Marcel Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Denis.
Marcel Denis
Naissance
Monceau-sur-Sambre, Belgique
Décès (à 79 ans)
Lobbes, Belgique
Nationalité Drapeau : Belgique belge
Profession

Marcel Denis, né le 15 février 1923 à Monceau-sur-Sambre (Belgique) et mort le 18 mars 2002 à Lobbes (Belgique), est un auteur belge wallon de bande dessinée. Il a créé les séries Hultrasson, avec Marcel Remacle, et Les Frères Clips dans le Journal Spirou. Il a également réalisé deux épisodes de la série Tif et Tondu.

Il fait partie, à l'instar des auteurs du Journal Spirou de cette génération, de l'école de Marcinelle qui, sous l'influence de Jijé et Franquin, met en avant un dessin au « graphisme souple et dynamique »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Marcel Denis est formé au dessin et à la peinture dans une école privée de Monceau-sur-Sambre, après ses études secondaires[2]. Il devient ensuite, pendant la guerre, employé de bureau tout en commençant à réaliser de la bande dessinée. Inspiré par Hergé à ses débuts[3], son style fouillé va ensuite l'orienter vers l'école de Marcinelle.

Débuts[modifier | modifier le code]

Marcel Denis dessine une légende du Manneken-Pis pour Le Patriote illustré.

Marcel Denis débute en bande dessinée à 17 ans au Petit Vingtième en 1940 avec un série de gags en une planche intitulée Pip, sur un petit scout modèle[2]. En 1947, il publie Les Aventures du Professeur Vianrose dans l'hebdomadaire bruxellois L'Optimiste[2] mais la série est arrêtée au bout d'une dizaine de planches seulement à cause de la disparition du journal et reste inachevée[3]. La même année, il publie une nouvelle série à suivre, Les Aventures de Jim et Bill Butterson détectives dans le supplément de l'hebdomadaire La Défense sociale, le magazine Excelsior[2]. Trois épisodes de cette série y sont publiés : La Poudre silencieuse, La Fusée et Le Secret du Fellah[2].

À côté de cela, Marcel Denis réalise de 1944 à 1952 des illustrations pour nombre de journaux belges dont Le Moustique, Le Soir et Le Soir illustré, Plein Jeu, La Libre Belgique, L'Optimiste, Pourquoi pas ?, L'Âne roux, Ariane, Hebdo, La revue de l'efficience, La Vie au foyer ou encore La Défense sociale[2] . Pour la revue Le Face-à-main, il anime un concours destiné aux jeunes lecteurs[3]. Pour Le Patriote illustré, il dessine une légende du Manneken-Pis[4].

Aux Éditions Dupuis[modifier | modifier le code]

Marcel Denis avait déjà travaillé pour les éditions Dupuis via ses dessins pour Le Moustique. Grâce à ceux-ci, l'éditeur le remarque[3] et l'engage en 1952 comme lettreur[5]. Son travail consiste essentiellement à réécrire les bulles en néerlandais de planches d'autres auteurs pour les éditions flamandes des magazines Les Bonnes Soirées et Spirou (Robbedoes en flamand)[6].

À compter de 1954, il devient en plus illustrateur et metteur en page des publications Dupuis (Spirou, Robbedoes, Le Moustique, Les Bonnes Soirées, Risque-Tout) ; au studio de dessin qu'ouvre le nouveau directeur artistique Maurice Rosy. Il va y rencontrer des auteurs comme Charles Degotte, Paul Deliège, Lambil, Jamic, Marcel Remacle ou encore Louis Salvérius[2]. Ce dernier, le futur créateur des Tuniques bleues avec Cauvin, est d'ailleurs engagé chez Dupuis grâce à Marcel Denis[2].

À l'Atelier Franquin[modifier | modifier le code]

Dizzy Gillespie a inspiré le personnage de Dizzy dans La Ribambelle, le seul déjà présent dès 1957.

En 1957, alors qu'André Franquin monte un petit atelier, avenue du Brésil, à Bruxelles, il y est introduit par l'entremise de Jidéhem, autre membre de l'équipe[7]. Il forme avec Franquin (Spirou et Fantasio, Gaston, Modeste et Pompon), Jidéhem (Starter, Gaston, décors de Spirou et Fantasio) et Jean Verbruggen (couleurs de Modeste et Pompon) la première équipe de l'Atelier Franquin. Marcel Denis quitte l'atelier quelques mois plus tard pour des raisons pratiques, il effectuait en effet quotidiennement le trajet Charleroi-Bruxelles, mais tout en ayant selon lui appris toutes les "ficelles du métier"[3]. Il est remplacé dans l'équipe par Jean Roba en 1958[8].

André Franquin crée le personnage de Gaston Lagaffe en 1957, il ne sait pas encore s'il va l'animer lui-même. Marcel Denis fait quelques essais mais qui ne satisfont pas Franquin et c'est finalement un autre membre de l'atelier, Jidéhem, qui dessine le personnage[3].

Marcel Denis réalise en 1957 les scénarios de deux courtes histoires de Spirou et Fantasio avec Franquin et Jidéhem au dessin : Le Marsupilami passe l'éponge (devenu Fantasio et le siphon dans le hors-série no 3 La Voix sans maître) paru dans le premier numéro de Spirou poche, et Les Patins téléguidés (devenu Fantasio et les patins téléguidés dans le hors-série no 4 Fantasio et le fantôme), qui était prévu pour le second numéro, finalement jamais publié[9].

Marcel Denis réalise surtout, pour délester Franquin, ce qui a trait aux produits dérivés autour du personnage de Spirou : des livres de coloriage, des boîtes de crayons, des disques audio[10].

En 1957, un débutant, Jo-El Azara, vient chercher conseil auprès d'André Franquin. Celui-ci lui fournit l'idée d'une bande de gamins appelé La Ribambelle, avec notamment le personnage d'un petit trompettiste noir nommé Dizzy[11]. C'est Marcel Denis qui se charge du scénario du récit de quatre planches, Opération ciseaux, qui paraît dans Spirou, un an plus tard, en 1958[12],[A 1]. Le projet n'est repris qu'en 1962, cette fois par Jean Roba[12].

Marcel Denis revient dans l'escarcelle de l'Atelier Franquin en 1959 pour réaliser une histoire collective, L'Île au Boumptéryx[A 2], à l'occasion d'un numéro spécial Pâques du journal Spirou. Sur une idée de Franquin, il réalise avec celui-ci un scénario de 12 planches sur cet oiseau un peu particulier, le Boumptéryx, qui pond des œufs explosifs. Jean Roba est au dessin et Jidéhem aux décors. Cette histoire est signé du pseudonyme collectif Ley Kip[13]. Jean Roba réalise seul, en 1974, une seconde histoire du Boumptéryx[A 3].

Les Frères Clips et les mini-récits[modifier | modifier le code]

Entre temps, poussé par Maurice Rosy[14], Marcel Denis crée sa propre série Les Frères Clips en 1958, sous la forme de gags ou de courts récits dans le journal Spirou. C'est sa première publication dans le journal. Les Frères Clips raconte l'histoire de deux inventeurs pleins de bonne volonté, Jules et Jonas, qui proposent leurs trouvailles au ministre Beaussillon, qui espère tirer profit de leurs inventions. Mais les inventions des deux frères sont souvent farfelues (machine à faire des cocottes en papier ou le coupe-cigare universel) et leurs présentations devant le ministre se terminent souvent en catastrophe[A 4]. L'éditeur a, au début, insisté pour que les personnages de Marcel Denis se ressemblent comme les Dupond et Dupont, mais l'auteur refusa pour ne pas plagier Hergé[3]. Il dessine la série jusqu'en 1969.

Par la suite, les Frères Clips sont publiés sous forme de mini-récits[15], à sept reprises.

Marcel Denis réalise, en dehors des Frères Clips, neuf autres mini-récits de 1960 à 1964, notamment deux histoires mettant en scène le Professeur Bouton : Les Ennuis du Professeur Bouton et Échec à la bombe, et un mini-récit réalisé avec Marcel Remacle : Les Blaireaux sont fatigués[16].

Reprise temporaire de Tif et Tondu[modifier | modifier le code]

Tif et Tondu se retrouvent à Hollywood pour tourner un film.

En 1958, le dessinateur de Tif et Tondu, Will, quitte le journal de Spirou pour son concurrent direct, Tintin[17]. Plus tard, Maurice Rosy, à la fois scénariste de Tif et Tondu et directeur artistique du Journal Spirou, pousse Marcel Denis à se proposer pour la reprise de la série[18], qui appartient à Dupuis. Marcel Denis le raconte ainsi :

« Il (Rosy) m'a suggéré d'aller trouver Dupuis avec quelques croquis des personnages et de lui proposer de reprendre la série. Alors, moi j'ai eu l'idée de lui faire un petit dessin avec Tif et Tondu en train de se parler. L'un demandait à l'autre : "Maintenant que Will est parti, qui va dessiner nos aventures ?", à quoi l'autre répondait: "Et si on demandait à Marcel Denis ?"[3]. »

Alors que Marcel Denis a des projets de séries plus personnelles, dont une pour Le Moustique, il choisit d'accepter la proposition de reprise de la série car Tif et Tondu sont déjà connus[3]. Il réalise deux épisodes de la série : Tif et Tondu à Hollywood en 1960 et Ne tirez pas sur « Hippocampe » ! en 1961.

Sur l'absence de M. Choc dans ces deux histoires, Maurice Rosy s'explique :

« J'estimais que la forme d'humour iconoclaste de Marcel Denis ne pouvait inclure Choc, personnage hiératique et "sérieux", qui ne pouvait devenir ridicule[14]. »

Maurice Rosy donne l'idée du scénario de la première aventure[14], Tif et Tondu à Hollywood, qui débute sur la Côte d'Azur, à Trintignan. Tondu se passionne pour le cinéma, au grand désarroi de Tif. C'est alors qu'ils rencontrent Big Sicklet, directeur de studio à Hollywood, qui leur propose de jouer dans un film de science-fiction en leur honneur. Mais Tif et Tondu seront confrontés dans la cité du cinéma à Bill Dozer, bandit spécialisé dans les enlèvements de vedettes.

Mais cette histoire, comme la suivante, ne paraît pas en albums chez Dupuis, et ce malgré la réalisation, à l'époque, de la couverture de Tif et Tondu à Hollywood par Marcel Denis[19].

C'est ensuite Marcel Remacle qui écrit le scénario[3] plus maritime de l'histoire suivante Ne tirez pas sur « Hippocampe » !. L'« Hippocampe » est un sous-marin révolutionnaire présenté à la presse pour son premier essai en mer. Tif et Tondu couvrent l'événement mais le sous-marin est volé, avec Tif prisonnier à son bord.

Un épisode est aussi commencé par Denis avant Ne tirez pas sur « Hippocampe » ! en 1960, Les Saucisses du Docteur Snoss, sur un scénario de Maurice Rosy aidé d'Yvan Delporte[3]. Delporte révèle que Snoss signifie Choc en alphabet cyrillique, ce qui préfigurait peut-être le retour de M. Choc[3]. Malgré la réalisation de plusieurs planches[20], le projet est finalement refusé par l'éditeur[1].

Will quitte son poste de directeur artistique chez Tintin et revient chez Spirou à la fin de l'année 1960, il finit par reprendre ses anciens personnages dans le journal en 1964[17].

Ce n'est qu'en 1983 que Tif et Tondu à Hollywood est édité, et en 2008 que l'est Ne tirez pas sur « Hippocampe » !, dans les deux cas dans des éditions à tirage limité qui rendent ces deux aventures toujours peu accessibles au public.

Collaboration avec Marcel Remacle[modifier | modifier le code]

Hultrasson est une série parodiant l'univers des Vikings.

Marcel Remacle rencontre Marcel Denis au studio de dessin de Dupuis en 1955. Après une première collaboration pour un mini-récit en 1963, Marcel Denis crée avec Marcel Remacle la série Hultrasson le Viking en 1964. Il collabore également à deux albums de la série de Remacle : Le Vieux Nick.

Hultrasson est un Viking livreur de bières qui a pour autre activité d'empêcher le bête Sépadeffasson de prendre la place du roi Harald-les-beaux-cheveux[21],[A 5]. Cette série était un travail à quatre mains puisque Marcel Remacle réalisait les crayonnés des planches et Marcel Denis l'encrage[3]. C'est Vicq qui scénarise les deux premiers longs récits publiés dans le journal Spirou : Fais-moi peur Viking ! en 1964 et Hultrasson chez les Scots en 1965[3]. Le troisième épisode Hultrasson perd le nord est un scénario anonyme de Maurice Tillieux[3]. À la fin de cet épisode, Marcel Remacle et Marcel Denis se brouillent. Remacle est obligé de terminer seul l'encrage de l'histoire[18]. Ils stoppent un temps leur collaboration avant de se réconcilier[18]. Marcel Denis réalise par la suite, seul au dessin et au scénario, un court récit de six planches, Les Vikings aux champs[A 6], en 1967. La série est reprise en 1973 par Vittorio Leonardo au dessin et Maurice Tillieux au scénario.

En 1966, les deux auteurs créent une série dérivée d'Hultrasson, autour du personnage de Sépadeffasson, le temps de deux courts récits de six planches : Le Bâton des métamorphoses[A 7] et Samson le Rouge[A 8].

En 1968, Marcel Remacle fait appel à Marcel Denis pour l'encrage de deux albums de sa série Le Vieux Nick et Barbe-Noire[3]. Ils réalisent ensemble le long récit Les Commandos du Roy puis en 1969 un récit de 6 planches Sus à la baleine ![A 9]. Le long récit Barbe-Noire aubergiste paraît en 1970 et leur dernière collaboration sur la série a lieu pour un nouveau court récit de six planches Un Coup dans le buffet[A 10] en 1971. La collaboration entre les deux hommes s'arrêtent là, ainsi que la carrière de Marcel Denis dans la bande dessinée[18].

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

À la suite d'une nouvelle brouille avec Marcel Remacle et de graves ennuis de santé[18], Marcel Denis décide de quitter le milieu de la bande dessinée en 1971 pour se tourner vers un métier salarié dans l'imprimerie[2]. Il revient néanmoins au dessin et à la peinture au début des années 1980, en suivant les cours de Gérard Deuquet[3] à l'Académie des beaux-arts de Charleroi[2]. En 1992, les organisateurs du festival BD de Charleroi rendent hommage à Marcel Denis avec une exposition rétrospective de sa carrière[22]. C'est Marcel Remacle qui se charge d'écrire l'éloge de l'auteur[A 11]. Marcel Denis meurt à l'âge de 79 ans à Lobbes[1].

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

Dans des périodiques[modifier | modifier le code]

  • Pip, gags dans Le Petit Vingtième, supplément hebdomadaire du Vingtième Siècle, 1940.
  • Les Aventures du Professeur Vianrose, dans l'hebdomadaire L'Optimiste, 1947 (inachevée).
  • Les Aventures de Jim et Bill Butterson détectives (et du Professeur Perkins), dans Excelsior, le supplément de l'hebdomadaire La Défense sociale :
  1. La Poudre silencieuse, 1947.
  2. La Fusée, 1947.
  3. Le Secret du Fellah, 1947.
  1. Tif et Tondu à Hollywood (dessin et scénario, sur une idée de Maurice Rosy), 1960
  2. Ne tirez pas sur « Hippocampe » ! (dessin), avec Marcel Remacle (scénario), 1961
17. Professeur Bouton : Les Ennuis du Professeur Bouton, 1960.
28. Professeur Bouton : Échec à la bombe, 1960.
104. La Carpette ensorcelée, 1962.
118. Le Microgloup 15, 1962.
125. Le Canon de Nazarone, 1962.
157. Patates, Humour... et Fantaisie, 1963.
191. Une Vache dans le cosmos, 1963.
197. Les Blaireaux sont fatigués (dessin) avec Marcel Remacle (scénario), 1963.
227. Le Calepin du major Jonhson, 1964.
  • Hultrasson (dessin avec Marcel Remacle), dans Spirou :
  1. Fais moi peur Viking !, avec Vicq (scénario, non crédité), 1964.
  2. Hultrasson chez les Scots, avec Vicq (scénario, non crédité) 1965.
  3. Hultrasson perd le nord, avec Maurice Tillieux (scénario, non crédité), 1966-1967.
    • « Les Vikings aux champs » (scénario et dessin), 1967
  • 2 récits courts de Sépadeffason le Viking, dans Spirou, 1966
  • Les Frères Clips (mini-récits), dans Spirou :
307. La Bulla-clipsette, 1966.
356. Le Bœuf ou moi !..., 1967.
371. Feu vert pour les couleurs !, 1967.
385. La Guerre secrète de la saucisse, 1967.
453. Le Zénobiac, 1969.
462. Jules II le robot, 1969.
479. Le Grand Prix du Banalquivir, 1969.
  • Divers récits courts dans Spirou, 1966.
  • Barbe-Noire (dessin et scénario avec Marcel Remacle), Dupuis :
    • Les Commandos du Roy, 1968.
    • « Sus à la baleine ! », 1969.
    • Barbe-Noire aubergiste, 1970.
    • « Un coup dans le buffet », 1971.
  • Scénario et encrage de Poussy, avec Peyo (crayonné), dans Spirou, 1968.
  • Spirou et Fantasio : « Fantasio et les patins téléguidés » (scénario), avec Jidéhem et Franquin (dessin), dans Spirou, 2006. Il s'agit de la première édition d'une histoire prévue initialement pour Spirou poche no 2.

En albums[modifier | modifier le code]

  • Les Aventures de Jim et Bill Butterson détectives : La Poudre silencieuse, Excelsior, 1948
    • Réédité sous le titre Les exploits sensationnels de Jim et Bill Butterson, détectives - La Poudre silencieuse, La Vache qui Médite, 2012
  • Hultrasson (dessin avec Marcel Remacle), Dupuis :
  1. Fais-moi peur Viking !, avec Vicq (scénario, non crédité), 1965
  2. Hultrasson chez les Scots, avec Vicq (scénario, non crédité), 1966
  3. Hultrasson perd le nord, avec Maurice Tillieux (scénario, non crédité), 1968
14. Les Commandos du Roy, 1969
15. Barbe-Noire aubergiste, 1971
3.Tif et Tondu à Hollywood, Albino, 1983 (pirate)
  1. Tif et Tondu à Hollywood, La Vache qui Médite, 2007
  2. Ne tirez pas sur « Hippocampe » ! avec Marcel Remacle (scénario), La Vache qui Médite, 2008
3. La Voix sans maître et 5 autres aventures : « Fantasio et le siphon » (scénario), avec Jidéhem et Franquin (dessin), 2003
4. Fantasio et le fantôme et 4 autres aventures : « Fantasio et les patins téléguidés » (scénario), avec Jidéhem et Franquin (dessin), 2003
Réédités dans l'Intégrale Spirou et Fantasio no 5, Mystérieuses créatures, 2008
  • Les Frères Clips
    • Les Frères Clips, intégrale 1 (1958-1967), La Vache qui Médite, 2015 :
      • 6 récits courts
      • La Bulla-clipsette
      • Le Bœuf ou moi !...
      • Feu vert pour les couleurs !
    • Les Frères Clips, intégrale 2 (1967-1969), La Vache qui Médite, 2015 :
      • La Guerre secrète de la saucisse
      • Le Zénobiac
      • Jules II le robot
      • Le Grand Prix du Banalquivir

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Journal Spirou no 1041, 27 mars 1958.
  2. Journal Spirou du no 1092 au no 1095 (1959), puis dans le no 1823 (1973).
  3. Tout ça c’est la faute au Boumptéryx Journal Spirou no 1875, 21 mars 1974.
  4. [image] (fr) Un gag des Frères Clips.
  5. [image] (fr) Première planche de la série Hultrasson.
  6. Journal Spirou no 1519, 25 mai 1967
  7. Journal Spirou no 1458, 24 mars 1966
  8. Journal Spirou no 1478, 11 août 1966
  9. Journal Spirou no 1632, 24 juillet 1969
  10. Journal Spirou no 1719, 25 mars 1971
  11. « C’est lors de mon bref passage aux éditions Dupuis en 1955, en qualité (mauvaise) de dessinateur-lettreur, que je fis la connaissance d’un spécialiste de la profession… Marcel Denis. Un gars rudement sympa, dans la trentaine, bien en chair, avec une bonne bouille d’adolescent bien dans sa peau et maniant la plume à profiler avec une grande dextérité, et l’humour avec une veine pas ordinaire. Pour le débutant que j’étais, la rencontre fut d’importance. Professionnellement et sentimentalement. Ses précieux conseils et ses justes appréciations furent des éléments décisifs pour mon avenir dans la bande dessinée. Mais, surtout, il me fit don d’une chose non moins précieuse… son Amitié. Il convient de dire qu’à cette époque, des éditeurs avaient déjà fait confiance à Marcel Denis. Je ne me risquerai pas ici à détailler son œuvre, il a dû le faire avec précision. Je me souviens avec nostalgie des longues heures passées côte à côte penchés sur nos planches, unis dans l’effort. Tantôt à son domicile, auprès de sa chère maman, tantôt chez moi, à Haltinne. Et que dire des belles soirées passées au bistrot du village, agrémentées de quelques bonnes chopes de bière. Une exposition d’hommage à ce grand ami est une très heureuse initiative et je voudrais ici féliciter ses promoteurs. Pour conclure, je n’hésiterai pas à dire mon intime conviction que Marcel Denis doit figurer dans le premier chapitre de l’histoire de la bande dessinée belge. »
  12. Planche Krafty
  13. Le numéro indiqué est celui-ci de la Bibliothèque des mini-récits.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Gaumer (2004)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (fr) Biographie, PetitsTirages.com.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q "Entretien avec Marcel Denis", int. de Ch. Jasmes, L'Âge d'or, 1993
  4. Didier Pasamonik sur BDParadisio, 03/04/2002
  5. (en) Article, Lambiek.net.
  6. Interview Lambil ActuaBD.com
  7. Jidéhem (1984)
  8. Bocquet et Verhœst, Franquin : Chronologie d’une œuvre (2007), p. 90
  9. (fr) Site non officiel sur Franquin.
  10. Travaux de merchandising réalisés par Denis sur 2dgalleries.com
  11. (fr) Site officiel de Jo-El Azara, section "Croquis".
  12. a et b (fr) Site non officiel sur La Ribambelle.
  13. (fr) Dictionnaire des auteurs, Damned Productions.
  14. a, b et c M. Rosy (int. A. De Kuyssche & P. Pinchard), in Intégrale Tif et Tondu, tome 3 Signé M. Choc, Dupuis, 2008, p. 16
  15. (fr) Présentation de la série Les Fères Clips, BDOubliées.com.
  16. (fr) M.-R. Les Blaireaux sont fatigués, Bédéthèque.com.
  17. a et b (fr) Biographie de Will, Bdparadisio.com.
  18. a, b, c, d et e (fr) Interview, BDTour.com.
  19. (fr) Album Tif et Tondu à Hollywood, tirage spécial La Vache qui médite, PetitsTirages.com.
  20. Planche des Saucisses du Docteur Snoss sur tropbath.canalblog.com
  21. (fr) Présentation de la série Hultrasson, BDOubliées.com.
  22. Christian Jasmes, Les Archives de BDTrésor - Spécial Remacle, De Varly éditions, 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Exposition[modifier | modifier le code]

  • Rétrospective de sa carrière, Festival BD de Charleroi, 1992.

Documentation[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

Articles sur l'auteur[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 3 mars 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 3 mars 2009 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.