Recquignies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Recquignies
Recquignies
La mairie à Recquignies.
Blason de Recquignies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Fourmies
Intercommunalité Communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre
Maire
Mandat
Ghislain Rosier
2014-2020
Code postal 59245
Code commune 59495
Démographie
Population
municipale
2 388 hab. (2015 en augmentation de 1,75 % par rapport à 2010)
Densité 387 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 16′ 54″ nord, 4° 02′ 30″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 189 m
Superficie 6,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Recquignies

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Recquignies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Recquignies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Recquignies

Recquignies est une commune française située dans le département du Nord en région Hauts-de-France, qui comprend les villages de Recquignies (chef-lieu) et Rocq.

Adhérente à l'intercommunalité de l'Agglomération Maubeuge Val de Sambre, la commune de Recquignies fait également partie de l'unité urbaine de Maubeuge qui est la cinquième du département du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

La gare de Recquignies, entre les deux villages

Située entre les villes de Maubeuge et Jeumont et traversée par la ligne de chemin de fer qui relie Paris aux villes de Copenhague, Varsovie et Moscou entre autres et séparée de la ville de Boussois par la rivière Sambre. Cette commune a comme particularité de posséder une infrastructure en double du fait de son ancienne histoire qui est la réunion des anciennes communes de Recquignies et de Rocq.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Recquignies
Assevent Boussois
Rousies Recquignies Marpent
Cerfontaine Colleret

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie: Rokineias (866), Rekegnies (1186), Rechignies (1257), Reckingen (?).

Au début de la Première Guerre mondiale, le 6 septembre 1914, 13 civils pris comme otages sont fusillés au bord de la Sambre à Boussois. Ils étaient Français et Belges et habitaient Recquignies et Boussois. D'après un témoignage écrit, ils auraient été fusillés par des soldats du 57° régiment d'infanterie de Barmen[1]. Ce massacre intervient car des soldats français freinent la progression allemande vers Maubeuge. Pensant qu'ils sont visés par des tirs de civils de Recquignies, ils décident, après l'exécution sommaire, d'incendier au moins 140 maisons du village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Recquignies (Nord).svg

Les armes de Recquignies se blasonnent ainsi : "Burelé d’argent et d’azur de douze pièces, à la bande de gueules brochant sur le tout."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1889 Edmond Meurisse    
1890 1908 Paul Godin    
1908 1911 Clément Derosiaux    
1911 1932 Emile Lebeau   Représentant de commerce (d'après le recensement de 1906)
1933 1941 George Decroix    
1941   Henri Derache    
1945 mars 1968 Othon Brichot PCF Ouvrier mouleur
1974 Paul Hauquier    
1974 mars 1983 Jean-Claude Fontenelle PCF Conseiller général du canton de Maubeuge-Sud (1979 → 1988)
juin 1995 Vincent Battist[2] DVG  
en cours Ghislain Rosier DVG Professeur d'enseignement technique
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2015, la commune comptait 2 388 habitants[Note 1], en augmentation de 1,75 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
11297126145307326322386404
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4479148107327408111 0418431 009
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2211 4101 5401 2881 9202 0281 8721 8562 063
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 3522 4282 3822 5772 5212 4902 3722 3552 380
2015 - - - - - - - -
2 388--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Recquignies en 2007 en pourcentage[7].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,4 
4,6 
75 à 89 ans
6,9 
8,9 
60 à 74 ans
10,6 
21,8 
45 à 59 ans
21,6 
21,2 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
21,5 
22,8 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[8].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À part la mairie qui est unique, la commune possède deux églises, deux écoles primaires, deux écoles maternelles, deux salles des fêtes, deux stades et quatre cimetières (deux anciens et deux récents)

  • Église Saint-Sulpice de Recquignies du XIXe siècle
  • Église Saint-Martin de Rocq du début du XVIe siècle
  • Château de la Carnière du XVe siècle
  • Pierres ovoïdes
  • L'usine d'emboutissages CEREC et ses forges datant de 1907 sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel du Nord-Pas-de-Calais[9].
  • Glacerie de Recquignies [10]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Delfosse, « Racines et patrimoine en Avesnois », Bulletin,‎ (lire en ligne)
  2. Vincent Battist, qui avait été maire de Recquignies, de 1983 à 1995, est décédé, La Voix du Nord, article du 18 mars 2014.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. « Évolution et structure de la population à Recquignies en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  9. « L'usine Cerec à l'inventaire général du patrimoine culturel du Nord-Pas-de-Calais. »
  10. Peligot, Eugène-Melchior (1811-1890), Le verre : son histoire, sa fabrication, G. Masson (Paris), (lire en ligne)