Pôle universitaire Léonard-de-Vinci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pôle universitaire Léonard-de-Vinci
Logo-pole-leonard-vinci-n.png
Image dans Infobox.
Histoire et statut
Fondation
Type
Fondateur
Président
Bernard de Froment
Devise
« Aller plus loin »
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
7 500
Enseignants
300
Localisation
Ville
Pays

Le pôle universitaire Léonard-de-Vinci, ou familièrement « Fac Pasqua »[1], est un établissement d’enseignement supérieur privé d'intérêt général implanté à Courbevoie en plein cœur du quartier d'affaires de La Défense[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pôle universitaire Léonard-de-Vinci, établissement d'enseignement supérieur, a été créé en 1995 à l'initiative du conseil général des Hauts-de-Seine, alors dirigé par Charles Pasqua : il est ainsi souvent surnommé familièrement la « Fac Pasqua »[1]. L'établissement est un enseignement supérieur français privé[Quoi ?]. À l'origine, il était financé essentiellement par des fonds publics[3]. Le pôle est désormais géré par l'Association Léonard de Vinci (ALDV) et ne touche plus aucune subvention de la part des Hauts-de-Seine. Le PULV est dirigé par Pascal Brouaye depuis 2012 et deux des trois écoles le composant sont labellisés EESPIG depuis le [4].

Le , un enseignant d'anglais de l'établissement est tué par un ancien étudiant, sur le parvis situé devant le pôle universitaire[5].

L'établissement doit s'installer en 2023 à Nanterre, dans les locaux rénovés de l'ancienne école d'architecture, à proximité du parc André-Malraux[6],[7].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le pôle universitaire Léonard de Vinci est un bâtiment appartenant au département des Hauts-de-Seine à l'intérieur duquel se trouvent plusieurs occupants ayant signé avec le département des Hauts-de-Seine une convention d'occupation précaire annuelle :

Polémiques[modifier | modifier le code]

Le fait que ce pôle soit un établissement privé financé essentiellement par des fonds publics a dès le départ provoqué l'indignation de plusieurs médias[8].

Le coût du pôle a aussi suscité l'étonnement : « en 1993, sur les 221 millions de francs consacrés à l'enseignement supérieur [au Conseil général des HDS], 200 étaient alloués à la construction du pôle. A titre de comparaison, 18 millions de francs sont allés à la construction de l'IUT, à Gennevilliers. En 1994, 600 millions de francs, soit les trois quarts du budget enseignement sont allés au pôle »[9].

La débauche de budget et de locaux débloqués pour le Pôle a scandalisé certains élus locaux, « alors que la région Ile de France comptait la plus faible surface par étudiant et que 35 000 étudiants s’entassaient à Paris X »[3], malgré une capacité maximale de 18 000 places[9].

La « Fac Pasqua » a bénéficié d'importantes subventions publiques du temps de la présidence de Charles Pasqua au Conseil général, dépenses revues à la baisse par les présidences suivantes après un rapport accablant de la Chambre régionale des comptes, dénonçant les salaires mirobolants de l'équipe de direction, des effectifs administratifs somptuaires, des « dépenses de prestige » peu justifiées et des frais de repas exagérés[1].

Depuis 2015, les écoles du pôle universitaire Léonard de Vinci ne touchent plus aucune subvention de la part du Conseil général des Hauts-de-Seine. Elles sont hébergées par le Conseil général et à ce titre paient un loyer et les charges de fonctionnement.

Enseignants[modifier | modifier le code]

Parmi ses enseignant, le pôle a compté notamment la journaliste Natacha Polony[10], la psychanalyste Cynthia Fleury[11] , et le géopolitologue Guillaume Bigot[12]aucun des 3 ne dispose cependant du titre de maître de conférences des universités.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b et c « La fac Pasqua apprend à ne plus rouler sur l'or », sur leparisien.fr, .
  2. Site officiel, De Vinci
  3. a et b Patrice Leclerc, « Fac Pasqua, Pole Léonard de Vinci, intervention de Catherine Margaté au conseil général des Hauts-de-Seine », sur mediapart.fr, .
  4. « Bulletin Officiel », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le )
  5. AFP, « Un professeur tué à coups de couteau devant une université des Hauts-de-Seine », (consulté le )
  6. « Comment l’école d’architecture de Nanterre pourrait enfin revivre », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  7. L'ÉCOLE D'ARCHITECTURE, site de la mairie de Nanterre. Consulté le 24 juillet 2020.
  8. « La fac Pasqua privée de 3,4 M€ d'aides », sur leparisien.fr, .
  9. a et b « La «fac Pasqua» entre vide et trop plein », sur humanite.fr, .
  10. Biographie de Natacha Polony, sur son blog Éloge de la transmission.
  11. « Cynthia Fleury, tête chercheuse », sur www.marianne.net.
  12. « Guillaume Bigot nouveau directeur général du groupe IPAG », EducPros.fr