Louvroil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louvroil
Louvroil
La mairie de Louvroil.
Blason de Louvroil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Maubeuge
Intercommunalité Communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre
Maire
Mandat
Giuseppe Ascone
2018-2020
Code postal 59720
Code commune 59365
Démographie
Gentilé Louvroiliens, Louvroiliennes
Population
municipale
6 651 hab. (2015 en diminution de 2,62 % par rapport à 2010)
Densité 1 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 15′ 56″ nord, 3° 57′ 39″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 175 m
Superficie 5,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Louvroil

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Louvroil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louvroil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louvroil
Liens
Site web louvroil.fr

Louvroil est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune contiguë à Maubeuge au sud-ouest, c'était autrefois, quand Maubeuge était confinée dans son enceinte fortifiée par Vauban, une commune rurale de l'Avesnois. "Louvroil" viendrait de loup, témoignant que son noyau villageois était isolé dans le bocage avesnois.

C'est l'expansion urbaine des deux communes et celle de Hautmont qui les a réunies dans une agglomération.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Louvroil
Maubeuge
Louvroil Rousies
Hautmont Beaufort Ferrière-la-Grande

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en 884 qu'apparaît pour la première fois le nom de Louvroil (Loveruva). À partir de 1158 et pendant plus de six siècles, le village fut rattaché à l'abbaye d'Hautmont ; ce n'est qu'en 1789, lors de la Révolution, que les paysans de Louvroil réclamèrent l'abolition des privilèges et la fin de la tutelle hautmontoise.

Au XIXe siècle, la révolution industrielle transforme le petit village agricole en petite ville industrielle : de 812 habitants en 1845, Louvroil passe à 2 185 habitants en 1881. Au début du XXe siècle, avec la métallurgie, la canalisation de la Sambre, l'arrivée du chemin de fer et le développement des activités sidérurgiques, la ville connaît une croissance ininterrompue, passant successivement à 4 750 habitants en 1906 et à 5 251 en 1914.

Première Guerre mondiale

Durant la Première Guerre mondiale, Louvroil subit les bombardements allemands : le pont Michaux et 150 maisons sont détruits, le centre-ville est durement touché. La guerre terminée, la ville reprend sa croissance pour atteindre rapidement les 8 000 habitants.

La commune a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [1].

Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale entraîne l'entrée de la ville dans une période de résistance ; la 27e compagnie de Francs-Tireurs et Partisans empêche alors les Allemands de détruire le pont Michaux, permettant ainsi aux troupes alliées de foncer sur Mons[réf. nécessaire].

L'après-guerre, les Trente glorieuses et la désindustrialisation

La Libération marque le début d'une période de reconstruction cruciale et doublement bénéfique pour la ville. Les industries tournent à plein rendement pour assurer la production de matériaux et la population augmente encore.

Toutefois, la fin des Trente Glorieuses est particulièrement difficile pour la région, et les années 70 et 80 voient de douloureuses restructurations industrielles et une explosion du chômage. La situation catastrophique de l'époque s'est depuis améliorée, mais la ville possède toujours un des taux de chômage les plus élevés de la région, pourtant déjà défavorisée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription du Nord.

Elle faisait partie de 1793 à 1910 du canton de Maubeuge, année où il est scindé et la commune rattachée au canton de Maubeuge-Sud [2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le nouveau canton de Maubeuge.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération Maubeuge Val de Sambre.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2001 André Boquet PCF Conseiller général de Maubeuge-Sud (1992 → 1998)
mars 2001 février 2018[3],[4] Annick Mattighello[5] PCF Monteuse chez Thomson Lesquin
Conseillère générale de Maubeuge-Sud (1998 → 2004)
Conseillère régionale[Quand ?]
Démissionnaire
février 2018[6],[7] en cours
(au 12 février 2018)
Giuseppe Ascone PCF Salarié chez MCA

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2015, la commune comptait 6 651 habitants[Note 1], en diminution de 2,62 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
352409513549670727722812822
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0071 4681 7182 1852 6213 4773 4353 8234 389
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 7744 7505 2514 4015 2985 5175 2955 0375 763
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6 3136 8918 0058 2087 3497 2516 9596 9046 849
2013 2015 - - - - - - -
6 5746 651-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Louvroil en 2007 en pourcentage[11].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,3 
4,3 
75 à 89 ans
6,7 
12,5 
60 à 74 ans
12,4 
16,1 
45 à 59 ans
18,4 
17,1 
30 à 44 ans
17,5 
23,3 
15 à 29 ans
22,6 
26,6 
0 à 14 ans
22,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[12].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de Louvroil
  • Parc et plan d'eau du paradis

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Louvroil (traditional)

Les armes traditionnelles de la commune de Louvroil se blasonnent ainsi :
D'or à l'aigle à deux têtes de sable, becquée et membrée d'or, languée de gueules[13].

Armes de Louvroil (moderne)

Les armes de la commune de Louvroil que le mairie emploie aujourd'hui se blasonnent ainsi :
D'azur à l'aigle à deux têtes d'or.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel du 16 avril 1924, p. 3544.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Maxime Pedrero, « Annick Mattighello annonce sa démission : Maire de Louvroil depuis 2001, Annick Mattighello a annoncé ce dimanche matin, lors de sa cérémonie de vœux, son souhait de passer la main. Une décision dictée par des problèmes de santé chroniques », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  4. JB avec Laura Lévy, « Ouvrière, militante, engagée, la maire de Louvroil Annick Mattighello tire sa révérence : À 67 ans, Annick Mattighello, la maire communiste de Louvroil depuis 2001, tire sa révérence. Elle avait annoncé il y a un mois sa démission "pour raisons de santé" après une vie de combats politiques », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne).
  5. Réélue pour le mandat 2014-2020 : « Un 3e mandat pour Annick Mattighello avec une équipe remaniée : Deux nouveaux prennent une place d’adjoint : Mustapha El Hadani et Mariam Piérard, anciens conseillers délégués. », La Sambre La Frontière, no 1921,‎ , p. 18
  6. Florence Delsinne, « Élection surprise de Giuseppe Ascone au poste de maire : En janvier, Annick Mattighello, maire, depuis avait fait connaître sa volonté de démissionner pour raisons de santé. La femme politique avait préparé sa succession, dans les moindres détails, désignant son héritier en la personne de Patrick Viltart, premier adjoint. Dimanche matin, le scénario a été tout autre. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  7. Florence Delsinne, « Qui est le nouveau maire Giuseppe Ascone ? : « Je suis un inconnu méconnu », lance-t-il en boutade avant de rappeler, droit dans ses bottes, un parcours politique de 17 années aux côtés d’Annick Mattighello, « une grande dame » dont il va devoir gérer l’héritage. À la tête d’un des communes les plus jeunes et les plus pauvres des Hauts-de-France, il veut s’inscrire dans ses pas, mais à sa façon. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Évolution et structure de la population à Louvroil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  13. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f59365 « Copie archivée » (version du 18 février 2015 sur l'Internet Archive)