Aller au contenu

Hautmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hautmont
Hautmont
La mairie.
Blason de Hautmont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Intercommunalité CA Maubeuge Val de Sambre
Maire
Mandat
Stéphane Wilmotte
2020-2026
Code postal 59330
Code commune 59291
Démographie
Gentilé Hautmontois
Population
municipale
14 182 hab. (2021 en diminution de 3,43 % par rapport à 2015)
Densité 1 156 hab./km2
Population
agglomération
109 457 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 14′ 55″ nord, 3° 55′ 31″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 184 m
Superficie 12,27 km2
Type Centre urbain intermédiaire
Unité urbaine Maubeuge (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Maubeuge (partie française)
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Avesnes-sur-Helpe
Législatives 12e circonscription du Nord
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Hautmont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Hautmont
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Hautmont
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Hautmont

Hautmont est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Hautmont comme beaucoup de villes du Nord, a connu une histoire mouvementée du Moyen Âge à la Révolution française. Elle est en conflit lors de la guerre franco-autrichienne et durement éprouvée par les deux conflits mondiaux du XXe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Hautmont est une ville du Hainaut français située dans la vallée de la Sambre, frappée depuis les années 1970 par la désindustrialisation et la crise de la sidérurgie du Nord-Pas-de-Calais.

Elle est située à 5 km au sud-ouest de Maubeuge, à 14 km de la frontière franco-belge, à 23 km au sud de Mons, à 31 km au sud-est de Valenciennes et à 64 km au nord-est de Saint-Quentin, et est desservie par la route nationale 2 qui contourne la ville en 2 × 2 voies.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Un réseau fluvial, la Sambre passe à Hautmont. Elle est canalisée au gabarit Freycinet (250 t) de Landrecies (canal de la Sambre à l'Oise) jusqu'à son confluent avec le fleuve la Meuse à Namur.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 875 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 10,2 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe à 13 km à vol d'oiseau[3], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 802,4 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Hautmont est catégorisée centre urbain intermédiaire, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Maubeuge (partie française)[Note 1], une agglomération internationale regroupant 22 communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[8],[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Maubeuge (partie française), dont elle est une commune du pôle principal[Note 3],[9]. Cette aire, qui regroupe 65 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (47,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (44,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (36,4 %), terres arables (26 %), prairies (15,1 %), forêts (10,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,6 %), zones agricoles hétérogènes (1,4 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare d'Hautmont, située sur la ligne de Creil à Jeumont (section des anciennes liaisons internationales Paris-Bruxelles-Amsterdam et Paris-Cologne-Berlin avant la mise en service de Thalys par la LGV Nord), est desservie par des trains TER Hauts-de-France qui effectuent des missions entre Valenciennes et Jeumont. Les voyageurs ont accès à une offre ferroviaire plus importante en gare de Maubeuge.

La commune est desservie, en 2024, par les lignes A, B, D, 21, 24, 57, 61, 62, 63, 64, Citadine de Hautmont et par le service de transport à la demande du réseau Stibus[13]. Elle est également desservie par les lignes 952, 979 et 986 du réseau interurbain Arc-en-Ciel 4[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du nom Hautmont vient d'après la construction d'un petit oratoire, dédié à Saint-Waast, sur un petit monticule situé sur la rive droite de la Sambre au lieu-dit « Mont-Aigu » que le village d'Hautmont paraît avoir pris son nom[réf. nécessaire].

Bien que l'adjectif haut (comme dans le haut et le bas) et les mots qui en dérivent (par exemple la hauteur) prennent un h aspiré, le nom propre Hautmont prend un h muet, comme dans Gare d'Hautmont et dans Ligne d'Hautmont à Feignies (frontière).

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

C'est après la construction d'un petit oratoire, dédié à Saint-Waast, sur un petit monticule situé sur la rive droite de la Sambre au lieu-dit « Mont-Aigu » que le village d'Hautmont paraît avoir pris son nom. Onulphe d'Hautmont, ou Onulfus Altimontensis, est moine bénédictin de l'abbaye d'Hautmont, vers 1050. Il est connu par son œuvre hagiographique[réf. nécessaire].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 643, Vincent Madelgaire, comte et gouverneur du Hainaut (né vers 610 à Strépy), membre de la cour du roi Dagobert Ier, aide l’action missionnaire et entreprend de faire bâtir un monastère en un lieu appelé Altus Mons. Dagobert lui offre en outre les reliques du pape saint Marcel, mort martyr en 309. Vincent Madelgaire épouse Waudru avec laquelle il aura quatre enfants, Landry, Madelberte, Aldetrude et Dentelin. Waudru, après leur décision commune de se séparer pour se consacrer à la vie monastique, fait construire un monastère sur un vaste domaine qui deviendra le berceau de la ville belge de Mons. L'abbaye accueillit saint Ansbert, évêque de Rouen, exilé par Pépin de Herstal. En 829, création d'une école à l'abbaye d'Hautmont et en 880 a lieu le sac de l'abbaye par des pillards danois.[réf. nécessaire]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Abbaye d'Hautmont en 1598 (Albums de Croÿ).

Entre 1565 et 1625, c'est l'âge d'or du Grand Hautmont[C'est-à-dire ?] sous le règne de l'abbé Gaspard Hanot. L'abbaye de Hautmont est rénovée et de nouveaux bâtiments sont construits. Une brasserie s'installe également. En 1589, Gaspard Hanot fait ramener à Hautmont les reliques de saint Marcel, déposées précédemment dans le refuge de l’abbaye de Mons pour les préserver des pillages[réf. nécessaire].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Lors de la Révolution française, le village d'Hautmont compte 552 habitants. L'abbaye est l'une des plus prospères du Hainaut. Contrairement à de nombreuses autres, l'abbaye n'a pas été totalement détruite à la Révolution française, grâce à Dom Ghuislain Dusart qui, le , a réussi à calmer les paysans venus pour piller et détruire l'abbaye. Dom Ghuislain, en leur ouvrant la porte, leur demanda de respecter les lieux et leur offrit la nourriture qu'ils demandaient.[réf. nécessaire]

L'industrialisation[modifier | modifier le code]

Lors de la monarchie de Juillet, en 1843 est créée à Hautmont la nouvelle usine de la Société Anonyme des laminoirs, forges, fonderies et usines de la Providence. La création de cette usine va susciter de nombreuses autres[réf. nécessaire].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, la ville se trouve en zone occupée par les troupes allemandes. Certains Hautmontois sont internés dans le camp de prisonnier allemand de Stargard comme Adelson Dubois qui prend part au Siège de Maubeuge en 1914 avec le 145e régiment d'infanterie et qui est fait prisonnier à la suite de la capitulation de la ville[15]

La ville d'Hautmont est libérée le . Le , les troupes anglaises entrent dans le bois d'Hautmont. Tout au long de la journée, la ville est arrachée à l'ennemi. Le fort sera quant à lui reconquis dans la nuit.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Dans l'entre-deux-guerres, Amand Goubert participe au Tour de France durant les années 1928 à 1933. Il tient ensuite à Hautmont, avec son épouse, un magasin de cycles et mobylettes[réf. nécessaire]. Alfred Steinmetz, gagne la XIe édition de Paris-Strasbourg en 1936[16].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jeanne Leroux, artiste et chef d'entreprise aux Ateliers Leroux, est résistante pendant la Seconde Guerre mondiale[réf. nécessaire].

Le Hautmont contemporain[modifier | modifier le code]

Le , la Tornade en Val-de-Sambre de 2008, tornade d'au moins de catégorie F3 sur l'échelle de Fujita améliorée, peut-être F4, frappe la ville en faisant 3 morts et 18 blessés. Elle provoque de gros dégâts à travers la ville et ses alentours avec 700 logements endommagés dont 200 rendus inhabitables[17],[18]. Un odonyme local (Boulevard du 3-Août-2008 Ce lien renvoie vers une page d'homonymie) rappelle cet événement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre dans le département du Nord.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Hautmont se trouve dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la douzième circonscription du Nord.

La commune se trouvait depuis 1910 dans le canton de Maubeuge-Nord, qui a été scindé en 1958 pour former le canton d'Hautmont[19]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton d'Avesnes-sur-Helpe.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Hautmont était membre de la communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1994 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre dont Hautmont est désormais membre.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Joël Wilmotte devient maire à la suite des élections de mars 1989 et est réélu dès le premier tour jusqu'en 2020[20].

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 dans le Nord, la liste UMP menée par le maire sortant Joël Wilmotte remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 3 377 voix (29 conseillers municipaux élus, dont 8 communautaires), devançant largement les listes menées respectivement par[21],[22] :

  • Frédéric Divina (DVG, 557 voix, 11,05 %, 1 conseiller municipal élu) ;
  • Ghislaine Bruyere-bourgeois (PCF, 456 voix, 9,05 %, 1 conseiller municipal élu) ;
  • Jean-Michel Moulun (FN, 354 voix, 7,02 %, 1 conseiller municipal élu) ;
  • Willy Bell (DVD, 295 voix, 5,85 %, 1 conseiller municipal élu).

Lors de ce scrutin, 47,19 % des électeurs se sont abstenus.

Lors du second tour des élections municipales de 2020 dans le Nord, deux listes sont opposées[23] : celle LR du maire sortant Joël Wilmotte, qui obtient 1 748 voix (47,03 %, 7 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires) et est devancée de 220 voix par la liste DVD menée par son fils Stéphane Wilmotte — qui bénéficie du ralliement de la liste LFI du premier tour menées par Antony Larroque[20]  —, qui obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 968 voix (52,96 %, 26 conseillers municipaux élus dont 6 communautaires).
Lors de ce scrutin, marqué par la crise de la pandémie de Covid-19 en France, 60,55 % des électeurs se sont abstenus[24],[25].

Politique locale[modifier | modifier le code]

À la suite du rejet de ses comptes pour la campagne des élections municipales 2014 par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) le , Joël Wilmotte a été déclaré inéligible par le Tribunal administratif le . Il a fait appel, ce qui suspend la mise en œuvre de ce jugement jusqu'à l'intervention de cette nouvelle décision. De plus, afin de « contourner » cette inéligibilité, dix-neuf conseillers municipaux ont démissionné, ce qui entraine l'organisation de nouvelles élections municipales, organisées les 1er et [26],[27].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[28].
Période Identité Étiquette Qualité
1944 mai 1945 Antoine Barrière CFLN  
13 mai 1945 novembre 1947 Marcel Depecker PCF Ingénieur
19 novembre 1947 mai 1953 Paul Trouillet SFIO  
mai 1953 mars 1954 Roland Princelle PCF Lamineur
14 mars 1954 14 octobre 1965[29] Marcel Aimé[30]
(1912-1965)
SE (Soc.ind.) Employé
Conseiller général d'Hautmont (1958 → 1965)
Décédé en fonction
1965 mars 1977 Jean Damien DVD Ancien premier adjoint
Conseiller général d'Hautmont (1965 → 1976)
mars 1977 mars 1989 Jean-Claude Wasterlain PCF Employé
Conseiller général d'Hautmont (1976 → 1988)
mars 1989 25 juin 2015[31] Joël Wilmotte[32],[33] PS, SE,
RPF puis UMP
Chef d'entreprise
Conseiller général d'Hautmont (1994 → 2015)
Président de la CC Sambre - Avesnois (1994 → 2013)
Déclaré inéligible pendant 1 an[34]
4 juillet 2015[35],[36] mai 2016 Stéphane Wilmotte LR Fils du précédent
Démissionnaire
juin 2016[37] octobre 2016 Daniel Devins   Conseiller municipal
octobre 2016[38] juillet 2020 Joël Wilmotte[39] LR Conseiller départemental d'Avesnes-sur-Helpe (2015 → 2021)
juillet 2020[40] En cours
(au 3 août 2020)
Stéphane Wilmotte LR Fils du précédent
Vice-président de la CC Maubeuge Val de Sambre (2014 →)
Élu à la tête d'une liste dissidente face à son père

Jumelages[modifier | modifier le code]

Carte
Jumelages et partenariats de Hautmont.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Hautmont.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePays
HalverAllemagne
KaliszPologne

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[41],[Note 4].

En 2021, la commune comptait 14 182 habitants[Note 5], en diminution de 3,43 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5806276427657779009341 0341 428
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2233 3353 8624 9066 9739 2049 31710 23811 336
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
12 85813 12815 03413 27915 24816 01214 63614 19715 978
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
18 59417 87019 17518 46117 47516 02915 19014 11514 548
2021 - - - - - - - -
14 182--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 43,1 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,3 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 7 052 hommes pour 7 549 femmes, soit un taux de 51,7 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
1,3 
5,7 
75-89 ans
9,0 
12,5 
60-74 ans
13,8 
17,4 
45-59 ans
17,4 
17,7 
30-44 ans
18,5 
20,0 
15-29 ans
18,6 
26,4 
0-14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2021 en pourcentage[44]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,3 
75-89 ans
8,1 
14,8 
60-74 ans
16,2 
19,1 
45-59 ans
18,4 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,2 
0-14 ans
18 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

* Hautmont Capitale de Noël[45]
  • Hautmont Belle-Île
  • Salon Art'Expo

Sports[modifier | modifier le code]

L'Association sportive hautmontoise est un club de football ancien, qui a notamment disputé les championnats de France professionnels de 1936 à 1939[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

La société Vicat dispose d'une unité de production de béton.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Hautmont
  • Abbaye d'Hautmont, ancienne abbaye bénédictine fondée au VIIe siècle, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 1992[47].
  • Chapelle Saint-Éloi fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis 2005[48].
  • Église Notre-Dame de l'Assomption (1862-1871) avec fonts baptismaux romans en pierre bleue à frises sculptées (classés).
  • Villas et commerces de style Art déco.
  • Gare d'Hautmont.
  • Le cimetière militaire situé à l'intérieur du cimetière municipal.
  • Le Fort de Haumont[49]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Hautmont se blasonnent ainsi : D’or à trois chevrons de sable.

.

Elles sont identiques aux premières armoiries du comté de Hainaut.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Maubeuge (partie française) comprend une ville-centre et 21 communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Hautmont et Saint-Hilaire-sur-Helpe », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « St-hilaire-sur-helpe » (commune de Saint-Hilaire-sur-Helpe) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Maubeuge (partie française) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Hautmont ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Maubeuge (partie française) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. « Plan du réseau Stibus 2023-2024 » [PDF], sur stibus.fr, (consulté le ).
  14. « Plan du périmètre Avesnois », sur arcenciel.hautsdefrance.fr (consulté le ).
  15. Matricule d'Adelson Dubois (archivesdepartementales.lenord.fr)
  16. Alfred STEINMETZ, vainqueur de Paris - Strasbourg en 1936 (cdm.athle.com)
  17. V.Z et M.GR avec agence, « Mini-tornade à Hautmont: quatre morts ont été retrouvés »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 20 minutes, (consulté le ).
  18. Dossier météorologique complet concernant la tornade du 3 août 2008
  19. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. a et b M. P., « Treize villes où tout peut arriver », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24268,‎ , p. 4-5.
  21. Résultats officiels pour la commune Hautmont
  22. « À Hautmont, le sacre pour Joël Wilmotte, « fier » et réélu dès le premier tour : Le suspense aura été de courte durée. Il n’est pas encore 19 heures, ce dimanche au centre culturel, mais déjà, l’issue du vote hautmontois ne laisse pas place à l’ambiguïté. Les visages des opposants sont fermés. Lui est souriant, lorsqu’une heure plus tard, il proclame les résultats définitifs. Et pour cause. Joël Wilmotte, maire sortant, est réélu dès le premier tour des élections, et l’emporte haut la main, avec 67,02 % des voix. Un plébiscite », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Municipales : le casting est finalisé, c'est reparti pour un tour », La Voix du Nord, édition Hainaut-Douaisis, no 24244,‎ , p. 3.
  24. Maxime Pedrero etPierre Rouanet, « Municipales: à Hautmont, fin de règne pour Joël Wilmotte, battu par son fils Stéphane : Au terme d’un scrutin au coude-à-coude, les Hautmontois ont finalement donné la victoire à Stéphane Wilmotte. Après plus de trente ans aux manettes de la ville, son père, Joël Wilmotte, est écarté du pouvoir », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. Rafaela Biry-Vicente, « Municipales à Hautmont : Stéphane Wilmotte prend le siège de maire à son père Joel Wilmotte : C'est la fin de l'ère Joel Wilmotte à Hautmont, mais ce sera toujours un Wilmotte qui dirigera la ville puisque Stéphane, son fils l'a battu avec près de 53% des suffrages », France Bleu Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le quadragénaire qui avait siégé dans le conseil municipal de son père pendant 15 ans qui l'avait même remplacé quand il avait été frappé d'inéligibilité, a donc battu son père avec le soutien de la liste de la France Insoumise qui s'était retiré du 2e tour ».
  26. M. D., « Séisme à la mairie : Joël Wilmotte pourrait perdre son siège de maire : La Commission nationale des comptes de campagne a rejeté ceux de l’élu hautmontois, pour manquement à un article essentiel du Code électoral. Explications et réactions. », La Sambre La Frontière, no 1952,‎ , p. 16.
  27. Marie Delattre, « Joël Wilmotte, maire d’Hautmont, déclaré inéligible pour un an : Le 15 décembre, le tribunal administratif de Lille s’est penché sur l’affaire Wilmotte. Le maire d’Hautmont, lors des élections municipales de mars, avait en effet commis « la malencontreuse erreur » de faire figurer sur sa liste deux membres issus de son association de financement de campagne. Une bévue sanctionnée le 31 décembre. Joël Wilmotte a été déclaré inéligible pour un an », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Les maires de Hautmont », sur francegenweb.org (consulté le ).
  29. « Le maire d'Hautmont (Nord) est victime d'un accident de la circulation », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  30. Notice AIMÉ Marcel, Jules, Fernand par Gilles Morin, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 7 octobre 2010
  31. « Joël Wilmotte n’est plus le maire d’Hautmont : Après moult rebondissements, l’affaire est entendue. Joël Wilmotte est contraint par le Conseil d’État de démissionner de tous ses mandats locaux, dont son poste de maire, excepté son poste de conseiller départemental obtenu en mars. Une décision qui pèsera lourd sur l’avenir d’Hautmont », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  32. « Le ton est donné lors de l’installation du conseil municipal : L’installation du conseil municipal s’est déroulée au centre culturel samedi dernier. Quelques passes d’armes ont été relevées », La Sambre La Frontière, no 1921,‎ , p. 20.
  33. « Joël Wilmotte reprend sa place de maire : « Nous rétablissons la situation » : 1989, 1993, 1995, 2001, 2008, 2014 et… 2015. Et de sept pour Joël Wilmotte, qui a été réélu maire d’Hautmont ce samedi matin. Sans surprise. Sans suspense. Avec la même majorité. En somme, on prend les mêmes et on recommence », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  34. « Joël Wilmotte, maire d'Hautmont, déclaré inéligible pour un an », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  35. « Adoubé par le conseil, le fils Wilmotte devient maire d’Hautmont : Nouvelle surprise ce samedi matin à Hautmont. Alors qu’on attendait Daniel Devins, c’est Stéphane Wilmotte qui a été élu maire par ses pairs. Une candidature, poussée par la majorité, face à Jean Lesage (PS). Le fils succède donc au père après 25 années de mandats. Pour combien de temps ? », La Voix du Nord,‎ .
  36. « Hautmont : Joël Wilmotte réélu dès le 1er tour : On votait ce dimanche à Hautmont. Pour la troisième fois en deux ans et demi ! Et c'est une nouvelle fois le maire sortant Joël Wilmotte l'a emporté », France 3 Nord-Pas-de-Calais,‎ (lire en ligne) « Il faut dire que c'est la 3e fois en deux ans et demi qu'ils étaient appelés aux urnes. En septembre 2014, ses comptes de campagne sont rejetés. Ses troupes avaient alors démissionné du conseil municipal pour provoquer de nouvelles élections en février 2015. Il est réélu mais est déclaré inéligible en juin 2015. Il donne alors les manettes de la ville, en juillet 2015 à son fils Stéphane, qui démissionne finalement en mai 2016 pour redonner la place à son père ».
  37. Maxime Pedrero, « Daniel Devins est le nouveau maire d’Hautmont « jusqu’à l’automne » : Réunis, ce mercredi, pour trouver un successeur à Stéphane Wilmotte, démissionnaire, les élus hautmontois ont élu Daniel Devins maire de la ville. Une fonction qu’il dit vouloir assumer « de manière transitoire jusqu’à l’automne », confirmant à mots à peine voilés la tenue d’élections municipales dans les mois à venir », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  38. « Joël Wilmotte a été réélu - Diviser et exclure : la méthode n’a pas changé : A peine les résultats des élections municipales proclamés, Joël Wilmotte a provoqué un incident avec les élus de l’opposition. Le ton est donné pour les trois ans et demi à venir », La Sambre La Frontiere, no 2052,‎ , p. 18 « Il est près de 19h30, dimanche 2 octobre, quand Daniel Devins prend le micro pour annoncer les résultats des élections municipales. Avec 79,94 % des suffrages exprimés, la liste menée par Joël Wilmotte rafle 30 sièges sur les 33 à pourvoir. Mais plusieurs chiffres sautent aux yeux. A commencer par celui de l’abstention : seuls 30,55 % des électeurs sont allés voter (soit 2 986 votants sur 9 773 inscrits). Une participation qui ne cesse de diminuer : 59,44 % en 2008, 52,81 % en 2014, 36,66 % en 2015 ».
  39. « Ça s'est passé en 2016 : Joël Wilmotte de retour à la mairie », La Sambre La Frontière, no 2064,‎ , p. 16.
  40. Matthias Dormigny, « Hautmont : Stéphane Wilmotte est officiellement le nouveau maire », L'Observateur de la Sambre,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Sans surprise, Stéphane Wilmotte, seul candidat au poste, a été élu avec 28 voix ».
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  43. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Hautmont (59291) », (consulté le ).
  44. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  45. Événements, consulté le 19 octobre 2015.
  46. « verrerie Darche, puis usine de peinture et vernis Leroux », sur culture.gouv.fr (consulté le ).
  47. Notice no PA00107927, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. Notice no PA59000111, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. photos du fort d'Haumont, faisant partie de la ceinture fortifiée de Maubeuge

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]