La Longueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec La Longeville.

La Longueville
La Longueville
L'église Sainte-Aldegonde.
Blason de La Longueville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Avesnes-sur-Helpe
Canton Aulnoye-Aymeries
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mormal
Maire
Mandat
Stéphane Latouche
2014-2020
Code postal 59570
Code commune 59357
Démographie
Gentilé Longuevillois
Population
municipale
2 136 hab. (2015 en diminution de 2,06 % par rapport à 2010)
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 23″ nord, 3° 51′ 28″ est
Altitude Min. 134 m
Max. 161 m
Superficie 17,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
La Longueville

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
La Longueville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Longueville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Longueville
Liens
Site web http://ville-lalongueville.fr/

La Longueville est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Longueville se situe sur une des sept voies romaines (Chaussée Brunehaut autour de Bavay, l'actuelle RN 49 mise à 2 voies. La commune est située à 5 km du chef lieu du canton (Bavay), à 6 km d'Hautmont, 9 km de Maubeuge, 25 km de Valenciennes et 75 km de Lille.

Le territoire de La Longueville s'étend sur le plateau Hennuyer composé de sables landéniens (tertiaire) recouverts de limon des plateaux (terre à brique) qui donne des sols lourds. Son altitude varie de 141 à 160 m. La commune est arrosée par l'Hogneau qui y prend sa source au bois Delhaye au sud et reçoit au niveau du Pont Poirette le ruisseau Sainte Aldegonde (patronne de la commune) qui sourd de la fontaine du même nom, puis se jette dans la Haine en Belgique. La superficie de la commune est de 1 764 hectares, dont 544 de bois. Le reste est partagé entre des pâturages et des terres labourables qui ont tendance à s'étendre au détriment des herbages. Vue du ciel La Longueville présente le double aspect d'un village de bocage à l'origine avec un habitat groupé au chef lieu et dispersion dans plusieurs hameaux et écarts.

La commune ne présente pas de cachet touristique particulier, victime qu'elle fut des bombardements de 1940. Toutefois subsistent quelques belles maisons et fermes du XVIIIe siècle, un très beau moulin (moulin au bois) du XVIIIe reconstruit en 1846. Le chœur de l'église est peut-être du XVe siècle, plusieurs objets y sont classés, elle est consacrée à Sainte Aldegonde.

La mairie, l'église, le bureau de poste et la salle des fêtes se trouvent au centre du village. Il faut souligner que les responsables de la reconstruction eurent le mérite (ce qui ne fut pas le cas partout) de conserver les matériaux traditionnels que sont la brique et la tuile pour élever les nouveaux immeubles auxquels ils ont conservé les volumes de ceux qu'ils remplaçaient, ce qui confère - tout de même - à la place et à son environnement une certaine élégance.

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Les habitations de la commune se regroupent d'abord autour de la place (mairie), puis dans des hameaux : Les Lanières, le Gros Chêne, Les Mottes et Malgarni. Viennent enfin les écarts, comme les Petites Mottes, le Château de Bassus (château blanc), le Baron Vinaigre.

Cependant, le développement de l'habitat ces dernières années tend à relier plusieurs hameaux ou écarts au centre, ainsi la rue de Pont sur Sambre.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Avec le plan d'urbanisme élaboré dans les années 1980, on vit s'élever dans la partie sud-est du village plusieurs résidences : Clos des Charmes (3e âge), Les Châtaigniers, Merisiers, Square Noël-Auquiert (à la mémoire d'un jeune homme de La Longueville tué lors de la guerre d'Algérie), qu'avait précédé la résidence Les Cytises, rue de Mons.

Dans le même temps on assistait à une vague de constructions individuelles le long des rues desservant les hameaux et écarts de la commune.

Aujourd'hui le potentiel habitable de la commune est de l'ordre de 800 maisons.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Longueville
Taisnières-sur-Hon Gognies-Chaussée
Bavay La Longueville Feignies
Audignies

Locquignol

Hargnies Vieux-Mesnil

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Hogneau (affluent de la Haine et donc sous-affluent de l'Escaut) ainsi que par le ruisseau de l'Airette, qui s'y jette.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Longueville, en latin Longa Villa est mentionné en 1295 dans le cartulaire de l'évêché de Cambrai.

La Longueville n'a rien gardé de son passé : occupée sans doute dès la préhistoire, sûrement lors de la période gallo-romaine (50/260 de notre ère), elle garde présence d'un culte attesté de Sainte Aldegonde au Ve siècle.

Chef-lieu d'une des douze Pairies du Hainaut au XIe siècle, toutes ces traces ont disparu, y compris celles du château déjà en ruine avant la Révolution française.

Village surtout agricole avec encore une centaine de fermes qui subsistaient en 1940 (contre 18 aujourd'hui), vivifié entre les deux guerres par l'industrie, puis gagné par la rurbanisation après 1973.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Bavay[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton d'Aulnoye-Aymeries..

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la Communauté de communes du Bavaisis, créée fin 1993.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme des collectivités territoriales françaises (2008-2012), le schéma départemental de coopération intercommunale approuvé par le préfet du Nord prévoit la fusion de cette intercommunalité avec ses voisines. C'est ainsi qu'est créée le la communauté de communes du Pays de Mormal[2]., dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Daniel Fauviaux[4]    
mars 2001 mars 2008 Michel Prévot[5]    
mars 2008 mars 2010[6] Patrick Delcourt   Démissionnaire
juin 2010[7], [8] mars 2014 Jacques Claisse DVD Assure l'intérim du maire de mars à juin 2010
mars 2014[9] en cours
(au 6 août 2017[10])
Stéphane Latouche SE Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2015, la commune comptait 2 136 habitants[Note 1], en diminution de 2,06 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9459191 0261 1011 1971 1981 1881 2201 255
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2281 2461 2891 2241 1821 1781 2371 1741 163
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1941 1801 1261 3031 4961 5821 5431 4431 549
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 7421 7601 7591 8442 1542 1962 2212 2242 138
2015 - - - - - - - -
2 136--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges
Pyramide des âges à La Longueville en 2007 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
1,0 
4,5 
75 à 89 ans
7,0 
9,8 
60 à 74 ans
11,1 
24,4 
45 à 59 ans
22,6 
22,0 
30 à 44 ans
20,6 
20,1 
15 à 29 ans
19,1 
18,9 
0 à 14 ans
18,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture légale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte-Aldegonde du XVIe siècle-XVIIIe siècle, avec une statue du Christ en croix du XVIe siècle, une chaire à prêcher en bois taillé et une dalle funéraire datée 1773.
  • Le calvaire du XVIIIe siècle, chapelle les Lanières, oratoire Notre-Dame du Rosaire.
  • Le moulin du bois, moulin à eau de 1796, probablement à l'origine une scierie, puis moulin à farine.
  • Quelques fermes avec un pigeonnier.
  • Bois Delhaye, bois dit Le Chêne Croiseau, bois dit Le Grand Planty.
  • Le cimetière communal de La Longueville héberge six tombes de guerre de la Commonwealth War Graves Commission, de soldats tombés à la libération en novembre 1918[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr La Longueville (Nord).svg

Les armes de La Longueville se blasonnent ainsi : D’azur semé de billettes d’argent, au lion du même, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Amandine Meunier, « Pays de Mormal: avant la fusion des intercommunalités, revue de la dot de la 2C2M », La Voix du Nord,‎
  3. « Les maires de Longueville (la) », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 27 mai 2018).
  4. Daniel Fauviaux, le conciliateur de justice qui use du rire pour « arrondir les angles », La Voix du Nord, article du 25 juillet 2010.
  5. « L'ancien maire Michel Prévot de retour au conseil municipal accompagné de Jean-Paul Francq et Gwenaëlle Daux-Gabet », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  6. « Le maire de La Longueville a annoncé sa démission lundi », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  7. « Le conseil municipal de La Longueville choisira son nouveau maire vendredi soir », sur http://www.lavoixdunord.fr/, La Voix du Nord,
  8. « La Longueville : Jacques Claisse est le nouveau maire », sur http://www.lasambre.fr, La Sambre,
  9. « La Longueville : Stéphane Latouche est le nouveau maire : L'installation du conseil municipal a eu lieu dimanche matin, à la salle des fêtes, comble pour l'occasion. Sans surprise, Stéphane Latouche a été élu maire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  10. « À mi-mandat, Stéphane Latouche, le maire, continue de miser sur les services à la population : Le mois de juillet est l’occasion pour le maire de la Longueville, Stéphane Latouche, de dresser un premier bilan, à mi-mandat, de l’activité municipale et les projets engagés », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Évolution et structure de la population à La Longueville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  16. La Longueville au site de www.inmemories.com