gudu s’évade no 1844 no 1849
1974 Sibylline s'envole no 1877 no 1895
Sibylline et le coucou no 1913
1975 Sibylline et les cravates noires no 1965 no 1977
1976 (titre inconnu) no 2017
1977 Elixir le maléfique no 2067 no 2078
1980 Burokratz le vampire no 2181 no 2186
1981 Sibylline et la puce fatale no 2234 no 2235
Le buffet hanté no 2240 no 2241
Flouzemaker et le chapeau magique no 2257 no 2263
Flouzemaker et Patakés no 2273
1982 Le violon de Zagabor no 2283 no 2286
Flouzemaker en vacances no 2297
Sibylline et le Kulgude no 2332 no 2336
Année Titre Début Fin
1983 Sibylline et le Kulgude no 2350 no 2355
La nuit fantastique no 2367 no 2371
1984 Patakes et le Pignou no 2394
La dame en noir no 2408
1985 Sibylline et le vase enchanté no 2440
Flouzemaker et l’amour no 2454
Sibylline et Tanauzere no 2463 no 2466
Le retour d’Anathème no 2489 no 2490
1986 Mystère et frimas no 2533 no 2534
1987 Sibylline et Smiling Emyle no 2544
Le chevalier printemps no 2554
Sibylline et le feu follet no 2567
Sibylline en vacances no 2569
1989 Sibylline déménage no 2668 no 2678
1990 Sibylline et le murmuhr no 2726 no 2736

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Sibylline », sur Bdoubliees.com (consulté le 1er août 2010)
  2. a, b et c Entretien avec Raymond Macherot, p. 5
  3. Douvry et Mercier 1998, p. 40
  4. Douvry et Mercier 1998, p. 41-42
  5. Douvry et Mercier 1998, p. 50
  6. a, b, c, d et e Douvry et Mercier 1998, p. 88
  7. a, b, c et d Dictionnaire mondial de la bande dessinée, p. 714
  8. Douvry et Mercier 1998, p. 89-90
  9. a, b et c Douvry et Mercier 1998, p. 91
  10. Douvry et Mercier 1998, p. 59
  11. a et b Nicolas Anspach et Erik Kempinaire, « André Taymans : "Quand je dessine Sibylline, je le fais pour mes enfants" », sur Actuabd.com,‎ (consulté le 15 avril 2011)
  12. Nicolas Anspach, « François Corteggiani & André Taymans : "Sibylline offre un univers tellement riche que chacun peut y trouver sa substance". », sur Actuabd.com,‎ (consulté le 15 avril 2011)
  13. Douvry et Mercier 1998, p. 87
  14. Le dictionnaire des personnages de Raymond Macherot, p. 25
  15. comme il le dit lui-même ; voir Sibylline et le Coucou, planche 2, case 6.
  16. Le dictionnaire des personnages de Raymond Macherot, p. 23
  17. a, b et c Le dictionnaire des personnages de Raymond Macherot, p. 24
  18. a, b et c Le dictionnaire des personnages de Raymond Macherot, p. 18
  19. a, b et c Douvry et Mercier 1998, p. 90
  20. Voir Tante Mirmy Popcorn et Le Retour d'Anathème
  21. Sibylline et la Puce fatale, planche 10, case 6.
  22. Le monde animal de Raymond Macherot, p. 16
  23. a et b BDM, p. 737
  24. « Sibylline déménage », sur Bedetheque' (consulté le 14 avril 2011)
  25. « Sibylline et la ligue des coupe-jarrets », sur Bedetheque' (consulté le 14 avril 2011)
  26. « Sibylline et le serment des lucioles », sur Bedetheque' (consulté le 14 avril 2011)
  27. « Sibylline et la lande aux sortilèges », sur Bedetheque' (consulté le 14 avril 2011)
  28. « Sibylline et la prophétie de Godetia », sur Bedetheque' (consulté le 14 avril 2011)
  29. « Traquenard à Saint-Florentin », sur Bedetheque' (consulté le 14 avril 2011)
  30. « Sibylline (1965 - 1969) », sur CastermanBD' (consulté le 19 septembre 2011)
  31. Histoire de Spirou et des publications Dupuis, p. 18

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 8 mai 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.