Marcinelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marcinelle
Marcinelle

Ancien hôtel de ville, inauguré en 1963[1].
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Charleroi
Commune Logo de la Ville de Charleroi Charleroi
Code postal 6001
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Marcinellois(e)[2]
Population 23 294 hab. (2008)
Densité 1 770 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 51″ nord, 4° 26′ 38″ est
Superficie 1 316 ha = 13,16 km2
Localisation
Localisation de Marcinelle
Localisation de Marcinelle dans la commune de Charleroi
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Marcinelle
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Marcinelle
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de Région wallonne
City locator 14.svg
Marcinelle
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Marcinelle

Marcinelle (en wallon Mårcinele) est une section de la ville belge de Charleroi, située en Wallonie dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Partie la plus petite de Marchienne-au-Pont[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Marcinelle est la deuxième plus grande section de Charleroi en nombre d'habitants (derrière Jumet). Sa partie nord-ouest est essentiellement industrielle et abrite des industries lourdes (sidérurgie, électricité lourde), la partie sud-est étant plus résidentielle, voire verdoyante et cossue. Cette dernière accueille le centre de délassement de Marcinelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tumulus de Marcinelle[4] atteste une présence gallo-romaine.

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Marcinelle est mentionnée pour la première fois en l’an 980 (église Saint-Martin)[5]. Comme Marchienne-au-Pont, elle faisait partie de la Principauté de Liège.

Le hameau des Haies fut fondé en 1255.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Lors de l'attaque surprise des troupes napoléoniennes peu avant la bataille de Waterloo, le général Pajol est le premier en action : parti à 2 heures et demie du matin, dans la grisaille d'un "petit jour brumeux et lourd", le , il réussit le premier mouvement qui le mène à Marcinelle, à 8 heures et demie[6].

Histoire Industrielle[modifier | modifier le code]

L'histoire de Marcinelle, comme celle de la majorité des communes de Charleroi, est marquée par l'industrie du charbon. Elle fut le théâtre du dramatique accident du bois du Cazier le où 262 mineurs ont perdu la vie. La majorité d'entre eux (136 personnes) était des ressortissants italiens. Aujourd'hui, les activités minières ont cessé, seuls restent les terrils pour témoigner de celles-ci, dont le terril du bois du Cazier. Celui-ci est aujourd'hui classé comme site de grand intérêt biologique à cause des nombreuses espèces végétales et animales qu'on y retrouve[7].

À la suite du drame du Bois du Cazier, des mesures ont été prises, notamment par la CECA.

Aujourd’hui propriété de la Région wallonne et géré par l'asbl "Le Bois du Cazier", l’ancien charbonnage, requalifié grâce aux fonds européens de l'Objectif 1, est un site culturel majeur du pays de Charleroi.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[8],[9]
1801 1846 1900 1947 1977[10] 2001
699 2 103 14 234 23 091 26 295 23 094

Bande dessinée : l'École de Marcinelle[modifier | modifier le code]

Première couverture du célèbre Journal de Spirou, paru en 1938 sous la direction du dessinateur Jijé.

En bande dessinée, l'École de Marcinelle est le surnom de l'équipe de dessinateurs affiliés au « Journal de Spirou », fondé à Marcinelle par Jean Dupuis en 1938.

L'École de Marcinelle, autour du dessinateur Jijé est adepte de l'humour et de la caricature, et d'un dessin « au trait dynamique, naïf et tout en rondeur ». Les principaux dessinateurs de ce courant sont Franquin, Morris, Will, Tillieux, Jean Roba, Jidéhem, Peyo, Gos[11].

Monuments et mémoriaux[modifier | modifier le code]

  • Au cimetière de Marcinelle, le carré militaire avec le monument aux morts.
  • Monument à Jules Destrée.
  • Monument de Paul Pastur.

Autres bâtiments[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville, avenue Eugène Mascaux, construit en 1963 par Joseph André.

Église Notre-Dame des 7 Douleurs elle se situe dans le quartier de La Villette, de style néo-gothique construite en 1905 par l'architecte Leborgne de Gilly.

Église Saint-Louis, elle se situe dans le quartier des Haies construite en 1875 en style néo-gothique par l'architecte Emile Riez.

Église du Sacré-Cœur (dite du XII), construite en 1927 à 1928 par l'architecte Joseph André.

Cité de l'Enfance, ensemble de pavillons construite par l'architecte Marcel Leborgne en 1938, c'était un ancien orphelinat reconverti en quartier résidentiel.

Pouponnière Le Berceau, construite de 1950 à 1955.

Folklore[modifier | modifier le code]

  • Marche Saint-Louis, cette marche se déroule dans le quartier des Haies le dernier dimanche d'août.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le haut-fourneau (Carsid-Duferco) en voie de démantèlement (2020).

Le nord-ouest, jouxtant Charleroi et Marchienne-au-Pont est occupé par des industries lourdes qui firent la prospérité de la commune avant la fusion de 1977.

La localité comporte encore de nombreux terrils, témoins d'un important passé minier.

Marcinelle est aussi le siège des éditions Dupuis (bande dessinée).

Le charbonnage du Bois du Cazier[modifier | modifier le code]

Le un incendie dans la mine du Bois du Cazier fait 262 victimes.

Le site a été récemment refondé et restauré en centre culturel et musée.

Une marche funèbre porte le nom de "Marcinelle" en hommage aux victimes de cette catastrophe.

Loisir[modifier | modifier le code]

Le Centre de délassement de Marcinelle est un centre de loisirs situé à cheval sur les communes de Marcinelle et Loverval, en Belgique.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats de Marcinelle.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Marcinelle.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePaysPériode
Blason Hirson.svgHirsonFlag of France (lighter variant).svgFrancedepuis
ManoppelloFlag of Italy.svgItaliedepuis
Schramberger Stadtwappen.svgSchrambergFlag of Germany.svgAllemagnedepuis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Delaet, Rina Margos et Chantal Lemal-Mengeot, Hôtels de Ville et Maisons communales de Charleroi, Ministère de la Région wallonne et Ville de Charleroi, coll. « Carnets du patrimoine » (no 11), , 64 p., p. 48-52
  2. Jean Germain, Guide des gentilés : les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne), p. 31
  3. Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Bruxelles, Belgique, Éditions Racine, , 649 p. (ISBN 978-2-87386-409-5, lire en ligne), p. 400
  4. Il se trouve derrière une habitation privée rue de la Tombe, il y a un arbre qui est planté à l'époque aujourd'hui mort.
  5. http://www.philagodu.be/generalculturel/TOURISME/martin_marcinelle.html
  6. 18 juin 1815, Waterloo par Robert Margerit, NRF Gallimard, dans la série Les trente jours qui ont fait la France.
  7. « 2349 - Terril du Cerisier | Rechercher un site intéressant ou protégé | Sites | La biodiversité en Wallonie », sur biodiversite.wallonie.be (consulté le )
  8. Sauf 1977 - Michel Poulain (dir.), Ville de Charleroi : Atlas géostatistique des quartiers, Charleroi, , p. 55
  9. 1977 - Pierre-Jean Schaeffer, Charleroi 1830-1994, Histoire d'une Métropole, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Quorum, , 466 p. (ISBN 2-930014-42-3), p. 337
  10. Fusion de communes en Belgique
  11. [PDF] Les grands courants de la bande dessinée, Agnès Deyzieux, Le Français aujourd'hui, no 161, février 2008
  12. Patrimoine monumental de Belgique, tome 20, p. 146-148
  13. Patrimoine monumental de Belgique, tome 20, p. 151-152
  14. Patrimoine monumental de Belgique, tome 20, p. 149

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 20 : Wallonie, Hainaut, Arrondissement de Charleroi, Liège, Pierre Mardaga, éditeur, , 602 p. (ISBN 2-87009-588-0, lire en ligne)
  • Redécouvrir son quartier sous un autre regard... Charleroi : Section de Marcinelle, Charleroi, Espace Environnement, , 22 p. (lire en ligne)
  • Emmanuel Brutsaert (Rédacteur en chef), Gilbert Menne (Secrétaire d'édition) et Johan De Meester (Mission photographique), Histoire et patrimoine des communes de Belgique : Province du Hainaut, Bruxelles, Éditions Racine, , 608 p. (ISBN 978-2-87386-599-3), p. 157-159
  • André Bultot, L'histoire de Marcinelle, Marcinelle, André Bultot, , 233 p.
  • Louis Clause, Aperçu historique de la commune de Marcinelle, Charleroi, Éditions J. Dupuis, fils et Cie, s.d., 239 p.
  • Jean-Claude Pirson et Pierre Baudoux, Reflets du passé marcinellois, Nalinnes, coll. « Publication du syndicat d'initiative de Nalinnes » (no 12), , 126 p.