La Corne de rhinocéros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Corne de rhinocéros
36e histoire de la série Spirou et Fantasio
Auteur Franquin
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Spirou
Fantasio
Spip

Autres titres Spirou et la turbotraction
Éditeur Dupuis
Première publication 1952
ISBN 2-8001-0008-7
Nb. de pages 60

Prépublication Spirou
Albums de la série Spirou et Fantasio

La Corne de rhinocéros, par André Franquin, est la trente-sixième histoire et le sixième album de la série Spirou et Fantasio. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou en deux histoires intitulée La Turbotraction publiée du no 764 au no 787 et La Corne de rhinocéros publiée du no 788 au no 797.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'autre héros de cette aventure.

Fantasio a besoin d'un bon reportage: sa carrière en dépend. Avec Spirou, il se rend en fantacoptère sur le toit des "Galeries du bon bazar" dans le but de simuler un cambriolage. À l'intérieur, ils découvrent les vigiles attachés puis leur vieil ami Roulebille, blessé par l'explosion récente de l'usine Turbot en ville. Il leur apprend qu'il possède les plans d'une nouvelle voiture : la Turbotraction, que leurs concurrents convoitent. Ils ont fait sauter l'usine et engagé des tueurs pour les récupérer. Roulebille leur confie sa moitié des plans tandis que Martin s'est enfui avec l'autre. Une jeune femme, se prétendant également reporter, survient alors. Elle s'appelle Seccotine et enquête également sur l'affaire. Avec elle, ils peuvent s'échapper du magasin en évitant les tueurs, tandis qu'elle emmène Roulebille à l'hôpital.

Plus tard, Seccotine leur apprend qu'en délirant, Roulebille a dévoilé la cachette de Martin : une petite ville d'Afrique du Nord, Bab-el-bled. Malheureusement, les tueurs surviennent et Martin change encore de cachette. Il fuit en Afrique centrale, à M'saragba. Spirou, Fantasio et Seccotine le suivent mais arrivent trop tard : les tueurs sont déjà là et l'ont contraint à fuir dans la brousse. Heureusement, un policier intervient et arrête les tueurs à temps. Mais tout n'est pas fini : Martin a confié les plans au roi des Wakukus, une tribu locale dont il est l'ami, et lui a donné pour instruction de les cacher dans un endroit où personne n'ira les chercher.

Par le roi des Wakukus, Spirou et Fantasio apprennent que les plans sont cachés dans la corne d'un des rhinocéros qui se trouvent dans la réserve. Ils finissent par les retrouver quasiment par hasard, mais leur expédition dans la brousse les a épuisés. Ils rentrent en Europe où Roulebille, rétabli, vient les remercier en leur offrant le premier modèle de la nouvelle Turbotraction, la voiture révolutionnaire de Turbot. Seccotine en prend quelques photos, persuadée de tenir un scoop, mais Spirou et Fantasio ne doivent en aucun cas la laisser les publier avant la production officielle du modèle…

Personnages[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

La Turbotraction Turbo Rhino I qui est au coeur de l'intrigue est une voiture révolutionnaire à turbine, technologie que plusieurs constructeurs envisageaient d'appliquer à l'automobile dans les années 1950. La voiture dessinée par Franquin est ainsi directement inspirée de la SOCEMA-Grégoire qui était présentée au moment de la création de l'histoire (Salon de l'auto de Paris 1952).

Elle sera la voiture de Spirou et Fantasio durant les sept aventures suivantes (Le Dictateur et le Champignon, La Mauvaise Tête, Le Repaire de la murène, La Quick super, Les Pirates du silence (album), Le Nid des marsupilamis (album), Le Voyageur du Mésozoïque (album) et Vacances sans histoires). Elle sera à nouveau au centre de l'intrigue de Vacances sans histoires, au cours de laquelle elle sera détruite et remplacée par le tout nouveau modèle, la Turbot II.

Il faut noter le grand intérêt de Franquin pour l'automobile à cette période, car en plus des deux aventures autour de la Turbotraction, toute l'intrigue de la Quick Super tourne autour de l'automobile. Il se chargera également de l'illustration de la rubrique automobile du Journal de Spirou, la chronique de Starter (bande dessinée) en 1956 et 1957 avant de passer la main à Jidéhem, faute de temps.

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

  • Publié pour la première fois dans le journal de Spirou du no 764 (paru le 4 décembre 1952) au no 797 (paru le 23 juillet 1953). Jusqu'au no 787 (paru le 14 mai 1953), l'aventure s'intitulait durant sa prépublication Spirou et la turbotraction[1].

Album[modifier | modifier le code]

La première édition de La Corne de rhinocéros fut publiée aux Éditions Dupuis en 1955 (dépôt légal 01/1955[2]). On retrouve cette histoire dans Voyages autour du monde, le tome 3 de la série Les intégrales Dupuis - Spirou et Fantasio (Dupuis - 2007).

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Anglais (Inde) : The Horn of The Rhinoceros (2007), Euro Books.
  • Suédois : Noshörningens horn, Carlsen Comics.
  • Vietnamien : Chiec Sung Tê Giac, 2 volumes n°9 et 10, Communauté Française de Belgique et Nha Xuat Ban Tré, 1999.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://bdoubliees.com/journalspirou/couvertures/766.jpg
  2. sur bedetheque.com (consulté le 19 août 2015)