Nos plus belles vacances (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nos plus belles vacances
Réalisation Philippe Lellouche
Scénario Frédéric Petitjean
Acteurs principaux
Sociétés de production Chaocorp
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 94 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Nos plus belles vacances est un film français, réalisé par Philippe Lellouche et sorti en 2012.

Synopsis[modifier | modifier le code]

, année de la canicule. Claude (Philippe Lellouche), juif d’Algérie arrivé en France quinze ans plus tôt, emmène sa jeune femme Isabelle (Julie Gayet), ses deux garçons Simon (12 ans) et Bibou (8 ans), et Mamie, sa belle-mère, en Bretagne. C’est Isabelle qui, ayant surpris Claude en flagrant délit d’adultère, a choisi pour ces vacances le petit village où elle est née : le Rocher Abraham.

Dès le lendemain de leur arrivée, Bernard (Gérard Darmon) et Bernadette (Vanessa Demouy), Jacky (Christian Vadim) et Marie-Jeanne (Julie Bernard), deux couples d’amis, les y rejoignent. Ils sont accueillis avec méfiance par les autochtones, principalement au café Pondemer, le café du village où les hommes se retrouvent. Juifs pieds-noirs, bretons catholiques… Parisiens, provinciaux : la cohabitation n’est pas facile.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Nos plus belles vacances

Bande originale de Jean-Félix Lalanne
Sortie
Format CD
Label EMI Music France

Liste des titres[modifier | modifier le code]

  1. Flagrant délit par Jean-Félix Lalanne
  2. Arrivée des copains par Jean-Félix Lalanne
  3. Pomme par Il était une fois
  4. Cœur d'argile par Jean-Félix Lalanne
  5. Du côté de chez Swann par Dave
  6. La valse des sentiment par Jean-Félix Lalanne
  7. Champagne & séduction par Jean-Félix Lalanne
  8. Le radeau de la liberté par Jean-Félix Lalanne
  9. Papa Tango Charlie par Mort Schuman
  10. Blues et rigolade par Jean-Félix Lalanne
  11. Noces sucrées par Jean-Félix Lalanne
  12. Vanina par Dave
  13. Été 76 par Jean-Félix Lalanne
  14. Dix ans plus tôt par Michel Sardou
  15. La cabane sacrée par Jean-Félix Lalanne
  16. Le bal du par Jean-Félix Lalanne
  17. All This Love That I'm Giving par Gwen McCrae
  18. Seven days too long par Chuck Woods
  19. That's the Way (I Like It) par KC and the Sunshine Band
  20. Le Rocher d'Abraham par Jean-Félix Lalanne

Musiques additionnelles[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné[1] :

  • Dans le département d'Ille-et-Vilaine (Lanhélin, Saint-Pierre-de-Plesguen, Saint-Coulomb, Rennes)
  • Dans le département des Côtes d'Armor (Dinan)
  • Quelques anachronismes émaillent le film. Notamment, Lucien Dufour écoute à la radio la chanson Dix ans plus tôt de Michel Sardou, titre sorti en 1977, alors que l'histoire du film se déroule en . De même, certaines expressions appartiennent aux années 2000 (par exemple, le mot embrouilles qui signifie ennuis).
  • Le film expose une foule d'objets et d'accessoires typiques de l'époque à laquelle est censée se dérouler l'action (1976) ; vêtements, voitures, coupes de cheveux, etc., contribuent ainsi à l'ambiance du film. Par exemple, à bord d'une voiture, personne ne met sa ceinture de sécurité, pourtant obligatoire à l'avant depuis 1973 (hors agglomération). Par contre la cigarette n'est pas aussi omniprésente qu'elle l'était en réalité à l'époque.
  • Il y a aussi plusieurs clins d’œil faits à l'AS Saint-Étienne : poster dans la chambre des enfants, fanion de la finale de 1976 à Glasgow au rétroviseur d'une voiture (à la fin du film), et une allusion aux poteaux carrés. Il est aussi question du Tour de France, avec notamment les mentions de Raymond Poulidor et d'Eddy Merckx.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Générique du film.

Liens externes[modifier | modifier le code]