Curgies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Curgies
Curgies
Mairie.
Blason de Curgies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité Communauté d'agglomération Valenciennes Métropole
Maire
Mandat
Didier Vanesse
2020-2026
Code postal 59990
Code commune 59166
Démographie
Gentilé Curgissiens
Population
municipale
1 347 hab. (2021 en augmentation de 16,52 % par rapport à 2015)
Densité 222 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 19′ 46″ nord, 3° 36′ 11″ est
Altitude Min. 78 m
Max. 118 m
Superficie 6,08 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Valenciennes (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Marly
Législatives Vingtième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Curgies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Curgies
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Curgies
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Curgies

Curgies est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Route Nationale 49, entre Valenciennes et Maubeuge. Elle est distante de 9 km de Valenciennes et 10 km du Quesnoy.

Curgies fait partie de la communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole et appartient au canton de Valenciennes-Est, dans l'arrondissement de Valenciennes.

Le village est organisé autour de l'église, de la mairie et du bureau de poste.

Un petit cours d'eau, le Riot Salin, traverse la commune d'ouest en est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Curgies
Estreux Sebourg
Saultain Curgies
Préseau Villers-Pol Jenlain

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 786 mm, avec 12,1 jours de précipitations en janvier et 9,6 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Valenciennes à 6 km à vol d'oiseau[3], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 694,1 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Curgies est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valenciennes (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 102 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (61,3 %), prairies (22,1 %), zones urbanisées (10,3 %), mines, décharges et chantiers (6,3 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 951 et 990 du réseau interurbain Arc-en-Ciel 4.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Guirigeis (1117, cartulaire de l'abbaye de Cambrai), Quirigiæ (1152, cartulaire de l'abbaye de Vicoigne), Quiregis (1160, idem), Curegiis (1170, idem), Curugias (1174, idem), Curegies (1188, idem), Queregis (1206, titre de l'abbaye de Denain), Curgies (1349, pouillé du diocèse de Cambrai).

D'après Maurits Gysseling, le nom de Curgies proviendrait d'un anthroponyme germanique, Kūriwald (> Kūriwaldiacas, appartenant à Kūriwald)[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Romains laissent sur le site une trace de leur passage, comme l'atteste un vase découvert dans un champ en 1827 : il contenait un trésor de 450 pièces de monnaie romaines datant de 193 à 260.

Une première mention écrite du village apparaît dans un document datant de 1096. Son nom est alors orthorgraphié Curgis ou Curia. Durant le Moyen Âge, le village accueille un ordre religieux : les Prémontrés de l'abbaye Saint Jean de Vicoigne s'y installent en 1143. Ils défrichent du terrain et construisent une ferme. L'église paroissiale est confiée à Nicolas Etienne de l'ordre des Prémontrés de Vicoigne. Le nom du village devient à cette époque Curegiae puis Quiregies.

En 1181, le village change de mains et rejoint les possessions des comtes de Hainaut. Durant la campagne du Hainaut de Jean, duc de Normandie, en 1340, le village est pillé puis incendié. Peu après, la communauté religieuse acquiert un moulin situé dans un lieu-dit voisin.

L'Abbaye des Dames de Beaumont y a déclaré des terres en 1602 [14].

Avant la Révolution française, Curgies est le siège d'une seigneurie. Au XVIIIe siècle, elle est détenue par Maximilien Albert Joseph de Sars, écuyer, seigneur d'Haveluy et de Curgies. Fils de Denis Joseph, écuyer, et de Catherine Jeanne Joseph Alliot, il nait à Valenciennes le et y décède le . Il est enterré à Curgies. Il épouse à Valenciennes en février 1724 Marie Catherine Ignace de Fourmestraux de Saint-Denis. Elle est la fille de Pierre Alexis , bourgeois de Lille, qui a acheté la charge de prévôt du comte de Valenciennes, et se qualifie de conseiller du roi. Il a adopté le nom de Fourmestraux de Saint-Denis, du nom d'une propriété de sa femme située près de Courtrai, pour se distinguer de ses cousins de Fourmestraux, nombreux à Lille. Fille de Gabrielle Wery, Marie Catherine Ignace nait en 1682 et meurt à Valenciennes le , l'âge de 82 ans[15].

Le Fort Rochambeau est construit de 1878 à 1881. En 1892, débute la construction d'une voie ferrée reliant Valenciennes à Maubeuge, passant par la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Curgies se blasonnent ainsi :"D'argent à une truie de sable passant sur une terrasse de sinople."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : P. J. Hayez[16].

Maire en 1807 : Vallé[17].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1953 Lucien Dime    
1953 1959 Fernand Deschamps    
1959 mars 1971 Lucien Copin    
mars 1977 Daniel Cornette    
mars 1983 Clément Morel    
mars 2020 Jean Richard UMP-LR  
En cours Didier Vanesse    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2021, la commune comptait 1 347 habitants[Note 3], en augmentation de 16,52 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
4756797588538829169811 0481 086
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 1711 1581 1641 1811 1411 2091 1131 1591 123
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 1051 0929881 0131 0301 0491 0051 0221 015
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
9619451 0121 1631 1921 1841 1611 1111 152
2019 2021 - - - - - - -
1 3371 347-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,1 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 631 hommes pour 647 femmes, soit un taux de 50,63 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
0,6 
3,8 
75-89 ans
5,6 
20,2 
60-74 ans
19,9 
18,6 
45-59 ans
20,7 
20,3 
30-44 ans
21,9 
16,1 
15-29 ans
11,4 
20,9 
0-14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception

Construite à partir de 1616, elle a été modifiée en 1751 puis restaurée au XIXe siècle. En 1948, une chapelle lui est ajoutée, dédiée au pèlerinage de Sainte Rita.

Le Château

Cette construction toute de brique date du XVIIIe et du XIXe siècle, mais il n'en subsiste que les fossés et les murs. Des bâtiments plus récents (XIXe et XXe siècle) servent actuellement de fermes.

Le Calvaire

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Martine Duvivier, née à Curgies en 1953, athlète internationale, championne de France du 800 mètres.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Curgies et Valenciennes », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Valenciennes » (commune de Valenciennes) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Valenciennes » (commune de Valenciennes) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Valenciennes (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. « Maurits Gysseling: Toponymisch Woordenboek (1960) p. 253 », sur bouwstoffen.kantl.be (consulté le )
  14. [PDF] Archives départementales du Nord
  15. Paul Denis du Péage, « Recueil de généalogies lilloises - tome I », Recueil de la société d'études de la province de Cambrai, vol. 12,‎ 1906-1909, p.282-283 (lire en ligne).
  16. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 278, lire en ligne.
  17. « Annuaire statistique du département du Nord. Pour … (0000AnNord_0... », sur Mnesys (consulté le ), p. 126-127.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Curgies (59166) », (consulté le ).
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).